logo site

Arts / Découverte / Diversité culturelle

MADAGASCAR - Les Surfs, le plus célèbre groupe malgache de l'histoire

MADAGASCAR - Les Surfs, le plus célèbre groupe malgache de l’histoire

Par Jean Claude Amboise - Docteur en droit - Avocat au barreau de Paris (Droit de la culture)




Les débuts

Leur histoire artistique commence le 14 octobre 1958, jour de la proclamation de la République malgache. À cette occasion, le gouvernement du premier président de la République, Philibert Tsiranana, organisa un concours de radio-crochet (concours de chanson amateur) dans la capitale. Les six aînés y participèrent sous le nom de « Rabaraona frères et sœurs » (Rabaraona enina mianadahy). Ils obtinrent le premier prix en interprétant deux grands succès de 1955 du groupe américain les Platters Only you et The great pretender.
Le 26 juin 1960 correspond à la date de la déclaration d’indépendance de l’île. La compagnie Air France organisa à cette occasion à Antanarivo un spectacle intitulé « Autour du monde ». La fratrie, sous le nom de « Les Béryls » (1), y représenta le Mexique. Elle interpréta Las Mananitas, chanson traditionnelle de la culture mexicaine. Ce fut un autre grand succès (2).

En 1962, ils participèrent à la tournée intitulée « Disco Club » avec des vedettes du moment comme Henri Ratsimbazafy ou Les CCC Guitares. Elle confirma leur succès dans les diverses villes du pays ainsi qu’à la Réunion. Le 26 août 1962, les Béryls signent leur premier contrat avec la principale maison de disques malgache : Discomad. Le 18 septembre, un super 45 tours (quatre titres) comprenant Marin, Les trois cloches, Tom Dooley et Petite fleur, le succès de Sydney Bechet (1952), est mis en vente dans la capitale et à Tamatave. Selon Rocky A. Harry (3), il fait partie des disques les plus vendus du moment.

Grâce sans aucun doute à ce succès national, le groupe est sollicité par le gouvernement français pour représenter Madagascar lors du concert d’inauguration de la seconde chaîne de télévision française à Paris, la future Antenne 2, le 8 septembre 1963. Leur prestation fut très appréciée du public. Jocelyn Rafidinarivo, alias Jean-Louis Rafidy, animateur de la Radio nationale malgache (RNM), qui les accompagne à Paris, les présenta à Roger Marouani, directeur artistique du label Festival. Disposé à les produire, il leur fit signer un contrat le 26 septembre 19634. Il les rebaptise « Les Surfs » (5) en référence à une nouvelle musique de danse, le surf, originaire des États-Unis (Californie) et associée au sport nautique du surf (6).
Certainement conscient que la durée de vie d’un groupe de jeunes chanteurs comme eux est limitée, Roger Marouani leur propose essentiellement des adaptations de succès américains ou anglais du moment. Dès lors, les Surfs vont multiplier les enregistrements de disques, tournées, spectacles sans compter les actions de promotion intense : participation à de nombreuses émissions de télévision et de radio, entretiens avec la presse…



Carrière française

C’est logiquement en France qu’ils entament leur carrière en 1963. Leur premier enregistrement comprendra quatre titres adaptés de succès américains de cette année : Reviens vite et oublie, Ce garçon, Dum dum dee dum, Pas si simple que ça, adaptés respectivement de Be my baby du groupe les Ronettes, My best friend du groupe les Orlons, du même titre du chanteur Johnny Cymbal, de Easier said than done du groupe The Essex.
Avant que le premier disque ne soit mis en vente (7), Roger Marouani en présente quatre nouveaux au groupe : T’en vas pas comme ça, Si j’avais un marteau, Écoute cet air-là, Uh Uh, adaptés respectivement de Don’t make me over de la chanteuse américaine Dionne Warwick (1963), If I had a hammer popularisé par le chanteur américain Trini Lopez (1963), Crossfire des Orlons (1963), du même titre du chanteur canado-américain Paul Anka (1961). Ce disque est mis sur le marché en novembre 1963 juste avant le départ du groupe pour une longue tournée dans toute la France, dite « La tournée du siècle », avec Sheila comme tête d’affiche. Selon Rocky A. Harry (8), cette série de spectacles est un succès.

