logo site

Pays & régions n°24

MALI - Par Jean Baptiste EPELEKOU

MALI - Par Jean Baptiste EPELEKOU

Année Francophone Internationale 2015 - 2016



L’économie malienne a confirmé la reprise amorcée en 2013 avec un taux passé de 1.7 % à 5.8 % en 2014 et prévu à 5.4 % en 2015, dans l’hypothèse d’un accord de paix conclu à Alger. Malgré les efforts du gouvernement et de la communauté internationale, la crise politique et sécuritaire de 2012 s’est soldée par une hausse de la pauvreté, passée de 41.7 % en 2011 à 42.7 % en 2012.
L’inclusion spatiale est devenue l’une des priorités du Mali, aussi bien pour réhabiliter l’État que rétablir la sécurité et reconstruire l’économie.


JPEG - 234.6 ko
Bamako (Ph : Goran Hoglund)

Vue d’ensemble

Le contexte macroéconomique du Mali est marqué en 2014 par une consolidation de la reprise avec un taux de croissance du PIB réel prévu de 5.8 % contre 1.7 % en 2013. Cette croissance est tirée par le secteur primaire (9.4 %), grâce aux performances du sous-secteur agricole (en hausse de 13 %), consécutives à une bonne campagne. L’activité a aussi été stimulée par le secteur tertiaire (4.8 %), avec un regain d’activité dans les transports et télécommunications (7.4 %) ainsi que le commerce (3 %). En revanche, le secteur secondaire a connu une contre-performance en 2014 (1.8 % contre 5.5 % en 2013), même si les branches agroalimentaire, énergie et bâtiment et travaux publics (BTP) ont connu des croissances respectives de 12.2 %, 10 % et 5 % grâce à la reprise de l’économie. Le déficit du compte courant (dons inclus) s’est aggravé en 2014 (6.2) par rapport à 2013. En perspective, il devra s’améliorer sur 2015 et 2016. Cette tendance s’explique par la diminution des importations en valeur, suite à la baisse des cours des produits pétroliers. D’où une amélioration des termes de l’échange.

Les perspectives macroéconomiques à moyen terme sont favorables : la reprise de l’économie devrait se consolider en 2015 et 2016 avec des taux de croissance du PIB réel de 5.4 % et 5.1 %. Cette croissance devrait être de nouveau tirée par les secteurs agricole et tertiaire, outre le retour massif des partenaires techniques et financiers (PTF). La reprise est attendue, notamment dans le BPT et les services, avec des taux de croissance respectifs de 5.6 % et 7 % prévus pour 2015. Le déficit des opérations courantes (dons compris) devrait s’améliorer légèrement pour atteindre 5.5 % du PIB en 2015. Il devrait être financé par les investissements directs étrangers (IDE) dans le secteur de l’or et des télécommunications, ainsi que par l’aide extérieure sous forme de prêts. Toutefois, les mêmes risques persistent, susceptibles de compromettre ces perspectives. Se trouvent en cause la volatilité des cours de l’or et du coton, les deux principaux produits à l’exportation, ainsi que la fragilité de la situation sécuritaire dans le pays.

Le Mali était en bonne voie pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) suivants à l’horizon 2015 : scolarisation primaire universelle (OMD-2), contrôle du VIH/Sida (OMD-6) et accès à une source d’eau potable (OMD-7).
Les progrès réalisés ces dernières années ont cependant été fragilisés par les conséquences de la situation sécuritaire et de l’instabilité politique. Malheureusement, l’atteinte de tous les OMD pourrait donc être compromise.
La situation humanitaire reste très précaire dans le nord du pays. Les attaques se multiplient et les combats persistent contre les positions de l’armée malienne, de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) et même entre les différents groupes armés.
La situation se solde par de graves problèmes d’insécurité alimentaire et de malnutrition, impliquant des besoins urgents d’aide alimentaire (environ 1.7 million de personnes, dont 260 000 en situation de crise). Le retour des réfugiés et des personnes déplacées dans leurs régions d’origine ne peut se faire que dans des conditions difficiles. Le Plan de réponse stratégique (SRP) mis au point par la communauté humanitaire en 2014 au Mali a été estimé à 481 millions USD.


JPEG - 184.9 ko
Sur le marché de Djenné (Flickr - Goran Hoglund)

Développements récents et perspectives
En raison de sa structure, l’économie malienne demeure très vulnérable aux chocs de nature diverse. En effet, le PIB repose essentiellement sur le secteur primaire (37.8 % en 1999 et 38.4 % en 2010). La production agricole, qui dépend de cultures pluviales, est tributaire des conditions météorologiques. Les principaux produits à l’exportation sont l’or et le coton (66 % et 13 % des recettes totales d’exportation en 2014). Toutefois, le secteur tertiaire (34.4 % du PIB en 1999 et 37.6 % en 2010) tend à prendre une importance de plus en plus grande dans l’économie.
La crise multidimensionnelle que le Mali a connue en 2012 a provoqué une récession. Sur la période 2001-11, le pays avait enregistré un taux de croissance moyen d’environ 5.5 %, supérieur à la moyenne de 3.9 % des pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). En 2012, le taux de croissance du PIB est retombé à 0 %. Avec le retour de l’aide extérieure et une relative stabilisation de la situation sécuritaire, la reprise économique s’est amorcée en 2013, avec une croissance modeste de 1.7 %, en raison de la contraction de la production céréalière hors riz (près de -26 %). En 2014, la croissance du PIB réel s’est accélérée à 5.8 %, suite à l’amélioration du contexte macroéconomique et de la performance du secteur agricole, dont la production a augmenté de 13 %. Le secteur tertiaire affiche une croissance de 4.8 % en 2014, en légère baisse par rapport à 2013 (8.9 %), grâce aux performances du sous-secteur transport et télécommunications (7.4 %), de l’administration (6.8 %) et des services financiers (4 %). Ces résultats sont liés à l’amorce de la reprise de l’économie et aux efforts du gouvernement pour la fourniture des services publics de base dans les régions du nord (restauration de bâtiments publics, rétablissement de réseaux d’adduction d’eau et d’électricité, de centres de santé, d’écoles, etc). Le secteur secondaire est également en recul (1.8 %) par rapport à 2013 (5.5 %), en raison des contreperformances du secteur textile (-6 %) et de l’industrie (-2.9 %).

