logo site

Expression

Ile Maurice - De l'attachement au français

Ile Maurice - De l’attachement au français

Par Ramanujam Sooriamoorthy - pt de l’Association mauricienne des enseignants de français



Le fait qu’on soit, par le hasard de la naissance et/ou par le cours obligé d’une instruction, d’une éducation– étape indispensable apparemment à la socialisation du futur sujet en tant qu’être civilisé–, dont les surdéterminations, multiples, ne sont pas toujours connues, y compris celle qui se spécifie d’être politique, lié à quelqu’un ( qui tient lieu et pendant longtemps peut-être tiendra lieu de quelque chose) ou à quelque chose (qui tient lieu et pendant longtemps peut-être tiendra lieu de quelqu’un) , ici à ce qu’on nomme une langue, en l’occurrence le français, ne signifie aucunement que le lien de cette liaison ou que la ligature de ce lien, dont personne ne songera à nier la spontanéité, le naturel, lient vraiment, dans la mesure justement où le lien, étant naturel ou se présentant sous les espèces du naturel, dans la mesure où il précède tout contrat, formel ou autre, ne saurait lier véritablement ; ou plutôt si, il lie, mais tout se passe comme si le lien liait sans lier, vu qu’on le pourrait, ce lien, à l’air comparer que l’on respire (naturellement) sans même en soupçonner l’existence. A la limite, on pourrait s’enhardir– et l’on aurait évidemment tort, – à affirmer que ce lien sans lien ne sert à grand-chose sauf quand, comme c’est le cas pour l’air, il commence à faire défaut.

C’est quand le lien– et je ne parle ici que de ce lien en quelque sorte naturel évoqué plus haut, qui, bien évidemment est loin d’être le seul, mais ce qui importe ici, c’est uniquement ce lien forgé naturellement aussi bien que culturellement grâce à l’identification inconsciente avec la langue autant qu’à l’appropriation, également inconsciente, de la langue– , c’est quand ce lien-là commence, pour des raisons multiples et variées, voire contradictoires, à se rompre, que peut naître le sentiment d’attachement à la langue, pour la langue, sans lequel aucune pratique linguistique autre que celle qui caractérise le parler des enfants, et surtout aucune pratique linguistique active, autrement dit impliquant une participation qui ne serait pas que mimétique du locuteur, et pérennisable n’est possible.

Cet attachement peut prendre plusieurs formes ; s’agissant du français, il s’est, pour des raisons politiques et historiques surtout, confondu tantôt avec un certain chauvinisme, et personne n’ignore ce que cela peut supposer en termes de repli sur soi et de refus de l’autre, et tantôt avec une passion exacerbée et aveuglante qui, de toute évidence, entretient la conviction qu’il n’est, pour une nouvelle défense et illustration du français, de stratégie que fondée sur une attitude défensive qui ne s’interdira pas d’être, au besoin, agressive.

Je tiens que l’attachement au français– mais cela s’applique à l’attachement à d’autres langues aussi–, s’il ne devait trouver à s’exprimer que par le biais des formes susmentionnées, nuirait plutôt à l’épanouissement, à la vie du français. Certes, il faut pour le français de l’attachement ; par les temps qui courent surtout et qui peuvent inspirer des craintes pour son avenir, notamment quand on constate que de nombreux francophones, à commencer par des Français eux-mêmes, délaissent le français pour telle ou telle raison que rien ne justifie, même si elles peuvent frapper comme étant, ces raisons (ces excuses ?), irréfutables ; mais encore faut-il savoir ce qu’il en doit être de cet attachement.

A côté de l’attachement qui naît de l’effritement du lien déjà mentionné, s’y ajoutant, le niant éventuellement, il faudrait pouvoir compter avec ce que je me propose d’appeler un surattachement, lequel se caractérise, non par quelque excès, par le recours à l’hyperbole, mais par l’étude et le travail de la langue, avec, au moyen de la langue, sur (à tous les sens de ce mot) la langue, afin de la vraiment connaître et de l’expérimenter pour ce qu’elle est, non moins que pour ce qu’elle promet, pour ses réalités présentes et passées, non moins que pour ses virtualités futures. Ce surattachement est synonyme de travail, de patience, de volonté de savoir ; des philosophes–je pense surtout à Derrida et à Lacan–, des écrivains–Racine, Mallarmé, Sollers–, des philologues–Littré, Brunot, Bescherelle– et tant d’autres encore peuvent montrer la voie. La finalité de ce surattachement, c’est la vérité de la langue, ici du français ; non que ce surattachement dise ce qu’est le français tel qu’il est vraiment au fond. Mais il y travaille, dans la solitude et le silence, en silence et avec sobriété, en s’attachant au français ; avec toute la distance requise cependant afin de, l’attachement maintenu et entretenu, respecter les exigences de la lucidité. Il y travaille donc, si je puis dire, avec un attachement sans attachement, car si le surattachement attache, il attache sans attacher, sans passion narcissique, sans, cela va de soi, zèle nationaliste, mais avec le détachement qui autorise un autre attachement, ce que je baptise du terme de surattachement, avec lequel je souhaite qu’on puisse et suggère qu’on doive pouvoir compter, vu que c’est cela, et peut-être cela seul qui peut et va contribuer, avec la mise en commun des fruits de son labeur, à l’efflorescence du français et à la concrétisation de tout ce qu’il en peut résulter de salutaire pour tous.