Le 12 décembre, ils sont à l’affiche de l’Olympia de Paris le soir de la première représentation du spectacle « Les Idoles des jeunes » programmé jusqu’au 27 décembre. Ils se trouvent parmi les vedettes du moment, américaines : Dionne Warwick, Little Stevie Wonder…, anglaises : le groupe The Eagles, espagnoles : le chanteur Bruno et ses rockéros, italiennes : le groupe les Frédiani… françaises : Frank Alamo, Françoise Hardy, Michel Delpech… Leur tour de chant est composé de six titres : Reviens vite et oublie, Si j’avais un marteau, À présent tu peux t’en aller (adapté de I only want to be with you de la chanteuse anglaise Dusty Spingfield), Gotta lotta love (9) et à capella le classique When the saints go marchin’in. L’animatrice tient des propos encourageants lors de l’annonce de leur passage : « Mesdames et messieurs. Ils viennent de Madagascar. Ce sont six frères et sœurs d’une même famille, et ils commencent à percer dans ce monde de spectacle. Après une fructueuse tournée avec Sheila, les voici : Les Surfs ! » (10)
Leur numéro est particulièrement bien reçu comme le confirme Rocky A. Harry Rabaraona (11). À la suite de ce succès, ils sont consacrés « découvertes de l’année » (12). Un premier 33 tours est mis sur le marché Les Surfs à l’Olympia. Il compile les huit titres déjà édités additionnés de quatre nouveaux : When the saints go marchin’in, Oublie cet étranger (adapté de la chanson du film éponyme Never love a stranger interprétée par la chanteuse américaine Dorothy Collins [1958]), Cent mille filles et Gotta lotta love (reprise du même titre du chanteur américain Steve Alaimo [1963]).

Encouragés sans aucun doute par ces marques d’attention et ce succès, les Surfs continuent les années suivantes d’enregistrer de nombreux morceaux. En 1964, on peut citer Shoop shoop va l’embrasser et Adieu chagrin, adaptés respectivement de Shoop shoop song de la chanteuse américaine Betty Everett (1964) et de There’s a place du groupe anglais les Beatles (1963) ; en 1965, Le printemps sur la colline et Scandale dans la famille : le premier adapté par Charles Aznavour de l’italien de Le colline sono in flore interprété par le groupe en 1965 au Festival international de la chanson italienne de San Remo ; le second de Shame and scandal in the family popularisé par le chanteur anglais Shawn Elliot (1965). En 1967, Aime-moi comme je t’aime adapté de All the colors of the rainbow (turn to blue) du chanteur américain Mike Clifford (1964). Ils entament pendant ces années de nombreuses tournées. Une nouvelle « tournée du siècle », cette fois-ci en vedettes américaines, avec toujours Sheila comme tête d’affiche a lieu en 1964. Ils se produisent aussi de nouveau à l’Olympia en 1965, 1966 et 1967. Ils apparaîtront dans deux films. En 1964, « Cherchez l’idole » de Michel Boisrond avec Frank Fernandel, Mylène Demongeot et Dany Saval. Une grande partie des vedettes en vogue Johnny Hallyday, Sylvie Vartan, Frank Alamo, Jean-Jacques Debout y jouent leur propre rôle. Elles interprètent chacune une chanson originale écrite par Charles Aznavour et composée par Georges Garvarentz. Pour les Surfs, ce sera Ça n’a pas d’importance. En 1965 « Dernier Tiercé » de Richard Pottier avec Dario Moreno, Magali Noël, Jean Richard... Les Surfs y interprètent Toi, tu m’as tout donné, une chanson originale écrite par Jean Claudric et composée par Pierre Cour.



Leur discographie française s’achève en 1967. De 1963 à cette année, elle compte un nombre non négligeable de disques : quatorze super 45 tours et cinq 33 tours13. Toutefois en termes de ventes, on peut constater que peu de titres seront classés parmi les dix premiers à succès en France (14) : Reviens vite et oublie, Le printemps sur la colline, Scandale dans la famille occuperont la 9e place (15).
Une explication peut être donnée à ce constat. À l’époque, les morceaux sont souvent chantés simultanément par plusieurs interprètes. Cette pratique a tendance à bénéficier à celui qui possède la plus grande notoriété. Ainsi Si j’avais un marteau sera chanté par Claude François. Sa version sera classée 1ère en 1963 (ainsi qu’en Belgique francophone) (16). Il en sera de même pour Scandale dans la famille. Ce titre est interprété par Sacha Distel (et Dalida). Si la version des Surfs sera classée comme on l’a vu à la 9e place (17), celle de Sacha Distel y occupera la 2e (la première en Belgique francophone) (18).
À partir de la France, la carrière des Surfs va rapidement s’étendre à d’autres pays : l’Espagne, l’Italie et plus tard le Canada (Québec). Les mêmes techniques de promotion seront utilisés : participation à de nombreuses émissions de télévision et de radio, festivals… Le but est d’atteindre le public. Pour l’Espagne et l’Italie, les chansons seront réenregistrées en espagnol et en italien.

Carrière espagnole

Dès janvier 1964, quatre chansons sont réenregistrées en espagnol : Reviens vite et oublie (Tu seras mi baby, be my baby), T’en vas pas comme ça (No, no te vayas), Gotta lotta love (Ciribiribin) et Écoute cet air-là (El crossfire). À leur suite, ils participeront à plusieurs émissions de télévision (19). Le titre Tu seras mi baby, be my baby sera un succès majeur puisqu’il occupera la première place en octobre (20) (la deuxième au Mexique) (21). En avril, les Surfs réenregistrent À présent tu peux t’en aller (Ahora te puedes marchar). Ce titre sera un succès dans ce pays : classé 7e en 1965 (22). En l’absence de données pour l’Espagne, on peut penser qu’il en a été de même dans ce pays. Rocky A. Harry Rabaraona semble le confirmer : « Dans le pays de Cervantès, la chanson monte très vite au hit-parade espagnol » (23). Les émissions de télévision, entretiens avec la presse, succès discographiques et tournées montrent que le groupe y est apprécié.
1968 marque la fin de leur discographie espagnole. Elle est la deuxième en volume après la discographie française. Le 5 décembre, le quotidien espagnol Heraldo de Aragon a publié un entretien du groupe et a loué son originalité (24).

