logo site

Pays & régions n°24

NOUVEAU-BRUNSWICK - Par Pascal Raiche-Nogue

NOUVEAU-BRUNSWICK - Par Pascal Raiche-Nogue

Année Francophone Internationale 2015 - 2016




JPEG - 122.9 ko
Loin des oléoducs ! (Flickr - mrbanjo1138)

POLITIQUE

JPEG - 108.6 ko
David Alward, l’ex-premier ministre du NB lors de la dernière campagne électorale, en septembre 2014 (Acadie Nouvelle - Pascal Raiche-Nogue)

L’année politique a été marquée par les élections provinciales du 22 septembre 2014. Le gouvernement sortant progressiste-conservateur du Premier ministre David Alward a alors tenté d’obtenir un deuxième mandat. Les quatre années passées au pouvoir l’avaient énormément affaibli. L’économie était morose et les progressistes-conservateurs n’avaient pas réussi à équilibrer le budget comme ils l’avaient promis lors de la campagne de 2010.

Depuis plusieurs mois les libéraux de Brian Gallant, qui formaient l’opposition officielle, menaient largement dans les sondages d’opinion. C’est donc eux qui avaient le plus à perdre dans cette lutte électorale qui paraissait gagnée d’avance. Les progressistes-conservateurs ont foncé pendant la campagne en jouant constamment la carte des ressources naturelles. Ils ont tenté de dépeindre les libéraux comme des freins au développement et ont adopté le slogan « Disons oui ». Les libéraux ont quant à eux présenté un programme misant sur la création d’emplois et sur un changement de direction. La stratégie des progressistes-conservateurs a presque fonctionné. La popularité des libéraux a fondu comme neige au soleil pendant la campagne électorale. Ils ont fini par remporter 27 sièges, tandis que les progressistes-conservateurs s’en sont bien tirés, avec 21 sièges.

Fait intéressant à noter : le Parti vert a remporté un siège pour la première fois de l’histoire de la province. Son chef, David Coon, a défait un ministre influent ainsi qu’un poids lourd du Nouveau Parti démocratique pour l’emporter dans la capitale. David Coon est rapidement devenu l’une des voix de l’opposition les plus fortes à l’Assemblée législative. Sans surprise, il s’est intéressé aux questions environnementales, mais il a aussi mené la charge dans des dossiers tels que l’abaissement de l’âge de vote de 18 à 16 ans.
Quant au Nouveau Parti démocratique, qui avait atteint des sommets dans les sondages entre les deux élections, il n’a pas réussi à faire élire de candidat. Son chef, Dominic Cardy, a offert sa démission à l’exécutif de son parti, qui l’a refusée. Il est donc resté en poste.
Au soulagement de la communauté francophone, l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick n’a pas réussi à effectuer une percée. Ce parti populiste et marginal tente régulièrement d’attirer une partie de l’électorat anglophone en s’en prenant aux acquis de la minorité francophone.

Un départ sur les chapeaux de roue
Lorsqu’ils ont pris le pouvoir, les libéraux n’ont pas tardé à laisser leur marque. Ils ont adopté un moratoire sur l’exploitation du gaz de schiste. Moratoire qui sera levé lorsque certaines conditions environnementales, économiques et sociales seront remplies. Ils ont amélioré l’accès à l’avortement. Le Nouveau-Brunswick était, et demeure, l’une des provinces canadiennes où l’accès à l’avortement est le plus restreint.

Sur le plan économique, le gouvernement libéral a lancé ce qu’il a nommé la « Révision stratégique des programmes ». Il s’agit d’un processus de consultations publiques, d’examens et de diverses évaluations afin de trouver le moyen de réduire le déficit budgétaire. Il dit qu’il y arrivera en réduisant ses dépenses et en augmentant ses revenus. Quelques mesures mineures ont déjà été annoncées dans le budget 2015-2016, déposé en mars 2015. Certains aînés demeurant dans un foyer de soins devront payer davantage, des programmes d’aide aux diplômés ont été abolis ou comprimés et des postes d’enseignants ont été abolis.
C’est lors du dépôt du budget 2016-2017 que la majeure partie des changements seront annoncés, répètent sans cesse les ministres. Des fermetures d’hôpitaux et d’écoles, l’imposition de nouvelles taxes et l’ajout de postes de péage routiers sont pourraient être à prévoir. Cette révision doit permettre de gratter les fonds de tiroirs pour trouver jusqu’à 600 millions $. Cela semble peu, mais c’est énorme pour le gouvernement du Nouveau-Brunswick, dont le dernier budget annuel était d’environ 8,4 milliards $.

