logo site

Pays & régions n°24

ALGÉRIE - Par Hamid Nacer-Khodja

ALGÉRIE - Par Hamid Nacer-Khodja

Année Francophone Internationale 2015 - 2016



POLITIQUE
Le président Bouteflika procède le 14 mai 2015 à un remaniement partiel du gouvernement Abdelmalek Sellal IV, une équipe comprenant 32 membres dont seulement huit sont issus de partis politiques. Huit ministres quittent définitivement le gouvernement (quatre hommes et quatre femmes) tandis que huit nouveaux noms font leur entrée dont l’écrivain de langue arabe Azzedine Mihoubi en tant que ministre de la Culture et Iman Houda Feraoun, nouvelle ministre de la Poste et des TIC, la benjamine du gouvernement (née en 1979).

Sur le plan interne, deux chefs politiques précédemment chefs de gouvernement ont connu des destins disjoints : Ahmed Ouyahia revient à la tête du RND tandis que Abdelaziz Belkhadem, du FLN, est destitué officiellement le 26 août 2014 de sa fonction de ministre d’État conseiller du président de la république et de toutes activités en relation avec les structures de l’État. Quant à l’opposition — laïcs et islamistes réunis — elle a tenté vainement de s’organiser en une Coordination nationale pour la transition démocratique (CNLTD).

En 2014-2015, la violence persiste, soit de type terroriste (enlèvement et assassinat du touriste français Hervé Gourdel le 21 septembre 2014, né à Nice en 1959) soit de type inter-communautaire à Ghardaïa et dans la vallée du M’Zab. Un nouveau découpage administratif a été rendu public le 27 mai 2015, avec la création de circonscriptions administratives dans le Grand Sud du pays, lesquelles seront érigées progressivement en wilayas.


JPEG - 250 ko
L’impact grandissant de la religion dans la société, ici à Ghardaïa (Flickr - Stefan Krasowski)

Par ailleurs, l’extrémisme religieux, sinon l’islamisme radical, effectuent un retour dans les mosquées, les écoles et certains médias – lieux principaux d’endoctrinement. Si le ministre des Affaires religieuses part en lutte pour « l’Islam de Cordoue » en prônant notamment la modération, les autorités font face à des discours haineux de certains « imams autoproclamés » exerçant au niveau de cinq chaînes de télévision privées accréditées, toutes de droit étranger (sur une vingtaine du paysage audiovisuel algérien).


JPEG - 41.9 ko
Une autre vision sur les deux présidents ! (El Watan 2014 - Le Hic)

Sur le plan externe, après un ballet ininterrompu de ministres français, la brève visite du 15 juin 2015 du président François Hollande entend rétablir la France comme premier partenaire économique de l’Algérie avec qui elle s’entend sur le plan de la lutte contre le terrorisme dans le Sahel et en Libye. La France et la communauté internationale ont salué la médiation algérienne dans le processus de paix d’Alger du 1er mars 2015, aboutissant à l’accord de paix et de réconciliation au Mali signé le 20 juin 2015 à Bamako.

De pays de transit, et pour des raisons de géopolitique, l’Algérie est devenue un pays d’accueil et de réfugiés, de Syriens et de Libyens d’abord, puis de ressortissants des pays du Sahel, le Mali et le Niger. Cela pose de sérieux problèmes de gestion ou du rapatriement des concernés avec leur pays d’origine.


JPEG - 68.6 ko
Quelles perspectives pour une population jeune... très jeune ! (Flickr - Hichem Merouche)

ÉCONOMIE - SOCIÉTÉ
Au 1er janvier 2015, l’Algérie comptait 39,5 millions d’habitants (Office National des Statistiques). Un baby-boom est constaté, car pas moins de 1 104 000 nouvelles naissances vivantes ont été enregistrées durant l’année 2014, soit 2 700 nouveau-nés par jour (contre 2 600 en 2013), selon le ministère de la Santé. La population algérienne connait donc un taux d’accroissement naturel en 2014 de 2,14 % contre 2,07 % en 2013. Face à cette pression démographique et devant la chute des prix des hydrocarbures dont dépend fortement l’économie algérienne, les retombées suivantes sont enregistrées et de nouveaux choix économiques ont été instaurés :

