logo site

Arts / Découverte / Diversité culturelle

CONGO / Francophonie - SONY LABOU TANSI

CONGO / Francophonie - SONY LABOU TANSI

Entretien : Bernard Magnier, ami de l’écrivain et auteur de la pièce...




UNE ŒUVRE MAJEURE D’UNE ÉVIDENTE ACTUALITÉ


JPEG - 47.4 ko
Sony Labou Transi - Ph : Aimablement prêtée par le Tarmac

Le Tarmac : Pouvez-vous nous dire comment est née l’idée de ce spectacle ?

Bernard Magnier : C’est une commande du comédien et metteur en scène Hassane Kouyaté qui souhaitait depuis longtemps aborder l’œuvre de Sony Labou Tansi. Nous en avons parlé et de cet échange est née l’idée d’un spectacle qui présenterait l’itinéraire de l’écrivain et tenterait une traversée de l’œuvre. En outre, pour le 20e anniversaire de sa mort, il me semblait important de saluer cet écrivain qui, en quelques années de création romanesque et dramaturgique, a bouleversé la scène littéraire africaine.

JPEG - 62.5 ko
Bernard Magnier - Ph : Aimablement prêtée par le Tarmac

Comment avez-vous rencontré Sony Labou Tansi ?

J’ai lu en 1979, son premier roman, La Vie et demie. Ce fut un choc. Il y avait là quelque chose de neuf, tant dans le propos que dans la manière de le dire ou, plus exactement, de le crier. J’ai tout de suite souhaité entrer en contact avec l’auteur pour un entretien et lui demander des poèmes car je constituais à l’époque une petite anthologie pour la revue Encres Vives. Je lui ai écrit par l’intermédiaire de son éditeur. Il m’a répondu très vite, et nous nous sommes rencontrés pour la première fois, à Lomé, au début de l’année 1980. Et de nos relations littéraires est née une amitié qui n’a jamais cessé jusqu’à sa mort en 1995.

Quel genre d’homme était-il ?

Très accessible et très simple. Très attentif aux autres, aux voisins du quartier comme au journaliste venant l’interviewer ou à l’écrivain lui présentant ses premiers textes. À ses amis, il aimait adresser des signes, une attention. C’était une visite surprise, un coup de téléphone, un message (bien qu’il détestait les répondeurs), une carte postale (parfois avec des adresses incomplètes), un cadeau. Il était le même à Brazzaville et à Paris. Et contrairement à ce que d’aucuns ont pu dire, quelqu’un qui, avec moi, n’a jamais changé. Son tour de tête n’a pas pris un centimètre. C’était toujours le même béret qui le coiffait.


JPEG - 284.9 ko
Dernières répétitions avant la présentation au public - Ph : Pierre Van Eechaute

BON NOMBRE D’ÉCRIVAINS SE SONT ENGOUFFRÉS DANS LES BRÈCHES QU’IL A SU OUVRIR

Qu’a t-il apporté aux littératures africaines ?

Il a ouvert des possibles ! Bon nombre d’écrivains se sont engouffrés dans les brèches qu’il a su ouvrir, ici et là. Lorsque vous interrogez les écrivains africains -qui ont été ses contemporains ou qui sont ses cadets- presque tous le citent comme une référence. Son nom est souvent associé à celui d’Ahmadou Kourouma pour être, l’un avec Les Soleils des indépendances en 1968, et l’autre avec La Vie et demie en 1979, deux créateurs charnières dans l’histoire littéraire francophone africaine. La dimension théâtrale de son œuvre, le fait qu’avec sa troupe, le Rocado Zulu Théâtre, il ait pu présenter ses pièces devant les publics africains et européens, et même américains, contribuent évidemment à cette reconnaissance. Il faut hélas ajouter la brièveté de sa carrière, sa disparition à l’âge de 47 ans, sa personnalité et son engagement qui en ont fait une personnalité emblématique sur le continent africain, auteur d’une œuvre souvent hélas pas assez lue.

Comment Sony Labou Tansi a t-il obtenu cette reconnaissance internationale qui fut la sienne, à un moment où peu d’auteurs bénéficiaient d’une telle attention ?