ÉCONOMIE

Chaque année, lorsque vient le temps de faire le point sur l’économie néo-brunswickoise, le constat est le même : ça va mal. À défaut de vouloir se répéter, les derniers mois n’ont pas fait exception à la règle.
Quelques semaines avant les élections provinciales, une mise à jour du ministère des Finances a indiqué que le déficit budgétaire du gouvernement avait légèrement diminué pour se chiffrer à 387 millions $. Le budget annuel du gouvernement se chiffrait à environ 8,4 milliards $. Lors de la campagne électorale de septembre 2014, les libéraux ont promis d’éliminer le déficit en six ans, et d’investir dans les infrastructures pour relancer l’économie, tout en effectuant une évaluation en profondeur de tous ses programmes. Le déficit a gonflé dans leur premier budget pour atteindre 477 millions $. Au cours des mois qui ont suivi, l’économie n’a pas repris du poil de la bête comme l’espérait le gouvernement. Le taux de chômage a continué d’augmenter pour atteindre 11 % en juillet. Le nombre net d’emplois a poursuivi sa chute.

Certains facteurs hors du contrôle du gouvernement provincial étaient pourtant alignés pour aider le Nouveau-Brunswick : les prix du pétrole ont été bas au cours de la dernière année, tout comme la valeur du dollar canadien. Ces deux éléments sont généralement perçus comme étant positifs au Nouveau-Brunswick. Les faibles prix du pétrole donnent un coup de pouce aux entreprises, tandis qu’un dollar canadien en perte de vitesse facilite l’exportation de produits vers les États-Unis (tels que le bois et les fruits de mer) et l’attraction de touristes américains. Mais la baisse des cours du pétrole a affecté durement les provinces productrices de pétrole, dont l’Alberta et Terre-Neuve-et-Labrador, qui ont vu de nombreuses entreprises pétrolières mettre un frein à leurs investissements et mettre à pied des milliers d’employés.

Comme de nombreux Néo-Brunswickois travaillent en Alberta et à Terre-Neuve-et-Labrador, attirés par des salaires élevés et la promesse d’une meilleure vie, le Nouveau-Brunswick a indirectement subi les foudres de la baisse des cours du pétrole. Des travailleurs qui étaient habitués de gagner des salaires très élevés dans les sables bitumineux ou dans les chantiers se sont retrouvés sans emploi et ont arrêté de faire rouler l’économie néo-brunswickoise. Certains sont revenus chez eux pour de bon et ont fait grossir les rangs des chômeurs.

JPEG - 64.1 ko
(Flickr - stan lupo)

À pas de tortue
Pendant ce temps, certains projets qui pourraient contribuer à relancer l’économie néo-brunswickoise piétinent. La construction d’un oléoduc ouest-est visant à transporter plus d’un million de barils de pétrole des sables bitumineux de l’Alberta vers le Québec et le Nouveau-Brunswick accuse des retards. Elle n’a pas encore été approuvée par l’Office national de l’énergie, l’organe fédéral qui réglemente les oléoducs. L’exploitation des réserves de gaz de schiste, qui pourraient s’avérer majeures au Nouveau-Brunswick, piétine aussi. Le gouvernement progressiste-conservateur souhaitait favoriser pleinement le développement de cette industrie avant sa défaite aux élections du 22 septembre 2014. Comme ils l’avaient promis lors de la campagne électorale, les libéraux ont imposé un moratoire sur la fracturation hydraulique, une technique controversée d’extraction du gaz. Ils veulent s’assurer que quelques conditions sociales, environnementales et économiques soient remplies avant de donner le feu vert à l’industrie.


