logo site

Arts / Découverte / Diversité culturelle

FRANCOPHONIE - Ivan Kabacoff

FRANCOPHONIE - Ivan Kabacoff

Il suit la francophonie comme son ombre



Cette semaine, Ivan Kabacoff lance la nouvelle formule de l’émission phare de la francophonie sur TV5Monde : Destination francophonie. L’occasion pour Agora de mettre en ligne le grand entretien qu’il a accordé à l’Année Francophone Internationale 2017. Engagé comme personne, il revient sur son parcours personnel et livre ses réflexions documentées...


JPEG - 58.2 ko

Ivan Kabacoff, vous êtes une figure identifiable de la francophonie ! Quel parcours sinueux est le vôtre pour arriver à « Destination Francophonie » ?

Le point de départ est une ville au nom magique, Samarcande, en Ouzbékistan
où j’ai été envoyé en coopération pour diriger l’Alliance française. J’avais 23 ans. C’est dans ce pays très fermé que j’ai découvert que la langue française pouvait être une possibilité d’ouverture et de rencontre avec l’Autre. C’est là que j’ai rencontré mes premiers amoureux de la langue française comme ces enfants ouzbeks qui attendaient l’ouverture de l’Alliance pour aller lire des BD. Cette expérience au sein d’une Alliance française m’a fait découvrir l’existence internationale de ma propre langue. Moi qui voulais devenir professeur de français, j’ai compris qu’il y avait une autre voie qui me correspondait mieux c’est-à-dire la coopération et le travail avec les professeurs de français. Ensuite, comme j’étais russophone, j’ai été envoyé dans le Caucase, en Géorgie, où j’étais attaché de coopération pour le français. C’était une ouverture de poste, tout était à faire... à cette époque on comptait 60 000 élèves qui apprenaient le
français et il fallait mettre en place une politique de promotion du français. Je
travaillais en liaison directe avec le ministre de l’Éducation pour monter des
filières, c’était passionnant. Et puis, un jour je suis parti visiter une école « au
fin fond de la Géorgie » qui n’avait ni gaz ni électricité et je tombe sur une classe en train de préparer un spectacle autour du Petit Prince, des gamins qui
chantaient du Joe Dassin et là, je me suis dit qu’il faudrait bien qu’un jour mes compatriotes se rendent compte que dans un pays comme la Géorgie il y avait un énorme désir de français... Je ne savais pas, bien entendu, qu’un jour je créerais « Destination Francophonie », mais je me disais qu’il fallait montrer
cet amour, cette énergie, cet espoir placés dans le français. Avec le recul, je dois reconnaître que la Géorgie a été un déclencheur... L’aventure s’est poursuivie
en Russie, toujours pour assurer la promotion du français. Là, je me suis attelé au montage d’un réseau d’universités et de partenaires pour faire en sorte que dans cet immense pays, les enseignants puissent s’appuyer sur une structure qui les fédère et les identifie. Ce réseau existe toujours et compte aujourd’hui 250 universités, il facilite la création de centres de langues et permet de odéliser des formations...

Après 10 ans de francophonie « sur le terrain », vous rentrez en France…

Et le choc fut rude. Je venais d’avoir le concours du ministère des Affaires étrangères et après avoir sillonné les routes pour promouvoir le français, je me suis retrouvé enfermé dans un bureau à Paris à écrire des notes toute la journée. Heureusement, j’étais à la Sous-direction du français, et la directrice
de l’époque, Sophie Lovy, voyant mon désarroi, m’a demandé ce que je souhaitais faire. Je lui ai expliqué que je voyais les attachés de coopération
du français comme des VRP de la langue, mais qu’ils manquaient souvent d’outils de communication. J’ai eu alors carte blanche pour mettre en place une campagne de communication qui s’appelait « Oui, je parle français » qui avait déjà été pensée à l’Institut français de Barcelone, mais que nous avons développée. Elle a été reprise dans le monde entier. Cette campagne tournait le dos au côté défensif que je ne supporte pas. On parle toujours de la « défense de la langue française » comme si elle était attaquée. Cela n’a pas sens. Cette
campagne affirmait au contraire « Oui, je parle français » et sous-entendu, je parle d’autres langues ! Fini aussi « bleu, blanc, rouge » et la tour Eiffel clichés, mais un logo de couleurs vives pour montrer que le français, ce n’est pas uniquement la France, mais toute la francophonie. Nous avons même décliné cette campagne avec « Oui je parle rugby » lors de la Coupe du Monde de Rugby en France en 2007. Dans un programme court diffusé sur TV5MONDE, des joueurs de rugby géorgiens, argentins ou roumains exprimaient en français leur amour de la langue française. Nous avons aussi rédigé des argumentaires et réalisé des films promotionnels avec de jeunes étudiants de français. Le choix de la langue française ne va pas de soi dans un contexte concurrentiel mondialisé. Il faut mettre en avant les atouts de la connaissance du français, et ils sont nombreux, et ne plus rester sur une posture défensive d’un autre temps.