Le déficit du compte courant (dons inclus) s’est aggravé en 2014 (6.2) par rapport à 2013. En perspective, il devra s’améliorer sur 2015 et 2016. Il devrait être entièrement financé par l’IDE dans les secteurs de l’or et des télécommunications ainsi que par les prêts d’assistance technique. Alors que les prêts au secteur public et l’IDE ont répondu aux besoins de financement, la constitution des avoirs extérieurs par le secteur bancaire malien, sous la forme des bons du Trésor émis par les autres pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), a conduit à des sorties du compte financier de la balance des paiements. Au total, le déficit global de la balance des paiements a été financé en 2013 par une diminution des réserves de changes régionales de la Banque centrale (environ 1.1 % du PIB).


JPEG - 146.7 ko
Une famille à Gao (Flickr - Nations-Unies)

Avec le retour de l’aide extérieure en fin 2014, le Mali a repris sa contribution à l’accumulation des réserves de change. La balance des paiements devrait maintenir son équilibre sur la période 2015-17.

Grâce à la bonne campagne agricole de 2014 – qui a permis de limiter la hausse des prix des produits alimentaires – ainsi qu’à la politique monétaire restrictive poursuivie par la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), le taux d’inflation n’a pas dépassé 0.9 % en 2014. Pour la période 2015-17, la politique prudente de la BCEAO devrait permettre au Mali de respecter l’un des critères de convergence de l’UEMOA, qui limite à l’inflation à 3 % dans les conditions d’une pluviométrie favorable.

Malgré les chocs sur la stabilité du secteur financier, le crédit à l’économie reprend. La situation du secteur financier s’est dégradée en 2012 suite à la crise (y compris des dommages physiques sur les banques dans les régions du nord) et à la récession. Les prêts non performants ont augmenté de 18 % à fin 2011 à 23 % en mars 2013, pour baisser de nouveau à 19 % en fin 2013. Les banques ont bénéficié de la politique de faible coût de refinancement de la BCEAO. Du coup, le crédit à l’économie a été relancé d’environ 10 % en 2013 et au cours du premier semestre de 2014. Les banques ont également augmenté leurs avoirs sur les émissions de bons des autres pays de l’UEMOA. En dépit d’un environnement international incertain, les perspectives économiques semblent favorables pour le Mali, avec le rétablissement progressif de la sécurité sur l’ensemble du territoire et le retour de la quasi-totalité des PTF traditionnels du pays. De même, les performances des secteurs agricoles et aurifères ainsi que la reprise de l’activité dans le secteur tertiaire devraient permettre à l’économie malienne de consolider sa reprise à court terme. La combinaison de tous ces facteurs permet de tabler sur des taux de croissance supérieurs à 5 % sur la période 2015-17 (5.4 % et 5.1 % en 2015 et 2016 respectivement). Ces projections optimistes pourraient néanmoins être compromises par la volatilité des cours de l’or et du coton et la fragilité de la situation sécuritaire dans le pays.


JPEG - 124.1 ko
La jeunesse de Gao ne manque rien ! (Flickr - Nations-Unies)

Politique macroéconomique

Politique budgétaire
Au plan budgétaire, l’année 2014 a été marquée au Mali par une crise de confiance entre le gouvernement et les institutions financières internationales sur l’exhaustivité du budget, l’orientation des allocations budgétaires et le respect de l’orthodoxie financière en matière de passations des marchés publics.
La politique budgétaire envisagée pour 2014 avait été initialement bâtie sur des hypothèses de croissance du PIB réel de 6.3 %, d’un taux d’inflation de 2.9 % avec un objectif de solde budgétaire de base de -0.5 % du PIB. Il s’agissait de soutenir la relance de l’activité économique et de concrétiser les priorités fixées par les nouvelles autorités dans le Programme d’actions du gouvernement (PAG) 2013-18.

Une loi de finances rectificative a été adoptée, pour maintenir le solde budgétaire de base à -0.5 % du PIB, en lien avec les engagements du programme de convergence de l’UEMOA et du Programme économique et financier avec le Fonds monétaire international (FMI), au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) pour la période 2013-15. Ainsi, les recettes fiscales ont été revues à la baisse de 23 milliards de francs CFA (XOF). Des dépenses nouvelles ont été introduites tout en procédant à des suppressions de crédits au niveau du budget spécial d’investissement, afin de respecter le critère de convergence de l’UEMOA sur le solde de base.

Le programme en cours avec le FMI a été suspendu, suite à l’achat d’un avion pour les déplacements du président de la République (40 millions dollars USD) et un contrat de fournitures passé par le ministère de la Défense (138 millions USD), assorti d’une garantie par l’État (200 millions USD). Il s’en est suivi une suspension de fait de l’ensemble des appuis budgétaires des PTF. Ces dépenses ont fait l’objet d’une régularisation avec la loi de finances rectificative 2014. Toutefois, la mobilisation des appuis budgétaires n’a pu être totale en 2014 et la plupart des décaissements effectifs ont été reportés à l’année 2015.

Malgré une marge de manœuvre limitée par la faiblesse des recettes fiscales et les engagements pris en termes d’équilibre budgétaire, les autorités ont pris des mesures en 2014 pour faire face aux chocs. Il s’agit notamment de l’ajustement régulier de la fiscalité pétrolière afin de maintenir les prix à la pompe des carburants à un niveau relativement stable. Par ailleurs, des transferts budgétaires ont permis de préserver la situation financière de la société publique Énergie du Mali (EDM).