Sony a bénéficié de l’admiration -qui s’est souvent mêlée à de la complicité et de l’amitié- de bon nombre de personnes en Europe. RFI a été une première caisse de résonance internationale par le biais des concours de théâtre et de nouvelles dont il a été, à plusieurs reprises, lauréat. Les éditions du Seuil ont publié ses six romans de 1979 à 1995 et ont largement contribué à sa dimension internationale. Sur le plan théâtral, le premier homme de théâtre européen à s’intéresser à son travail a été Guy Lenoir qui est allé, en 1984, au Congo, jouer La peau cassée avec le Rocado Zulu Théâtre. Par la suite, en 1985, Gabriel Garran, fondateur du Théâtre international de langue française, monte au Théâtre National de Chaillot à Paris, Je Soussigné cardiaque, et Monique Blin, directrice du Festival des francophonies de Limoges, l’invite pour la première fois avec sa troupe. Il y est ensuite régulièrement invité, présentant à chaque fois une pièce nouvelle dans une mise en scène co-signée avec un metteur en scène français : Pierre Vial, Daniel Mesguich, Michel Rostain et Jean-Pierre Klein qui n’est jamais rentré de Brazzaville, victime de l’attentat du DC10 au dessus du Ténéré en 1989. Ses pièces (six d’entre elles éditées par les Éditions Lansman) ont ainsi été jouées à Paris mais aussi à Belgique, en Italie, en Allemagne ou à New-York, tout en étant toujours créées à Brazzaville. Tout partait de Brazzaville et tout y revenait.

TOUT PARTAIT DU CONGO ET TOUT Y REVENAIT

Bien que souvent sollicité, Sony Labou Tansi est toujours demeuré au Congo, comment expliquez-vous cet attachement ?

C’est un point essentiel dans sa démarche de créateur. Sony Labou Tansi est toujours resté fidèle au Congo, à Brazzaville, à Makélékélé, le quartier où il habitait. Et s’il venait souvent en France pour le lancement de ses romans ou pour présenter ses pièces de théâtre, il n’a jamais quitté cet environnement congolais consubstantiel à son œuvre. Il avait besoin de cela pour écrire, même s’il lui arrivait d’écrire en d’autres lieux. Une fois encore, tout partait de là et tout y revenait. Il écrivait à Brazzaville mais aussi là où il se trouvait… Il écrivait tout le temps, surtout la nuit. Sur des petits cahiers d’écolier qu’il remplissait de la marge au bord extérieur et de la première à la dernière page. Une soixantaine d’entre eux ont été sauvés. Ils sont à la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges. C’est extrêmement émouvant de feuilleter ces cahiers. C’est aussi extrêmement rare (et le sera de plus en plus !) d’avoir sous les yeux plusieurs versions écrites à la main d’un même texte, d’un même roman. On voit le travail de l’écrivain, ses hésitations, ses choix, ses repentirs comme on dit en peinture. L’évolution de son écriture, de la graphie est aussi extrêmement émouvante.

Aujourd’hui qu’en est-il de son œuvre ?

Elle est étudiée dans plusieurs universités africaines et dans le monde. Elle appartient à l’histoire littéraire du XXe siècle. Son nom est connu en Afrique, au-delà de l’œuvre, il est un symbole, une figure de rebelle. Mais il faut reconnaître que, durant ces 20 dernières années, peu de ses pièces ont été montées. Plusieurs œuvres inédites ont néanmoins été publiées, en particulier des poèmes qu’il n’avait jamais pu publier de son vivant, des correspondances, des pièces, etc. Plusieurs initiatives sont annoncées à l’occasion du vingtième anniversaire de sa mort : les éditions Lansman ont réédité les six pièces de leur catalogue, d’autres initiatives éditoriales sont annoncées, des lectures sont programmées, un colloque est en préparation, une exposition qui lui est consacrée va être réalisée par la Bibliothèque de Limoges et sera présentée à Brazzaville et dans différents lieux, en Europe et en Afrique…


JPEG - 210.2 ko
Dernières répétitions avant la présentation au public - Ph : Pierre Van Eechaute

VOIR ET ENTENDRE SONY LABOU TANSI

Vous avez donc imaginé cette pièce. Comment l’avez vous conçue ?

Nous voulions un spectacle léger, susceptible d’être présenté un peu partout. J’ai donc imaginé un dialogue entre deux comédiens. L’un est Sony Labou Tansi (interprété par Marcel Mankita) et porte sa parole. L’autre, un lecteur, passeur (Criss Niangouna), feuillette l’œuvre de l’écrivain, relate sa destinée et dialogue avec lui. Tous deux devenant les interprètes de quelques brefs passages de pièces choisis dans son œuvre.

