logo site

Économie / Coopération décentralisée

AFRIQUE - L'impact du Franc CFA sur les économies de l'UEMOA et sur (...)

AFRIQUE - L’impact du Franc CFA sur les économies de l’UEMOA et sur les pays environnants

Par MEROE AFRICA - Université populaire en partenariat avec AGORA.

Colloque GRAD-GUINEE – APAVDE
Assemblée Nationale – Paris le 15 Janvier 2015



MEROE AFRICA -


Un colloque sur « L’impact du Franc CFA sur les économies de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) et sur les pays environnants » s’est tenu, le 15 janvier 2015, dans les locaux de l’Assemblée Nationale à Paris, sous le haut patronage de Madame Fanélie Carrey-Conte, députée du 20eme arrondissement de Paris et présidente du groupe d’amitié parlementaire franco-guinéenne, et à l’initiative des deux associations GRAD-GUINEE et APAVDE et de leurs présidents respectifs, Monsieur Almamy Kaloko et Monsieur Mohamed Abdou Mazid Soumah. Quatre intervenants ont apporté leurs contributions au thème de ce colloque, avant de laisser la parole aux participants pour les débats, modérés par Madame Amina M’Bow, journaliste. Il s’agit de Messieurs Haroun Gandhi Barry, économiste, Louis Magloire Keumayou, journaliste, Ibrahima Sory Makanera, juriste, et Gilles Morisson, consultant international.


JPEG - 251.8 ko
SENEGAL - Dakar - Le Franc CFA outil de maitrise de l’inflation (Ph : A Galy - ZigZag)

JPEG - 12.3 ko

1/ Les pays de l’UEMOA tirent-ils avantage de l’Union Monétaire ?

Pour Gilles Morisson, le premier avantage qu’offre l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) aux pays qui en sont membres est la stabilité monétaire interne et externe. Le Franc de la Communauté Financière d’Afrique, ou Franc CFA, ou XOF, est une monnaie stable et crédible du fait de la maitrise de l’inflation, qui s’établit à 2% en moyenne par an sur la période 2004-2014. Cette stabilité monétaire interne est garante de la stabilité monétaire externe, c’est-à-dire de la parité fixe avec l’Euro et du maintien de la compétitivité-prix des économies, mesurée par l’indice de taux de change effectif réel.

Cette situation contraste avec celle des autres pays de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CDEAO), à l’exception du Cap Vert dont la monnaie est également liée par une parité fixe à l’Euro. L’inflation y est comprise entre 10% et 14% par an en moyenne sur la même période, provoquant une dépréciation accélérée de leurs monnaies au change, à due concurrence du différentiel d’inflation avec l’extérieur.

Le second avantage est d’offrir un cadre de coopération monétaire qui s’est élargi à la sphère économique et financière. L’UMOA est désormais partie intégrante de l’UEMOA et en constitue le volet monétaire.

Les performances économiques des pays de l’UEMOA, en matière de croissance économique et de progression du revenu par habitant, sont moindres que celles des principaux pays environnants .Sur la période 2004-2014, le taux de croissance annuel moyen du PIB s’établit à 4.7% pour l’UMOA, 6.8% pour la CDEAO et 7.3% pour le Nigéria et le Ghana. Le PIB par habitant a progressé en moyenne par an de 1.64% pour l’UMOA, 3.95% pour la CDEAO, 4.65% pour le Ghana et 4.45% pour le Nigéria.

Cela tient, pour l’essentiel, à la nature de leurs exportations (coton, produits agricoles) et à la crise en Côte d’Ivoire, qui a entrainé une faible croissance de son PIB plusieurs années durant.

Le Nigéria et le Ghana, quant à eux, ont bénéficié de la forte demande de matières premières minérales avant la crise de 2008 et d’un soubassement industriel solide.
Toutefois, depuis quelques années, la croissance économique s’est ralentie dans les pays voisins et s’établit à un niveau proche, voire parfois inférieur, à celui des pays de l’UMOA.

Les résultats en matière de déficit budgétaire et de déséquilibre du compte courant de la balance des paiements, bien qu’insatisfaisants, sont plutôt meilleurs dans l’UMOA que dans la plupart des autres pays de la CDEAO.

Dans le domaine monétaire, d’importantes réformes institutionnelles ont été accomplies, qui sont allées dans le sens d’un renforcement de l’indépendance de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et de la modernisation de ses instruments d’intervention.

