logo site

Économie / Coopération décentralisée

FRANCOPHONIE - L'Assurance, loin des clichés...

FRANCOPHONIE - L’Assurance, loin des clichés...

"le prix d’un Homme"



L’Association Internationale des Établissements Francophones de Formations en Assurance (IEFFA) tenait séminaire début novembre à l’Université Claude Bernard à Lyon. Loin de considérations techniques absconses, les invités concentrèrent leurs prises de paroles sur des sujets sociétaux concernant la maîtrise des mégadonnées, le développement en Afrique, l’éthique, la cybercriminalité et aussi, grâce à la pertinente intervention de François-Xavier Albouy sur « le prix d’un Homme* ».

Le premier thème abordé « le digital et l’assurance » révèle d’entrée de jeu la difficulté – réelle ou supposée - de rester francophone dans un milieu d’affaires ! Le « digital » semble avoir balayé le « numérique » ce qui doit faire bondir les linguistes de Franceterme.

Et que penser des « scoring ; competitive pricing et autre 67 startup making your home smarter... » qui s’invitèrent tout au long du séminaire ? Ces expressions sont-elles inévitables sur les « sliders » projeté(e)s sur l’écran de l’amphithéâtre ?

JPEG - 63.1 ko
Christian Robert

Revenons au fond... « Le numérique et l’assurance ». Sous ce titre apparaît instantanément l’enjeu de la maîtrise des mégadonnées, en anglais big data. De plus en plus de mégadonnées s’entassent dans les disques durs des compagnies d’assurance et de tous les prestataires de service de la planète. À tel point qu’il faut former et embaucher des experts en mégadonnées afin qu’ils en tirent la substantifique moelle, comme aurait dit Rabelais dans son Gargantua si boulimique ! Collecter et traiter les infos est la grande affaire du siècle à venir. Les « consommateurs » ont-ils des réticences à se livrer en toute impudeur par l’intermédiaire des objets connectés ou, simplement, en répondant à des formulaires de plus en plus intrusifs ? Pas certain. Si le bénéfice est au bout du chemin, des enquêtes montrent que le consommateur – citoyen est prêt à se livrer. Oui, s’il bénéficie d’une réduction des cotisations ; oui s’il constate une amélioration de son état de santé ; oui s’il a l’impression de faire progresser la recherche médicale ou la sécurité routière. En résumé, sans doute trop abrupte, la crainte disparaît devant le gain financier ou non. La conséquence de cet abandon d’intimité est que la dématérialisation des relations dites contractuelles imposera des règles et normes éthiques dans la pratique des robots, des outils connectés et des plateformes numériques. Sinon, George Orwell reviendra au galop ! (Interprétation de la prise de parole de Christian Robert – Institut de Science Financière et d’Assurance - Lyon - France)

JPEG - 73.1 ko
Sandra Ghernaouti

D’où l’attention toute particulière portée à la cybersécurité, pourvoyeuse de métiers d’avenir, assurément. Comment parler de cybersécurité sans parler des désormais célèbres GAFAM* et NATU* ? Ces monstres du commerce numérique imposent des services, génèrent de l’argent avec « du gratuit » et sont porteurs d’une violence inouïe et invisible. Et pour parachever le tableau, nous, les citoyens – consommateurs sommes dociles ! Tels des gourous sectaires, les maîtres des GAFAM et NATU font entrer dans nos têtes que ce qu’ils pratiquent est une évolution naturelle. Collectons, collectons des données, sans trop savoir pourquoi, un jour viendra elles serviront... voilà le credo. Pire même, l’utilisateur donne tout sur lui sans être réellement conscient que ces données seront revendues à son insu. L’utilisateur est l’acteur de son esclavage et il aime ça ! Plus il donne, plus il est asservi. Qui se cache derrière ces machines à aspirer et à traiter nos intimités ? Qu’importe, le fait est que ces concepteurs de logarithmes sont dénués de culture, du sens du bien commun, d’éthique. Les questions de la sécurité et de la véracité ne sont pas un problème. C’est pourquoi les cyberassureurs ont de l’avenir. Ce monde hyperconnecté où le pouvoir est dans les mains de ceux qui possèdent les informations est, en partie, aux mains de criminels. Mot fort, mais... L’internet auquel chacun peut avoir accès est un iceberg. 80 % de sa surface est immergés, invisibles de l’immense majorité des utilisateurs. Cette masse criminelle, terroriste et dangereuse ne s’appelle-t-elle pas le web noir et le web profond ? En ces terres invisibles, tout s’achète et tout se vend et cette industrie est florissante. Les propriétaires des infrastructures (GAFAM et NATU) sont les « rois du pétrole » !
Face à ces risques protéiformes, il est urgent de développer l’industrie du contrôle. Tout est vulnérable... les logiciels, le WIFI, la domotique, les véhicules autonomes... Les crises sont inévitables, le besoin d’assurance l’est tout autant. (Interprétation de la prise de parole de Sandra Ghernaouti – Université de Lausanne - Suisse)


JPEG - 123.4 ko
Un séminaire interactif !