C’est au ministère des Affaires étrangères que vous faites une rencontre
déterminante...

Oui, avec Marie-Christine Saragosse qui dirigeait la Direction de la coopération
culturelle et du français. Une femme engagée qui a la francophonie chevillée au cœur. Quand elle est partie diriger TV5MONDE, l’histoire s’est accélérée... un poste s’est libéré dans les services de communication de la chaîne et j’ai pu l’intégrer pour promouvoir ses actions autour de la langue française. La langue française est l’ADN de TV5MONDE, sa signature. Je me suis dit que j’étais dans le média idéal pour faire connaître au monde la vitalité de la langue française que j’avais vue sur le terrain. L’histoire de cette école de français dans le village
géorgien pourrait enfin être découverte ! Avec le soutien de Marie-Christine
Saragosse, un projet de chronique s’est transformé en programme court
hebdomadaire. Des partenaires institutionnels (OIF, Institut français,
DGLFLF, CIEP, AEFE) ont apporté les financements complémentaires pour la réalisation du programme. « Destination Francophonie » est ainsi née en
octobre 2012. La première émission de télévision sur la langue française dans
le monde ! Même si le programme a évolué depuis son lancement, il reste
ancré sur son concept qui est de montrer des actions positives en faveur de l’apprentissage et de la promotion de la langue française dans le monde. Le nombre de ces belles histoires est infini. L’émission montre toutes les semaines que le français est une langue désirée et vivante bien loin de l’image
du déclin qu’on lui colle sans arrêt. Montrer sa vitalité ne peut faire que du bien !
« Destination Francophonie » bénéficie complètement du réseau et de la marque TV5MONDE et affiche une audience exceptionnelle : plus de 100000 personnes suivent la diffusion de l’émission rien que sur Facebook en plus des multi-diffusions sur la chaîne. Cela fait même deux ans qu’elle est diffusée en mars dans la station de métro Europe à Paris ! La brièveté de l’émission fait qu’elle se partage vite et les bonnes idées qu’elles véhiculent aussi. Ma plus
grande joie est d’apprendre qu’une jeune étudiante algérienne décide de
s’inscrire dans un master francophone de relations internationales à Szeged
en Hongrie après avoir vu l’émission consacrée à cette formation.


PNG - 397.1 ko

Et pourtant, la francophonie ne va pas de soi...

C’est vrai, la francophonie est perpétuellement taxée de ringardise. Mais c’est tout l’inverse ! Les événements tragiques qui secouent le monde aujourd’hui
ne font que renforcer cette conviction. La francophonie c’est tout sauf le repli sur soi. Je reviens des « Universités du monde » à Nice. Quand je vois des dizaines de professeurs de français, des Turques, des Grecs, des Sud coréens ou des Russes passer du temps ensemble , faire la fête et refaire le monde toute la nuit en français, je ne vois pas où est la ringardise. De plus, ils le disent eux-mêmes, les réseaux sociaux ne leur suffisent pas, il veulent et aiment se rencontrer et partager dans une même langue, la langue française ! C’est un moyen fabuleux de pouvoir aller vers l’Autre, d’échanger avec lui et de découvrir sa culture. C’est de cela que le monde a besoin plus que jamais. Nous avons la chance d’avoir
une langue parlée sur les 5 continents. Ne passons pas à côté de cette chance
 ! C’est pourquoi je ne m’explique pas que la langue française et la francophonie
ne soient pas plus supportées politiquement. Quel responsable politique,
en particulier en France, parle aujourd’hui de francophonie ? C’est quand même incroyable que si peu de politiciens ne perçoivent la francophonie comme un outil indispensable au développement de l’éducation, de la mobilité, la culture. C’est un levier plus que pertinent pour créer des synergies avec le Maghreb ou l’Afrique, et pas seulement économique. Je rêve d’entendre le mot « francophonie » dans la bouche d’une personnalité politique ou intellectuelle.
Peut-être le mot lui-même est-il trop chargé, coincé pour beaucoup entre colonialisme et nationalisme. On ne voit pas derrière ce mot un gage d’ouverture et d’avenir, mais un univers passéiste. Je me pose une question : faut-il trouver
un autre mot pour qu’enfin on parle de francophonie ?

Le français est-il encore une langue internationale ?