Carrière italienne

Les Surfs entament leur carrière en Italie quasiment en même temps qu’en Espagne. Leurs chansons françaises seront traduites en italien comme elles l’ont été en espagnol. Le 25 mars 1964, ils sont les invités de l’émission télévisée de variété de la Rai « Studio Uno » à Milan. La version italienne Adesso te ne poi andare de la chanson À présent tu peux t’en aller est déjà un succès : 8e (25), elle atteindra la 2e place (26). Les Surfs participent chaque année de 1965 à 1967 au Festival international de la chanson italienne de San Remo. Ils y présentent leur nouvelle chanson, toujours jumelée avec un interprète italien. Lors de l’édition de 1966, ils en présenteront deux : Cosi come viene avec le chanteur Remo Germani et In un Fiore avec la chanteuse Wilma Goich. La première se classe 3e, la seconde 11e du festival (27). Les retombées de cette manifestation sont sans aucun doute favorable au devenir des chansons en Italie : la première se classera 12e et la seconde 4e du classement italien (28). Lors de l’édition suivante, ils interprèteront Quando dico che ti amo en jumelage avec la chanteuse Annarita Spinacci. Le titre obtiendra la 2e place (29) et recevra le Prix du jury international. Il occupera la 22e position du classement italien (30).
1968 marque la fin de leur carrière en Italie. Ce pays est celui dans lequel les morceaux du groupe rencontrent le plus de succès même si leur discographie est moins nombreuse qu’en Espagne. Une explication peut être donnée : l’absence de partage des chansons avec d’autres interprètes contrairement à ce que l’on a vu plus haut pour la France. Cette situation permet au Surfs d’être au premier plan.
Cette année voit aussi leur préparation pour le dernier pays de leur carrière, le Canada, plus précisément le Québec.



Carrière québécoise

Dans la mesure où le Québec est un territoire francophone, toute leur discographie française y est distribuée. Il n’y réalise pas de production spécifique. Pourtant, ils demeurent peu connus : des interprètes québécois reprennent un certain nombre de leurs titres comme il est d’usage pour les chansons françaises à succès. Rocky A. Harry Rabarona (31) cite par exemple la reprise de Donne-moi ma chance de Richard Anthony par le groupe les Classels ; Capri c’est fini, de Hervé Vilard par Serge Laprade ; La plus belle pour aller danser, de Sylvie Vartan par Michèle Richard ; L’école est finie, de Sheila par Joël Denis. Pour les Surfs, celle de T’en vas pas comme ça (32) par Ginette Reno. Cette pratique amoindrit incontestablement leur notoriété.
Avant d’entamer une tournée dans toute la province durant l’année 1969, le groupe participe à de nombreuses émissions de télévision comme «  Jeunesse d’aujourd’hui », émission très populaire au Québec et animée par Pierre Lalonde. Elle accueillait les grandes vedettes québécoises du moment comme Ginette Reno, Marc Hamilton... Cette tournée fut un succès selon Rocky A. Harry Rabaraona (33). D’autres tournées seront prévues les deux années suivantes. La fatigue se manifestant, elles seront progressivement de moins grande envergure. Les spectacles se termineront par des contrats signés directement avec les propriétaires des salles. 1971 marque la fin de leur carrière artistique tant au Québec qu’ailleurs.

Les Surfs, parallèlement aux pays où ils ont entrepris une carrière, ont, selon le bilan de leurs activités artistiques dressé par Rocky A. Harry Rabaraona (34), parcouru près de quarante pays. Francophones : Belgique, Suisse, Liban, Algérie, Zaïre, Madagascar… ; européens : Pays-Bas, Danemark, Suède, Allemagne, Roumanie, Bulgarie, Grèce… ; Turquie, Israël… Ils ont participé à plus de 100 000 spectacles, émissions de télévision et de radio et ont vendu plus de six millions de disques en français, italien et espagnol.
Ce succès s’explique, sans aucun doute, par, outre l’harmonisation vocale du groupe, la musique dansante de la plupart des chansons. Les Surfs contribuent à intégrer dans la chanson française (ainsi que dans la chanson espagnole et italienne) des genres musicaux nouveaux comme le rhythm and blues, la musique soul, le calypso et à élargir la diversité musicale du genre chanson. Ils contribuent à montrer que la langue n’est pas un obstacle à l’expression d’un genre musical particulier (35).
Même s’il a interprété ses chansons en plusieurs langues, il demeure l’unique groupe africain francophone à avoir embrassé une carrière en langue française. Puisse-t-il servir de modèle aux nouvelles générations de groupes africains francophones dans toute la diversité de leurs genres musicaux.