JPEG - 68.8 ko
François-Xavier Albouy

Assurance et Afrique ?

Un chiffre : 20 % de la population mondiale est concernée par l’assurance. Seulement. Il en résulte que l’assurance reste un métier à inventer, notamment sur le continent africain. Établir un système d’assurance viable et équitable à l’échelle d’un continent vient à parler, sans détour, du prix de la vue humaine. Prix fixé par le marché ! Aux États-Unis, la vie d’un être humain qui meurt dans un accident d’avion est de 3 à 4 millions de dollars. Un Africain, lui, ne vaut rien au regard du marché. Cette indécence pure vient du seul fait que l’assurance est un objet politique, économique et social et qu’aujourd’hui le monde est dominé par les mégalopoles et les cités états. Les campagnes sont désertes, le bâti n’y vaut rien et la déshérence y fait son nid. L’Afrique ne compte pas encore. Pas encore assez ! L’assurance qui est un outil de lutte contre les aléas du sort - personnel, agricole ou industriel - n’y trouve que peu d’écho. Pourtant, les statistiques montrent que la croissance africaine atteint par endroit 6 ou 8 %. Des chiffres que l’Europe ou les États-Unis n’atteindront plus jamais ! Alors pourquoi tant de croissance pour si peu de bénéfice pour de la population ? Simple. Cette croissance n’est pas inclusive. Elle n’est pas partagée avec le monde agricole qui représente 60 % des habitants subsahariens. Elle ne génère pas de système de protection sociale et encore moins de recettes fiscales. Ce sont les transferts de fonds familiaux et l’aide au développement qui contribuent à la vie – survie – des Africains ruraux. Seulement 5 % des crédits à l’économie vont à l’agriculture alors qu’elle représente 40 % du PIB. Bilan humain : les conditions de vie régressent, l’accès aux soins diminue, le système éducatif reste faible, le système de retraite est inexistant et le producteur ne fixe jamais le prix de sa production... en résumé, la population rurale n’est pas incluse !
Si l’on veut dresser un tableau – sombre – on pourrait observer que dans l’ensemble de la chaîne de production du cacao ou du café tous les intervenants sont assurés pour tous les potentiels risques sauf... le producteur et sa famille. L’assurance peut et doit lutter contre la pauvreté. De par le monde, Nord et Sud, chacun sait que les « sans domicile fixe » sont toujours des gens qui ont subi un accident de la vie. L’assurance est l’outil qui évite cette spirale descendante. Il faut transformer l’agriculteur en chef d’entreprise. Si sa production est assurée, il peut produire – voir produire plus – sans peur. Alors qu’aujourd’hui, après 2 ou 3 années de mauvaises récoltes il n’a comme solution – mauvaise solution – que le départ pour la ville en priant pour une hypothétique amélioration de ses conditions de vie. L’assurance fait partie d’un triptyque indispensable au décollage de l’économie africaine : subventionner les producteurs ; investir dans les technologies (payement, santé, communication...) et donc, assurer les productions et les familles. Il n’y a pas de fatalité à l’appauvrissement et au vieillissement des campagnes africaines. (Interprétation de la prise de parole de François-Xavier Albouy – Directeurs des recherches Chaire transitions démographiques et économiques)


* François-Xavier Albouy - Le prix d’un Homme - Éditions Grasset
* GAFAM : Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft
* NATU : Netflix, Air BNB, Telsa et Uber

Photo du logo : Dieynaba Kaba Cissé - Directrice générale adjointe de la Compagnie Financière de l’Ouest Africain (Dakar - Sénégal)


Ph : Arnaud Galy - Agora Francophone

Même thématique





ROUMANIE / ONTARIO - Des retombées espérées

Conférence des femmes de la Francophonie





AFRIQUE - « L’Afrique, futur royaume de l’innovation ? »

Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale



MONDE - La banane

un fruit en sursis








BENIN - Des petits groupements d’épargne et de crédit

impulsent l’autonomisation des femmes rurales











TCHAD - Privé de sa rente pétrolière

le pays s’enfonce dans la crise




AFRIQUE - Arbitrage en Afrique

à la recherche d’un équilibre


AFRIQUE - L’économie de la connaissance en Afrique

quel cadre théorique et quelles évolutions ?