JPEG - 104.6 ko
Gao, le basket comme dérivatif ! (Flickr - Nations-Unies)

Politique monétaire
Le Mali est membre de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et partage les arrangements institutionnels de la zone franc : rattachement par une parité fixe de la monnaie commune à l’euro, convertibilité garantie du XOF par le Trésor français, libre transférabilité à l’intérieur de la zone, centralisation des réserves de change. La politique monétaire applicable au Mali est menée par la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO). Celle-ci, à travers son programme monétaire, poursuit toujours un objectif de stabilité des prix à moyen terme.

Les tensions inflationnistes perceptibles en 2012, résultant principalement de la crise qu’a connue le pays, n’ont pas été attribuées à la création monétaire, mais à la rétraction de la production céréalière. En 2014, les effets combinés de la politique monétaire non expansionniste et de la bonne campagne agricole ont permis de maitriser le taux d’inflation (0.9 %). En 2013, la masse monétaire a cru de 7.4 % sur la base d’une croissance du crédit à l’économie de 11.7 %. En 2014, la croissance de la masse monétaire a pu atteindre 13 % suite à l’augmentation du crédit à l’économie (4.7 %) et surtout des avoirs extérieurs des banques commerciales (29 %). Celles-ci ont pu bénéficier d’avances de la BCEAO pour financer l’économie.

Coopération économique, intégration régionale et commerce
Le Mali a signé et ratifié pratiquement tous les accords et protocoles des organisations d’intégration et de coopération régionales desquelles il est membre, en particulier ceux de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). Le pays participe à l’approfondissement du processus d’intégration régionale au niveau de ces deux organisations. Il maintient ses efforts pour accroitre la conformité de sa politique économique et financière aux accords régionaux. Les négociations pour la conclusion d’un Accord de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne (UE) sont menées au sein de la CEDEAO. Les autorités maliennes soutiennent la position régionale selon laquelle des mesures d’accompagnement notamment de mise à niveau des industries locales (y compris une aide financière) sont nécessaires pour compenser les effets de la libéralisation tarifaire imputables à la signature de l’APE.

Concernant les termes de l’échange, ceux-ci s’étaient fortement dégradés en 2013 (passant de +15.2 % en 2012 à 18.4 %). En 2014, les termes de l’échange se sont améliorés (-0.7 %) liés d’une part, à l’amélioration de la valeur unitaire des exportations (-6.2 % en 2014 contre -15.2 % en 2013) et d’autre part à une dégradation de la valeur unitaire des importations (-5.6 % en 2014 contre 3.9 % en 2013).

Toutefois, de façon générale, les exportations totales (21.7 % du PIB) en 2014 (1 293.4 milliards XOF) ont enregistré une réduction de 7.6 % par rapport à 2013 (1 399.2 milliards XOF). En revanche, les importations totales en 2014 (1 630.1 milliards XOF) ont augmenté de 5.3 % consécutive à une augmentation des importations de produits alimentaires de 6.8 %.


JPEG - 144.4 ko
L’école pour tous ! (Flickr - Nations-Unies)

Politique de la dette
Sous l’effet de l’initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) et de l’initiative d’allègement de la dette multilatérale (IADM), l’encours de la dette extérieure du Mali contractée ou garantie par l’État a fortement baissé, en tombant de 89 % du PIB en 2001 à 19 % en 2006. À fin 2012, il était remonté à 26 % du PIB du fait principalement des nouveaux prêts accordés par l’Association internationale de développement (IDA), la Banque africaine de développement (BAFD), la Banque islamique de développement (BID) et le FMI. La dette intérieure publique du Mali reste faible (4.1 % du PIB en 2012). Elle se compose de bons et obligations du Trésor émis sur le marché régional de l’UEMOA et d’emprunts auprès de banques commerciales.
La dette publique extérieure représenterait 28.7 % du PIB en 2014 contre 27.3 % en 2013, en lien avec la dynamique du retour des bailleurs de fonds. Le Mali poursuit ses efforts de maîtrise de l’endettement en ne contractant aucun prêt dont l’élément don est inférieur à 35 %, nécessaire pour assurer la viabilité de la dette à long terme. Le risque de surendettement reste modéré selon l’analyse récente de viabilité de la dette (AVD) de 2014 effectuée par le FMI et la Banque mondiale. Cependant, la vulnérabilité de la dette du Mali à des chocs extérieurs s’est accrue avec la volatilité des recettes exportations de l’or qui a augmenté. En effet, la baisse des cours de l’or provoquerait une réduction de 5 % des recettes d’exportation en 2014, car l’or constitue 70-75 % des recettes d’exportation du pays.

S’agissant de la dette publique intérieure, le stock représenterait 5.5 % du PIB en 2014. Le gouvernement met actuellement en œuvre les résultats d’un audit réalisé l’année dernière sur les arriérés intérieurs accumulés par l’État qui a identifié un montant de 167 milliards XOF sur lesquels 95 milliards vérifiés, dont 30 milliards payés et 65 milliards inscrits dans le budget 2014.

Le gouvernement assure ses engagements financiers envers ses créanciers, et continue d’honorer le service de sa dette.

Gouvernance économique et politique

Secteur privé
La tendance générale de détérioration de la perception du climat des affaires au Mali, suite à la crise institutionnelle survenue en mars 2012, commence à se renverser avec les réformes entreprises en 2013 et 2014 dans ce domaine. Même si le classement du Mali dans le rapport Doing Business 2015 s’est légèrement détérioré, passant de la 143e place à 146e sur 189 pays, l’indicateur «  distance de la frontière » (DDF) s’est amélioré de 0.53 point de pourcentage passant de 52.06 en 2013 à 52.59 en 2014. Ceci montre une légère réduction de l’écart de performance de l’économie malienne par rapport aux meilleures pratiques mondiales en matière d’environnement des affaires. En outre, pour certains indicateurs le Mali a progressé dans le classement 2014, notamment au niveau de l’octroi des permis de construire (gain de neuf places, de la 106e à la 97e) et la protection des investisseurs minoritaires (gain de sept places, de la 153e à la 146e).