Notes :
(1) Le Béryl est le nom d’une pierre précieuse de Madagascar. Pour plus de précisions, v. l’ouvrage de l’un des membres du groupe, Rocky A. Harry Rabaraona, L’aventure des Surfs : Souvenirs d’un groupe vocal malgache, Paris, L’Harmattan, 2014, p. 48. Il y sera fait souvent référence dans cet article.
(2) Pour plus de détails, v. ibid., p. 47-48.
(3) Ibid., p. 55.
(4) Ibid., p. 87-88.
(5) « Biographie de Les Surfs » [http://www.universalmusic.fr/artiste/8961-les-surfs/bio], sur universalmusic.fr, septembre 2016.
(6) Pour plus de détails, v. Rocky A. Harry Rabaraona, L’aventure des Surfs : Souvenirs d’un groupe vocal malgache, op. cit., p. 89-90.
(7) V. ibid., p. 94.
(8) Ibid., p. 110.
(9) Ce titre est également une adaptation. V. paragraphe suivant.
(10) Cité par Rocky A. Harry Rabaraona, L’aventure des Surfs : Souvenirs d’un groupe vocal malgache, op. cit., p. 122.
(11) Ibid., p. 122-123.
(12) Ibid., p. 124.
(13) V. « Discographie » [https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Surfs#Discographie], sur fr.wikipedia.org, 9 octobre 2016.
(14) En l’absence de publication d’un classement officiel des titres les plus vendus dans ce pays à l’époque (le classement officiel des ventes de chansons dit « Top 50 » sera rendu public en 1984), nous nous référerons au classement français qui figure dans le magazine hebdomadaire américain consacré à l’industrie du disque Billboard. Les classements étrangers publiés dans ce magazine sont internationalement reconnus. Depuis une quarantaine d’année, de nombreux pays dépourvus de classements officiels ont progressivement tendance à s’en doter. On trouvera une liste des principaux d’entre eux dans Jean-Claude Amboise, « Les succès de la chanson non anglophone dans le monde : typologie par langue », Christian Tremblay (dir.), Les Cahiers de l’OEP N° 1/Culture et plurilinguisme, Observatoire européen du plurilinguisme, Édition la Völva, 2016, p. 122-123.
(15) [https://books.google.fr/books?id=SQsEAAAAMBAJ&pg=PA30&dq=Les+Surfs&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiW3tiNrs_PAhUGKMAKHdyTDt84ChDoAQghMAE#v=onepage&q=Les%20Surfs&f=false] ;
[https://books.google.fr/books?id=KikEAAAAMBAJ&pg=PA24&dq=Les+Surfs&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi4jITwrs_PAhUoBMAKHZ8gBuw4ChDoAQhRMAk#v=onepage&q=Les%20Surfs&f=false] ;
[https://books.google.fr/books?id=KCkEAAAAMBAJ&pg=PA33&dq=Scandale+dans+la+famille&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj0leGV2s_PAhXGCcAKHcu_CDYQ6AEIKjAC#v=onepage&q=Scandale%20dans%20la%20famille&f=false].
(16) [https://books.google.fr/books?id=SwsEAAAAMBAJ&pg=PA16&dq=Si+j’avais+un+marteau&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjWjtzj1c_PAhWkA8AKHUCOCWMQ6AEINjAD#v=onepage&q=Si%20j’avais%20un%20marteau&f=false].
(17) V. ci-dessus note n° 15 (3).
(18) [https://books.google.fr/books?id=MykEAAAAMBAJ&pg=PT29&dq=Scandale+dans+la+famille&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj0leGV2s_PAhXGCcAKHcu_CDYQ6AEIJDAB#v=onepage&q=Scandale%20dans%20la%20famille&f=false].
(19) V. Rocky A. Harry Rabaraona, L’aventure des Surfs : Souvenirs d’un groupe vocal malgache, op. cit., p. 133.
(20) [https://books.google.fr/books?id=0CAEAAAAMBAJ&pg=PA30&dq=Les+Surfs&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjxl-ejxNDPAhUGBsAKHVOmAhU4FBDoAQg_MAY#v=onepage&q=Les%20Surfs&f=false].
(21) [https://books.google.fr/books?id=TyAEAAAAMBAJ&pg=PA44&dq=%22be+my+baby%22+Les+Surfs&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjb7p-Ow-DPAhVsK8AKHV1aBxw4ChDoAQgzMAQ#v=onepage&q=%22be%20my%20baby%22%20Les%20Surfs&f=false].
(22) [https://books.google.fr/books?id=ligEAAAAMBAJ&pg=PA24&dq=Ahora+te+puedes+marchar&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwihqcD80dDPAhWLLMAKHcH2DQsQ6AEIUzAI#v=onepage&q=Ahora%20te%20puedes%20marchar&f=false].
(23) Rocky A. Harry Rabaraona, L’aventure des Surfs : Souvenirs d’un groupe vocal malgache, op. cit., p. 152.
(24) V. ibid., p. 240.
(25) V. ibid., p. 145.
(26) [http://www.hitparadeitalia.it/indici/per_interprete/as.htm]. Chercher à « Surf, Les ».
(27) Rocky A. Harry Rabaraona, L’aventure des Surfs : Souvenirs d’un groupe vocal malgache, op. cit., p. 212.
(28) [http://www.hitparadeitalia.it/indici/per_interprete/as.htm].
(29) Rocky A. Harry Rabaraona, L’aventure des Surfs : Souvenirs d’un groupe vocal malgache, op. cit., p. 228.
(30) [http://www.hitparadeitalia.it/indici/per_interprete/as.htm].
(31) Rocky A. Harry Rabaraona, L’aventure des Surfs : Souvenirs d’un groupe vocal malgache, op. cit., p. 246.
(32) Ce morceau sera interprété également en français à l’époque en France par la chanteuse américaine Nancy Halloway.
(33) Pour des détails sur le déroulement de la tournée, v. Rocky A. Harry Rabaraona, L’aventure des Surfs : Souvenirs d’un groupe vocal malgache, op. cit., p. 250-256.
(34) Ibid., p. 268
(35) On pourra consulter à ce sujet pour la langue française Jean-Claude Amboise, « La chanson française à l’étranger : succès et genres musicaux », L’Année francophone internationale, 20, Paris, La Documentation française, 2011, p. 190-194.