Verra t-on Sony Labou Tansi ? L’entendra t-on ?

Oui effectivement quelques rares vidéos permettront de voir le personnage, des documents sonres permettront de l’entendre, mais ce sont surtout ses mots qui seront présents car toutes les paroles du comédien qui interprétera Sony seront « du » Sony Labou Tansi. Des phrases extraites de ses œuvres, des multiples textes (préfaces, notes d’intention, lettres ouvertes, etc) qu’il écrivait et dispersait au gré des sollicitations, des fragments de courrier, des paroles recueillies en interview. Sony dira du Sony !

Pourquoi avoir choisi ce titre Sony Congo ? Et ce sous-titre « la vie chouette petite vie bien osée de Sony Labou Tansi » ?

Le titre veut souligner l’appartenance de l’écrivain à la grande nation Congo (que nous aurions pu écrire Kongo), tant il lui semblait important de dépasser les frontières héritées de la colonisation et retrouver l’aire culturelle dans sa dimension originelle. Le sous-titre est emprunté à une de ses pièces intitulée Une chouette petite vie bien osée. Il me semblait que ce titre correspondait assez bien à sa destinée et cela me permettait de le rendre présent dès le titre.

Quelles ont été vos intentions en écrivant ce texte ?

Faire connaître ou permettre de retrouver cette voix singulière, donner envie de lire cet écrivain, de l’entendre, de monter ses pièces. En retraçant son itinéraire, découvrir quelques facettes de sa personnalité, montrer le processus d’écriture, la démarche de création. Enfin, bien sûr, saluer l’ami et donner un aperçu d’une œuvre d’une grande et évidente actualité.


Programme du 14 février


Le grain de sel d’AGORA !

- Qu’en est-il du côté subversif de son œuvre ?

Son écriture est d’une grande subversion, d’une originalité dérangeante. De ce point de vue, il demeure subversif, en particulier auprès des jeunes écrivains qui reconnaissent en lui un "ouvreur de possible", un repère. Mais il l’est aussi pour chaque lecteur, tant ses propos sont d’actualité. Lors des répétitions du spectacle nous avons été frappés par la pertinence et la résonance de ses mots.
Les deux citations, retenues il y a plus d’un an, qui terminent le spectacle (" J’écris pour être vivant. Pour le demeurer. Je sais que je mourrai vivant." / "L’art continue sa route. Il respire. Il conspue les modes. Il aura le dernier mot.") me paraissent d’une grande actualité !

En quoi le contexte politique du continent et du Congo a-t-il été un terreau pour sa réflexion ?

Il avait besoin de son environnement congolais. Il le disait, l’affirmait. Contrairement à ce qui est dit parfois, il n’a jamais quitté Brazzaville et, même s’il venait souvent en Europe (pour la sortie de ses livres, pour les représentations de ses pièces, pour répondre à diverses invitations), sa terre était congolaise. Son propos était africain mais comme il le disait les "dictateurs sud-américains ou les colonels grecs n’étaient pas loin". Et les échos dans le monde d’aujourd’hui ne manquent pas !

- Son engagement politique, au delà de la littérature, est-il marginal ou significatif ?

Il a été député de son quartier de Brazzaville, il y avait là un engagement réel, une volonté d’être au cœur de la vie de la cité, y compris par l’action politique directe. Ses dernières années, sans jamais cesser d’écrire, il consacrait une large part de son temps à cet engagement, au détriment sans doute de son travail théâtral, en particulier avec sa troupe.

- Dans un écrit pour la Bibliothèque francophone de Limoges vous avez écrit que Sony Labou Transi avait su éviter "les Africanités"... pouvez-vous préciser votre pensée ?

En utilisant ce mot je souhaitais dire que Sony avait su éviter les clichés, les évidences, les propos attendus sur l’Afrique, sur le Congo. Tout en gardant un ancrage résolument congo à ses écrits, il avait su donner une dimension universelle.