Dans le domaine bancaire, la création de la Commission Bancaire de l’UMOA, en 1990, a permis, avec le renforcement de la réglementation prudentielle, d’accroitre la résilience des systèmes bancaires nationaux. Il faut à présent unifier le marché bancaire et financier pour améliorer le financement des économies.
La stabilité monétaire et bancaire fournit un cadre propice au développement économique, mais ne saurait, à elle seule, suffire à rendre l’économie dynamique. L’existence d’institutions publiques efficaces, d’infrastructures de transport et d’énergie performantes et d’un niveau élevé d’investissements privés est nécessaire.
Les pays de l’UMOA participent actuellement, à travers l’Agence Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (AMAO), dont la BCEAO est membre, aux travaux relatifs à la création d’une monnaie commune pour l’ensemble des pays de la CDEAO.

Trois voies sont possibles pour y parvenir :

- les autres pays de la CDEAO rejoignent la Zone Franc, sous réserve de l’accord de la France et des autres pays membres de l’Eurosystème et du traitement du cas du Nigéria à part, du fait de sa taille et de son instabilité ;

- les autres pays de la CDEAO, à l’exception du Cap Vert, forment une seconde zone monétaire, la Zone Monétaire d’Afrique de l’Ouest (ZMAO), destinée à rejoindre la première ;

- l’ensemble des pays de la CDEAO se fondent directement dans une zone monétaire commune.

Ces trois solutions sont indifférentes aux pays membres de l’UMOA, pourvu que les autres pays fassent les efforts nécessaires pour parvenir à la stabilité monétaire et rendre la nouvelle zone monétaire aussi stable et crédible que la première.

Au total, on observe dans les pays de la CDEAO :

- qu’un niveau élevé d’inflation ne favorise pas une croissance économique forte, mais l’accompagne généralement ;

- que l’inflation est essentiellement un phénomène monétaire lié à une croissance très rapide des agrégats monétaires, souvent consécutive au financement monétaire du déficit budgétaire ;

- que la dépréciation de la monnaie au change corrige les déséquilibres nominaux (écarts de prix), mais ne corrige pas les déséquilibres réels (écarts de compétitivité) ;

La création d’une monnaie unique pour l’ensemble des pays de la CDEAO :

- ne peut se faire que par étapes ;

- ne signifie pas pour autant la disparition du Franc CFA, qui pourrait l’incarner ;

- signifie la modification, voire la fin probable, des accords monétaires actuels avec la France.


JPEG - 12.3 ko

2 / Les pays de l’UEMOA conservent-ils leur souveraineté monétaire ?

Pour Ibrahima Sory Makanera, la souveraineté est la capacité d’un État à décider et à s’engager librement et sans contraintes. L’adhésion à une zone monétaire donne lieu à la signature d’accords de coopération monétaire et de traités d’union monétaire entre les pays membres. Il s’agit donc bien d’un acte souverain.
L’appartenance à une zone monétaire ne remet pas en cause la souveraineté d‘un État, dans a mesure où déléguer un pouvoir, ou une compétence, dans un domaine, comme le domaine monétaire, est par essence un acte de souveraineté.
Dans une zone monétaire les décisions sont collégiales et la souveraineté monétaire est partagée.

Le choix de l’ancrage nominal du Franc CFA à l’Euro est une décision souveraine des différents pays membres de l’UMOA, dont ils peuvent, à tout moment, remettre en cause le bien-fondé. Il est possible de sortir de la Zone Franc, ou d’y entrer, comme l’ont montré, dans un passé ancien et plus récent, le Mali, la Mauritanie, la Guinée, la Guinée Bissau et la Guinée Equatoriale.

La France peut accepter, ou refuser, l’adhésion d’un nouveau pays membre à la Zone Franc, en raison de sa souveraineté. En revanche, elle ne peut pas s’opposer à la sortie d’un pays membre de la Zone.


JPEG - 12.3 ko

3 / Les pays de l’UEMOA doivent-ils remettre en cause les accords monétaires avec la France ?

Pour Louis Magloire Keumayou, les pays de l’UEMOA et, plus largement, ceux de la Zone Franc doivent devenir adultes et s’affranchir de la tutelle monétaire infantilisante de la France. Il est nécessaire qu’ils apprennent à gérer leur monnaie commune sans soutien ni regard extérieurs et qu’ils assument pleinement les conséquences de leurs décisions.

