logo site

Environnement

AFRIQUE - La biomasse, un atout dans les mains

AFRIQUE - La biomasse, un atout dans les mains

Par Fanny Costes en partenariat avec le mensuel suisse La Cité



La biomasse — ensemble des matières organiques d’origine végétale ou animale — satisfait aujourd’hui 49% de la demande en énergie primaire de l’Afrique, et même plus de 60% dans sa partie sub-saharienne, aux dires de l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Et selon ses perspectives, elle restera la première source d’énergie du continent à l’horizon 2040, loin devant le pétrole ou les autres énergies renouvelables.

Actuellement, il s’agit surtout de charbon de bois récolté de manière artisanale selon des méthodes peu efficaces énergétiquement et surtout très destructrices pour l’environnement. L’enjeu pour les pays africains est donc de passer de cet usage artisanal de l’énergie biomasse à un autre, plus industriel, moderne et efficace, adapté aux enjeux environnementaux et économiques des territoires. Mais aussi plus efficace, 600 millions d’Africains n’ayant aujourd’hui aucun accès à l’électricité. « La biomasse est unique comme énergie renouvelable car elle est non seulement stockable mais en plus elle recèle un potentiel thermique couvrant les besoins en chauffage, en électricité, et en carburant pour les transports, plaide Dolf Gielen, directeur du centre Innovation et technologie de l’Irena (Agence internationale pour les énergies renouvelables). Il est donc très important de la développer et en Afrique, le potentiel est immense. »

Pourtant, après une accélération des investissements et des projets à la faveur du développement des bioénergies au début des années 2000, la crise alimentaire de 2007 a tout remis en question. Les biocarburants, en particulier, ont été accusés de l’avoir provoquée. Une dénonciation en partie avérée, les états-Unis ayant massivement utilisé du blé pour produire leur biocarburant. Ce qui a eu pour effet d’augmenter le prix du blé et du maïs. Cette critique s’est étendue à tous les pays producteurs, le Brésil en particulier, en alimentant l’idée que les bioénergies, en général, portaient atteinte à la sécurité alimentaire des populations.


JPEG - 298.5 ko
Nairobi, à l’heure de pointe - Ph : Céline Michel

À en croire certains experts, la tension démographique que va connaître le continent tout au long du XXIe siècle interdit de miser sur l’énergie biomasse à grande échelle. « Selon les scénarios tendanciels, l’Afrique comptera en 2100 entre 3 et 4 milliards d’habitants. Il sera donc nécessaire d’éviter toute opposition entre les usages des récoltes. à long terme, il faudra préserver la biomasse comme aliment et favoriser l’énergie issue du solaire », estime ainsi Michel Griffon, agronome-économiste. Un avis que ne partage pas Laurent Gazull, chef d’unité au CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement). « S’il existe des disparités importantes dans la disposition des sols, l’Afrique reste le continent le moins saturé. Et de nombreux pays cultivent aujourd’hui des productions destinées à l’exportation, comme le coton ou encore la noix de cajou. Ce sont des cultures de rente et on ne s’est jamais posé la question de savoir si elles entraient en concurrence avec l’alimentation des populations du continent ! », réplique-t-il. Pour les partisans de l’énergie biomasse, miser sur ses différentes possibilités répond au besoin considérable d’énergie en milieu rural, ainsi qu’à la nécessaire modernisation de l’agriculture de nombreuses zones africaines. Le développement d’une filière d’énergie à partir de la biomasse, touche forcément la filière agricole. L’objectif serait même d’aboutir à un apprentissage mutuel entre les deux. Au lieu de faire du prélèvement sauvage et aléatoire de biomasse, il serait préférable de créer des filières agricoles dédiées à la production d’énergie et dont la rente permettrait aux producteurs de réduire leur insécurité alimentaire, suggère Edouard Lanckriet, ingénieur agronome et doctorant en économie agricole au CIRED (Centre international de recherche sur l’environnement et le développement).

