logo site

Diversité culturelle

CONGO / Francophonie - SONY LABOU TANSI

CONGO / Francophonie - SONY LABOU TANSI

Entretien : Bernard Magnier, ami de l’écrivain et auteur de la pièce...




UNE ŒUVRE MAJEURE D’UNE ÉVIDENTE ACTUALITÉ


JPEG - 47.4 ko
Sony Labou Transi - Ph : Aimablement prêtée par le Tarmac

Le Tarmac : Pouvez-vous nous dire comment est née l’idée de ce spectacle ?

Bernard Magnier : C’est une commande du comédien et metteur en scène Hassane Kouyaté qui souhaitait depuis longtemps aborder l’œuvre de Sony Labou Tansi. Nous en avons parlé et de cet échange est née l’idée d’un spectacle qui présenterait l’itinéraire de l’écrivain et tenterait une traversée de l’œuvre. En outre, pour le 20e anniversaire de sa mort, il me semblait important de saluer cet écrivain qui, en quelques années de création romanesque et dramaturgique, a bouleversé la scène littéraire africaine.

JPEG - 62.5 ko
Bernard Magnier - Ph : Aimablement prêtée par le Tarmac

Comment avez-vous rencontré Sony Labou Tansi ?

J’ai lu en 1979, son premier roman, La Vie et demie. Ce fut un choc. Il y avait là quelque chose de neuf, tant dans le propos que dans la manière de le dire ou, plus exactement, de le crier. J’ai tout de suite souhaité entrer en contact avec l’auteur pour un entretien et lui demander des poèmes car je constituais à l’époque une petite anthologie pour la revue Encres Vives. Je lui ai écrit par l’intermédiaire de son éditeur. Il m’a répondu très vite, et nous nous sommes rencontrés pour la première fois, à Lomé, au début de l’année 1980. Et de nos relations littéraires est née une amitié qui n’a jamais cessé jusqu’à sa mort en 1995.

Quel genre d’homme était-il ?

Très accessible et très simple. Très attentif aux autres, aux voisins du quartier comme au journaliste venant l’interviewer ou à l’écrivain lui présentant ses premiers textes. À ses amis, il aimait adresser des signes, une attention. C’était une visite surprise, un coup de téléphone, un message (bien qu’il détestait les répondeurs), une carte postale (parfois avec des adresses incomplètes), un cadeau. Il était le même à Brazzaville et à Paris. Et contrairement à ce que d’aucuns ont pu dire, quelqu’un qui, avec moi, n’a jamais changé. Son tour de tête n’a pas pris un centimètre. C’était toujours le même béret qui le coiffait.


JPEG - 284.9 ko
Dernières répétitions avant la présentation au public - Ph : Pierre Van Eechaute

BON NOMBRE D’ÉCRIVAINS SE SONT ENGOUFFRÉS DANS LES BRÈCHES QU’IL A SU OUVRIR

Qu’a t-il apporté aux littératures africaines ?

Il a ouvert des possibles ! Bon nombre d’écrivains se sont engouffrés dans les brèches qu’il a su ouvrir, ici et là. Lorsque vous interrogez les écrivains africains -qui ont été ses contemporains ou qui sont ses cadets- presque tous le citent comme une référence. Son nom est souvent associé à celui d’Ahmadou Kourouma pour être, l’un avec Les Soleils des indépendances en 1968, et l’autre avec La Vie et demie en 1979, deux créateurs charnières dans l’histoire littéraire francophone africaine. La dimension théâtrale de son œuvre, le fait qu’avec sa troupe, le Rocado Zulu Théâtre, il ait pu présenter ses pièces devant les publics africains et européens, et même américains, contribuent évidemment à cette reconnaissance. Il faut hélas ajouter la brièveté de sa carrière, sa disparition à l’âge de 47 ans, sa personnalité et son engagement qui en ont fait une personnalité emblématique sur le continent africain, auteur d’une œuvre souvent hélas pas assez lue.

Comment Sony Labou Tansi a t-il obtenu cette reconnaissance internationale qui fut la sienne, à un moment où peu d’auteurs bénéficiaient d’une telle attention ?