Même thématique









Francophonie - Brique par brique

Par Jean-Benoît Nadeau- Chroniqueur - Québec


Haïti - Culture, pauvreté, politique

Par Lyonel Trouillot - écrivain









Mali - Une jeunesse indignée

tente de s’organiser


Ile Maurice - La menace et le salut

Par Ramanujam Sooriamoorthy - pt de l’Association mauricienne des enseignants de français


Afrique - « Il faut en finir avec le mariage forcé des fillettes »

Angélique Kidjo - est chanteuse, musicienne et comédienne - Ambassadrice de bonne volonté de l’Unicef depuis 2002


Afrique de l’Ouest - Le développement plutôt que le tout sécuritaire

Par Mohamed Ibn Chambas - chef du bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel


Maroc - Pourquoi les filles ont-elles la cote sur les bancs des écoles ?

Par Hassan El Mahir - Inspecteur en orientation scolaire


RUSSIE / FRANCE - Un directeur d’Alliance française en accusation !

Par Thierry Guidet, président du comité de soutien.


Cameroun - "Il faut réhabiliter l’utopie"

Par Achille Mbembe, philosophe et professeur d’histoire et de sciences politiques à l’université du Witwatersrand à Johannesburg (Afrique du Sud)


Algérie - Être noir en Algérie

Par Kamel Daoud - écrivain


Algérie - "On peut se sentir berbère ou non, arabe ou non, musulman ou non et être, néanmoins, algérien"

Par Yassine Temlali - journaliste, traducteur et chercheur en histoire et en linguistique


Francophonie - « Do you want coffee ? »

Par France Hamonet - contributrice au réseau AGORA - ZIGZAG - AFI.


Maroc - Ta vie en l’air. Et maintenant où on va ?

Par Fatym Layachi - chroniqueuse Tel Quel - Maroc


Algérie - Non Bouteflika n’est pas malade, son peuple l’est...

Par Mounira El Bouti - journaliste indépendante - Algérie


Europe - Face à la terreur, répondre par la culture

Par Constantin Chariot - contributeur la Libre Belgique


Rd Congo - Intellectuels serviles de Kinshasa

Par Anicet Mobé, contributeur au réseau AGORA - ZIGZAG - AFI.


Mali - 25 années de démocratie : le parcours du combattant

Par Amadou Coulibaly - chroniqueur Journal du Mali


Belgique - Les attentats à Bruxelles nous obligent à nous responsabiliser

Par Ikram Ben Aissa - chroniqueuse Huffington Post Maghreb


Burundi - J’ai fait le choix de la vie à celui de la haine

Par Emelyne Muhorakeye - journaliste - Burundi


Cameroun - Le pillage biologique de l’Afrique qui nous indiffère

Par Michel Lobé Etamé - journaliste - Cameroun



Québec / Allemagne - Ce que l’on dit (ou pas) sur Cologne

Par Rima Elkouri - chroniqueuse Le Soleil - Québec


Sénégal - Réduction du mandat du Président Macky Sall : histoire d’un rêve fou

Par Madiambal Diagne - chroniqueur Le Quotidien - Sénégal


Monde et Religions - Islam et laïcité, l’insoluble solubilité ?

Par JN Cuenod - rédacteur en chef La Cité - Suisse


Maroc - Ta vie en l’air. Vie consignée

Par Fatym Layachi - chroniqueuse Tel Quel - Maroc


Liban - Blocage

Par Chibli Mallat - choniqueur L’Orient le Jour - Liban


Tunisie - Djerba est encore douce, mais Djerba est triste

Par Zouhair Ben Jemaa - choniqueur Réalités - Tunisie


La Francophonie économique

Par Jean-Benoît Nadeau - journaliste le Devoir - Québec



Photographie de presse / Dessin de presse

©http://www.patriciawillocq.com/
ouvrir la galerie RD CONGO - Blanc Ebène par Patricia Willocq
Ph : Flickr - vincent anderlucci
Ph : Flickr - vincent anderlucci
ouvrir la galerie BELGIQUE - Bruxelles - les humeurs d’une ville
Ph : Baptiste de Ville d'Avray - www.baptiste-dva.fr - 9
Ph : Baptiste de Ville d’Avray - www.baptiste-dva.fr - 9
ouvrir la galerie MAROC - les photos de Baptiste de Ville d’Avray
2007 - Ph : Arnaud Galy - Agora
2007 - Ph : Arnaud Galy - Agora
ouvrir la galerie MOLDAVIE - Instantanés 2007 - 2017 - Arnaud Galy
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 9
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 9
ouvrir la galerie CAMBODGE - les photos de nate q (Flickr)
cristian daydreamerro - bucarest - 2015
cristian daydreamerro - bucarest - 2015
ouvrir la galerie ROUMANIE - instantanés - FaceBook : Street View Photography Romania
Genève - Ph : Flickr - nathalie capitan
Genève - Ph : Flickr - nathalie capitan
ouvrir la galerie SUISSE - Des villes, de l’eau et des montagnes...
Shapers / Ex Nihilo (Egypte - Espagne - France - Maroc)
Shapers / Ex Nihilo (Egypte - Espagne - France - Maroc)
Ph : Arnaud Galy - Agora francophone
ouvrir la galerie MAROC - Festival "On marche" à Marrakech - GRAND TOUR 2017
www.leilaalaoui.com - 4
www.leilaalaoui.com - 4
ouvrir la galerie Photographies de LEILA ALAOUI - victime des attentats de Ouagadougou - 01 2016
ouvrir la galerie AFRIQUE - Les 10 ans d’Afrique in visu - www.afriqueinvisu.org