Concilier sécurité alimentaire et énergétique serait possible. Les revenus de la biomasse énergie permettant, par exemple, d’acheter engrais et semences pour faire de l’agriculture en parallèle, ou alors en créant des variétés qui fournissent des tiges riches en fibre, très bonne source énergétique, et produisent des graines riches en lipides utilisables pour l’alimentation. « Si le développement de filières agro-énergétiques est conduit de manière intelligente, à l’instar du Brésil, cela contribue directement à la sécurité alimentaire, ajoute l’ingénieur agronome. L’apprentissage issu du développement de telles filières permet d’améliorer les techniques agricoles dont bénéficient aussi des filières destinées à l’alimentation ».


JPEG - 329 ko
Serre au Kenya, conçue pour des petits agriculteurs, permettant un accès abordable aux technologies agricoles modernes - Ph : Céline Michel

D’autant que l’Afrique dispose de plantes qui peuvent couvrir les différents marchés alimentaires et énergétiques. La canne à sucre et le sorgho sont de bons exemples. Développer ces cultures en particulier pourrait procurer un avantage compétitif aux agriculteurs et agro-industriels africains. « Le Brésil a construit son industrie de la biomasse sur la canne à sucre, en créant des variétés adaptées aux conditions locales ; je pense que l’Afrique peut le faire avec le sorgho sucré » avance Edouard Lanckriet. Il ne faut pas oublier le potentiel énergétique des résidus issus de l’agro-industrie ou de l’agriculture. Avec des rendements qui se seraient accrus grâce à de meilleures techniques agricoles, l’Afrique pourrait disposer d’un nombre plus élevé de ces déchets et les utiliser, par exemple, dans des méthaniseurs pour produire du biogaz. « Dans ce cas, la compétition des usages est impossible et en plus cette méthode offre un débouché économique pour les déchets qui, aujourd’hui, sont le plus souvent brûlés en Afrique », souligne Joël Ruet, président du laboratoire d’idées Bridge Tank.

Bien menée, la création d’une telle filière serait créatrice d’emplois et porteuse de savoir-faire techniques. Selon les chiffres de l’Irena, sur les 6,5 millions d’emplois pourvus aujourd’hui grâce aux énergies renouvelables, près de la moitié est représentée par la filière de l’énergie biomasse. L’installation de centrales de biomasse nécessitera sans doute l’importation de matériaux et de technologies. Mais compte tenu de la diversité des territoires africains, il faudra chaque fois les adapter, nécessitant des pôles de chercheurs et d’ingénieurs, des ouvriers et des techniciens agricoles formés. « Si tel devait bien être le cas, on assisterait à un développement intégré et pas seulement à l’amélioration de l’approvisionnement énergétique en Afrique », poursuit Laurent Gazull.

Des exemples existent dans les pays les plus industrialisés et les plus riches, comme l’Afrique du Sud ou l’Ile Maurice. L’Ethiopie est en train de structurer sa filière de canne à sucre et incorpore déjà des taux obligatoires d’agrocarburants dans les essences commercialisées. Mais « cela reste de très grosses agro-industries. Idéalement, il faudrait construire des centrales électriques de moyenne dimension qui puissent être installés dans les zones rurales et pourraient, par exemple, collecter les déchets agricoles de toute la sous-région », ajoute Edouard Lanckriet. De plus, les états se montrent frileux. « Ils devraient favoriser cette demande en instaurant des tarifs préférentiels pour les bioénergies. Ou, a minima, en soutenant les industriels qui investissent dans des unités de production électrique alimentées par des déchets ou de la biomasse, car ils sont situés en périphérie des villes et ont besoin d’énergie, via le rachat des surplus d’électricité », explique Laurent Gazull. Des partenariats public-privé pourraient faire décoller ce marché, en s’appuyant, notamment, sur des garanties internationales. Mais sans cela, préviennent les experts, le modèle ne pourra pas fonctionner.