Même thématique






MALI - Fototala King Massassy

le seul photographe malien aux Rencontres de Bamako



ALGERIE - L’œuvre puissante de Frantz Fanon en débat

8e Festival International du Film Engagé


QUEBEC - Littératures policières

le polar fait chauffer les ventes de livres




QUEBEC / FRANCE - La face cachée de la lune illumine Paris

Par Anne-Marie Pilote et Arnaud Montreuil - Réseau AGORA - AFI




CANADA - La bataille de l’immersion française

au coeur de l’archipel Haida Gwaii




FRANCOPHONIE - Shakespeare et les pétrolettes

histoire d’une caravane itinérante







AFRIQUE / MARTINIQUE - Toto Bona Lokua

un trio pour embrasser la tolérance



AFRIQUE - Les dix penseurs africains

qui veulent achever l’émancipation du continent


MALI - Méprisé par les siens chez lui

Boubacar Traoré fait des merveilles sous d’autres cieux








MONDE - L’UNESCO en crise d’identité

un défi qui attend Audrey Azoulay


MALI - Disparition de Yambo Ouologuem

premier Africain lauréat du Renaudot


FRANCE - Avec Jean Rochefort

au milieu de ses chevaux dans la vallée de la Chevreuse



FRANCE - Les Fables de La Fontaine

animaux personnifiés ou êtres humains déshumanisés ?








EGYPTE - Caire khédivial 150 ans après

à la reconquête du centre - DOSSIER


FRANCE - Visa pour l’image

Par l’ESJ Pro - Partenaire d’Agora






ALGERIE / FRANCE - Kaouther Adimi : Nos Richesses

Par Guy Dugas - auteur du réseau Agora francophone / AFI





TOGO - Défense de copier les villes occidentales

à l’école d’architecture de Lomé


OUZBEKISTAN - Rencontre avec Choazim Minovarov

président de l’Alliance Française de Tachkent






QUEBEC - Langues autochtones

le retour aux sources du malécite





SENEGAL - Protection sociale, formation, accès au financement...

le statut de l’artiste, un moyen de lutte contre la précarité




FRANCE - Le musée du futur

un dialogue plutôt qu’un monologue



RD CONGO - Kokoko !

un ovni kinois de la créativité musicale







AFRIQUE / FRANCE - Trésors de l’Islam

à l’Institut du Monde Arabe (Paris)


LUXEMBOURG - « Les Luxembourgeois et leurs langues »

entre le luxembourgeois du cœur et le français de la raison







AFRIQUE - Quand l’Afrique invente son propre cinéma

loin de Cannes et des canons internationaux


CAP VERT - Archipel

un témoignage de João Ferreira









MALI / AFRIQUE - De l’exotisme à l’acculturation

considérations postcoloniales autour de Noces sacrées de Seydou Badian




LIBAN - « Maison jaune »

Beyrouth se réconcilie avec sa mémoire



CONGO - Le dramaturge Dieudonné Niangouna

investit le théâtre comme on monte sur un ring de boxe



SENEGAL - Kouthia Show

le pouvoir de l’humour











BURKINA FASO - Thomas Sankara

la renaissance d’une icône africaine



KAZAKHSTAN : Quand Astana devient encore plus futuriste

sous l’objectif d’un photographe français




LIBAN - Le florilège de PICTORAM 2016

Par Pascale et Nadine Asmar - Contributrice au réseau AGORA/AFI




MAROC / CONGO - De Rabat à Brazza

le slam révolté d’Aurore Boréale








FRANCE - Ces écrivains binationaux

sur la crête de la nouvelle vague




FRANCE - La langue française

déferle sur les TransMusicales de Rennes


KIRGHIZSTAN - Claude Ménard

un chef français en pays kirghiz



MONDE - Un réseau de « villes refuges »

pourrait accueillir les biens culturels menacés par le terrorisme



MADAGASCAR - Les Surfs, le plus célèbre groupe malgache de l’histoire

Par Jean Claude Amboise - Docteur en droit - Avocat au barreau de Paris (Droit de la culture)


MONDE - Vestiges d’empire

en lumière naturelle à la chambre 4x5








LIBAN - 5 de PIC, dévoiler l’art !

Vidéoblog tenu par Randa Sadaka - journaliste et écrivaine




POLOGNE / HAITI - Halka/Haïti : un projet inédit de collaboration culturelle

Par Sara del Rossi - doctorante à l’Université de Varsovie






FRANCE / UKRAINE - La guerre civile en Ukraine russophone, oui,

mais avec l’humour distanciant de Cédric Gras








CAMEROUN - Nadine Bilong

commissaire d’art immatériel



CANADA - Bilinguisme

les Canadiens très majoritairement favorables


BELGIQUE - Toots Thielemans

mort de l’harmoniciste jazz - vidéo




MALI - Sidiki Diabaté

la kora autrement



THAILANDE - Restaurateurs Sans Frontières

réparer sans dénaturer, une mission délicate



CANADA - L’Acadie, si loin, si proche

francophones d’un bord, anglophones de l’autre, et autochtones au milieu
















LIBAN – La revue PICTORAM

les engagés de la culture !