Le français n’est plus la langue internationale qu’elle a été pendant des siècles. Aujourd’hui, le monde est face à une lingua franca qu’est l’anglais, enfin une langue qui n’est pas vraiment l’anglais, mais qui suffit à faire du business et à se parler. Mais il n’y a aucune raison pour que la langue française ne soit pas la langue des échanges entre pays francophones ! Cela dit, nous sommes nos propres freins. Les francophones sont trop puristes. On se moque de mal parler anglais, mais on ne se moque pas de mal parler français. Selon certains, le français ne se maltraite pas ! C’est le point de vue c’est incroyablement inhibant pour la personne qui apprend le français et qui n’ose pas se lancer. Partant de
là, le français reste une langue d’élite, très écrite et pas du tout une langue
de communication d’où la difficulté à être populaire. Nous devons décomplexer
notre rapport à la langue, encore une fois cessons d’être arc-bouté ! Arc-bouté sur les anglicismes alors que la langue française a enrichi l’anglais
pendant des siècles ! Arc-bouté sur le « dire » et « ne pas dire » chers à l’Académie française ! C’est incroyablement délicat pour les enseignants
qui sont chargés de donner envie sans la notion de plaisir ! Quel exercice
est organisé dans tous les pays ? La fameuse dictée ! L’apprentissage du
français par la faute... c’est terrible ! Sans oublier le poids du « français sans accent » ! Quel dommage de vouloir casser la diversité du français et de seulement appliquer la norme.


JPEG - 213.7 ko

Peut-on se passer des institutions pour dépoussiérer la langue française ?

Je ne crois pas. La grande chance de la francophonie est le réseau d’institutions
ou d’organisations qui pilotent des projets pour sa promotion. L’OIF, l’AUF, les Instituts français, les Alliances françaises, le CIEP... TV5Monde ! Beaucoup d’acteurs de qualité sont engagés et malheureusement les budgets fondent ces dernières années alors que d’autres pays investissent plus que jamais pour la promotion de leur langue, comme la Chine par exemple. J’aimerais que des institutions comme l’Académie française et ses personnalités de renom qui la composent s’engagent intellectuellement et financièrement dans la promotion
de la langue française dans le monde. Cette célèbre institution pourrait aider
par exemple le fabuleux réseau des professeurs de français dans le monde qui se battent tous les jours dans un milieu très concurrentiel. Ils sont les premiers Ambassadeurs de la langue française, tous les efforts devraient être tournés vers eux, vers leur formation et leur mobilité dans le monde francophone. Ils ont besoin d’être valorisés. Pourquoi pas une journée mondiale du professeur de français avec des opérations médiatiques autour ? Je crois donc que les institutions devraient d’abord encourager toutes les initiatives privées qui mettent en avant la langue française. Et elles sont nombreuses à travers le monde.

Quel est le blocage ?

Le gros point noir est le manque d’engagement politique. La francophonie n’est pas un sujet électoraliste. Elle nécessite une vision à long terme et on a l’impression qu’aujourd’hui la vie politique n’est faite que de court terme. Former un francophone, qu’il soit futur professeur, possible ministre ou chef d’entreprise prend du temps et nécessite de faciliter la mobilité. Le retrait de la France en Europe et en Afrique de certains projets de coopération est dommageable. La coopération nécessite des moyens et des actes, et pas seulement de la France,
de tous les pays francophones.

Un noyau dur pour aller de l’avant ?

Il m’apparaît indispensablede donner un sens à l’espacefrancophone. Je crois à
une politique de projets, de grands projets... un ERASMUS francophone, un visa francophone de circulation pour les artistes ou les entrepreneurs, tout projet qui facilitera la mobilité. Pour moi, TV5MONDE est l’un de ces grands projets exemplaires. Il y a 30 ans, des États francophones se mettent d’accord pour partager leurs programmes et co-financer un média qui est reçu aujourd’hui dans plus 300 millions de foyers dans le monde. Il faut du concret. Pour cela, un engagementinitial d’un petit nombre d’États est nécessaire. C’est la proposition
du rapport du député français Pouria Amirshahi sur l’avenir de la francophonie.
Un groupe de pays guidés par une vraie vision politique de ce que peut
être l’espace francophone : le Sénégal, le Maroc, la Roumanie, la France,
la Tunisie, la Belgique, le Québec... d’autres pays les rejoindront. L’Organisation
Internationale de la Francophonie en compte 80 ! Rien n’empêche un groupe de pays de conclure des accords facilitant la mobilité des étudiants et de créer un système de bourses... Aujourd’hui, à la télévision, on ne voit que des images de mobilité forcée, de gens qui fuient leur pays. Recréons une mobilité constructive,
une mobilité choisie et valorisée... une mobilité du Nord vers le Sud aussi,
que les Français ou les Belges partent en Afrique travailler, étudier, partager
avec les Africains et pas seulement pour y passer des vacances au soleil.


JPEG - 148 ko

À la fois un noyau dur et un élargissement ?