Sony a bénéficié de l’admiration -qui s’est souvent mêlée à de la complicité et de l’amitié- de bon nombre de personnes en Europe. RFI a été une première caisse de résonance internationale par le biais des concours de théâtre et de nouvelles dont il a été, à plusieurs reprises, lauréat. Les éditions du Seuil ont publié ses six romans de 1979 à 1995 et ont largement contribué à sa dimension internationale. Sur le plan théâtral, le premier homme de théâtre européen à s’intéresser à son travail a été Guy Lenoir qui est allé, en 1984, au Congo, jouer La peau cassée avec le Rocado Zulu Théâtre. Par la suite, en 1985, Gabriel Garran, fondateur du Théâtre international de langue française, monte au Théâtre National de Chaillot à Paris, Je Soussigné cardiaque, et Monique Blin, directrice du Festival des francophonies de Limoges, l’invite pour la première fois avec sa troupe. Il y est ensuite régulièrement invité, présentant à chaque fois une pièce nouvelle dans une mise en scène co-signée avec un metteur en scène français : Pierre Vial, Daniel Mesguich, Michel Rostain et Jean-Pierre Klein qui n’est jamais rentré de Brazzaville, victime de l’attentat du DC10 au dessus du Ténéré en 1989. Ses pièces (six d’entre elles éditées par les Éditions Lansman) ont ainsi été jouées à Paris mais aussi à Belgique, en Italie, en Allemagne ou à New-York, tout en étant toujours créées à Brazzaville. Tout partait de Brazzaville et tout y revenait.

TOUT PARTAIT DU CONGO ET TOUT Y REVENAIT

Bien que souvent sollicité, Sony Labou Tansi est toujours demeuré au Congo, comment expliquez-vous cet attachement ?

C’est un point essentiel dans sa démarche de créateur. Sony Labou Tansi est toujours resté fidèle au Congo, à Brazzaville, à Makélékélé, le quartier où il habitait. Et s’il venait souvent en France pour le lancement de ses romans ou pour présenter ses pièces de théâtre, il n’a jamais quitté cet environnement congolais consubstantiel à son œuvre. Il avait besoin de cela pour écrire, même s’il lui arrivait d’écrire en d’autres lieux. Une fois encore, tout partait de là et tout y revenait. Il écrivait à Brazzaville mais aussi là où il se trouvait… Il écrivait tout le temps, surtout la nuit. Sur des petits cahiers d’écolier qu’il remplissait de la marge au bord extérieur et de la première à la dernière page. Une soixantaine d’entre eux ont été sauvés. Ils sont à la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges. C’est extrêmement émouvant de feuilleter ces cahiers. C’est aussi extrêmement rare (et le sera de plus en plus !) d’avoir sous les yeux plusieurs versions écrites à la main d’un même texte, d’un même roman. On voit le travail de l’écrivain, ses hésitations, ses choix, ses repentirs comme on dit en peinture. L’évolution de son écriture, de la graphie est aussi extrêmement émouvante.

Aujourd’hui qu’en est-il de son œuvre ?

Elle est étudiée dans plusieurs universités africaines et dans le monde. Elle appartient à l’histoire littéraire du XXe siècle. Son nom est connu en Afrique, au-delà de l’œuvre, il est un symbole, une figure de rebelle. Mais il faut reconnaître que, durant ces 20 dernières années, peu de ses pièces ont été montées. Plusieurs œuvres inédites ont néanmoins été publiées, en particulier des poèmes qu’il n’avait jamais pu publier de son vivant, des correspondances, des pièces, etc. Plusieurs initiatives sont annoncées à l’occasion du vingtième anniversaire de sa mort : les éditions Lansman ont réédité les six pièces de leur catalogue, d’autres initiatives éditoriales sont annoncées, des lectures sont programmées, un colloque est en préparation, une exposition qui lui est consacrée va être réalisée par la Bibliothèque de Limoges et sera présentée à Brazzaville et dans différents lieux, en Europe et en Afrique…


JPEG - 210.2 ko
Dernières répétitions avant la présentation au public - Ph : Pierre Van Eechaute

VOIR ET ENTENDRE SONY LABOU TANSI

Vous avez donc imaginé cette pièce. Comment l’avez vous conçue ?