En revanche, s’agissant de l’indicateur de création d’entreprises, il s’est détérioré en 2014 (perte de dix places, de la 159e à la 169e). En effet, le coût pour la création d’entreprises au Mali (78 % du revenu par habitant) est plus élevé que la moyenne pour l’Afrique subsaharienne (56.2 % du revenu par habitant), même si le nombre de procédures (5) et le délai (11 jours) requis sont faibles comparés à la moyenne subsaharienne (7 procédures et 27.3 jours).
En ce qui concerne l’indicateur « règlement de l’insolvabilité », le pays enregistre de meilleures performances comparées à la moyenne subsaharienne en termes de coût (18 % du patrimoine contre 23.3 %), de gestion des actifs du débiteur (5.5 contre 4), de procédure de redressement judiciaire (0.5 contre 0.4), de pertinence du cadre juridique de l’insolvabilité (9 contre 7.9). En revanche, des progrès sont à réaliser par rapport à la moyenne subsaharienne en termes de délai moyen pour la fermeture d’une entreprise, de taux de recouvrement, d’ouverture de la procédure (liquidation, redressement judiciaire), de participation des créanciers et de leurs droits pendant les procédures de liquidation et de redressement judiciaire.

Secteur financier
Le système bancaire malien est composé de treize banques commerciales et deux établissements financiers. Les sept plus grandes banques du pays représentent 82 % du total des actifs du système bancaire, et le ratio de solvabilité moyen se situe à 11 %. De façon globale, le secteur financier est peu développé et se caractérise par une intermédiation financière faible. Les banques disposent de faibles capacités de réponse aux besoins de financement de l’économie. De sérieuses difficultés sont relevées dans le règlement des cas d’insolvabilité constatés. Le système bancaire malien est néanmoins globalement liquide. Au total, 12 établissements sur les 14 assujettis à la norme de 75 % fixée pour le ratio de liquidité par la Commission bancaire de la BCEAO l’ont respectée à la fin 2013, contre 13 établissements en 2012. En définitive, le taux moyen de liquidité par banque s’est amélioré : il est ressorti à 94.1 % en 2013 contre 81.8 % à fin 2012.

La stabilité financière du Mali est confortée par son appartenance à la zone UEMOA. La surveillance prudentielle de la Commission bancaire de l’Afrique de l’Ouest (Cobac) s’exerce de manière indépendante du pays, et ceci constitue un gage important de stabilité.
En 2014, avec la présence des forces armées maliennes, de la Minusma et de l’opération française « Barkhane », les conditions sécuritaires se sont relativement améliorées dans les régions du nord du Mali. Ainsi, les banques commerciales, à travers leurs agences, ont pu reprendre leurs activités et fonctionnent normalement dans les régions de Tombouctou et de Gao.
En dépit des effets de la crise de 2012, le système financier et bancaire pour l’essentiel du Mali demeure relativement stable et solide, avec un actionnariat constitué de groupes de référence. Selon l’indice de la taille du secteur bancaire, le Mali se trouve à un niveau similaire à la plupart des pays de l’UEMOA. Les taux d’intérêt débiteurs du système financier malien restent supérieurs (8.92 % à fin 2013) à la moyenne de la zone UEMOA (7.72 %).

La nette prédominance des ressources courtes, qui forment plus de 60 % du total des ressources, empêche les financements par les banques à long terme, notamment pour de gros projets. Ces financements ne peuvent se faire que dans la limite du respect de la norme du ratio de couverture des emplois à moyen et long terme par des ressources stables. Cette norme a été fixée à 50 % minimum à compter du 1er janvier 2013, contre 75 % précédemment selon les normes de la Commission bancaire de la BCEAO. Les ressources requises pour les financements à long terme ne pourraient être actuellement mobilisées que sur les marchés financiers, d’où des actions en cours pour inciter les banques à lever des ressources longues sur ces marchés.
Toutefois au Mali, le marché financier n’est pas développé, et ce rôle est joué par la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) dont le siège se trouve à Abidjan. Aucune entreprise malienne n’y est cotée pour l’instant. Seul l’État a recours au marché financier régional à travers les bons du Trésor pour financer le déficit budgétaire.

Gestion du secteur public, institutions et réformes
La gouvernance s’est détériorée depuis 2012, suite à la crise politico-institutionnelle survenue dans le pays, malgré les progrès enregistrés auparavant. Avant la crise,le Mali était en effet passé d’un score de 52.90 en 2010 à 55 en 2011 dans l’Indice Mo Ibrahim sur la gouvernance en Afrique (IIAG 2012),. Le retour à la vie constitutionnelle normale, après les élections présidentielle et législative en 2013, s’est soldé par le respect des droits et libertés individuelles et collectives – notamment la liberté d’opinion, le droit à la justice et les garanties judiciaires. De même, la promotion de l’État de droit, la protection des droits humains et le respect de la propriété privée sont assurés. Le gouvernement envisage une vaste réforme du secteur de la justice.

Dans ce cadre, les efforts ont été poursuivis en 2014, avec l’assainissement du milieu judiciaire, le renforcement des capacités des magistrats notamment en droits humains, la lutte contre la corruption et la délinquance financière ainsi que la promotion de la transparence. Les décisions rendues par les autorités judiciaires s’appliquent et peuvent être consultées par les citoyens. La mise en œuvre des réformes prévues dans le cadre du Programme décennal de développement de la justice (Prodej 2010-14) s’est également poursuivie, suite à la reprise des activités en 2013. Le gouvernement et les partenaires techniques et financiers ont convenu de procéder à l’évaluation du Prodej et d’accompagner les autorités pour la préparation d’un nouveau programme ambitieux de réforme de la justice.

En termes de transparence et de lutte contre la corruption, le gouvernement a adopté en mai 2014 une loi portant prévention et répression de l’enrichissement illicite. La création de l’Office central de lutte contre la corruption est en cours. Les membres du Comité de suivi et d’évaluation du plan national d’actions de mise en œuvre des recommandations des États généraux sur la corruption et la délinquance financière ont été renouvelés et le comité dispose d’un secrétariat. Par ailleurs, une politique nationale de transparence de l’administration est en cours d’adoption.