— La balance des paiements : selon la Banque d’Algérie, le pays a enregistré en 2014 le plus faible excédent commercial depuis 17 ans, soit 4,63 milliards USD contre 9,94 en 2013. Ce recul s’explique par une augmentation des importations de l’ordre de 6 % (58,33 milliards USD) et une réduction des exportations à hauteur de 3 % (62,95 milliards USD). Les exportations continuent à baisser et les importations de progresser au premier semestre 2015, en comparaison avec la même période que 2014 (selon le CNIS des Douanes algériennes).

— Un repli des réserves officielles de change qui se sont contractées à 178 983 USD au 31-12-2014 contre 194 012 milliards USD à fin décembre 2013 (Banque d’Algérie). Elles peuvent couvrir 3 ans d’importations. Mais l’endettement public est resté faible alors que l’Algérie détient 173,6 t d’or au 31-12-2014, occupant le 25e rang mondial (Fonds monétaire International).

— Une nouvelle politique budgétaire est mise en œuvre par une réduction des importations, avec un plafonnement de certains produits, voire un retour à l’autorisation d’importation. D’autres mesures sont prises tels le report de certains projets d’équipement, la rationalisation des dépenses publiques et des subventions de certains produits ainsi que le gel des recrutements dans certains secteurs de la fonction publique.

— Faute d’exporter autre chose que ses hydrocarbures, l’Algérie en est réduite à voir sa monnaie ballottée par les cours du pétrole au gré des commandes et des spéculations des traders. Une dépréciation progressive du dinar a été constatée par rapport au dollar et à l’euro, selon les rapports de conjoncture de la Banque d’Algérie ou sur le marché informel, et ce sans volonté gouvernementale de dévaluation de la monnaie.

— Une politique d’austérité a été plus ou moins initiée, avec un recours au protectionnisme (la campagne de sensibilisation « Consommer algérien »), accompagné d’un retour annoncé du crédit à la consommation de produits locaux. Le gouvernement doit faire face à un retour à l’inflation (3,5 % selon l’ONS qui indique des tendances entre 10 et 40 % pour les produits alimentaires de première nécessité).

— Alors qu’un nouveau code des investissements est attendu, le chômage repart à la hausse avec un taux de 10,8 en 2014 selon l’ONS (chiffre ne correspondant pas à la réalité, selon plusieurs observateurs).


JPEG - 259.3 ko
Une vie quotidienne toujours aussi difficile pour le peuple algérien (Flickr - Magharebia)

Au printemps 2015, une succession de procès pour corruption a eu lieu, les plus médiatisés étant ceux de l’autoroute Est-Ouest reliant les frontières tunisienne et marocaine de l’Algérie sur 1216 km, de l’ancien PDG de Sonatrach et celui de la faillite de la banque Abdelmoumen Khalifa, ce dernier condamné également à 5 ans de prison par la justice française le 7 octobre 2014. En outre, l’opinion publique a aussi déploré une série de séismes (une soixantaine par mois, de faible magnitude) ayant causé six morts et une centaine de blessés. Enfin, les foyers de revendication sociale n’ont cessé contre la bureaucratie, la corruption ou encore une société jugée inégalitaire. Plusieurs secteurs ont été paralysés par des grèves cycliques, dont le mouvement de protestation déclenchée à la mi-octobre 2014 par des éléments de la police. À In Salah où un premier puits a été mis en chantier, des manifestations récurrentes ont eu lieu contre l’exploitation du gaz de schiste, jugée dangereuse pour les nappes d’eau et l’environnement.

Trois faits positifs sont à retenir : une usine d’assemblage de véhicules Renault a été inaugurée le 10-11-2014 près d’Oran, avec une capacité de 25 000 véhicules/an destinés au marché domestique ; estimé à 22,3 % en 2008 (ONS), le taux d’analphabétisme a baissé à 15,15 %, selon l’Office national d’alphabétisation et d’enseignement pour adultes ; un texte de loi en date du 4 janvier 2015 crée un fonds de pension alimentaire aux enfants sur lesquels s’exerce le droit de garde après le divorce des parents.