Nous voulions un spectacle léger, susceptible d’être présenté un peu partout. J’ai donc imaginé un dialogue entre deux comédiens. L’un est Sony Labou Tansi (interprété par Marcel Mankita) et porte sa parole. L’autre, un lecteur, passeur (Criss Niangouna), feuillette l’œuvre de l’écrivain, relate sa destinée et dialogue avec lui. Tous deux devenant les interprètes de quelques brefs passages de pièces choisis dans son œuvre.

Verra t-on Sony Labou Tansi ? L’entendra t-on ?

Oui effectivement quelques rares vidéos permettront de voir le personnage, des documents sonres permettront de l’entendre, mais ce sont surtout ses mots qui seront présents car toutes les paroles du comédien qui interprétera Sony seront « du » Sony Labou Tansi. Des phrases extraites de ses œuvres, des multiples textes (préfaces, notes d’intention, lettres ouvertes, etc) qu’il écrivait et dispersait au gré des sollicitations, des fragments de courrier, des paroles recueillies en interview. Sony dira du Sony !

Pourquoi avoir choisi ce titre Sony Congo ? Et ce sous-titre « la vie chouette petite vie bien osée de Sony Labou Tansi » ?

Le titre veut souligner l’appartenance de l’écrivain à la grande nation Congo (que nous aurions pu écrire Kongo), tant il lui semblait important de dépasser les frontières héritées de la colonisation et retrouver l’aire culturelle dans sa dimension originelle. Le sous-titre est emprunté à une de ses pièces intitulée Une chouette petite vie bien osée. Il me semblait que ce titre correspondait assez bien à sa destinée et cela me permettait de le rendre présent dès le titre.

Quelles ont été vos intentions en écrivant ce texte ?

Faire connaître ou permettre de retrouver cette voix singulière, donner envie de lire cet écrivain, de l’entendre, de monter ses pièces. En retraçant son itinéraire, découvrir quelques facettes de sa personnalité, montrer le processus d’écriture, la démarche de création. Enfin, bien sûr, saluer l’ami et donner un aperçu d’une œuvre d’une grande et évidente actualité.


Programme du 14 février


Le grain de sel d’AGORA !

- Qu’en est-il du côté subversif de son œuvre ?

Son écriture est d’une grande subversion, d’une originalité dérangeante. De ce point de vue, il demeure subversif, en particulier auprès des jeunes écrivains qui reconnaissent en lui un "ouvreur de possible", un repère. Mais il l’est aussi pour chaque lecteur, tant ses propos sont d’actualité. Lors des répétitions du spectacle nous avons été frappés par la pertinence et la résonance de ses mots.
Les deux citations, retenues il y a plus d’un an, qui terminent le spectacle (" J’écris pour être vivant. Pour le demeurer. Je sais que je mourrai vivant." / "L’art continue sa route. Il respire. Il conspue les modes. Il aura le dernier mot.") me paraissent d’une grande actualité !

En quoi le contexte politique du continent et du Congo a-t-il été un terreau pour sa réflexion ?

Il avait besoin de son environnement congolais. Il le disait, l’affirmait. Contrairement à ce qui est dit parfois, il n’a jamais quitté Brazzaville et, même s’il venait souvent en Europe (pour la sortie de ses livres, pour les représentations de ses pièces, pour répondre à diverses invitations), sa terre était congolaise. Son propos était africain mais comme il le disait les "dictateurs sud-américains ou les colonels grecs n’étaient pas loin". Et les échos dans le monde d’aujourd’hui ne manquent pas !

- Son engagement politique, au delà de la littérature, est-il marginal ou significatif ?

Il a été député de son quartier de Brazzaville, il y avait là un engagement réel, une volonté d’être au cœur de la vie de la cité, y compris par l’action politique directe. Ses dernières années, sans jamais cesser d’écrire, il consacrait une large part de son temps à cet engagement, au détriment sans doute de son travail théâtral, en particulier avec sa troupe.

- Dans un écrit pour la Bibliothèque francophone de Limoges vous avez écrit que Sony Labou Transi avait su éviter "les Africanités"... pouvez-vous préciser votre pensée ?

En utilisant ce mot je souhaitais dire que Sony avait su éviter les clichés, les évidences, les propos attendus sur l’Afrique, sur le Congo. Tout en gardant un ancrage résolument congo à ses écrits, il avait su donner une dimension universelle.