Références générales

- Jean-Claude Amboise, « Les succès de la chanson non anglophone dans le monde : typologie par langue », Christian Tremblay (dir.), Les Cahiers de l’OEP N° 1/Culture et plurilinguisme, Observatoire européen du plurilinguisme, Édition la Völva, 2016, p. 113-123.

- Le français en chantant, Françoise Argod-Dutard (dir.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, 388 p.

- Rocky A. Harry Rabaraona, L’aventure des Surfs : Souvenirs d’un groupe vocal malgache, Paris, L’Harmattan, 2014, 283 p.

- Site officiel des Surfs : http://lessurfs.e-monsite.com.

- Autre site sur les Surfs : http://lessurfs.webs.com.

- Encyclopédie Wikipédia.

Même thématique

FRANCOPHONIE - Une liseuse pour la francophonie

soutenir éditeurs et élèves par le numérique







MALI - Fototala King Massassy

le seul photographe malien aux Rencontres de Bamako



ALGERIE - L’œuvre puissante de Frantz Fanon en débat

8e Festival International du Film Engagé


QUEBEC - Littératures policières

le polar fait chauffer les ventes de livres




QUEBEC / FRANCE - La face cachée de la lune illumine Paris

Par Anne-Marie Pilote et Arnaud Montreuil - Réseau AGORA - AFI




CANADA - La bataille de l’immersion française

au coeur de l’archipel Haida Gwaii




FRANCOPHONIE - Shakespeare et les pétrolettes

histoire d’une caravane itinérante







AFRIQUE / MARTINIQUE - Toto Bona Lokua

un trio pour embrasser la tolérance



AFRIQUE - Les dix penseurs africains

qui veulent achever l’émancipation du continent


MALI - Méprisé par les siens chez lui

Boubacar Traoré fait des merveilles sous d’autres cieux








MONDE - L’UNESCO en crise d’identité

un défi qui attend Audrey Azoulay


MALI - Disparition de Yambo Ouologuem

premier Africain lauréat du Renaudot


FRANCE - Avec Jean Rochefort

au milieu de ses chevaux dans la vallée de la Chevreuse



FRANCE - Les Fables de La Fontaine

animaux personnifiés ou êtres humains déshumanisés ?








EGYPTE - Caire khédivial 150 ans après

à la reconquête du centre - DOSSIER


FRANCE - Visa pour l’image

Par l’ESJ Pro - Partenaire d’Agora






ALGERIE / FRANCE - Kaouther Adimi : Nos Richesses

Par Guy Dugas - auteur du réseau Agora francophone / AFI





TOGO - Défense de copier les villes occidentales

à l’école d’architecture de Lomé


OUZBEKISTAN - Rencontre avec Choazim Minovarov

président de l’Alliance Française de Tachkent






QUEBEC - Langues autochtones

le retour aux sources du malécite





SENEGAL - Protection sociale, formation, accès au financement...

le statut de l’artiste, un moyen de lutte contre la précarité




FRANCE - Le musée du futur

un dialogue plutôt qu’un monologue



RD CONGO - Kokoko !

un ovni kinois de la créativité musicale







AFRIQUE / FRANCE - Trésors de l’Islam

à l’Institut du Monde Arabe (Paris)


LUXEMBOURG - « Les Luxembourgeois et leurs langues »

entre le luxembourgeois du cœur et le français de la raison







AFRIQUE - Quand l’Afrique invente son propre cinéma

loin de Cannes et des canons internationaux


CAP VERT - Archipel

un témoignage de João Ferreira









MALI / AFRIQUE - De l’exotisme à l’acculturation

considérations postcoloniales autour de Noces sacrées de Seydou Badian




LIBAN - « Maison jaune »