JPEG - 256.7 ko
Constantine, capitale de la culture arabe (Flickr - Marlusz Kluzniak)

CULTURE
L’ouverture le 15 avril 2015 de « Constantine, capitale de la culture arabe » qui sera l’événement majeur qui durera une année. 1500 livres seront édités à cette occasion. Au niveau des publications, les maisons d’édition continuent à focaliser avec succès leur catalogue sur essentiellement l’écriture de l’Histoire (particulièrement de la guerre d’Algérie), et ce sur tous les registres : mémoires, essais, romans historiques. L’entreprise nationale des arts graphiques (ENAG) a repris sa collection de poche « El Aniss » et créé une autre, « Universalia », laquelle reprend en arabe et en français les classiques de la littérature algérienne et universelle. Quant au centenaire de l’éditeur Edmond Charlot (Alger, 15 février 1915 — Béziers, 10 avril 2004), il a été célébré en Algérie par le biais d’hommages et de publications.

JPEG - 60.2 ko
Kamel Daoud, un talent d’écrivain et de journaliste qui dérange... (Wikimedia commons - Claude Truonc Ngoc)

La littérature algérienne de langue française a été mise en relief par l’attribution le 5 mai 2015 du Goncourt du premier roman pour « Meursault, contre-enquête  » (réédition Arles, Actes-Sud, 2014), de Kamel Daoud. Ce dernier a raté d’une voix le Prix Goncourt en novembre 2014. Cet inattendu succès (l’ouvrage a paru d’abord à Alger, Barzakh, 2013) a engendré des controverses autour de l’œuvre de Kamel Daoud dont un imam a lancé un appel au meurtre, suscitant un vaste mouvement de solidarité (pétition, indignation et soutiens divers) avec l’écrivain.

Les belles-lettres ont eu aussi à déplorer la mort de Assia Djebar (Cherchell, 30 juin 1936 — Paris, 6 février 2015) et de son second époux Malek Alloula (Oran, 13 novembre 1937 — Berlin, 17 février 2015), poète et essayiste exigeant. Assia Djebar, romancière célèbre, une des premières cinéastes du monde arabe était membre de l’Académie française élue le 16 juin 2005. À l’annonce de son décès, les présidents François Hollande et Abdelaziz Bouteflika lui ont rendu hommage. Depuis, de nombreux colloques et publications lui sont consacrés en Algérie, en France et aux USA. Financé par des institutions publiques, un prix Assia Djebar a été créé.

Au théâtre, est à remarquer la mise en scène de la pièce de Kateb Yacine « Le Cadavre encerclé », par deux metteurs en scène, Farid Oukala (en langue française) et Djamel Abdelli (en arabe dialectal), dans le cadre du 6e festival international de Bejaia en novembre 2014. Ziani Chérif Ayad joue en février 2015 à Alger au Théâtre National Algérien « Noces de sang », de Federico Garcia-Lorca.

Le cinéma algérien continue de produire en dépit de nombreuses contraintes dont l’inexistence de salles. Deux films sont sortis avec succès en 2015 :

1— « L’Oranais » (2014), de Lyès Salem, sur les ratages et les trahisons de l’indépendance par le biais de deux amis, anciens combattants de la guerre d’Algérie. Un prédicateur a lancé une fatwa (avis juridique de droit musulman) traitant le film de « satanique » parce que des personnages y consomment de l’alcool ou disent des mots triviaux.



2— « Certifié Halal » (2014), de Mahmoud Zemmouri, une comédie sur les mariages forcés, sur fond de croisement de cortèges nuptiaux et de permutations des deux promises, l’une beurette émancipée débarquant de France, l’autre fille traditionnelle de l’Algérie du Sud. (Biskra).

Il y a eu aussi le retour de Mohamed-Lakhdar Hamina, Palme d’or au Festival de Cannes 1975, avec « Le Crépuscule des ombres » (2014), un long métrage sur la guerre d’Algérie, avec la trame de la fuite de soldats algériens et français dans le désert.