Même thématique

Photographie de presse / Dessin de presse

Tunisie - Tunis
Tunisie - Tunis ©Arnaud Galy
ouvrir la galerie TUNISIE, instantanés !
©Ramzy Bensaadi
ouvrir la galerie ALGERIE - la vision noire et blanche de Ramzy Bensaadi.
©http://www.patriciawillocq.com/
ouvrir la galerie RD CONGO - Blanc Ebène par Patricia Willocq
Ph : Flickr - Yann Gar
Ph : Flickr - Yann Gar
ouvrir la galerie BELGIQUE - Bruxelles - les humeurs d’une ville
Ph : Baptiste de Ville d'Avray - www.baptiste-dva.fr - 4
Ph : Baptiste de Ville d’Avray - www.baptiste-dva.fr - 4
ouvrir la galerie MAROC - les photos de Baptiste de Ville d’Avray
Impressionnante coupole !
Impressionnante coupole !
Photo : Arnaud Galy - Agora Francophone
ouvrir la galerie FRANCE - Dis-moi dix mots à l’Académie française - GRAND TOUR 2017
Ph : Laurent Catach - http://laurentcatach.wixsite.com/photos
Ph : Laurent Catach - http://laurentcatach.wixsite.com/photos
ouvrir la galerie VIETNAM - les photos de Laurent Catach
Un p'tit creux mon grand ?
Un p’tit creux mon grand ?
Photo : Arnaud Galy (2013)
ouvrir la galerie FRANCE - Le Festival International de la BD - Angoulême - GRAND TOUR 2017
Sufo, Eva, Elise... Elise rencontrent des lycéens.
Sufo, Eva, Elise... Elise rencontrent des lycéens.
Ph : Arnaud Galy - Agora
ouvrir la galerie POLOGNE - Théâtre francophone - Résidence à Zabrze - GRAND TOUR 2017
©Arnaud Galy / ZigZag
ouvrir la galerie SÉNÉGAL - Balade dans Saint-Louis
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 6
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 6
ouvrir la galerie CAMBODGE - les photos de nate q (Flickr)
Ph : Manuel Caballer - MNHN / Madibenthos - 2
Ph : Manuel Caballer - MNHN / Madibenthos - 2
ouvrir la galerie MARTINIQUE / France - Les photos de l’expédition Madibenthos
cristian munteanu - bucarest - 2014
cristian munteanu - bucarest - 2014
ouvrir la galerie ROUMANIE - instantanés - FaceBook : Street View Photography Romania
Lausanne - Ph : Flickr - didier ZMI
Lausanne - Ph : Flickr - didier ZMI
ouvrir la galerie SUISSE - Des villes, de l’eau et des montagnes...
Abdoulaye Tresor Konate ( Côte d'Ivoire - France)
Abdoulaye Tresor Konate ( Côte d’Ivoire - France)
Ph : Arnaud Galy - Agora francophone
ouvrir la galerie MAROC - Festival "On marche" à Marrakech - GRAND TOUR 2017
Atelornis pittoides
Atelornis pittoides ©Frank Vassen / Flickr
ouvrir la galerie MADAGASCAR - éloge de la diversité ! (Ph : Frank Vassen / Flickr)
www.leilaalaoui.com - 7
www.leilaalaoui.com - 7
ouvrir la galerie Photographies de LEILA ALAOUI - victime des attentats de Ouagadougou - 01 2016
Balade et rencontres photographiques aux Comores
Balade et rencontres photographiques aux Comores ©Ilya Varlamov
ouvrir la galerie COMORES - Photographies de Ilya Varlamov.
Ph : Antoine Boureau - www.antoine-photos.com - 5
Ph : Antoine Boureau - www.antoine-photos.com - 5
ouvrir la galerie SAO - TOME et PRINCIPE - les photos d’Antoine Boureau
ouvrir la galerie AFRIQUE - Les 10 ans d’Afrique in visu - www.afriqueinvisu.org
Rumeur et petits jours - Ph : C. Péan
Rumeur et petits jours - Ph : C. Péan
ouvrir la galerie FRANCE - Festival les Francophonies en Limousin - GRAND TOUR