FRANCE / GUYANE - Manifestation historique

pour dénoncer le chômage et l’insécurité



LIBAN - « au point de rupture »

appelle la communauté internationale à l’aide




AFRIQUE - Le tourisme dans la Zone UEMOA

quel positionnement pour le Sénégal et la Côte d’Ivoire ?


BELGIQUE - Talentueuse la Belgique ?

Oui, mais peut mieux faire !









COTE d’IVOIRE - Sisi Barra

travail de la fumée





ALGERIE - Lutte contre l’informel

l’Exécutif slalome au gré des circonstances







AFRIQUE - Comment le wax fait croire qu’il est africain

et étouffe les vrais tissus du continent


FRANCE - "Il faut une aide au développement plus ambitieuse"

Rémy Rioux - Directeur général de l’Agence Française de Développement





BOSNIE - Suez

au coeur de la reconstruction et du développement



AFRIQUE - TIC et agriculture

pour mieux informer et accompagner les agriculteurs !



QUEBEC - Qu’est-ce qui cloche

à propos de l’économie québécoise ?





FRANCOPHONIE - Sauter dans le TGV des nouvelles technologies

Par Jean-Noël Cuenod - contributeur au réseau AGORA - ZIGZAG - AFI


CAMEROUN - Cacao

l’enjeu de la certification



ALGERIE - "L’e-commerce doit être le principal moteur du web algérien"

Badreddine Ramtani, employé algérien chez Google


AFRIQUE - "Les agriculteurs africains peuvent nourrir le monde"

L’Afrique possède 60 à 65% des terres agricoles en friche du monde


PALESTINE - Gaza cherche une ouverture

une place sur la carte du tourisme régional


LIBAN - La diaspora courtisée

pour investir dans le tourisme




LIBAN - Cinéma

une industrie qui prospère




LIBAN - L’Euro de football

un coup de pouce bienvenu pendant le ramadan









LIBAN - L’aéroport de Beyrouth

renforce sa position de hub aérien




AFRIQUE - Zone Franc africaine

des réformes concrètes à mener en attendant (peut-être) un nouveau système de change !






LIBAN - Une usine de la Békaa

accueillera le plus grand parc solaire du Liban


FRANCE / AF sud - La French Tech s’installe au Cap

pour rayonner dans toute l’Afrique anglophone








CANADA / YUKON - Immigration francophone

Trudeau défait les politiques conservatrices









SENEGAL - Business halal dans le monde

un marché de 402 mille milliards


AFRIQUE - L’Afrique francophone subsaharienne

à nouveau en tête de la croissance africaine



CANADA - Le défi de trouver du travail

pour les diplômés issus de l’immigration



LIBAN - Efficacité énergétique

5 ans pour se rattraper



La Francophonie économique

Par Jean-Benoît Nadeau - journaliste le Devoir - Québec




MALI - « La régionalisation va accélérer le développement économique des territoires »

Ousmane Sy, le président de l’Alliance pour la refondation de la gouvernance en Afrique


LIBAN - Financement du cinéma

vers un modèle libanais ?



LIBAN - L’économie

tributaire de la solution en Syrie



VIETNAM - Thé Shan tuyêt

une affaire d’indication géographique



BURKINA FASO - Kilowattheure en Afrique

Pourquoi un tarif si cher sur le continent ?


SUISSE / FRANCE - Le CERN

reportage photographique








AFRIQUE - Les robinets du financement

s’ouvrent pour les start-up




FRANCOPHONIE - "Créer un espace de confiance"

Entretien avec Éric Adja, le directeur de la Francophonie numérique à l’OIF


BENIN - Jus de fruits

succès agroalimentaire ?



MAROC - Métiers du désert

la face cachée du tourisme saharien - vidéo





BURKINA FASO - Tourisme au Burkina :

« Cette année, c’est une catastrophe… »


RD CONGO - Gestion durable des forêts

Agence Française de Développement - vidéo



SENEGAL - Écart entre riches et pauvres au Sénégal

les dessous d’une cohabitation difficile !