JPEG - 182.6 ko
S’il se concrétise, l’oléoduc Énergie Est permettra à la pétrolière néo-brunswickoise Irving Oil de diversifier ses sources d’approvisionnement. Ici, la raffinerie de pétrole d’Irving Oil à Saint-Jean, au NB (Acadie Nouvelle - Pascal Raiche-Nogue)

SOCIÉTÉ - CULTURE

Au cours des derniers mois, les relations entre les deux communautés linguistiques officielles du Nouveau-Brunswick, les francophones et les anglophones, se sont envenimées.
Des groupes Facebook anti-bilinguisme ont attiré des milliers d’internautes. Des pétitions contre divers acquis des francophones ont circulé et ont été signées par des milliers de gens. Dans ces cercles, on lit régulièrement des commentaires qui peuvent carrément être qualifiés de francophobes. On reproche à la minorité linguistique d’être la cause de l’économie morose, puisque les services qu’elle reçoit dans sa langue sont dispendieux.
Ce sentiment ne date pas d’hier, il ne fait que remonter à la surface. La situation est de plus en plus tendue, mais reste néanmoins nettement « moins pire » qu’au début des années 1990. À l’époque, un parti anti-bilinguisme, le Confederation of Regions, a formé l’opposition officielle pendant quatre ans. Les relations entre les anglophones et les francophones étaient alors pourries. La recrudescence actuelle de l’anti-bilinguisme coïncide avec l’arrivée au pouvoir des libéraux, dont le chef est un francophone, Brian Galant. Les principaux ministères, soit l’Éducation, la Santé, l’Éducation postsecondaire et les Finances sont détenus par des francophones. Certaines personnes voient là un signe que les francophones prennent trop de place dans la société néo-brunswickoise et qu’ils veulent dominer les anglophones. Cette analyse ne tient pas la route, puisque les deux Premiers ministres qui ont précédé Brian Gallant étaient anglophones et que le pouvoir économique de la province reste largement entre les mains d’anglophones, dont les familles Irving (pétrole, bois, transport, médias, etc.) et McCain (produits alimentaires).


JPEG - 357.6 ko
Une manifestation contre les acquis des francophones a eu lieu en mai 2015 devant l’Assemblée législative du NB, à Fredericton (Acadie Nouvelle - Mathieu Roy-Comeau)

Des dossiers linguistiques bouclés
L’arrivée des libéraux au pouvoir a aussi amené un changement de cap dans certains dossiers linguistiques. Comme ils l’avaient promis en campagne électorale, ils ont adopté une approche plus conciliatrice en ce qui a trait aux revendications de la communauté francophone. Cela n’est sans doute pas étranger à l’arrivée du professeur de droit et constitutionnaliste Serge Rousselle au sein du cabinet libéral. Il a été nommé ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance peu après les élections.
Lorsqu’ils ont été élus, les libéraux se sont retrouvés avec des dossiers qui étaient sur le point de se retrouver devant les tribunaux. Le gouvernement progressiste-conservateur n’avait pas voulu accorder aux francophones ce qu’ils voulaient et n’avait pu éviter que ces derniers se tournent vers les tribunaux.
Les négociations ont repris dans certains dossiers et ont permis de dénouer des impasses. Ce fut le cas pour la question du redécoupage de la carte électorale. En gros, le gouvernement précédent a fait passer le nombre de circonscriptions de 55 à 49 et a mis sur pied une commission chargée de redécouper la carte électorale. Un redécoupage du genre a lieu périodiquement au Nouveau-Brunswick. Les règles de cette redistribution des circonscriptions ont cependant été resserrées, ce qui a donné très peu de marge de manœuvre aux commissaires. Sans surprise, le redécoupage n’a pas fait que des heureux. Certaines communautés francophones sont passées de circonscriptions francophones à des circonscriptions anglophones. Le gouvernement progressiste-conservateur a refusé de faire quoi que ce soit pour calmer le jeu. Lorsque le gouvernement sortant a été envoyé dans l’opposition, les nouveaux maîtres de l’Assemblée législative ont été plus conciliateurs. Les libéraux ont accepté d’assouplir les règles en vue du prochain redécoupage, qui aura lieu entre 2022 et 2024. En échange, les associations francophones ont accepté de laisser tomber leur poursuite judiciaire.