Même thématique



SUISSE - La biodiversité en danger

"une crise plus grave que celle du réchauffement climatique"






PAYS-BAS - De la vanille sous serre

un concurrent pour Madagascar et les Outre-mer ?




POLOGNE - Le conflit autour de la foret de Bialowieza

entre la Pologne et l’Union européenne


SENEGAL - La première voiturette solaire génératrice d’énergie

est sortie de l’Ecole supérieure polytechnique de l’Ucad


CANADA - Un biocarburant québécois

pour réduire la pollution des avions





















MONDE - Huile de palme

Deux organisations suisses plaident pour en réduire l’usage


CANADA - Un robot téléguidé

explore les tréfonds du golfe du Saint-Laurent



FRANCE - Dix ans sur un îlot breton désert

pour un projet agro-environnemental






THAILANDE - Sacré lotus

la crainte d’un afflux de touristes


VIETNAM - Les patrimoines culturels

face à la menace climatique



BURKINA FASO - L’agroécologie

pour lutter contre le changement climatique et la malnutrition


RWANDA - Ambitieuses politiques

en matière de développement durable


MONDE - 467 millions d’hectares de forêt passés sous les radars

découverte de l’équipe d’un chercheur belge


ARCTIQUE / SUISSE - Élue au Conseil de l’Arctique

la Suisse entend jouer un rôle stratégique dans le Grand Nord


RD CONGO - Une "banquise" de bouteilles en plastique

recouvre le fleuve Congo à Kinshasa






GUINEE - En captivité dans des zoos privés

des animaux protégés ont été relâchés




QUEBEC - Milieux humides

Québec reporte encore l’adoption de mesures de protection permanentes


NOUVELLE CALEDONIES / VIETNAM - Des marins vietnamiens

pêchent illégalement les concombres de mer






MACEDOINE - Menaces sur Ohrid

le plus vieux lac d’Europe




SENEGAL - Une petite héroïne 100 % africaine

sensibilise les enfants à l’écologie





MAGHREB - L’eau

ressource vitale en danger






AFRIQUE - Une ONG accuse des négociants suisses

d’abreuver l’Afrique de fuel toxique





MAROC - Cinq initiatives écolos

lancées par des entreprises ou associations marocaines


ALGERIE - Le guépard sahélo-saharien en "réfugié"

dans les massifs du Tassili N’Ajjer et du Hoggar





SUISSE - L’ours

désormais dans le viseur des politiques



MADAGASCAR - La plus parfumée des récoltes

... la vanille - reportage photo


PACIFIQUE - Tara met le cap sur le corail

une goélette en expédition


SENEGAL - Jardins féminins aux portes du Sahel

Par Léa Billen, contributrice au réseau AGORA - ZIGZAG - AFI.





LIBAN - L’air libanais

toxique et dangereux


BURKINA FASO - Coton génétiquement modifié

« D’énormes enjeux pour une économie nationale fragile »




QUEBEC - Vivre seul en forêt

le choix de René Dugas








SUISSE - Cent espèces d’abeilles sauvages

peuplent la grande Cariçaie (Lac de Neuchatel)




THAILANDE - Avalés par la mer

Bangkok vit avec les impacts des changements climatiques


MONDE - « J’espère que cet état d’esprit va durer »

Martin Beniston - Directeur de l’Institut des sciences de l’environnement à l’Université de Genève



MONDE - Les pollueurs du monde doivent payer

par Thomas Piketty - économiste







SENEGAL - Souveraineté alimentaire et agriculture durable en Afrique

pour une intégration de l’agroécologie dans les politiques


Ile MAURICE - Nos chauves-souris

si uniques et pourtant si mal-aimées






MONDE - COP 21 - Conférence climat de Paris

Quel rôle pour la Francophonie ?