Gestion des ressources naturelles et environnement
Le Mali a ratifié la majorité des Accords multilatéraux sur l’environnement (AME), notamment : la Convention de Ramsar sur les zones humides d’importance internationale (1987), la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (1994), la Convention internationale sur la diversité biologique (1995), la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (1995), le Protocole de Kyoto (2002). De même, le pays participe activement aux différentes Conférence des parties (COP) sur les Conventions-cadres des Nations unies sur les changements climatiques et la lutte contre la désertification. Les AME sont intégrés dans les politiques et stratégies nationales dans le cadre de leur mise en œuvre. Ainsi, le pays a mis en place des politiques et programmes nationaux tels que la Politique nationale de protection de l’environnement (1998), la Politique nationale de gestion des ressources naturelles (2008), le Programme national de lutte contre la désertification, le Cadre stratégique d’investissement pour la gestion durable des terres (2010). Une Politique nationale autour des changements climatiques ainsi qu’une Stratégie nationale autour des changements climatiques et son Plan d’action ont été adoptées fin 2014. Toutefois, des défis demeurent dans leur mise en œuvre.

Début 2012, le gouvernement a préparé un cadre stratégique pour la croissance verte au Mali et mis en place un Fonds malien pour le climat (FMC) qui a été capitalisé à hauteur de 2.5 milliards XOF. Malgré ces efforts, une dégradation continue des ressources naturelles est observée – par exemple près de 100 000 hectares d’espaces boisés sont perdus chaque année. La crise de 2012 a également eu des effets importants sur l’environnement (sols pollués par les mines antipersonnel et contaminés par les pesticides, déchets produits par les combattants et le personnel déployé par la communauté internationale) avec des populations déplacées (150 000 personnes fin mai 2014 selon l’Office pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) des Nations unies) vers le sud du pays. Tout ceci appelle à une mise en œuvre accélérée des stratégies et politiques suscitées, avec une promotion accrue des énergies renouvelables.


JPEG - 98 ko
(Flickr - Nations-Unies)

Contexte politique

Le Mali a connu la plus grave crise de son histoire en 2012, avec le coup d’État perpétré le 22 mars 2012 et l’occupation pendant neuf mois, d’avril 2012 à janvier 2013, des régions du nord du pays par des groupes rebelles et/ou djihadistes. Les efforts déployés par la communauté internationale et les institutions régionales ont permis le retrait des putschistes et la mise en place d’un gouvernement de transition ainsi que la tenue de l’élection présidentielle (juillet 2013) puis des législatives (novembre-décembre 2013). Ces scrutins ont permis de ramener le pays à une vie constitutionnelle normale.

Au plan sécuritaire, les forces de l’ONU sont déployées sur l’ensemble du territoire malien pour soutenir les objectifs prioritaires tels que la sécurité, la stabilisation et la protection des civils, l’appui au dialogue politique national, la réconciliation nationale, le rétablissement de l’autorité de l’État dans tout le pays, la reconstruction du secteur malien de la sécurité, la promotion et la protection des droits de l’Homme, et l’aide humanitaire. En août 2014, la force militaire française « Serval » qui avait permis de reconquérir la majeure partie des régions du nord s’est retirée. Elle a cédé la place à l’opération française « Barkhane », basée au Tchad, dont le mandat régional vise les pays exposés au risque d’influence des groupes armés terroristes. Ces actions ont permis une certaine stabilisation du pays.

Toutefois, le processus de consolidation de la paix et de réconciliation nationale demeure confronté à quelques défis. Ni le gouvernement ni les groupes armés n’ont entièrement tenu leurs engagements dans la mise en œuvre de l’accord de Ouagadougou, négocié en juin 2013 avant l’élection présidentielle du mois d’août. La situation s’est fortement dégradée en mai 2014, suite à de violents affrontements entre les forces armées maliennes et les groupes armés dans la ville de Kidal, proche de la frontière algérienne. La signature d’un accord de cessez-le-feu, le 23 mai 2014, sous les auspices de l’Union africaine a permis de mettre fin aux hostilités, bien que des attaques sporadiques, entraînant parfois des pertes humaines, continuent de créer un climat d’insécurité dans le nord du pays.
Afin d’aboutir à un accord global de paix et de stabilité sécuritaire à long terme, le gouvernement et des groupes armés ont repris leurs négociations depuis le 16 juillet 2014. Il s’agit de mettre fin de façon définitive à des décennies de soulèvements dans le nord, et de combattre le terrorisme avec l’appui de la communauté internationale. Ces négociations ont lieu dans le cadre d’un dialogue inter-malien inclusif, sous la médiation de l’Algérie avec l’aide de la communauté internationale (CEDEAO, UA, ONU).


JPEG - 49.3 ko
Un croyant dans la mosquée de Djenné (Flickr - Nations-Unies)

Contexte social et développement humain

Développement des ressources humaines
Après la crise de 2012, des progrès ont été réalisés par les autorités pour promouvoir la parité entre les hommes et les femmes dans tous les domaines, y compris l’éducation. En effet, le taux brut de scolarisation (TBS) dans le premier cycle de l’enseignement fondamental est de 71 % en 2013 (72.1 % pour les filles). Cependant, des disparités régionales restent très importantes avec un TBS de 86.7 % à Bamako en 2014 et de 50 % à Tombouctou, soit un écart de 36.7 points. Concernant le taux brut d’admission (TBA) au premier cycle de l’enseignement fondamental, il est de 57.6 % en 2013 (contre 55.5 % pour les filles). Globalement, les régions de Mopti, Gao et Tombouctou ont les plus faibles taux d’admission. En matière de disparité entre filles et garçons, l’écart au plan national est favorable aux filles avec 64.8 % en 2012 et 58.2 % en 2013.