Oui, ça n’est pas contradictoire. Ayons bien en tête que la langue française est aimée pour les valeurs de culture qu’elle porte et parce que les gens la trouvent romantique ! C’est peut-être naïf de dire cela, mais c’est une réalité ! Donc, n’excluons personne. Les Turcs, les Russes et les Sud coréens dont je parlais ne sont pas membres de l’OIF, et alors ? La Malaisie, le Pérou, la Colombie investissent des sommes conséquentes dans la formation sur le long terme de professeurs de français, ça, c’est du concret ! Ces pays croient en la francophonie plus que nous. Nous avons la chance d’avoir une langue mondialisée que nous pourrions utiliser pour nouer des contacts ou pour débattre, mais quand on dit cela, on est taxé d’utopiste, d’idéaliste ! La francophonie n’est pas une utopie, elle existe concrètement. J’ai une
pensée pour un ami, qui me disait « la francophonie c’est comme l’eau c’est
une ressource naturelle génératrice de richesses », oui, mais on ne l’exploite
pas et c’est aussi une ressource culturelle ! Une ressource qui n’appartient
pas uniquement à la France, elle est aussi américaine, européenne et
demain en grande partie africaine...quand je vais au Bénin ou au Togo et
que je vois des jeunes faire des parties de scrabble francophone ou participer
à des concours de joutes oratoires,je vois bien que la francophonie est
concrète ! C’est cela que je montre dans mes émissions. J’aimerais ouvrir
le regard sur cette réalité vivante.

L’école pourrait être un lieu d’éveil à la francophonie, non ?

Oui, montrer aux enfants ce qu’est la francophonie ! C’est la portion congrue
dans les programmes scolaires. Fêter la francophonie dans les écoles, ce serait
formidable ! Raconter les histoires des autres, chanter des chansons du
Québec ou d’Afrique, lire les littératures francophones, découvrir les
autres gastronomies... Bref décentrer notre regard et celui de nos enfants.
Le 20 mars devrait être une fête dans les écoles, faire en sorte que chacun
arrive avec sa différence, avec sa langue et que tout soit partagé. Pourquoi
pas un grand élan de jumelages ou de correspondances entre écoles ?
On a tous les moyens techniques pour le faire et on n’a jamais vu aussi peu
de jumelages. Comment se fait-il qu’il n’y ait pas une agence financée par les
institutions francophones pour développer une telle mission ? Cela remplacerait
avantageusement le énième programme. Nous devons tout faire pour relier les enseignants, les élèves et par conséquent les parents ! Les populations en somme ! Quand je vois l’enthousiasme des professeurs, je ne vois pas pourquoi cela ne marcherait pas...

Voyez-vous poindre un découragement chez certains ?

Oui, et de plus en plus. En Europe, en Amérique centrale, là où le désengagement est criant. Il faut aussi replacer ce découragement dans le contexte de concurrence des langues. Passons sur le cas de l’anglais qui occupe l’espace de la première langue étrangère, ensuite l’allemand, l’espagnol et le chinois entrent en concurrence directe avec le français. L’espagnol ouvre sur
l’Amérique du Sud et le chinois est gage d’un avenir économique. Les Instituts Confucius fleurissent en Afrique, en Europe et en Russie. Les professeurs de français ont du mal à vendre le débouché professionnel à leurs élèves ! En même temps la qualité de l’enseignement du réseau français est toujours une référence. J’ai rencontré récemment une directrice d’école maternelle turque, à Istanbul, qui compte 124 élèves dont les parents déboursent 6 000 € par an pour
que les enfants aient le niveau pour aller dans l’enseignement du réseau
français. L’enseignement en français a une carte à jouer, celle de l’ouverture
sur le monde au-delà de la langue en elle même. Ces petits Turcs auront une
ouverture vers le cinéma, la peinture, la philosophie que peu de systèmes
éducatifs pourront leur offrir.

Et vous Ivan Kabacoff, que vous a apporté la francophonie ?

Je suis d’origine russe, je parle russe et c’est le fait de parler cette langue qui
m’a permis il y a 20 ans d’obtenir un travail où je devais œuvrer à la promotion
du français dans les pays russophones ! La langue française est pour moi un moyen unique de voyager, de découvrir l’autre, de comprendre sa culture et de partager la mienne, où que je sois dans le monde. Quel bonheur, au travers de l’émission, d’être le porte-voix de tous ces francophones engagés. C’est une manière de leur rendre ce qu’ils me donnent.

Propos recueillis par Arnaud Galy
Rédacteur en chef de l’AFI

Photos : Aimablement prêtées par Ivan Kabacoff et TV5Monde

Même thématique

CANADA - La bataille de l’immersion française

au coeur de l’archipel Haida Gwaii




FRANCOPHONIE - Shakespeare et les pétrolettes

histoire d’une caravane itinérante







AFRIQUE / MARTINIQUE - Toto Bona Lokua

un trio pour embrasser la tolérance



AFRIQUE - Les dix penseurs africains

qui veulent achever l’émancipation du continent


MALI - Méprisé par les siens chez lui

Boubacar Traoré fait des merveilles sous d’autres cieux








MONDE - L’UNESCO en crise d’identité

un défi qui attend Audrey Azoulay


MALI - Disparition de Yambo Ouologuem

premier Africain lauréat du Renaudot


FRANCE - Avec Jean Rochefort

au milieu de ses chevaux dans la vallée de la Chevreuse



FRANCE - Les Fables de La Fontaine

animaux personnifiés ou êtres humains déshumanisés ?








