Agora francophone | l'information revitalisée

Infolettre 134 - mai 2017

D’une langue à l’autre : quand les trésors littéraires des Balkans se dévoilent en français

C’est dans les couloirs de l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco, Paris) - ce temple d’apprentissage d’une centaine de langues de l’Europe centrale et orientale, de l’Asie, de l’Afrique, des Amériques, de l’Océanie… - que s’est déroulée, du 19 au 20 mai dernier, la septième édition du Salon du livre des Balkans, fondé par l’association Albania. Un salon francophone dévolu à la littérature balkanique qui cherche à susciter l’envie de découvrir « autrement » cette région baignée par cinq mers. Un événement qui rassemble, aussi, des éditeurs français d’ouvrages balkaniques traduits en langue de Molière.

Café littéraire avec l’auteure roumaine Simona Sora, table-ronde autour de la littérature bulgare contemporaine, mariage de la cuisine albanaise et de l’écriture avec les textes de Rina Cela Grasset, rencontre avec l’auteure de Mostarghia Maya Ombasic qui a choisi le français comme langue d’écriture, débat sur la ville de Sarajevo avec le photographe Alban Lécuyer et les écrivains Jasna Samic et Igor Stiks… ne sont que quelques-uns des moments qui ont rythmé l’événement, couronné par la remise de prix. Celui du Public est revenu à l’auteur roumain Paul Vinicius, pour son texte Le soleil brille plus fort sous la terre. Le Prix des Étudiants de l’Inalco, lui, a récompensé l’auteur bulgare Hristo Boytchev pour sa pièce Colonel Oiseau et le croate Renato Baretic pour son roman Le huitième envoyé.

Des difficultés et du bonheur de traduire
À l’évidence, accéder à une littérature écrite dans une langue originale que l’on ne maîtrise pas ou peu serait difficilement possible faute de l’effort des traducteurs littéraires, ces personnes qui s’attèlent à faire passer les ouvrages d’une langue à une autre, à saisir, à retranscrire ou à reconstruire des mots et des mondes. Quiconque s’est un jour essayé à cette tâche, sait à quel point elle est ardue. Elle n’a d’ailleurs eu cesse de faire couler de l’encre, sous la plume de Walter Benjamin, Jacques Derrida, Antoine Berman, Umberto Eco... (Elle fait même l’actualité, avec la controverse autour de l’ancienne et la publication d’une nouvelle traduction en français du Vieil homme et la mer d’Hemingway).

Les difficultés fondamentales de la traduction littéraire sont connues. Paul Ricœur parle dans son Défi et bonheur de la traduction de ces « plages d’intraduisibilité » parsemées dans le texte qui font de la traduction un drame. Champs sémantiques non exactement superposables, syntaxes non équivalentes, tournures de phrases qui ne véhiculent pas les mêmes héritages culturels, connotations à demi muettes… la traduction est une épreuve. Mais elle est aussi un bonheur que le traducteur peut trouver dans « l’hospitalité langagière », « où le plaisir d’habiter la langue de l’autre est compensé par le plaisir de recevoir chez soi, dans sa propre demeure d’accueil, la parole de l’étranger », estimait le philosophe.

Radu Bata (traducteur de Paul Vinicius), Chloé Billon (traductrice du Huitième envoyé), Laure Hinckel (traductrice d’Hôtel Universal de S. Sora), Michel Volkovitch (traducteur de La découverte de Rébètiko)… et tant d’autres, font, pour leur part, le bonheur de tous ces francophones désireux de partir à la rencontre de la région des Balkans en leur ouvrant la porte de sa riche production littéraire souvent méconnue.

Natasa Laporte
Journaliste et auteur AFI
Trésorière d’Agora Francophone Internationale


BURKINA FASO - « Non à la violence des gendarmes contre les journalistes ! »

Guézouma Sanogo, journaliste à la Radiodiffusion du Burkina et président de l’Association des journalistes du Burkina (AJB), a été violemment agressé par un gendarme à l’ouverture de la Journée nationale du paysan (JNP), le 12 mai 2017 à Kaya. Alors que le journaliste cherchait à regagner sa place sous une tente dressée pour la presse, un gendarme l’a bousculé à plusieurs reprises avant de le projeter violemment au sol, visage contre terre. Le journaliste a été blessé au visage et son état a nécessité l’intervention immédiate du service médical présent sur les lieux.

droitlibre.net (Mali / Pays-Bas)

LIBAN - Les boulangeries « à la française »

Les boulangeries françaises, ce n’est pas un concept nouveau à Beyrouth. Depuis longtemps déjà, des franchises telles que Paul sont bien implantées sur le marché. Seulement voilà, une nouvelle tendance semble émerger depuis peu : celle des boulangeries de proximité dites « à la française ».