Mais le 7e art a été également en deuil avec le décès de deux réalisateurs renommés et de deux acteurs célèbres. Les réalisateurs disparus sont : Amar Laskri (Ain Berda, 22 janvier 1942 — Alger, 1er mai 2015), ancien officier de l’Armée de Libération Nationale durant la guerre d’Algérie, ses films en sont largement inspirés ; Benamar Bakhti (Tlemcen, 1941— Alger, 3 juin 2015), réalisateur de films à grand succès populaire. Quant aux comédiens de théâtre et de cinéma ayant eu une longue carrière, ce sont Fatiha Berber (Alger, 11 février 1945 — Paris, 16 janvier 2015) et Sid Ali Kouiret (Alger, 3 janvier 1933-5 avril 2015).

En décembre 2014 a eu lieu à Abalessa, à 80 km de Tamanrasset (Extrême sud du pays), de nouvelles fouilles autour du monument funéraire de Tin Hinan, la légendaire reine des Touaregs. Cette campagne archéologique a permis la découverte de nombreux objets et fragments ainsi qu’une reconstitution en 3D du célèbre site daté du IVe siècle.

SPORTS

JPEG - 75.9 ko
Albert Ebossé, victime de la violence dans les stades (Wikimedia Commons - aziouez)

Après la bonne prestation de l’Algérie à la coupe du monde de football du Brésil en juin 2014, le sport-roi n’a connu depuis que des déboires. C’est ainsi que l’équipe nationale, dirigée par le Français Christian Gourcuff, a été éliminée dès le premier tour de la Coupe d’Afrique des Nations qui s’est déroulé du 17 janvier au 8 février 2015 en Guinée équatoriale. Une tragédie est à enregistrer, celui du décès du joueur camerounais Albert Ebossé le 23 août 2014 à Tizi Ouzou lors d’un match de son équipe, et ce, suite à un jet de pierres. Depuis plusieurs années, la violence s’est installée dans les stades et se propage parfois dans les rues. Seule éclaircie, l’ES Sétif qui est parvenue le 1er novembre 2014 à Blida à décrocher le titre de la 18e édition de la Ligue des champions d’Afrique, en battant au goal-average l’équipe congolaise de l’AS Vita Club (2-2 et 1-1).

Aux sports individuels, signalons que le décathlonien Larbi Bourrada a été sacré le 11 août 2014 premier à la 10e édition des championnats d’Afrique d’athlétisme de Marrakech (Maroc), titre qu’il détient pour la troisième fois après Addis-Abeba (Éthiopie) en 2008 et Nairobi (Kenya) en 2010, réalisant 8311 points, le classant au 6e rang mondial. Le jeune haltérophile Aymen Touairi a remporté le 12 avril 2015 à Lima (Pérou) trois médailles d’or lors du 12e Championnat du monde d’haltérophilie (cadets, 94 kg), le consacrant champion du monde.


DÉCÈS

  • Fanny Colonna (Théniet El Had, 29 août 1934 — Paris, 18 novembre 2014), sociologue et anthropologue, auteur d’ouvrages de référence sur l’Algérie et l’Égypte. Engagée en faveur de l’indépendance, elle acquit la nationalité algérienne.
  • René Vautier (Camaret-sur-Mer, 15 janvier 1928 — Cancale, 4 janvier 2015), cinéaste français. Anticolonialiste, il participe à la guerre d’Algérie en réalisant notamment au maquis les premiers films du cinéma algérien.
  • Jacqueline Gerroudj née Natter (Rouen, 1919— Alger, 18 janvier 2015). Avec son mari Abdelkader Gerroudj ont été des combattants durant la guerre d’Algérie, emprisonnés. Auteur de mémoire Des Douars et des prisons, Alger, Bouchène, 1993.
  • Larbi Abahri (1946— Alger, 9 février 2015), auteur de Banderilles et muleta (Alger, SNED, 1981), un des premiers romans policiers en Algérie.
  • Roger Hanin, pseudonyme de Roger Jacob Lévy (Alger, 20 octobre 1925 — Paris, 11 février 2015), célèbre acteur-réalisateur et écrivain français, inhumé dans sa ville natale avec les honneurs officiels. Il est titulaire en 2000 de la Médaille Achir, la plus haute distinction algérienne, pour son engagement et celui de son père en faveur de l’indépendance de l’Algérie.
  • François Maspéro (Paris, 19 janvier 1932-11 avril 2015), éditeur français (puis écrivain et traducteur) qui publia des livres et revues pro-indépendantistes pendant la guerre d’Algérie, en dépit de condamnations, censures, menaces et plastiquages.