EGYPTE - Caire khédivial 150 ans après

à la reconquête du centre - DOSSIER


FRANCE - Visa pour l’image

Par l’ESJ Pro - Partenaire d’Agora






ALGERIE / FRANCE - Kaouther Adimi : Nos Richesses

Par Guy Dugas - auteur du réseau Agora francophone / AFI





TOGO - Défense de copier les villes occidentales

à l’école d’architecture de Lomé


OUZBEKISTAN - Rencontre avec Choazim Minovarov

président de l’Alliance Française de Tachkent






QUEBEC - Langues autochtones

le retour aux sources du malécite





SENEGAL - Protection sociale, formation, accès au financement...

le statut de l’artiste, un moyen de lutte contre la précarité




FRANCE - Le musée du futur

un dialogue plutôt qu’un monologue



RD CONGO - Kokoko !

un ovni kinois de la créativité musicale







AFRIQUE / FRANCE - Trésors de l’Islam

à l’Institut du Monde Arabe (Paris)


LUXEMBOURG - « Les Luxembourgeois et leurs langues »

entre le luxembourgeois du cœur et le français de la raison







AFRIQUE - Quand l’Afrique invente son propre cinéma

loin de Cannes et des canons internationaux


CAP VERT - Archipel

un témoignage de João Ferreira









MALI / AFRIQUE - De l’exotisme à l’acculturation

considérations postcoloniales autour de Noces sacrées de Seydou Badian




LIBAN - « Maison jaune »

Beyrouth se réconcilie avec sa mémoire



CONGO - Le dramaturge Dieudonné Niangouna

investit le théâtre comme on monte sur un ring de boxe



SENEGAL - Kouthia Show

le pouvoir de l’humour











BURKINA FASO - Thomas Sankara

la renaissance d’une icône africaine



KAZAKHSTAN : Quand Astana devient encore plus futuriste

sous l’objectif d’un photographe français




LIBAN - Le florilège de PICTORAM 2016

Par Pascale et Nadine Asmar - Contributrice au réseau AGORA/AFI




MAROC / CONGO - De Rabat à Brazza

le slam révolté d’Aurore Boréale








FRANCE - Ces écrivains binationaux

sur la crête de la nouvelle vague




FRANCE - La langue française

déferle sur les TransMusicales de Rennes


KIRGHIZSTAN - Claude Ménard

un chef français en pays kirghiz



MONDE - Un réseau de « villes refuges »

pourrait accueillir les biens culturels menacés par le terrorisme



MADAGASCAR - Les Surfs, le plus célèbre groupe malgache de l’histoire

Par Jean Claude Amboise - Docteur en droit - Avocat au barreau de Paris (Droit de la culture)


MONDE - Vestiges d’empire

en lumière naturelle à la chambre 4x5








LIBAN - 5 de PIC, dévoiler l’art !

Vidéoblog tenu par Randa Sadaka - journaliste et écrivaine




POLOGNE / HAITI - Halka/Haïti : un projet inédit de collaboration culturelle

Par Sara del Rossi - doctorante à l’Université de Varsovie






FRANCE / UKRAINE - La guerre civile en Ukraine russophone, oui,

mais avec l’humour distanciant de Cédric Gras








CAMEROUN - Nadine Bilong

commissaire d’art immatériel



CANADA - Bilinguisme

les Canadiens très majoritairement favorables


BELGIQUE - Toots Thielemans

mort de l’harmoniciste jazz - vidéo




MALI - Sidiki Diabaté

la kora autrement



VIETNAM - les photos de Laurent Catach

http://laurentcatach.wixsite.com/photos


THAILANDE - Restaurateurs Sans Frontières

réparer sans dénaturer, une mission délicate



CANADA - L’Acadie, si loin, si proche

francophones d’un bord, anglophones de l’autre, et autochtones au milieu
















LIBAN – La revue PICTORAM

les engagés de la culture !


MAROC - Fès et gestes

"le photographe est d’abord un habitant"










ROUMANIE - La belle folie de Cristi Puiu

peintre de Bucarest devenu cinéaste "enragé"





MAROC - Le « plein d’étoiles » et de grâce

Festival des musiques sacrées de Fès


FRANCE - ImageSingulières -

Festival de la photographie documentaire








RD CONGO - Papa Wemba

décortique l’ethnologie du jargon " Cailloux ou Libanga " chez les Congolais



COREE du SUD - Théâtre Francophonie

une troupe unique en Corée










SYRIE - Patrimoine

"on voulait conserver cette image-là de la Syrie, magnifique"


BELGIQUE / FRANCE - L’Union fait la farce !