MAROC - Fès et gestes

"le photographe est d’abord un habitant"










ROUMANIE - La belle folie de Cristi Puiu

peintre de Bucarest devenu cinéaste "enragé"





MAROC - Le « plein d’étoiles » et de grâce

Festival des musiques sacrées de Fès


FRANCE - ImageSingulières -

Festival de la photographie documentaire








RD CONGO - Papa Wemba

décortique l’ethnologie du jargon " Cailloux ou Libanga " chez les Congolais



COREE du SUD - Théâtre Francophonie

une troupe unique en Corée










SYRIE - Patrimoine

"on voulait conserver cette image-là de la Syrie, magnifique"


BELGIQUE / FRANCE - L’Union fait la farce !

Les Belges de France Inter prennent l’antenne


BELGIQUE - Ismaël Saidi

rire avec le djihad


MAROC - Oum, poétesse saharienne et lunaire

Par Arnaud Galy - rédaction d’Agora


CONGO - Les nouveaux visages pâles

le blanchiment de la peau






SUISSE - Entre festivals et artistes genevois

c’est : « Je t’aime, moi non plus ! »





MOLDAVIE - De jeunes rappeurs engagés

contre la corruption et la misère



RD CONGO - “L’homme qui répare les femmes”

un film dérangeant pour le gouvernement congolais



FRANCE / GUADELOUPE - cinemanioc.com

une histoire de Guadeloupéens (ultra) passionnés


SENEGAL - Hommage à Cheikh Anta Diop

il était panafricain en chair et en os



FRANCE - Claire Bretécher

aventurière géniale de la Bande dessinée





SUISSE - Stephan Eicher

Le chanteur automate…




BELGIQUE - Devant l’ONU

pour l’examen de ses engagements en matière de droits humains



VIETNAM - Sur les montagnes

dans la vallée, pour regarder le sida en face


SUISSE - Des Suisses brillent

dans la réalité virtuelle


MONDE - Syriens, Afghans, Congolais, Burkinabé...

Portraits d’artistes en résistance qui bataillent pour la liberté d’expression


RDC / BELGIQUE - Baloji, artiste total

mini album : 64 Bits And Malachite



TUNISIE / EUROPE - "Tunisie 2045", le court-métrage qui fait de la Tunisie

une terre d’accueil pour les réfugiés européens





FRANCE - Abd Al Malik

"Scarifications"


MOYEN-ORIENT - Voyage, voyage ... et jamais ne reviens

Mathias Enard, Bruno Boudjelal, Lénaïc Vilain et Hela Lamine


BELGIQUE - Benoît Peeters

« La B.D. reste un médium pertinent »


FRANCE - Biennale des photographes

du monde arabe contemporain





SYRIE / FRANCE - Zyriab

la géniale nouveauté de Bab Assalam


AFRIQUE - Avenir du rock

la piste africaine


LIBAN - Nadine Asmar

une belle promesse pour le cinéma libanais



FRANCE / PARIS - Le Bataclan

lieu d’avant-garde et de mixité dans les années 80


GUINEE - Migrant, entre humour et gravité

un jeune Guinéen met des mots sur son parcours



FRANCOPHONIE - Frantz Fanon

contre l’aliénation psychiatrique


QUEBEC / ETATS-UNIS - Des Montréalais

illuminent la ville de Buffalo




RD CONGO - Top-modèle de l’Afrique

« Donnez-nous dix ans, et Kinshasa sera le Paris africain »




QUEBEC - Un nouveau départ à Montréal

Le défi d’écrire en Français



MOLDAVIE / FRANCE - Valea Antos

aux confins de l’Europe de l’Est


TUNISIE - le printemps de l’Art

extrait d’un documentaire d’Arte




CAMBODGE - "La dernière bobine"

représentera le Cambodge dans la catégorie du meilleur film étranger aux Oscars 2016.