    BIBLIOGRAPHIE
    ROMANS, NOUVELLES, POÉSIE, THÉÂTRE
    — Bona Marc et Hamid Nacer-Khodja, La profonde terre du verbe aimer, Alger, Lazhari Labter, 2015. Recueil commun de poèmes. Dessins de Hamid Tibouchi.
    — Sabrina Challal, Comme un souffle sur la nuque, Alger, Lazhari Labter(collection « ’Ilhem »’), 2014.Poèmes.
    — Collectif, Noces fantastiques, Dix nouvelles d’Algérie, Constantine, Média Plus, 2014. Concours du prix de la nouvelle fantastique financé par l’Institut Français d’Alger et BNP Parisbas Alger.
    — Félix Colozzi, Mémoires de prisons 1956-1962, Alger, El Kalima, 2014. Récit d’un militant algérien.
    — Tahar Djaout, J’aurai eu 60 ans, Alger, Éditions Quipos, 2014. Réédition de 4 romans parus aux Éditions du Seuil (Paris).
    — Graine Ramdane, Le Livre, Alger, El Maarifa Editions, 2015. Un étudiant algérien part en Italie en quête du second tome d’un livre ancien.
    — Abdelmadjid Kaouah, Que pèse une vitre qu’on brise, Alger, Arak Editions, 2014. Poèmes accompagnés de huit illustrations deDjamel Merbah. Avant-propos de Jordi Estivill, préface de Djamel Amrani.
    — Amara Lakhous, Querelle autour d’un petit cochon italianissime à San Salvario, Alger, Barzakh, 2014. Roman traduit de l’italien d’un auteur algérien à succès en cette langue.
    — Saeeda Otmanetolba, Je m’excuse pour le bonheur, Alger, Lazhari Labter (collection « llhem »’), 2014. Poèmes.
    — Habib Tangour, Salah Bey, Alger, Apic, 2014. Théâtre. Une tragédie-bouffe sur le pouvoir à travers le personnage du dernier bey de Constantine avant la colonisation française.
    — Zegout Abder, Exubérance, Paris, L’Harmattan, 2015. Préface de Josette Vian, illustrations de Micheline Massé. Sixième recueil de l’auteur chez le même éditeur.

ESSAIS
— Azza-Bekkat Amina, Dictionnaire des écrivains algériens de langue française, Alger, Chihab éditions, 2014. Préface de Charles Bonn.
— Amhis-Ouksel Djoher, Tahar Djaout, ce tisseur de lumière, Alger, Casbah Éditions (collection « ’empreintes »’), Alger, 2014.
— Amrouche Marguerite Taos, Carnets intimes (édité par Yamina Mokaddem), Paris, Joëlle-Losfefd-IMEC Éditeur, 2014.
— Daoud Mohamed (sous la direction de), le Roman algérien de 1990 à nos jours, faits et témoignages dans les lectures fictionnels, Oran, Crasc, 2014. Bilingue français-arabe.
— Doud Mohamed (sous la direction de), Champs littéraires et stratégies d’écrivains, Oran, Crasc, 2014. Bilingue français-arabe.
— Eberhardt Isabelle, une version inédite de Sud-Oranais, notes de route (édition établie par JM Kempf-Rochd, Alger, Enag, 2014.
— Hubert Nicolas, Éditeur et éditions pendant la guerre d’Algérie 1954-1962, Alger, Chiheb Editions, 2014. Réédition d’un ouvrage paru en 2012 à Saint-Denis aux Editions Bouchène.
- Krim Nawel, Rachid Mimouni, écriture de la subversion, Alger, Editions Enag, 2014.
— Le Baut Réjane, Camus Amrouche des chemins qui s’écartent, Alger, Casbah Editions [collection « ’essais »’], 2014. Liminaire de Réjane et Pierre Le Baut.
— Le Baut Réjane, Jean El-Mouhoub Amrouche, Algérien universel, Alger, Chihab Editions, 2014. Réédition d’une biographie parue à Paris, Alteredit, 2003 et 2005.
- Mokhtari Rachid, Yamina Mechakra, Entretiens et lectures, Alger, Chiheb Editions, 2015.
— Premel Gérard, Nouveau regard sur la littérature algérienne de langue française, Mayenne, Editions Goater, 2015.