Les Belges de France Inter prennent l’antenne


BELGIQUE - Ismaël Saidi

rire avec le djihad


MAROC - Oum, poétesse saharienne et lunaire

Par Arnaud Galy - rédaction d’Agora


CONGO - Les nouveaux visages pâles

le blanchiment de la peau






SUISSE - Entre festivals et artistes genevois

c’est : « Je t’aime, moi non plus ! »





MOLDAVIE - De jeunes rappeurs engagés

contre la corruption et la misère



RD CONGO - “L’homme qui répare les femmes”

un film dérangeant pour le gouvernement congolais



FRANCE / GUADELOUPE - cinemanioc.com

une histoire de Guadeloupéens (ultra) passionnés


SENEGAL - Hommage à Cheikh Anta Diop

il était panafricain en chair et en os



FRANCE - Claire Bretécher

aventurière géniale de la Bande dessinée





SUISSE - Stephan Eicher

Le chanteur automate…




BELGIQUE - Devant l’ONU

pour l’examen de ses engagements en matière de droits humains



VIETNAM - Sur les montagnes

dans la vallée, pour regarder le sida en face


SUISSE - Des Suisses brillent

dans la réalité virtuelle


MONDE - Syriens, Afghans, Congolais, Burkinabé...

Portraits d’artistes en résistance qui bataillent pour la liberté d’expression


RDC / BELGIQUE - Baloji, artiste total

mini album : 64 Bits And Malachite



TUNISIE / EUROPE - "Tunisie 2045", le court-métrage qui fait de la Tunisie

une terre d’accueil pour les réfugiés européens





FRANCE - Abd Al Malik

"Scarifications"


MOYEN-ORIENT - Voyage, voyage ... et jamais ne reviens

Mathias Enard, Bruno Boudjelal, Lénaïc Vilain et Hela Lamine


BELGIQUE - Benoît Peeters

« La B.D. reste un médium pertinent »


FRANCE - Biennale des photographes

du monde arabe contemporain





SYRIE / FRANCE - Zyriab

la géniale nouveauté de Bab Assalam


AFRIQUE - Avenir du rock

la piste africaine


LIBAN - Nadine Asmar

une belle promesse pour le cinéma libanais



FRANCE / PARIS - Le Bataclan

lieu d’avant-garde et de mixité dans les années 80


GUINEE - Migrant, entre humour et gravité

un jeune Guinéen met des mots sur son parcours



FRANCOPHONIE - Frantz Fanon

contre l’aliénation psychiatrique


QUEBEC / ETATS-UNIS - Des Montréalais

illuminent la ville de Buffalo




RD CONGO - Top-modèle de l’Afrique

« Donnez-nous dix ans, et Kinshasa sera le Paris africain »




QUEBEC - Un nouveau départ à Montréal

Le défi d’écrire en Français



MOLDAVIE / FRANCE - Valea Antos

aux confins de l’Europe de l’Est


TUNISIE - le printemps de l’Art

extrait d’un documentaire d’Arte




CAMBODGE - "La dernière bobine"

représentera le Cambodge dans la catégorie du meilleur film étranger aux Oscars 2016.




VIETNAM - Du charbon brut

métamorphosé en sculptures



FRANCE - Grand Corps Malade

L’heure des poètes




COTE D’IVOIRE - Abidjan, nouvel eldorado

de la beauté en Afrique de l’Ouest





FRANCE / RUSSIE - Francophonia

un film d’Alexandre Sokourov - vidéo


FRANCE - "Je n’ai aucune admiration pour le malheur"

Rencontre avec l’écrivain Charles Dantzig





BURKINA FASO - L’esprit claqué

Caravane des dix mots - vidéo



SENEGAL - Doudou N’diaye Rose, le « tambour-major »

de la musique sénégalaise, est mort !


PALESTINE - Lina Sleibi

"Helwa ya baladi" - vidéo




MAROC / VIETNAM - Des Vietnamiens contre la destruction

d’une oeuvre architecturale marocaine


FRANCE - Thomas Dutronc, élégance éternelle

Eternels jusqu’à demain - vidéo



RD CONGO - Mort de Kiripi Katembo

la fin du photographe-poète de la rue de Kinshasa


REPUBLIQUE TCHEQUE - L’entre-deux-guerres

un âge d’or pour la diffusion du français en Tchécoslovaquie


SENEGAL - Le pèlerinage Layenne

Un témoignage de Nathalie Guironnet



CANADA / QUEBEC - « Charlebois, par-delà Lindberg »

l’enfant terrible de la chanson québécoise







CANADA / QUEBEC - De quoi le franglais est-il le symptôme ?

les Dead Obies, l’étendard de l’utilisation du franglais


EGYPTE - Le rap

outil d’expression féminine








EGYPTE - Agnès Debiage

Libraire à tout-va


FRANCE - Le livre fait du bien !