Le secteur de la santé est prioritaire, comme indiqué dans le Cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté (CSCRP 2012-17) et le Programme d’actions du gouvernement (PAG 2013-18). Le Programme décennal de développement social et sanitaire (Prodess) constitue le cadre de référence de la politique en la matière. Les dépenses de santé représentent environ 7 % des dépenses totales prévues dans la Loi de finances initiale de 2014. Toutefois, ce pourcentage reste en deçà de l’objectif de 15 % adopté dans la déclaration d’Abuja signée le 27 avril 2001 par les chefs d’État africains.

Des progrès ont été enregistrés en matière de santé, comme en témoigne l’évolution des principaux indicateurs entre 2001 et 2006 : l’indice synthétique de fécondité est passé de 6.8 à 6.6 ; le taux de mortalité infantile de 112.5 à 95.8 pour mille ; le taux de mortalité infanto-juvénile de 229 à 191 pour mille ; le taux de mortalité maternelle de 582 à 464 pour mille naissances ; la proportion des accouchements assistés de 40 % à 49 % ; le taux de couverture vaccinale des enfants de 12 à 23 mois de 29 % à 48 % ; le taux de prévalence du retard de croissance chez les enfants de moins de cinq ans de 38 % à 34 % ; le taux de prévalence du VIH/Sida de 1.7 % à 1.3 %. Néanmoins, au vu de ces chiffres, il est peu probable que le Mali atteigne à l’horizon 2015 les cibles fixées par les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) concernant la réduction de deux tiers de la mortalité infanto-juvénile (OMD 4) et la réduction aux trois quarts de la mortalité maternelle (OMD 5). En revanche, si les efforts actuellement déployés sont soutenus, le Mali est en bonne voie pour stopper la propagation du VIH/Sida et maîtriser le paludisme ainsi que les autres grandes maladies (OMD 6).

Des efforts ont été déployés ces dernières années pour réduire la malnutrition des enfants. En effet, la prévalence de la malnutrition chronique globale était de 27 % en 2011 contre 34 % en 2006 (EDS IV), et celle de la malnutrition aiguë globale de 10.4 % en 2011 (dont 2.2 % de malnutris aigus sévères) contre 15.2 % en 2006. Toutefois, cette tendance générale à la baisse ne suffira pas pour éradiquer la malnutrition d’ici 2015.

Par ailleurs, la crise multiforme et complexe (alimentaire, nutritionnelle et politico-sécuritaire) qui frappe le Mali depuis le premier trimestre 2012 a affecté la population malienne dans son ensemble, les plus vulnérables en particulier. Elle a engendré des conséquences négatives sur la situation nutritionnelle des enfants de moins de cinq ans et des femmes enceintes et allaitantes, avec un accès limité des partenaires opérationnels au nord du pays, un déplacement de populations à l’intérieur du pays, une interruption de l’offre de soins de la part des structures de santé, une dégradation des infrastructures sanitaires, le départ ou l’absence des autorités sanitaires et agents de santé, une perturbation de la chaîne d’approvisionnement en intrants (nutritionnels et autres médicaments de base) et l’impossibilité de mener des enquêtes nutritionnelles dans les régions du nord.


JPEG - 120.4 ko
Le fleuve Niger vers Ansongon (Flickr - Nations-Unies)

Réduction de la pauvreté, protection sociale et travail
Conséquence directe de l’instabilité politique et de l’occupation des régions du nord, la détérioration d’une situation sociale déjà fragile. Le Mali demeure parmi les pays à développement humain faible. Selon le rapport 2013 du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) sur le développement humain, le pays se classe au 182e rang sur 187 pays avec un indice de développement humain (IDH) de 0.36.
La pauvreté, pourtant, avait nettement reculé au Mali ces dernières années. Les enquêtes auprès des ménages semblent indiquer que le taux de pauvreté est passé de 55.6 % en 2001 à 47.5 % en 2006 et à 43.6 % en 2010. Il a augmenté en 2012, s’établissant à 42.7 %, contre 41.7 % en 2011.
La pauvreté de revenu reste un phénomène essentiellement rural, même si l’incidence de la pauvreté rurale est tombée de 65 % en 2001 à 51 % en 2010. L’extrême pauvreté a chuté au niveau national, passant de 32 % en 2001 à 22 % en 2011, avec des variations régionales manifestes. La baisse de la pauvreté entre 2001 et 2010 tient pour les deux tiers à la croissance et pour un tiers à une réduction des inégalités. Par rapport aux périodes de réduction de la pauvreté dans les autres pays africains, le Mali se distingue comme ayant bénéficié d’une croissance très favorable aux pauvres tout en souffrant parallèlement d’un taux de croissance insuffisant.

La légère baisse du taux de pauvreté n’a pas suffi pour réduire sensiblement le nombre des pauvres. Entre 2001 et 2010, ce nombre est passé de 5.7 à 6.4 millions de personnes. Le taux élevé de fécondité (6.7 enfants par femme) freine fortement la réduction de la pauvreté : il donne lieu à des ratios de dépendance importants, aggrave la mortalité maternelle et fait perdurer les inégalités entre les sexes dans divers secteurs. Il exerce aussi des pressions considérables sur les moyens dont dispose l’État pour assurer la prestation des services de base (éducation, santé, protection sociale, sécurité) à tous les citoyens.

Égalité homme-femme
Le Mali a ratifié les principaux instruments internationaux et régionaux relatifs aux droits des femmes, notamment la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW), la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relative aux droits des femmes en Afrique (CADHP), la Déclaration des chefs d’État africains sur l’égalité entre les femmes et les hommes et l’interdiction des mutilations génitales féminines.