VIETNAM - Du charbon brut

métamorphosé en sculptures



FRANCE - Grand Corps Malade

L’heure des poètes




COTE D’IVOIRE - Abidjan, nouvel eldorado

de la beauté en Afrique de l’Ouest





FRANCE / RUSSIE - Francophonia

un film d’Alexandre Sokourov - vidéo


FRANCE - "Je n’ai aucune admiration pour le malheur"

Rencontre avec l’écrivain Charles Dantzig





BURKINA FASO - L’esprit claqué

Caravane des dix mots - vidéo



SENEGAL - Doudou N’diaye Rose, le « tambour-major »

de la musique sénégalaise, est mort !


PALESTINE - Lina Sleibi

"Helwa ya baladi" - vidéo




MAROC / VIETNAM - Des Vietnamiens contre la destruction

d’une oeuvre architecturale marocaine


FRANCE - Thomas Dutronc, élégance éternelle

Eternels jusqu’à demain - vidéo



RD CONGO - Mort de Kiripi Katembo

la fin du photographe-poète de la rue de Kinshasa


REPUBLIQUE TCHEQUE - L’entre-deux-guerres

un âge d’or pour la diffusion du français en Tchécoslovaquie


SENEGAL - Le pèlerinage Layenne

Un témoignage de Nathalie Guironnet



CANADA / QUEBEC - « Charlebois, par-delà Lindberg »

l’enfant terrible de la chanson québécoise







CANADA / QUEBEC - De quoi le franglais est-il le symptôme ?

les Dead Obies, l’étendard de l’utilisation du franglais


EGYPTE - Le rap

outil d’expression féminine








EGYPTE - Agnès Debiage

Libraire à tout-va


FRANCE - Le livre fait du bien !

Numéro spécial de la Gazette de Montpellier et de nos partenaires de l’ESJ Pro





LIBAN - Ely Dagher

dédie sa Palme d’Or au Liban



FRANCE / ALGERIE - Nacéra Belaza

"car je cherche le vide, et le noir, et le nu !



FRANCE - GUADELOUPE / AFRIQUE - Maryse Condé

Ma relation avc l’Afrique s’est fondée sur un mensonge


FRANCE / AFRIQUE - Marseille

11 - 13 juin : AFRICA FETE




AFRIQUE - Revue de Presse quotidienne

Les commentaires des quotidiens et hebdomadaires africains sur l’actualité du continent.




SUISSE - Le combat à l’épée médiévale

séduit toujours plus de Genevois


SENEGAL - "Terre ceinte" de Mohamed Mbougar Sarr

Salon du livre africain de Genève.






AFRIQUE - Editeurs africains, mondialisez-vous donc !

Par Max Lobe, écrivain camerounais vivant en Suisse.






MADAGASCAR - Kolosary

Un trésor du cinéma malgache par Annick Sedson


MADAGASCAR - RFC - Regard sur l’Océan Indien

Des festivals fédérateurs et catalyseurs par Zo Toniaina


FRANCE - Izia au sommet des vagues

de la vidéo et de la radio...




FRANCE - François Maspero

héraut de toutes les luttes


MADAGASCAR - Cinéma malgache

la renaissance passe par l’animation



ROUMANIE - Le "Regard" qui s’entend

Entetien avec Laurent Couderc, rédacteur en chef de "Regard"


AFRIQUE - Production culturelle, inadéquation...

Par Olympe Bhêly-Quenum, MEROE AFRICA - Université populaire en partenariat avec AGORA.



FRANCE - Aude Henneville

entretien et vidéo



CONGO - Henri Lopes

le romancier du métissage



ETATS-UNIS - Les francophones

Louisiane, les diasporas, le Maine et l’héritage acadien...





FRANCE / ORIENT - Dorsaf Hamdani

fait dialoguer Barbara et Fairouz



ROUMANIE - Speranţa Rădulescu, le choix du son passé.

Regard (Revue francophone de Roumanie)








SUISSE / FRANCE - Mocky, le moqueur !

À écouter le sourire aux lèvres...




CANADA / NOUVEAU - BRUNSWICK

10 francophones du N.-B. à suivre sur Twitter






FRANCE / QUEBEC - Un nouveau musée français

entièrement conçu par un Québécois


MALI / BELGIQUE - Le cinéaste Sissako à propos du film Timbuktu :

« C’est d’abord l’islam qui est pris en otage »


CAMEROUN - Juliette Ombang alias Black Giraffe

elle est styliste... voilà tout !



Kamel Daoud décroche le Prix des cinq continents.

Les étudiants du CESTI (Centre d’études des sciences et techniques de l’information - Dakar), en partenariat avec l’ESJ PRO - France), vous proposent de suivre l’actualité autour du Sommet de Dakar.