Numéro spécial de la Gazette de Montpellier et de nos partenaires de l’ESJ Pro





LIBAN - Ely Dagher

dédie sa Palme d’Or au Liban



FRANCE / ALGERIE - Nacéra Belaza

"car je cherche le vide, et le noir, et le nu !



FRANCE - GUADELOUPE / AFRIQUE - Maryse Condé

Ma relation avc l’Afrique s’est fondée sur un mensonge


FRANCE / AFRIQUE - Marseille

11 - 13 juin : AFRICA FETE




AFRIQUE - Revue de Presse quotidienne

Les commentaires des quotidiens et hebdomadaires africains sur l’actualité du continent.




SUISSE - Le combat à l’épée médiévale

séduit toujours plus de Genevois


SENEGAL - "Terre ceinte" de Mohamed Mbougar Sarr

Salon du livre africain de Genève.






AFRIQUE - Editeurs africains, mondialisez-vous donc !

Par Max Lobe, écrivain camerounais vivant en Suisse.






MADAGASCAR - Kolosary

Un trésor du cinéma malgache par Annick Sedson


MADAGASCAR - RFC - Regard sur l’Océan Indien

Des festivals fédérateurs et catalyseurs par Zo Toniaina


FRANCE - Izia au sommet des vagues

de la vidéo et de la radio...




FRANCE - François Maspero

héraut de toutes les luttes


MADAGASCAR - Cinéma malgache

la renaissance passe par l’animation



ROUMANIE - Le "Regard" qui s’entend

Entetien avec Laurent Couderc, rédacteur en chef de "Regard"


AFRIQUE - Production culturelle, inadéquation...

Par Olympe Bhêly-Quenum, MEROE AFRICA - Université populaire en partenariat avec AGORA.



FRANCE - Aude Henneville

entretien et vidéo



CONGO - Henri Lopes

le romancier du métissage



ETATS-UNIS - Les francophones

Louisiane, les diasporas, le Maine et l’héritage acadien...





FRANCE / ORIENT - Dorsaf Hamdani

fait dialoguer Barbara et Fairouz



CONGO / Francophonie - SONY LABOU TANSI

Entretien : Bernard Magnier, ami de l’écrivain et auteur de la pièce...


ROUMANIE - Speranţa Rădulescu, le choix du son passé.

Regard (Revue francophone de Roumanie)








SUISSE / FRANCE - Mocky, le moqueur !

À écouter le sourire aux lèvres...




CANADA / NOUVEAU - BRUNSWICK

10 francophones du N.-B. à suivre sur Twitter






FRANCE / QUEBEC - Un nouveau musée français

entièrement conçu par un Québécois


MALI / BELGIQUE - Le cinéaste Sissako à propos du film Timbuktu :

« C’est d’abord l’islam qui est pris en otage »


CAMEROUN - Juliette Ombang alias Black Giraffe

elle est styliste... voilà tout !



Kamel Daoud décroche le Prix des cinq continents.

Les étudiants du CESTI (Centre d’études des sciences et techniques de l’information - Dakar), en partenariat avec l’ESJ PRO - France), vous proposent de suivre l’actualité autour du Sommet de Dakar.


FRANCOPHONIE - Qui sont les « pères fondateurs » de la Francophonie ?

Les étudiants du CESTI (Centre d’études des sciences et techniques de l’information - Dakar), en partenariat avec l’ESJ PRO - France), vous proposent de suivre l’actualité autour du Sommet de Dakar


L’Association internationale des libraires francophones célèbre ses 10 ans

Les étudiants du CESTI (Centre d’études des sciences et techniques de l’information - Dakar), en partenariat avec l’ESJ PRO - France), vous proposent de suivre l’actualité autour du Sommet de Dakar.


FRANCE / BELGIQUE / SUISSE - Schuiten et Peeters fantasment Paris.

anticipation fait bon ménage avec une certaine poésie



VANUATU -

Par Christian JOST, professeur à l’Université de la Polynésie française.





FRANCE - Hep Taxi... Omar Sy

"Il pleuvait de la culture... nous, on était à l’abri !"


La francophonie à la radio !

Canada, Suisse, Belgique et France au micro...






MADAGASCAR - Voix indienne et musiciens français

Tritha à l’Alliance Française de Diego Suarez


FRANCE - Patrick Modiano ajoute un Nobel à son « Pedigree »

son dernier livre : "Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier"




CANADA - QUEBEC - Salomé Leclerc

... est de retour ! Voir vidéo.



ÉGYPTE - Les enfants de Menya

la photographe Myriam Abdelaziz


ILE MAURICE - « Francophonie paradoxale »

(Ph : Flickr - sébastien amiet ;l)



CANADA - QUEBEC - Xavier Dolan

un surdoué devenu cinéaste respecté


FRANCOPHONIE - Microphone Francophone

Une radio qui fait beaucoup de bien à la francophonie !




FRANCOPHONIE - Yor : Fous-toi la paix !