SENEGAL - Gestion des déchets

le pays cherche des solutions innovantes par l’utilisation des TICS



SENEGAL - Les côtes sénégalaises,

nouveau paradis des centrales à charbon sale



TUNISIE - La "Saphonienne"

la nouvelle forme d’énergie éolienne créée par des Tunisiens (VIDÉO)


FRANCOPHONIE - « Le Climat et moi », portraits

de gens ordinaires qui font des choses extraordinaires pour l’environnement




CANADA / ALBERTA - La fièvre du pétrole risque de rendre malade la nature

Par Antoine Dion-Ortega et Pierrick Blin, partenariat avec le mensuel suisse La Cité




ALGERIE - M’hamed Kerrouche

le photographe des zones humides algériennes


QUEBEC / FRANCE - Congrès annuel de l’Acfas (3/3)

neurostimulation, réalité virtuelle, légumes de mer


QUEBEC / FRANCE - Congrès annuel de l’Acfas (2/3)

au bord du Saint Laurent : écologie, acidification, protection


QUEBEC / FRANCE - Congrès annuel de l’Acfas (1/3)

les défis du Grand Nord Québécois


FRANCE - Retour sur terre

pour des milliers de pneus usagés sortis de la Méditerranée




VIETNAM - Le delta du Mékong doit canaliser son eau

Ph : Flickr - eutrophication&hypoxia



SENEGAL - Au fil de la Langue de Barbarie

Saint-Louis, patrimoine mondial en danger





ALGERIE - Virée sur les monts blidéens

Chréa, entre beauté de la nature et abandon









CANADA / QUEBEC : Menace noire sur joyau bleu.

le Saint-Laurent exposé à des menaces environnementales








FRANCE / GUADELOUPE - La biodiversité

Une richesse sans commune mesure


CANADA / QUEBEC - Le pétrole menacerait la manne touristique

Des maires de la région dénoncent le projet de port pétrolier à Cacouna



Photographie de presse / Dessin de presse

©http://www.patriciawillocq.com/
ouvrir la galerie RD CONGO - Blanc Ebène par Patricia Willocq
Ph : Flickr - luc mercelis
Ph : Flickr - luc mercelis
ouvrir la galerie BELGIQUE - Bruxelles - les humeurs d’une ville
Ph : Baptiste de Ville d'Avray - www.baptiste-dva.fr - 12
Ph : Baptiste de Ville d’Avray - www.baptiste-dva.fr - 12
ouvrir la galerie MAROC - les photos de Baptiste de Ville d’Avray
2007 - Ph : Arnaud Galy - Agora
2007 - Ph : Arnaud Galy - Agora
ouvrir la galerie MOLDAVIE - Instantanés 2007 - 2017 - Arnaud Galy
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 3
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 3
ouvrir la galerie CAMBODGE - les photos de nate q (Flickr)
adrian mitu - bucarest - 2014
adrian mitu - bucarest - 2014
ouvrir la galerie ROUMANIE - instantanés - FaceBook : Street View Photography Romania
Genève - Ph : Flickr - diegofornero
Genève - Ph : Flickr - diegofornero
ouvrir la galerie SUISSE - Des villes, de l’eau et des montagnes...
Taoufiq Izeddiou (Maroc)
Taoufiq Izeddiou (Maroc)
Ph : Arnaud Galy - Agora francophone
ouvrir la galerie MAROC - Festival "On marche" à Marrakech - GRAND TOUR 2017
www.leilaalaoui.com - 8
www.leilaalaoui.com - 8
ouvrir la galerie Photographies de LEILA ALAOUI - victime des attentats de Ouagadougou - 01 2016
ouvrir la galerie AFRIQUE - Les 10 ans d’Afrique in visu - www.afriqueinvisu.org
Inconfortable ! Ph : Association Hermione La Fayette
Inconfortable ! Ph : Association Hermione La Fayette
ouvrir la galerie FRANCOPHONIE - L’Hermione vogue sous pavillon "Libres ensemble"