Beyrouth se réconcilie avec sa mémoire



CONGO - Le dramaturge Dieudonné Niangouna

investit le théâtre comme on monte sur un ring de boxe



SENEGAL - Kouthia Show

le pouvoir de l’humour











BURKINA FASO - Thomas Sankara

la renaissance d’une icône africaine



KAZAKHSTAN : Quand Astana devient encore plus futuriste

sous l’objectif d’un photographe français




LIBAN - Le florilège de PICTORAM 2016

Par Pascale et Nadine Asmar - Contributrice au réseau AGORA/AFI




MAROC / CONGO - De Rabat à Brazza

le slam révolté d’Aurore Boréale








FRANCE - Ces écrivains binationaux

sur la crête de la nouvelle vague




FRANCE - La langue française

déferle sur les TransMusicales de Rennes


KIRGHIZSTAN - Claude Ménard

un chef français en pays kirghiz



MONDE - Un réseau de « villes refuges »

pourrait accueillir les biens culturels menacés par le terrorisme



MONDE - Vestiges d’empire

en lumière naturelle à la chambre 4x5








LIBAN - 5 de PIC, dévoiler l’art !

Vidéoblog tenu par Randa Sadaka - journaliste et écrivaine




POLOGNE / HAITI - Halka/Haïti : un projet inédit de collaboration culturelle

Par Sara del Rossi - doctorante à l’Université de Varsovie






FRANCE / UKRAINE - La guerre civile en Ukraine russophone, oui,

mais avec l’humour distanciant de Cédric Gras








CAMEROUN - Nadine Bilong

commissaire d’art immatériel



CANADA - Bilinguisme

les Canadiens très majoritairement favorables


BELGIQUE - Toots Thielemans

mort de l’harmoniciste jazz - vidéo




MALI - Sidiki Diabaté

la kora autrement



THAILANDE - Restaurateurs Sans Frontières

réparer sans dénaturer, une mission délicate



CANADA - L’Acadie, si loin, si proche

francophones d’un bord, anglophones de l’autre, et autochtones au milieu
















LIBAN – La revue PICTORAM

les engagés de la culture !


MAROC - Fès et gestes

"le photographe est d’abord un habitant"










ROUMANIE - La belle folie de Cristi Puiu

peintre de Bucarest devenu cinéaste "enragé"





MAROC - Le « plein d’étoiles » et de grâce

Festival des musiques sacrées de Fès


FRANCE - ImageSingulières -

Festival de la photographie documentaire








RD CONGO - Papa Wemba

décortique l’ethnologie du jargon " Cailloux ou Libanga " chez les Congolais



COREE du SUD - Théâtre Francophonie

une troupe unique en Corée










SYRIE - Patrimoine

"on voulait conserver cette image-là de la Syrie, magnifique"


BELGIQUE / FRANCE - L’Union fait la farce !

Les Belges de France Inter prennent l’antenne


BELGIQUE - Ismaël Saidi

rire avec le djihad


MAROC - Oum, poétesse saharienne et lunaire

Par Arnaud Galy - rédaction d’Agora


CONGO - Les nouveaux visages pâles

le blanchiment de la peau






SUISSE - Entre festivals et artistes genevois

c’est : « Je t’aime, moi non plus ! »





MOLDAVIE - De jeunes rappeurs engagés

contre la corruption et la misère



RD CONGO - “L’homme qui répare les femmes”

un film dérangeant pour le gouvernement congolais



FRANCE / GUADELOUPE - cinemanioc.com

une histoire de Guadeloupéens (ultra) passionnés


SENEGAL - Hommage à Cheikh Anta Diop

il était panafricain en chair et en os



FRANCE - Claire Bretécher

aventurière géniale de la Bande dessinée





SUISSE - Stephan Eicher

Le chanteur automate…




BELGIQUE - Devant l’ONU

pour l’examen de ses engagements en matière de droits humains



VIETNAM - Sur les montagnes

dans la vallée, pour regarder le sida en face


SUISSE - Des Suisses brillent

dans la réalité virtuelle


MONDE - Syriens, Afghans, Congolais, Burkinabé...

Portraits d’artistes en résistance qui bataillent pour la liberté d’expression


RDC / BELGIQUE - Baloji, artiste total

mini album : 64 Bits And Malachite



TUNISIE / EUROPE - "Tunisie 2045", le court-métrage qui fait de la Tunisie

une terre d’accueil pour les réfugiés européens





FRANCE - Abd Al Malik

"Scarifications"


MOYEN-ORIENT - Voyage, voyage ... et jamais ne reviens

Mathias Enard, Bruno Boudjelal, Lénaïc Vilain et Hela Lamine


BELGIQUE - Benoît Peeters

« La B.D. reste un médium pertinent »