Au plan national, les lois et les règlements en vigueur offrent les mêmes droits et les mêmes obligations aux hommes et aux femmes. Toutefois, le taux des femmes dans les institutions et organes décisionnels au Mali reste faible : sept maires femmes sur un 703, soit 1 % du total ; 418 conseillères communales sur 10 505, soit 3.9 % du total ; 14 députées sur 147 à l’Assemblée nationale, soit 9.52 % des sièges à l’issue des dernières élections législatives de novembre et décembre 2013. En outre, le gouvernement compte quatre femmes sur trente-six ministres, soit 11.11 % du total. En 2014, le pays se situe au 143e rang sur 187 pays classés en matière de promotion de l’égalité entre les sexes dans le rapport du Développement humain 2014 du PNUD. Par ailleurs, avec l’occupation des régions du nord par les groupes islamistes armés en 2012, la situation des femmes en particulier s’était fortement dégradée dans ces territoires. Les groupes armés qui occupaient cette zone ont commis plusieurs actes de violences physiques et morales contre les femmes et les filles (séquestrations, viols, imposition de restrictions dans les tenues vestimentaires, interdiction des réjouissances populaires et des rassemblements mixtes).

Le gouvernement met en œuvre la Politique nationale du genre (PNG-Mali), adoptée le 24 novembre 2010. Il a également élaboré en 2014 un projet de loi sur le quota homme femme dans les emplois publics, dont la mise en œuvre est attendue en 2015. Toutefois, si le cadre politique crée les conditions favorables à l’égalité de genre, il est limité par son manque d’opérationnalisation (absence d’actions concrètes et de suivi, insuffisance de ressources allouées au genre), ainsi que de mesures spécifiques en faveur de l’intégration du genre dans les organisations professionnelles et syndicales.
Analyse thématique : développement territorial et inclusion spatiale
Le territoire du Mali abrite un nombre important d’ethnies, avec un héritage historique et culturel riche et diversifié. Le pays conserve à la fois ses traditions comme l’oralité ou l’artisanat et s’ouvre depuis son Indépendance à la littérature, au théâtre, au cinéma et à la photographie. Le français est la langue officielle, qui n’est parlée que par une minorité de la population. Le bambara est la langue la plus parlée au Mali (50.3 % des locuteurs de plus de six ans selon le recensement de 1987), – avant le peul (10.7 %), le dogon (6.9 %), le songhaï (6.3 %) et le soninké (6.3 %).


JPEG - 178 ko
La région de Kidal (Flickr - Nations-Unies)

Les populations nomades et semi-sédentaires se trouvent au nord : Maures, Kountas et Touaregs représentent ensemble 10 % de la population et vivent dans les régions de Gao, Kidal et Tombouctou. La répartition des groupes ethniques sur le territoire dénote ainsi d’une exclusion spatiale, source de tensions politico-sécuritaires.
L’analyse pluriannuelle des situations récurrentes d’insécurité alimentaire a fait ressortir que les zones considérées comme particulièrement vulnérables sont situées dans les régions du nord (Gao, Tombouctou et Kidal), ainsi que dans la région de Mopti et dans les parties des régions de Ségou, Koulikoro et Kayes qui constituent le Sahel occidental du Mali. Dans ces régions, environ 166 communes ont été identifiées comme les plus vulnérables du pays. La situation récente sur le plan de la sécurité alimentaire reste préoccupante. L’inégalité alimentaire est très forte entre les régions administratives du pays, et au sein des régions elles-mêmes. Les régions de Sikasso, Koulikoro, Mopti, Kidal et Kayes sont les plus inégalitaires en termes de dépenses alimentaires tandis que Bamako, Tombouctou et Gao le sont moins.

Il existe des disparités dans la formation du capital humain selon les régions administratives. Une vue globale des statistiques montre que c’est dans le district de Bamako que le TNS est le plus élevé – et ce, pour chacune des trois années sous revue (2001, 2006, et 2010).

Concernant l’accès des individus aux services de santé, des disparités géographiques sont constatées. Le district de Bamako se détache comme étant l’entité géographique la mieux lotie, avec une proportion de 94 % de la population ayant accès aux services de santé dans un rayon de cinq kilomètres. Suivent les régions de Kayes et Ségou, avec un accès de 55 % des populations dans un rayon de 15 km, puis Sikasso et Tombouctou (51 %), Mopti (50 %), Koulikoro (47 %), Kidal (45 %) et Gao (42 %).

L’occupation des régions de Tombouctou, Gao, Kidal et d’une partie des régions de Mopti et Ségou par les groupes armés en 2012 s’est traduite par la destruction massive des édifices publics et privés, des équipements sociaux économiques et des moyens logistiques, le repli des responsables et des agents des services administratifs vers les zones sécurisées au sud du pays et surtout le déplacement de centaines de milliers de personnes à l’intérieur du pays et vers les pays voisins. Ainsi, après plus d’une année et demie dans cette situation, le grand défi pour les nouvelles autorités du Mali est de sortir rapidement le pays de la crise, par le rétablissement de l’intégrité du territoire national.

Le contexte de la sortie de crise justifie, durant cette phase cruciale de l’évolution des régions du nord, l’adoption d’une démarche de relance socioéconomique, afin de mettre les populations touchées au travail et d’insuffler une vision de développement sur le long terme.
Le retour des personnes réfugiées et déplacées posera des problèmes importants, non seulement de réinsertion, mais aussi de cohésion sociale, aussi bien entre les différentes communautés qu’en leur sein – tant les divisions héritées de la crise s’avèrent profondes. Dans un contexte où les relations traditionnelles intra et intercommunautaires sont en mutation, des individus qu’un grave conflit a opposés il y a peu de temps encore devront réapprendre à vivre ensemble, en évitant que les mêmes causes ne mènent à un nouveau conflit. La réconciliation nationale devra accompagner les efforts visant à restaurer et renforcer la cohésion sociale. La violence généralisée et les graves violations des droits humains auxquelles la crise de 2012 a donné lieu ont traumatisé la population. Les repères familiaux, les valeurs traditionnelles, l’ensemble des relations sociales ont été fragilisés. Le rétablissement d’interactions communautaires et interethniques normales et confiantes n’en sera que plus difficile. Si la rupture entre les communautés ethniques ne semble pas irrémédiable, un processus de dialogue et de réconciliation est indispensable afin de jeter les bases d’une normalisation des relations intercommunautaires.