FRANCOPHONIE - Qui sont les « pères fondateurs » de la Francophonie ?

Les étudiants du CESTI (Centre d’études des sciences et techniques de l’information - Dakar), en partenariat avec l’ESJ PRO - France), vous proposent de suivre l’actualité autour du Sommet de Dakar


L’Association internationale des libraires francophones célèbre ses 10 ans

Les étudiants du CESTI (Centre d’études des sciences et techniques de l’information - Dakar), en partenariat avec l’ESJ PRO - France), vous proposent de suivre l’actualité autour du Sommet de Dakar.


FRANCE / BELGIQUE / SUISSE - Schuiten et Peeters fantasment Paris.

anticipation fait bon ménage avec une certaine poésie



VANUATU -

Par Christian JOST, professeur à l’Université de la Polynésie française.





FRANCE - Hep Taxi... Omar Sy

"Il pleuvait de la culture... nous, on était à l’abri !"


La francophonie à la radio !

Canada, Suisse, Belgique et France au micro...






MADAGASCAR - Voix indienne et musiciens français

Tritha à l’Alliance Française de Diego Suarez


FRANCE - Patrick Modiano ajoute un Nobel à son « Pedigree »

son dernier livre : "Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier"




CANADA - QUEBEC - Salomé Leclerc

... est de retour ! Voir vidéo.



ÉGYPTE - Les enfants de Menya

la photographe Myriam Abdelaziz


ILE MAURICE - « Francophonie paradoxale »

(Ph : Flickr - sébastien amiet ;l)



CANADA - QUEBEC - Xavier Dolan

un surdoué devenu cinéaste respecté


FRANCOPHONIE - Microphone Francophone

Une radio qui fait beaucoup de bien à la francophonie !




FRANCOPHONIE - Yor : Fous-toi la paix !

Sans oublier les Joueurs de mots !




SUISSE - Bertrand Bitz, une voix à suivre !

Ce n’est plus moi que tu attends






CANADA / QUEBEC - Samian.

Le réveil du guerrier



FRANCOPHONIE - Le français n’a pas dit son dernier mot.

2 heures à écouter Julie Barlow et Jean-Benoît Nadeau,..


SENEGAL - Ousmane Sow et ses grands hommes.

Ceux dont il a fait des géants de glaise et de bronze





ALGERIE - Aux origines des Touaregs.

La préhistorienne Malika Hachid dévoile quelques secrets de ce peuple légendaire


FRANCE - Amandine Bourgeois en concert.

Une tornade d’émotions !











Photographie de presse / Dessin de presse

©http://www.patriciawillocq.com/
ouvrir la galerie RD CONGO - Blanc Ebène par Patricia Willocq
Ph : Flickr - ashley bayles
Ph : Flickr - ashley bayles
ouvrir la galerie BELGIQUE - Bruxelles - les humeurs d’une ville
Ph : Baptiste de Ville d'Avray - www.baptiste-dva.fr - 3
Ph : Baptiste de Ville d’Avray - www.baptiste-dva.fr - 3
ouvrir la galerie MAROC - les photos de Baptiste de Ville d’Avray
2017 - Ph : Arnaud Galy - Agora
2017 - Ph : Arnaud Galy - Agora
ouvrir la galerie MOLDAVIE - Instantanés 2007 - 2017 - Arnaud Galy
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 2
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 2
ouvrir la galerie CAMBODGE - les photos de nate q (Flickr)
cristian daydreamerro - bucarest - 2015
cristian daydreamerro - bucarest - 2015
ouvrir la galerie ROUMANIE - instantanés - FaceBook : Street View Photography Romania
Lausanne - Ph : Flickr - kosala bandara - 2
Lausanne - Ph : Flickr - kosala bandara - 2
ouvrir la galerie SUISSE - Des villes, de l’eau et des montagnes...
Taoufiq Izeddiou (Maroc)
Taoufiq Izeddiou (Maroc)
Ph : Arnaud Galy - Agora francophone
ouvrir la galerie MAROC - Festival "On marche" à Marrakech - GRAND TOUR 2017
www.leilaalaoui.com - 2
www.leilaalaoui.com - 2
ouvrir la galerie Photographies de LEILA ALAOUI - victime des attentats de Ouagadougou - 01 2016
ouvrir la galerie AFRIQUE - Les 10 ans d’Afrique in visu - www.afriqueinvisu.org