JPEG - 55.2 ko
Hamid Nacer-Khodja
Université de Djelfa
hamidjelfa@yahoo.fr

Photo du logo : rue d’Alger - Flickr - OMAR DZ

Même thématique

Photographie de presse / Dessin de presse

Tunisie - Douz
Tunisie - Douz ©Arnaud Galy
ouvrir la galerie TUNISIE, instantanés !
©Ramzy Bensaadi
ouvrir la galerie ALGERIE - la vision noire et blanche de Ramzy Bensaadi.
©http://www.patriciawillocq.com/
ouvrir la galerie RD CONGO - Blanc Ebène par Patricia Willocq
Ph : Flickr - stéphane delval
Ph : Flickr - stéphane delval
ouvrir la galerie BELGIQUE - Bruxelles - les humeurs d’une ville
Ph : Baptiste de Ville d'Avray - www.baptiste-dva.fr - 3
Ph : Baptiste de Ville d’Avray - www.baptiste-dva.fr - 3
ouvrir la galerie MAROC - les photos de Baptiste de Ville d’Avray
Ph : Laurent Catach - http://laurentcatach.wixsite.com/photos - (...)
Ph : Laurent Catach - http://laurentcatach.wixsite.com/photos - 11
ouvrir la galerie VIETNAM - les photos de Laurent Catach
Jouer à la marelle angoumoisine !
Jouer à la marelle angoumoisine !
Photo : Arnaud Galy (2006)
ouvrir la galerie FRANCE - Le Festival International de la BD - Angoulême - GRAND TOUR 2017
Mondialisation !
Mondialisation !
Ph : Arnaud Galy - Agora
ouvrir la galerie POLOGNE - Théâtre francophone - Résidence à Zabrze - GRAND TOUR 2017
©Arnaud Galy / ZigZag
ouvrir la galerie SÉNÉGAL - Balade dans Saint-Louis
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 9
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 9
ouvrir la galerie CAMBODGE - les photos de nate q (Flickr)
Ph : MNHN / Madibenthos - 2
Ph : MNHN / Madibenthos - 2
ouvrir la galerie MARTINIQUE / France - Les photos de l’expédition Madibenthos
cristian munteanu - bucarest 2 - 2014
cristian munteanu - bucarest 2 - 2014
ouvrir la galerie ROUMANIE - instantanés - FaceBook : Street View Photography Romania
Montreux - Ph : Flickr - franck lindecke
Montreux - Ph : Flickr - franck lindecke
ouvrir la galerie SUISSE - Des villes, de l’eau et des montagnes...
Tajine à la parisienne !
Tajine à la parisienne !
Ph : Arnaud Galy - Agora francophone
ouvrir la galerie MAROC - Festival "On marche" à Marrakech - GRAND TOUR 2017
Corythornis madagascariensis
Corythornis madagascariensis ©Frank Vassen / Flickr
ouvrir la galerie MADAGASCAR - éloge de la diversité ! (Ph : Frank Vassen / Flickr)
Ph : Antoine Boureau - www.antoine-photos.com - 5
Ph : Antoine Boureau - www.antoine-photos.com - 5
ouvrir la galerie SAO - TOME et PRINCIPE - les photos d’Antoine Boureau