Quel qu’en soit le prix à payer, il faut couper le cordon ombilical avec la France.
La création d’une monnaie unique pour l’ensemble des pays de la CDEAO pourrait être l’occasion de cette émancipation.

Le Rwanda, par exemple, a opéré sa mue après les évènements tragiques qu’il a connu. Il est devenu, en l’espace de quelques années, un pays dynamique, dont la croissance économique est forte et qui attire les investissements privés. Cela est dû à sa bonne gouvernance macroéconomique, imposée par un pouvoir politique autoritaire. Il possède sa propre monnaie qu’il gère en toute indépendance.
Ce que le Rwanda a réussi, d’autres pays peuvent également le réussir.


JPEG - 223.8 ko
RWANDA - Kigali - Une économie dynamique hors de la zone Franc (Ph : Flickr - Lori Howe)

JPEG - 12.3 ko

4 / Quelle zone monétaire la Guinée devrait-elle intégrer ?

Pour Haroun Gandhi Barry, la Guinée donne l’impression d’être toujours dans la phase préparatoire au décollage économique, où il faut encore :
- écarter les blocages intellectuels au développement et combattre ceux qui considèrent que l’État doit être à l’origine de tout et non un régulateur, ou un arbitre, du jeu économique ;

- construire les infrastructures physiques vitales (routes, voies ferrées, énergie, eau) ;

- développer une classe d’entrepreneurs.

La Guinée est engagée, depuis l’origine du projet en 2000, dans la construction d’une seconde zone monétaire en Afrique de l’Ouest, la ZMAO, avec la Gambie, le Ghana, le Libéria, le Nigéria et la Sierra Leone.

Outre le fait que l’ensemble des pays avec lesquels elle s’est associée soient anglophones, la Guinée n’a aucun intérêt économique direct à faire partie de cette zone monétaire. Des études économiques montrent qu’une parité fixe avec l’Euro, voire un ancrage à un panier de monnaies composé d’Euro et de Dollar, dans une proportion de 60/40, seraient plus indiqués que le système actuel d’ajustement du taux de change vis-à-vis du Dollar, utilisé comme seule devise de référence.

De par sa situation géographique, sa langue officielle, et ses échanges économiques, l’intérêt de la Guinée est de réintégrer la Zone Franc, qu’elle a quitté en 1960 pour créer sa propre monnaie. Depuis cette date, sa gestion monétaire a été source d’une inflation permanente, souvent élevée, liée au financement monétaire des déficits permanents du secteur public et notamment de l’État. Cela a conduit à la perte du pouvoir d’achat de ses monnaies successives (Franc, Syli, Franc guinéen) et à leur dépréciation accélérée au change. L’indépendance monétaire ne s’est pas accompagnée d’une croissance économique forte en raison d’une mauvaise gouvernance macroéconomique récurrente.

Sur la période 2004-2014, le taux d’inflation annuel moyen s’est établi à 14%, le taux de croissance annuel moyen du PIB en volume s’est élevé à 2.6% et le PIB par habitant n’a quasiment pas progressé, à 0.2%, du fait de l’augmentation concomitante de la population. La Guinée est le seul pays de la CDEAO dont l’inflation a été aussi élevée et la croissance économique aussi faible sur la période sous revue. Par ailleurs, le Franc guinéen s’est déprécié nominalement de 65% vis-à-vis de l’Euro et, ipso facto, du Franc CFA depuis 2004.

Ce choix, bien que politiquement difficile à faire après plus de cinquante ans d’indépendance monétaire, est le seul à même de redonner à la Guinée la discipline monétaire, budgétaire et économique dont elle a besoin pour remettre son économie sur le chemin de la croissance et du développement et lui permettre d’intégrer une zone économique et monétaire plus large à l’avenir.
Le temps est venu pour la Guinée de privilégier ses intérêts économiques et de mettre un terme aux approches politiques et idéologiques stériles de cette question.

La Zone Franc actuelle n’a qu’un lointain rapport avec celle de 1959 et elle est appelée à évoluer encore. Les accords monétaires signés avec la France par les pays de l’UMOA devront s’adapter, voire disparaitre, avec l’avènement d’une monnaie commune à l’ensemble des pays de la CDEAO.