COTE d’IVOIRE - En quête d’autosuffisance en riz

pour recouvrer sa souveraineté alimentaire


BURKINA FASO - Gouvernance de l’internet

les francophones en ordre de bataille


SENEGAL - La technologie

au service des femmes et de la production locale


BENIN - Lionel Zinsou

« Le pouvoir doit être sobre et efficace »






MAROC - Comme l’Europe s’essouffle,

le Maroc va respirer en Afrique


HAITI - Une agriculture en jachère

il y a cinq ans, la terre tremblait en Haïti


MOLDAVIE - Quelqu’un a volé 1 milliard de dollars

et personne ne sait où il se trouve



LIBAN - L’expansion à l’étranger continue.

Le savoir-faire libanais s’exporte bien






SUISSE - Tidjane Thiam est le nouveau patron de Credit Suisse

un descendant du président Félix Houphouët-Boigny.


TUNISIE - L’artisanat tunisien se meurt

patrimoine ancestral en jeu (Ph : A Galy - ZigZag)


AFRIQUE - L’impact du Franc CFA sur les économies de l’UEMOA et sur les pays environnants

Par MEROE AFRICA - Université populaire en partenariat avec AGORA.



MALI - Internet

l’envol et les errements du nom de domaine malien


LIBAN - Organiser l’alimentation grâce à un logiciel

le pari gagnant d’une mère de famille




TUNISIE - Culture de la tomate

les agriculteurs voient rouge








FRANCOPHONIE - Les territoires de la francophonie

Ph : Maroc, le port d’Agadir - Wikimedia Commons - Sir James)


CONGO - Vérone Mankou, président et fondateur de la société VMK.

père de la première tablette et du premier smartphone africains



ROUMANIE - Cluj, la Silicon Valley de l’Europe.

une ville comblée par le miracle du plein-emploi


CONGO - Made in Congo,

un témoignage de Baudouin Mouanda



FRANCOPHONIE - La francophonie économique :

nouveau modèle de gouvernance dans l’espace francophone ?



RWANDA - Un atelier de broderie artisanale

Une vidéo du Studio de Création Numérique de l’IF du Rwanda


FRANCE - La francophonie et la francophilie - moteurs de croissance durable

Jacques Attali remet son rapport à François Hollande.









CANADA / QUEBEC - Investissements étrangers : Bilan

La PDG de Montréal International, Dominique Anglade.





TCHAD - La science et la technologie pour transformer l’Afrique

par Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale


Photographie de presse / Dessin de presse

©http://www.patriciawillocq.com/
ouvrir la galerie RD CONGO - Blanc Ebène par Patricia Willocq
Ph : Flickr - luc mercelis
Ph : Flickr - luc mercelis
ouvrir la galerie BELGIQUE - Bruxelles - les humeurs d’une ville
Ph : Baptiste de Ville d'Avray - www.baptiste-dva.fr - 11
Ph : Baptiste de Ville d’Avray - www.baptiste-dva.fr - 11
ouvrir la galerie MAROC - les photos de Baptiste de Ville d’Avray
Repas dominical - 2017 - Ph : Arnaud Galy - Agora
Repas dominical - 2017 - Ph : Arnaud Galy - Agora
ouvrir la galerie MOLDAVIE - Instantanés 2007 - 2017 - Arnaud Galy
Cambodge - Ph : nate q (Flickr)
Cambodge - Ph : nate q (Flickr)
ouvrir la galerie CAMBODGE - les photos de nate q (Flickr)
mirela momanu - bucarest - 2014
mirela momanu - bucarest - 2014
ouvrir la galerie ROUMANIE - instantanés - FaceBook : Street View Photography Romania
Genève - Ph : Flickr - luis marina
Genève - Ph : Flickr - luis marina
ouvrir la galerie SUISSE - Des villes, de l’eau et des montagnes...
Taoufiq Izeddiou satisfait (Maroc)
Taoufiq Izeddiou satisfait (Maroc)
Ph : Arnaud Galy - Agora francophone
ouvrir la galerie MAROC - Festival "On marche" à Marrakech - GRAND TOUR 2017
www.leilaalaoui.com - 6
www.leilaalaoui.com - 6
ouvrir la galerie Photographies de LEILA ALAOUI - victime des attentats de Ouagadougou - 01 2016
ouvrir la galerie AFRIQUE - Les 10 ans d’Afrique in visu - www.afriqueinvisu.org