JPEG - 61.6 ko
Pascal Raiche-Nogue
Journaliste à l’Acadie Nouvelle
raichenogue@gmail.com

Photo du logo : Flickr - maxgag

Même thématique

Photographie de presse / Dessin de presse

Tunisie - Kairouan
Tunisie - Kairouan ©Arnaud Galy
ouvrir la galerie TUNISIE, instantanés !
©Ramzy Bensaadi
ouvrir la galerie ALGERIE - la vision noire et blanche de Ramzy Bensaadi.
©http://www.patriciawillocq.com/
ouvrir la galerie RD CONGO - Blanc Ebène par Patricia Willocq
Ph : Flickr - jérémie jaspart
Ph : Flickr - jérémie jaspart
ouvrir la galerie BELGIQUE - Bruxelles - les humeurs d’une ville
Ph : Baptiste de Ville d'Avray - www.baptiste-dva.fr - 9
Ph : Baptiste de Ville d’Avray - www.baptiste-dva.fr - 9
ouvrir la galerie MAROC - les photos de Baptiste de Ville d’Avray
Thierry Lepaon, délégue interministériel à la langue française.
Thierry Lepaon, délégue interministériel à la langue française.
Photo : Arnaud Galy - Agora Francophone
ouvrir la galerie FRANCE - Dis-moi dix mots à l’Académie française - GRAND TOUR 2017
Ph : Laurent Catach - http://laurentcatach.wixsite.com/photos - (...)
Ph : Laurent Catach - http://laurentcatach.wixsite.com/photos - 14
ouvrir la galerie VIETNAM - les photos de Laurent Catach
Usant le festival !
Usant le festival !
Photo : Arnaud Galy (2017)
ouvrir la galerie FRANCE - Le Festival International de la BD - Angoulême - GRAND TOUR 2017
Décors minier pour résidence artistique !
Décors minier pour résidence artistique !
Ph : Arnaud Galy - Agora
ouvrir la galerie POLOGNE - Théâtre francophone - Résidence à Zabrze - GRAND TOUR 2017
©Arnaud Galy / ZigZag
ouvrir la galerie SÉNÉGAL - Balade dans Saint-Louis
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 8
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 8
ouvrir la galerie CAMBODGE - les photos de nate q (Flickr)
Ph : Manuel Caballer - MNHN / Madibenthos - 2
Ph : Manuel Caballer - MNHN / Madibenthos - 2
ouvrir la galerie MARTINIQUE / France - Les photos de l’expédition Madibenthos
cristian daydreamerro - bucarest 2 - 2015
cristian daydreamerro - bucarest 2 - 2015
ouvrir la galerie ROUMANIE - instantanés - FaceBook : Street View Photography Romania
Genève - Ph : Flickr - luis marina
Genève - Ph : Flickr - luis marina
ouvrir la galerie SUISSE - Des villes, de l’eau et des montagnes...
Shapers / Ex Nihilo (Egypte - Espagne - France - Maroc)
Shapers / Ex Nihilo (Egypte - Espagne - France - Maroc)
Ph : Arnaud Galy - Agora francophone
ouvrir la galerie MAROC - Festival "On marche" à Marrakech - GRAND TOUR 2017
Sifaka couronné
Sifaka couronné ©Frank Vassen / Flickr
ouvrir la galerie MADAGASCAR - éloge de la diversité ! (Ph : Frank Vassen / Flickr)
Ph : Antoine Boureau - www.antoine-photos.com - 19
Ph : Antoine Boureau - www.antoine-photos.com - 19
ouvrir la galerie SAO - TOME et PRINCIPE - les photos d’Antoine Boureau