logo site

Expression

Francophonie - « Do you want coffee ? »

Francophonie - « Do you want coffee ? »

Par France Hamonet - contributrice au réseau AGORA - ZIGZAG - AFI.



« Do you want coffee ? ». Cette aimable proposition est faite par mon voisin de table, un concitoyen, le lendemain de notre arrivée en Libye où nous effectuons un voyage culturel sur les sites gréco-romains de la côte libyenne. Ce recours à l’anglais pour communiquer est devenu banal dès que l’on change de pays qu’il soit situé dans l’espace européen ou hors des frontières de l’UE. Ainsi, voyager à l’étranger enclenche, ipso facto, l’utilisation d’un autre registre langagier, en permutant du français à l’anglais, annexant jusqu’aux marqueurs initiaux de la communication orale, les formules de politesse telles que bonjour, bonsoir, merci, etc.

Cette manière de procéder est partagée aussi bien par les parfaits locuteurs de l’anglais que par ceux qui le maîtrisent difficilement, s’appuyant sur la traduction mot à mot. Cet éclairage sur notre comportement linguistique à l’étranger est en partie sous-tendu par le fait qu’on ne cherche pas à savoir quel est le degré de réceptivité au français de notre interlocuteur en faisant l’hypothèse implicite de sa méconnaissance du français. Nous nous astreignons à fabriquer un cadre restrictif, limité à des échanges usuels insatisfaisants, approximatifs et dépourvus d’expression émotive dont le tableau peut être comique pour le spectateur.

De nos séquences langagières
L’emploi du dictionnaire n’y change rien, ni celui des expressions toutes faites accompagnant les documents de voyage, censées nous sortir de l’embarras qui créent l’illusion d’une fluence éphémère vite contrariée par une prononciation à la française suscitant l’étonnement ou l’incompréhension de notre interlocuteur. Tableau attristant, duquel peut jaillir une phrase salvatrice sous la forme de «  ne cherchez pas, je parle français ». Ainsi, en adoptant un profil supposé convenir à notre interlocuteur, on crée une sorte de brouillage d’autant plus préjudiciable qu’il impacte l’expression de la pensée et qu’il conduit à un sentiment de frustration ou d’infériorité.


JPEG - 279.6 ko
Touristes à Angkor... in english ou en french ? (Ph : Flickr - Babak Fakhamzadeh)

Combat perdu d’avance ? Obligation de dépendance linguistique ?
Citons trois exemples parmi d’autres recueillis au cours de voyages. Revenons à la Libye, aux sites romains de Tripolitaine et de Cyrénaïque sur lesquels nous avons rencontré à quatre reprises des guides locaux entraînés à la pratique du français, car ils avaient participé à des missions de fouilles archéologiques dirigées par le professeur André Laronde, quelques années auparavant. Habitués, même pour les groupes francophones, à conduire la visite en anglais, ils l’adaptent à notre demande, en langue française, étayant leurs commentaires d’anecdotes et de souvenirs du chantier de fouilles. Plus loin, au Cambodge, à l’époque de la réouverture du pays au tourisme, l’agence locale responsable de la visite du temple d’Angkor précise que la visite s’effectuera en anglais ! Or, le guide qui nous attend détecte rapidement que ses clients sont francophones. Comme il avait fait ses études secondaires à Ivry-sur-Seine, puis suivi un cycle d’Histoire de l’art, dans une université française, il nous fait partager avec saveur sa connaissance du lieu... en français. 15 ans après, ce voyage, l’histoire du temple, de son architecture et de ses trésors restent marqués dans ma mémoire. En Allemagne, à Dresde, à la suite d’une erreur d’orientation nous ayant conduits dans les faubourgs de la ville, la nuit tombée, nous sommes tirés d’affaire par un couple d’Allemands qui utilisent amicalement leur connaissance du français pour nous remettre sur la voie du retour. On pourrait multiplier les exemples découlant d’une prise de parole initiale en français. Sans faire un détour par les statistiques sur « La langue française dans le monde », il n’est pas inutile de rappeler que le français, selon le dernier rapport (2014) de «  l’Observatoire de la langue française », est la 2e langue apprise comme langue étrangère après l’anglais et que l’on dénombre 125 millions d’apprenants du/en français. Nous ne pouvons pas ignorer que nous avons une chance, une forte chance, de rencontrer des francophones silencieux ne révélant pas leurs acquis dans l’instant. Y accéder suppose de notre part une démarche créant les conditions de l’échange. L’incitation initiale joue comme un déclic...

En conclusion, en tant que francophones, notre implication personnelle est nécessaire pour favoriser l’expression de notre langue dans le monde. Cela passe par notre détermination à parler français à l’étranger aussi souvent que cela est possible. Au titre des initiatives personnelles permettant de promouvoir le français à l’étranger, cette manière de procéder laissant de côté le comportement de repli frileux contribuerait à nous rendre acteur de la vitalité de notre langue et médiateur exigeant du maintien de sa place et de son rôle dans le dialogue entre les Nations.