JPEG - 183.2 ko
GUINEE - Conakry - Quel avenir monétaire pour ces jeunes acrobates ? (Ph : Flickr - Julien Harnels)

Photo logo : Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest - Ouagadougou - Burkina Faso (Wikimedia Commons - wegmann)

Même thématique






ROUMANIE / ONTARIO - Des retombées espérées

Conférence des femmes de la Francophonie





AFRIQUE - « L’Afrique, futur royaume de l’innovation ? »

Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale



MONDE - La banane

un fruit en sursis








BENIN - Des petits groupements d’épargne et de crédit

impulsent l’autonomisation des femmes rurales











TCHAD - Privé de sa rente pétrolière

le pays s’enfonce dans la crise




AFRIQUE - Arbitrage en Afrique

à la recherche d’un équilibre


AFRIQUE - L’économie de la connaissance en Afrique

quel cadre théorique et quelles évolutions ?






FRANCE / GUYANE - Manifestation historique

pour dénoncer le chômage et l’insécurité



LIBAN - « au point de rupture »

appelle la communauté internationale à l’aide




AFRIQUE - Le tourisme dans la Zone UEMOA

quel positionnement pour le Sénégal et la Côte d’Ivoire ?


BELGIQUE - Talentueuse la Belgique ?

Oui, mais peut mieux faire !









COTE d’IVOIRE - Sisi Barra

travail de la fumée





ALGERIE - Lutte contre l’informel

l’Exécutif slalome au gré des circonstances







AFRIQUE - Comment le wax fait croire qu’il est africain

et étouffe les vrais tissus du continent


FRANCE - "Il faut une aide au développement plus ambitieuse"

Rémy Rioux - Directeur général de l’Agence Française de Développement





BOSNIE - Suez

au coeur de la reconstruction et du développement



AFRIQUE - TIC et agriculture

pour mieux informer et accompagner les agriculteurs !



QUEBEC - Qu’est-ce qui cloche

à propos de l’économie québécoise ?





FRANCOPHONIE - Sauter dans le TGV des nouvelles technologies

Par Jean-Noël Cuenod - contributeur au réseau AGORA - ZIGZAG - AFI


CAMEROUN - Cacao

l’enjeu de la certification



ALGERIE - "L’e-commerce doit être le principal moteur du web algérien"

Badreddine Ramtani, employé algérien chez Google


AFRIQUE - "Les agriculteurs africains peuvent nourrir le monde"

L’Afrique possède 60 à 65% des terres agricoles en friche du monde


PALESTINE - Gaza cherche une ouverture

une place sur la carte du tourisme régional


LIBAN - La diaspora courtisée

pour investir dans le tourisme




LIBAN - Cinéma

une industrie qui prospère




LIBAN - L’Euro de football

un coup de pouce bienvenu pendant le ramadan









LIBAN - L’aéroport de Beyrouth

renforce sa position de hub aérien




AFRIQUE - Zone Franc africaine

des réformes concrètes à mener en attendant (peut-être) un nouveau système de change !






LIBAN - Une usine de la Békaa

accueillera le plus grand parc solaire du Liban


FRANCE / AF sud - La French Tech s’installe au Cap

pour rayonner dans toute l’Afrique anglophone








CANADA / YUKON - Immigration francophone

Trudeau défait les politiques conservatrices









SENEGAL - Business halal dans le monde

un marché de 402 mille milliards


AFRIQUE - L’Afrique francophone subsaharienne

à nouveau en tête de la croissance africaine



CANADA - Le défi de trouver du travail

pour les diplômés issus de l’immigration



LIBAN - Efficacité énergétique

5 ans pour se rattraper



La Francophonie économique

Par Jean-Benoît Nadeau - journaliste le Devoir - Québec




MALI - « La régionalisation va accélérer le développement économique des territoires »

Ousmane Sy, le président de l’Alliance pour la refondation de la gouvernance en Afrique


LIBAN - Financement du cinéma

vers un modèle libanais ?



LIBAN - L’économie

tributaire de la solution en Syrie



VIETNAM - Thé Shan tuyêt

une affaire d’indication géographique



BURKINA FASO - Kilowattheure en Afrique

Pourquoi un tarif si cher sur le continent ?


SUISSE / FRANCE - Le CERN

reportage photographique








AFRIQUE - Les robinets du financement

s’ouvrent pour les start-up




FRANCOPHONIE - "Créer un espace de confiance"

Entretien avec Éric Adja, le directeur de la Francophonie numérique à l’OIF


BENIN - Jus de fruits

succès agroalimentaire ?