Sans oublier les Joueurs de mots !




SUISSE - Bertrand Bitz, une voix à suivre !

Ce n’est plus moi que tu attends






CANADA / QUEBEC - Samian.

Le réveil du guerrier



FRANCOPHONIE - Le français n’a pas dit son dernier mot.

2 heures à écouter Julie Barlow et Jean-Benoît Nadeau,..


SENEGAL - Ousmane Sow et ses grands hommes.

Ceux dont il a fait des géants de glaise et de bronze





ALGERIE - Aux origines des Touaregs.

La préhistorienne Malika Hachid dévoile quelques secrets de ce peuple légendaire


FRANCE - Amandine Bourgeois en concert.

Une tornade d’émotions !











Photographie de presse / Dessin de presse

Tunisie - la Marsa
Tunisie - la Marsa ©Arnaud Galy
ouvrir la galerie TUNISIE, instantanés !
©Ramzy Bensaadi
ouvrir la galerie ALGERIE - la vision noire et blanche de Ramzy Bensaadi.
©http://www.patriciawillocq.com/
ouvrir la galerie RD CONGO - Blanc Ebène par Patricia Willocq
Ph : Flickr - jérémie jaspart
Ph : Flickr - jérémie jaspart
ouvrir la galerie BELGIQUE - Bruxelles - les humeurs d’une ville
Ph : Baptiste de Ville d'Avray - www.baptiste-dva.fr - 4
Ph : Baptiste de Ville d’Avray - www.baptiste-dva.fr - 4
ouvrir la galerie MAROC - les photos de Baptiste de Ville d’Avray
Une cour de récréation de grande classe.
Une cour de récréation de grande classe.
Photo : Arnaud Galy - Agora Francophone
ouvrir la galerie FRANCE - Dis-moi dix mots à l’Académie française - GRAND TOUR 2017
Ph : Laurent Catach - http://laurentcatach.wixsite.com/photos - (...)
Ph : Laurent Catach - http://laurentcatach.wixsite.com/photos - 2
ouvrir la galerie VIETNAM - les photos de Laurent Catach
Photographie destinée aux festivaliers qui ne sortent jamais des (...)
Photographie destinée aux festivaliers qui ne sortent jamais des expositions... Angoulême est une ville charmante !
Photo : Arnaud Galy
ouvrir la galerie FRANCE - Le Festival International de la BD - Angoulême - GRAND TOUR 2017
Jan toujours présent. En compagnie d'une jeune photographe (...)
Jan toujours présent. En compagnie d’une jeune photographe inventive...
Ph : Arnaud Galy - Agora
ouvrir la galerie POLOGNE - Théâtre francophone - Résidence à Zabrze - GRAND TOUR 2017
©Arnaud Galy / ZigZag
ouvrir la galerie SÉNÉGAL - Balade dans Saint-Louis
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 3
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 3
ouvrir la galerie CAMBODGE - les photos de nate q (Flickr)
Ph : Laure Corbari - MNHN / Madibenthos
Ph : Laure Corbari - MNHN / Madibenthos
ouvrir la galerie MARTINIQUE / France - Les photos de l’expédition Madibenthos
oliver merce - timisoara 2 - 2015
oliver merce - timisoara 2 - 2015
ouvrir la galerie ROUMANIE - instantanés - FaceBook : Street View Photography Romania
Lausanne - Ph : Flickr - kosala bandara
Lausanne - Ph : Flickr - kosala bandara
ouvrir la galerie SUISSE - Des villes, de l’eau et des montagnes...
Amar al Bojrad (Irak - Belgique)
Amar al Bojrad (Irak - Belgique)
Ph : Arnaud Galy - Agora francophone
ouvrir la galerie MAROC - Festival "On marche" à Marrakech - GRAND TOUR 2017
Parc national de Morejejy
Parc national de Morejejy ©Frank Vassen / Flickr
ouvrir la galerie MADAGASCAR - éloge de la diversité ! (Ph : Frank Vassen / Flickr)
www.leilaalaoui.com - 3
www.leilaalaoui.com - 3
ouvrir la galerie Photographies de LEILA ALAOUI - victime des attentats de Ouagadougou - 01 2016
Balade et rencontres photographiques aux Comores
Balade et rencontres photographiques aux Comores ©Ilya Varlamov
ouvrir la galerie COMORES - Photographies de Ilya Varlamov.
Ph : Antoine Boureau - www.antoine-photos.com - 13
Ph : Antoine Boureau - www.antoine-photos.com - 13
ouvrir la galerie SAO - TOME et PRINCIPE - les photos d’Antoine Boureau
ouvrir la galerie AFRIQUE - Les 10 ans d’Afrique in visu - www.afriqueinvisu.org
La loi de la gravité - Ph : C. Péan
La loi de la gravité - Ph : C. Péan
ouvrir la galerie FRANCE - Festival les Francophonies en Limousin - GRAND TOUR