FRANCE - Biennale des photographes

du monde arabe contemporain





SYRIE / FRANCE - Zyriab

la géniale nouveauté de Bab Assalam


AFRIQUE - Avenir du rock

la piste africaine


LIBAN - Nadine Asmar

une belle promesse pour le cinéma libanais



FRANCE / PARIS - Le Bataclan

lieu d’avant-garde et de mixité dans les années 80


GUINEE - Migrant, entre humour et gravité

un jeune Guinéen met des mots sur son parcours



FRANCOPHONIE - Frantz Fanon

contre l’aliénation psychiatrique


QUEBEC / ETATS-UNIS - Des Montréalais

illuminent la ville de Buffalo




RD CONGO - Top-modèle de l’Afrique

« Donnez-nous dix ans, et Kinshasa sera le Paris africain »




QUEBEC - Un nouveau départ à Montréal

Le défi d’écrire en Français



MOLDAVIE / FRANCE - Valea Antos

aux confins de l’Europe de l’Est


TUNISIE - le printemps de l’Art

extrait d’un documentaire d’Arte




CAMBODGE - "La dernière bobine"

représentera le Cambodge dans la catégorie du meilleur film étranger aux Oscars 2016.




VIETNAM - Du charbon brut

métamorphosé en sculptures



FRANCE - Grand Corps Malade

L’heure des poètes




COTE D’IVOIRE - Abidjan, nouvel eldorado

de la beauté en Afrique de l’Ouest





FRANCE / RUSSIE - Francophonia

un film d’Alexandre Sokourov - vidéo


FRANCE - "Je n’ai aucune admiration pour le malheur"

Rencontre avec l’écrivain Charles Dantzig





BURKINA FASO - L’esprit claqué

Caravane des dix mots - vidéo



SENEGAL - Doudou N’diaye Rose, le « tambour-major »

de la musique sénégalaise, est mort !


PALESTINE - Lina Sleibi

"Helwa ya baladi" - vidéo




MAROC / VIETNAM - Des Vietnamiens contre la destruction

d’une oeuvre architecturale marocaine


FRANCE - Thomas Dutronc, élégance éternelle

Eternels jusqu’à demain - vidéo



RD CONGO - Mort de Kiripi Katembo

la fin du photographe-poète de la rue de Kinshasa


REPUBLIQUE TCHEQUE - L’entre-deux-guerres

un âge d’or pour la diffusion du français en Tchécoslovaquie


SENEGAL - Le pèlerinage Layenne

Un témoignage de Nathalie Guironnet



CANADA / QUEBEC - « Charlebois, par-delà Lindberg »

l’enfant terrible de la chanson québécoise







CANADA / QUEBEC - De quoi le franglais est-il le symptôme ?

les Dead Obies, l’étendard de l’utilisation du franglais


EGYPTE - Le rap

outil d’expression féminine








EGYPTE - Agnès Debiage

Libraire à tout-va


FRANCE - Le livre fait du bien !

Numéro spécial de la Gazette de Montpellier et de nos partenaires de l’ESJ Pro





LIBAN - Ely Dagher

dédie sa Palme d’Or au Liban



FRANCE / ALGERIE - Nacéra Belaza

"car je cherche le vide, et le noir, et le nu !



FRANCE - GUADELOUPE / AFRIQUE - Maryse Condé

Ma relation avc l’Afrique s’est fondée sur un mensonge


FRANCE / AFRIQUE - Marseille

11 - 13 juin : AFRICA FETE




AFRIQUE - Revue de Presse quotidienne

Les commentaires des quotidiens et hebdomadaires africains sur l’actualité du continent.




SUISSE - Le combat à l’épée médiévale

séduit toujours plus de Genevois


SENEGAL - "Terre ceinte" de Mohamed Mbougar Sarr

Salon du livre africain de Genève.






AFRIQUE - Editeurs africains, mondialisez-vous donc !

Par Max Lobe, écrivain camerounais vivant en Suisse.






MADAGASCAR - Kolosary

Un trésor du cinéma malgache par Annick Sedson


MADAGASCAR - RFC - Regard sur l’Océan Indien

Des festivals fédérateurs et catalyseurs par Zo Toniaina


FRANCE - Izia au sommet des vagues

de la vidéo et de la radio...




FRANCE - François Maspero

héraut de toutes les luttes


MADAGASCAR - Cinéma malgache

la renaissance passe par l’animation



ROUMANIE - Le "Regard" qui s’entend

Entetien avec Laurent Couderc, rédacteur en chef de "Regard"


AFRIQUE - Production culturelle, inadéquation...

Par Olympe Bhêly-Quenum, MEROE AFRICA - Université populaire en partenariat avec AGORA.



FRANCE - Aude Henneville

entretien et vidéo



CONGO - Henri Lopes

le romancier du métissage



ETATS-UNIS - Les francophones

Louisiane, les diasporas, le Maine et l’héritage acadien...





FRANCE / ORIENT - Dorsaf Hamdani

fait dialoguer Barbara et Fairouz



CONGO / Francophonie - SONY LABOU TANSI

Entretien : Bernard Magnier, ami de l’écrivain et auteur de la pièce...


ROUMANIE - Speranţa Rădulescu, le choix du son passé.