La dimension régionale des conflits et de la nécessaire réconciliation doit aussi être prise en considération ; le gouvernement malien a d’ailleurs déjà initié des Assises locales et régionales qui vont dans ce sens. Dans toutes les régions du Mali, le maintien des conditions de coexistence pacifique, dans un contexte où les sensibilités sont aussi exacerbées, requiert en priorité la remise en place d’un appareil de justice crédible.

La densité de la population, très variable, passe de 90 habitants par km² dans le delta central du Niger à moins de 5 habitants par km² dans la région saharienne du nord du pays. La population est concentrée dans la partie sud du pays et le long du fleuve Niger. Selon les estimations faites par la Direction nationale de la population pour le compte de l’UEMOA, la population totale serait passée de 14.53 à à 16. 32 millions d’habitants entre 2009 et 2012. Les analyses effectuées à la suite du recensement de 2009 montrent que le Mali présente les caractéristiques suivantes :

Un fort taux de croissance démographique
La prédominance des jeunes et des femmes
Une part de la population potentiellement inactive (0-14 ans et 65 ans et plus) plus élevée que la population potentiellement active (15-64 ans).
Une urbanisation et un exode rural accélérés, ainsi qu’une émigration persistante des jeunes vers d’autres pays, deux phénomènes qui vident les zones rurales de leurs forces vives.
Une insuffisance quantitative et qualitative des données sociodémographiques et économiques pour une meilleure prise en compte des questions de population dans la planification du développement.
Cette forte croissance démographique, jointe à la récession qui a accompagné la crise de 2012, rend les jeunes encore plus vulnérables et facilement mobilisables pour des activités illégales ou déstabilisantes.
Le défi majeur dans les régions affectées par la crise continue de se poser en ces termes : dans un contexte de changements climatiques profonds, l’intensification et la modernisation de l’agriculture doivent être compatibles avec la préservation de l’environnement et des ressources naturelles pour les générations futures. Dans ce contexte, il est clair que pour le Mali, la lutte contre les effets néfastes des changements climatiques dans les régions du nord permettra de protéger les couches sociales démunies, marginalisées et pauvres qui sont en réalité les plus exposées et les plus vulnérables face à cette menace climatique.
Les écosystèmes des régions du nord sont très fragiles et subissent des dégradations dont les plus importantes sont : la perte de la couverture végétale (déforestation, perte de la biodiversité, désertification), l’érosion éolienne avec l’ensablement des points d’eau, la formation de dunes, la dégradation de la fertilité des sols, la perte des surfaces productives, l’érosion hydrique et la dégradation des ressources en eaux souterraines et des oasis. Les causes de ces dégradations sont à la fois naturelles et humaines.


JPEG - 138.8 ko
Kidal (Flickr - Nations-Unies)

Jean Baptiste Epelekou
Journaliste-Animateur Unesco
Expert en Développement
epelekou.citrr@gmail.com

Même thématique

Photographie de presse / Dessin de presse

Tunisie - Tunis
Tunisie - Tunis ©Arnaud Galy
ouvrir la galerie TUNISIE, instantanés !
©Ramzy Bensaadi
ouvrir la galerie ALGERIE - la vision noire et blanche de Ramzy Bensaadi.
©http://www.patriciawillocq.com/
ouvrir la galerie RD CONGO - Blanc Ebène par Patricia Willocq
Ph : Flickr - Yann Gar
Ph : Flickr - Yann Gar
ouvrir la galerie BELGIQUE - Bruxelles - les humeurs d’une ville
Ph : Baptiste de Ville d'Avray - www.baptiste-dva.fr - 5
Ph : Baptiste de Ville d’Avray - www.baptiste-dva.fr - 5
ouvrir la galerie MAROC - les photos de Baptiste de Ville d’Avray
Ph : Laurent Catach - http://laurentcatach.wixsite.com/photos - (...)
Ph : Laurent Catach - http://laurentcatach.wixsite.com/photos - 5
ouvrir la galerie VIETNAM - les photos de Laurent Catach
... et le roi de quoi ?
... et le roi de quoi ?
Photo : Arnaud Galy (2006)
ouvrir la galerie FRANCE - Le Festival International de la BD - Angoulême - GRAND TOUR 2017
Quand les claviers rencontrent les pinceaux.
Quand les claviers rencontrent les pinceaux.
Ph : Arnaud Galy - Agora
ouvrir la galerie POLOGNE - Théâtre francophone - Résidence à Zabrze - GRAND TOUR 2017
©Arnaud Galy / ZigZag
ouvrir la galerie SÉNÉGAL - Balade dans Saint-Louis
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 5
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 5
ouvrir la galerie CAMBODGE - les photos de nate q (Flickr)
Ph : Yan Buske - MNHN / Madibenthos - 4
Ph : Yan Buske - MNHN / Madibenthos - 4
ouvrir la galerie MARTINIQUE / France - Les photos de l’expédition Madibenthos
cristian munteanu - bucarest - 2014
cristian munteanu - bucarest - 2014
ouvrir la galerie ROUMANIE - instantanés - FaceBook : Street View Photography Romania
Lausanne - Ph : Flickr - gustave deghilage
Lausanne - Ph : Flickr - gustave deghilage
ouvrir la galerie SUISSE - Des villes, de l’eau et des montagnes...
Tajine à la parisienne !
Tajine à la parisienne !
Ph : Arnaud Galy - Agora francophone
ouvrir la galerie MAROC - Festival "On marche" à Marrakech - GRAND TOUR 2017
Mantella Aurantiaca
Mantella Aurantiaca ©Frank Vassen / Flickr
ouvrir la galerie MADAGASCAR - éloge de la diversité ! (Ph : Frank Vassen / Flickr)
Ph : Antoine Boureau - www.antoine-photos.com - 14
Ph : Antoine Boureau - www.antoine-photos.com - 14
ouvrir la galerie SAO - TOME et PRINCIPE - les photos d’Antoine Boureau