MAROC - Métiers du désert

la face cachée du tourisme saharien - vidéo





BURKINA FASO - Tourisme au Burkina :

« Cette année, c’est une catastrophe… »


RD CONGO - Gestion durable des forêts

Agence Française de Développement - vidéo



SENEGAL - Écart entre riches et pauvres au Sénégal

les dessous d’une cohabitation difficile !



COTE d’IVOIRE - En quête d’autosuffisance en riz

pour recouvrer sa souveraineté alimentaire


BURKINA FASO - Gouvernance de l’internet

les francophones en ordre de bataille


SENEGAL - La technologie

au service des femmes et de la production locale


BENIN - Lionel Zinsou

« Le pouvoir doit être sobre et efficace »






MAROC - Comme l’Europe s’essouffle,

le Maroc va respirer en Afrique


HAITI - Une agriculture en jachère

il y a cinq ans, la terre tremblait en Haïti


MOLDAVIE - Quelqu’un a volé 1 milliard de dollars

et personne ne sait où il se trouve



LIBAN - L’expansion à l’étranger continue.

Le savoir-faire libanais s’exporte bien






SUISSE - Tidjane Thiam est le nouveau patron de Credit Suisse

un descendant du président Félix Houphouët-Boigny.


TUNISIE - L’artisanat tunisien se meurt

patrimoine ancestral en jeu (Ph : A Galy - ZigZag)



MALI - Internet

l’envol et les errements du nom de domaine malien


LIBAN - Organiser l’alimentation grâce à un logiciel

le pari gagnant d’une mère de famille




TUNISIE - Culture de la tomate

les agriculteurs voient rouge








FRANCOPHONIE - Les territoires de la francophonie

Ph : Maroc, le port d’Agadir - Wikimedia Commons - Sir James)


CONGO - Vérone Mankou, président et fondateur de la société VMK.

père de la première tablette et du premier smartphone africains



ROUMANIE - Cluj, la Silicon Valley de l’Europe.

une ville comblée par le miracle du plein-emploi


CONGO - Made in Congo,

un témoignage de Baudouin Mouanda



FRANCOPHONIE - La francophonie économique :

nouveau modèle de gouvernance dans l’espace francophone ?



RWANDA - Un atelier de broderie artisanale

Une vidéo du Studio de Création Numérique de l’IF du Rwanda


FRANCE - La francophonie et la francophilie - moteurs de croissance durable

Jacques Attali remet son rapport à François Hollande.









CANADA / QUEBEC - Investissements étrangers : Bilan

La PDG de Montréal International, Dominique Anglade.





TCHAD - La science et la technologie pour transformer l’Afrique

par Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale


Photographie de presse / Dessin de presse

©http://www.patriciawillocq.com/
ouvrir la galerie RD CONGO - Blanc Ebène par Patricia Willocq
Ph : Flickr - ashley bayles
Ph : Flickr - ashley bayles
ouvrir la galerie BELGIQUE - Bruxelles - les humeurs d’une ville
Ph : Baptiste de Ville d'Avray - www.baptiste-dva.fr - 3
Ph : Baptiste de Ville d’Avray - www.baptiste-dva.fr - 3
ouvrir la galerie MAROC - les photos de Baptiste de Ville d’Avray
Les aquarelles d'Eugeniu Gorean - 2017 - Ph : Arnaud Galy - (...)
Les aquarelles d’Eugeniu Gorean - 2017 - Ph : Arnaud Galy - Agora
ouvrir la galerie MOLDAVIE - Instantanés 2007 - 2017 - Arnaud Galy
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 4
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 4
ouvrir la galerie CAMBODGE - les photos de nate q (Flickr)
cristian munteanu - bucarest - 2014
cristian munteanu - bucarest - 2014
ouvrir la galerie ROUMANIE - instantanés - FaceBook : Street View Photography Romania
Lausanne - Ph : Flickr - kosala bandara
Lausanne - Ph : Flickr - kosala bandara
ouvrir la galerie SUISSE - Des villes, de l’eau et des montagnes...
Shifting realities ( Afrique - Europe)
Shifting realities ( Afrique - Europe)
Ph : Arnaud Galy - Agora francophone
ouvrir la galerie MAROC - Festival "On marche" à Marrakech - GRAND TOUR 2017
www.leilaalaoui.com - 8
www.leilaalaoui.com - 8
ouvrir la galerie Photographies de LEILA ALAOUI - victime des attentats de Ouagadougou - 01 2016
ouvrir la galerie AFRIQUE - Les 10 ans d’Afrique in visu - www.afriqueinvisu.org