Regard (Revue francophone de Roumanie)








SUISSE / FRANCE - Mocky, le moqueur !

À écouter le sourire aux lèvres...




CANADA / NOUVEAU - BRUNSWICK

10 francophones du N.-B. à suivre sur Twitter






FRANCE / QUEBEC - Un nouveau musée français

entièrement conçu par un Québécois


MALI / BELGIQUE - Le cinéaste Sissako à propos du film Timbuktu :

« C’est d’abord l’islam qui est pris en otage »


CAMEROUN - Juliette Ombang alias Black Giraffe

elle est styliste... voilà tout !



Kamel Daoud décroche le Prix des cinq continents.

Les étudiants du CESTI (Centre d’études des sciences et techniques de l’information - Dakar), en partenariat avec l’ESJ PRO - France), vous proposent de suivre l’actualité autour du Sommet de Dakar.


FRANCOPHONIE - Qui sont les « pères fondateurs » de la Francophonie ?

Les étudiants du CESTI (Centre d’études des sciences et techniques de l’information - Dakar), en partenariat avec l’ESJ PRO - France), vous proposent de suivre l’actualité autour du Sommet de Dakar


L’Association internationale des libraires francophones célèbre ses 10 ans

Les étudiants du CESTI (Centre d’études des sciences et techniques de l’information - Dakar), en partenariat avec l’ESJ PRO - France), vous proposent de suivre l’actualité autour du Sommet de Dakar.


FRANCE / BELGIQUE / SUISSE - Schuiten et Peeters fantasment Paris.

anticipation fait bon ménage avec une certaine poésie



VANUATU -

Par Christian JOST, professeur à l’Université de la Polynésie française.





FRANCE - Hep Taxi... Omar Sy

"Il pleuvait de la culture... nous, on était à l’abri !"


La francophonie à la radio !

Canada, Suisse, Belgique et France au micro...






MADAGASCAR - Voix indienne et musiciens français

Tritha à l’Alliance Française de Diego Suarez


FRANCE - Patrick Modiano ajoute un Nobel à son « Pedigree »

son dernier livre : "Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier"




CANADA - QUEBEC - Salomé Leclerc

... est de retour ! Voir vidéo.



ÉGYPTE - Les enfants de Menya

la photographe Myriam Abdelaziz


ILE MAURICE - « Francophonie paradoxale »

(Ph : Flickr - sébastien amiet ;l)



CANADA - QUEBEC - Xavier Dolan

un surdoué devenu cinéaste respecté


FRANCOPHONIE - Microphone Francophone

Une radio qui fait beaucoup de bien à la francophonie !




FRANCOPHONIE - Yor : Fous-toi la paix !

Sans oublier les Joueurs de mots !




SUISSE - Bertrand Bitz, une voix à suivre !

Ce n’est plus moi que tu attends






CANADA / QUEBEC - Samian.

Le réveil du guerrier



FRANCOPHONIE - Le français n’a pas dit son dernier mot.

2 heures à écouter Julie Barlow et Jean-Benoît Nadeau,..


SENEGAL - Ousmane Sow et ses grands hommes.

Ceux dont il a fait des géants de glaise et de bronze





ALGERIE - Aux origines des Touaregs.

La préhistorienne Malika Hachid dévoile quelques secrets de ce peuple légendaire


FRANCE - Amandine Bourgeois en concert.

Une tornade d’émotions !











Photographie de presse / Dessin de presse

©http://www.patriciawillocq.com/
ouvrir la galerie RD CONGO - Blanc Ebène par Patricia Willocq
Ph : Flickr - luc mercelis
Ph : Flickr - luc mercelis
ouvrir la galerie BELGIQUE - Bruxelles - les humeurs d’une ville
ouvrir la galerie MAROC - les photos de Baptiste de Ville d’Avray
Soroca - le quartier rom - 2017 - Ph : Arnaud Galy - Agora
Soroca - le quartier rom - 2017 - Ph : Arnaud Galy - Agora
ouvrir la galerie MOLDAVIE - Instantanés 2007 - 2017 - Arnaud Galy
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 3
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 3
ouvrir la galerie CAMBODGE - les photos de nate q (Flickr)
mirela momanu - bucarest - 2015
mirela momanu - bucarest - 2015
ouvrir la galerie ROUMANIE - instantanés - FaceBook : Street View Photography Romania
Genève - Ph : Flickr - vincent ader
Genève - Ph : Flickr - vincent ader
ouvrir la galerie SUISSE - Des villes, de l’eau et des montagnes...
Germaine Acogny (Sénégal)
Germaine Acogny (Sénégal)
Ph : Arnaud Galy - Agora francophone
ouvrir la galerie MAROC - Festival "On marche" à Marrakech - GRAND TOUR 2017
Leila Alaoui - www.leilaalaoui.com
Leila Alaoui - www.leilaalaoui.com
ouvrir la galerie Photographies de LEILA ALAOUI - victime des attentats de Ouagadougou - 01 2016
ouvrir la galerie AFRIQUE - Les 10 ans d’Afrique in visu - www.afriqueinvisu.org