France Hamonet - Orthophoniste - Docteur 3e cycle en Sciences de l’Éducation

Même thématique









Francophonie - Brique par brique

Par Jean-Benoît Nadeau- Chroniqueur - Québec


Haïti - Culture, pauvreté, politique

Par Lyonel Trouillot - écrivain









Mali - Une jeunesse indignée

tente de s’organiser


Ile Maurice - La menace et le salut

Par Ramanujam Sooriamoorthy - pt de l’Association mauricienne des enseignants de français


Afrique - « Il faut en finir avec le mariage forcé des fillettes »

Angélique Kidjo - est chanteuse, musicienne et comédienne - Ambassadrice de bonne volonté de l’Unicef depuis 2002


Afrique de l’Ouest - Le développement plutôt que le tout sécuritaire

Par Mohamed Ibn Chambas - chef du bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel


Maroc - Pourquoi les filles ont-elles la cote sur les bancs des écoles ?

Par Hassan El Mahir - Inspecteur en orientation scolaire


RUSSIE / FRANCE - Un directeur d’Alliance française en accusation !

Par Thierry Guidet, président du comité de soutien.


Cameroun - "Il faut réhabiliter l’utopie"

Par Achille Mbembe, philosophe et professeur d’histoire et de sciences politiques à l’université du Witwatersrand à Johannesburg (Afrique du Sud)


Algérie - Être noir en Algérie

Par Kamel Daoud - écrivain


Algérie - "On peut se sentir berbère ou non, arabe ou non, musulman ou non et être, néanmoins, algérien"

Par Yassine Temlali - journaliste, traducteur et chercheur en histoire et en linguistique


Maroc - Ta vie en l’air. Et maintenant où on va ?

Par Fatym Layachi - chroniqueuse Tel Quel - Maroc


Algérie - Non Bouteflika n’est pas malade, son peuple l’est...

Par Mounira El Bouti - journaliste indépendante - Algérie


Europe - Face à la terreur, répondre par la culture

Par Constantin Chariot - contributeur la Libre Belgique


Rd Congo - Intellectuels serviles de Kinshasa

Par Anicet Mobé, contributeur au réseau AGORA - ZIGZAG - AFI.


Mali - 25 années de démocratie : le parcours du combattant

Par Amadou Coulibaly - chroniqueur Journal du Mali


Belgique - Les attentats à Bruxelles nous obligent à nous responsabiliser

Par Ikram Ben Aissa - chroniqueuse Huffington Post Maghreb


Burundi - J’ai fait le choix de la vie à celui de la haine

Par Emelyne Muhorakeye - journaliste - Burundi


Cameroun - Le pillage biologique de l’Afrique qui nous indiffère

Par Michel Lobé Etamé - journaliste - Cameroun


Ile Maurice - De l’attachement au français

Par Ramanujam Sooriamoorthy - pt de l’Association mauricienne des enseignants de français



Québec / Allemagne - Ce que l’on dit (ou pas) sur Cologne

Par Rima Elkouri - chroniqueuse Le Soleil - Québec


Sénégal - Réduction du mandat du Président Macky Sall : histoire d’un rêve fou

Par Madiambal Diagne - chroniqueur Le Quotidien - Sénégal


Monde et Religions - Islam et laïcité, l’insoluble solubilité ?

Par JN Cuenod - rédacteur en chef La Cité - Suisse


Maroc - Ta vie en l’air. Vie consignée

Par Fatym Layachi - chroniqueuse Tel Quel - Maroc


Liban - Blocage

Par Chibli Mallat - choniqueur L’Orient le Jour - Liban


Tunisie - Djerba est encore douce, mais Djerba est triste

Par Zouhair Ben Jemaa - choniqueur Réalités - Tunisie


La Francophonie économique

Par Jean-Benoît Nadeau - journaliste le Devoir - Québec



Photographie de presse / Dessin de presse

©http://www.patriciawillocq.com/
ouvrir la galerie RD CONGO - Blanc Ebène par Patricia Willocq
Ph : Flickr - luc mercelis
Ph : Flickr - luc mercelis
ouvrir la galerie BELGIQUE - Bruxelles - les humeurs d’une ville
Ph : Baptiste de Ville d'Avray - www.baptiste-dva.fr - 11
Ph : Baptiste de Ville d’Avray - www.baptiste-dva.fr - 11
ouvrir la galerie MAROC - les photos de Baptiste de Ville d’Avray
2007 - Ph : Arnaud Galy - Agora
2007 - Ph : Arnaud Galy - Agora
ouvrir la galerie MOLDAVIE - Instantanés 2007 - 2017 - Arnaud Galy
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 2
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 2
ouvrir la galerie CAMBODGE - les photos de nate q (Flickr)
alexandra anghel - brasov - 2015
alexandra anghel - brasov - 2015
ouvrir la galerie ROUMANIE - instantanés - FaceBook : Street View Photography Romania
Lausanne - Ph : Flickr - kosala bandara
Lausanne - Ph : Flickr - kosala bandara
ouvrir la galerie SUISSE - Des villes, de l’eau et des montagnes...
Chorégraphie féline
Chorégraphie féline
Ph : Arnaud Galy - Agora francophone
ouvrir la galerie MAROC - Festival "On marche" à Marrakech - GRAND TOUR 2017
www.leilaalaoui.com - 8
www.leilaalaoui.com - 8
ouvrir la galerie Photographies de LEILA ALAOUI - victime des attentats de Ouagadougou - 01 2016
ouvrir la galerie AFRIQUE - Les 10 ans d’Afrique in visu - www.afriqueinvisu.org