L’Hebdo Magazine (Liban)

SUISSE - Des vaches « sacrées » qui fascinent l’Inde

Les Suisses ont ceci de commun avec les Indiens qu’ils vénèrent les vaches, constate un journaliste indien de Swissinfo à Berne, dans un article relayé par Le Courrier international, en collaboration avec Le Temps. Mais les uns et les autres ont des façons très différentes de témoigner leur attachement.

Le Temps (Suisse)

AFRIQUE - Quand l’Afrique invente son propre cinéma

Alors que s’ouvre le Festival de Cannes, dans le sud de la France, la production africaine apparaît toujours comme le parent pauvre de l’industrie cinématographique mondiale. Pourtant, avec les moyens qui sont les siens, le continent fait preuve d’une inventivité remarquable, parfois à rebours des canons internationaux. Et si c’était là sa chance ?

Jeune Afrique

CAP VERT - Archipel

À une époque dont l’environnement social se caractérise par son énorme mutabilité, Archipel propose un regard dans une Afrique insulaire aux ressources naturelles pauvres. Réalisé entre le printemps de 2015 et l’hiver de 2017, dans les îles de São Vicente et Santo Antão, ce travail présente une vision sans filtres et illusions, d’une réalité d’un pays jeune, qui célèbre quatre décennies d’indépendance.

Afrique in Visu (Afrique-France)

FRANCE - Les écoles de la « french tech » s’exportent

Codeurs, informaticiens et ingénieurs « made in France » s’exportent ; les écoles qui les forment également. A la rentrée 2018, l’école 42, spécialisée dans la programmation, fêtera le premier anniversaire de sa filiale californienne. Epitech, qui forme des informaticiens, inaugurera trois implantations, à Barcelone, Bruxelles et Berlin. Au même moment, c’est à Fès (Maroc) que le groupe d’écoles d’ingénieurs INSA ouvrira son premier établissement à l’étranger, tout en renforçant son partenariat avec l’université Jiao Tong de Pékin, suivant ainsi la tendance à l’œuvre dans de nombreuses écoles d’ingénieurs françaises.

Le Monde (France)

AFRIQUE - Le rêve chinois s’exporte en Afrique

Beijing vient de clôturer son sommet sur l’initiative « La Ceinture et la Route », pour la coopération internationale. La Chine offre sa vision des choses, doublée de son expérience dans le domaine du développement économique. De quoi alimenter les espoirs africains de concrétiser un jour son propre rêve à la chinoise. Décryptage.

Al Ahram (Egypte)

RWANDA - Ambitieuses politiques

Classé parmi les pays les plus vulnérables au changement climatique, le Rwanda a depuis la fin du génocide repensé sa politique environnementale et son développement économique, qui se veut durable et responsable.

Terangaweb (Afrique)

AFRIQUE - Une décennie en langue hausa

Le 21 mai 2007, pour la première fois de son histoire, Radio France Internationale ouvrait une antenne en langue africaine, à destination notamment des auditeurs de l’ouest du continent. Ce week-end, la rédaction hausa de RFI fête ses dix ans. Son succès en a amené d’autres : aujourd’hui la radio du monde diffuse aussi des programmes en swahili et en mandingue, en plus d’une douzaine d’autres langues. Retour sur une aventure démarrée au Nigeria il y a une décennie et qui n’est pas prête de s’arrêter.

RFI (France)

QUEBEC - Faire ou ne pas faire soi-même

Le ministre Sébastien Proulx a lancé cet hiver le projet « Lab-école » pour doter le Québec des « plus belles écoles du monde ». Design, pédagogie, alimentation, sports, les enjeux sont nombreux.

Le Devoir (Québec)

TCHAD - « Pour les activistes, Internet est devenu le seul espace de liberté »

Le Coordinateur du mouvement citoyen Projet pour une alternance crédible au Tchad revient sur la répression dont sont victimes ceux qui dénoncent les abus du régime Déby, notamment sur la Toile.

Journaldutchad.com

RD CONGO - Paris n’est plus la première ville francophone

La ville de Kinshasa vient de dépasser Paris pour devenir la plus grande ville francophone du monde. Cette évolution confirme la montée en puissance de l’Afrique francophone et de ses capitales. La France continue toutefois à briller par son absence en République démocratique du Congo.

Les Echos (France)

Extrait de la galerie :

ROUMANIE - instantanés - FaceBook : Street View Photography Romania


Agora francophone est administré par :
ZigZag magazine & l'Année Francophone Internationale


www.agora-francophone.org