logo site

Presse écrite

IRAN - Les racines du désespoir dans les poèmes de Mehdi Akhavan-Sales

IRAN - Les racines du désespoir dans les poèmes de Mehdi Akhavan-Sales

Par Mehdi Heidari : Membre du Corps académique de l’Université Azad Islamique, Unité centrale de Téhéran



Abstrait
Le désespoir et la frustration sont des états psychologiques qui peuvent émerger à des étapes spécifiques ou tout au long de la vie d’un homme et affecter ses pensées. La racine du désespoir peut être trouvée dans les pensées philosophiques et les troubles sociétaux. La déception dans les poèmes d’Akhavan Sales (le poète contemporain iranien) est plus fréquente que celle d’autres poèmes contemporains. En espèce, les frustrations du poète sont principalement limitées aux questions sociales. En raison d’un aperçu profond de son environnement, le poète se trouve dans un monde plein d’imperfections et de déficiences. Cette perception de la société crée un monde sombre et accablé pour le poète. Dans la société, comme le voit le poète, les penseurs sont devenus muets et ont été poussés à l’isolement. De plus, le mensonge, l’hypocrisie et la flatterie ont entouré les hommes de bonne volonté et les libres penseurs, et le poète se trouve dans un monde sous l’ombre de la pauvreté. La perspective d’Akhavan Sales lui donne un sens d’absurdité, qui se reflète clairement dans ses œuvres.

Mots clés : Désespoir, frustration, Akhavan Sales, absurdité


Introduction

Vivre dans l’utopie est le souhait de tous les individus instruits et son manque provoque le désespoir social et la frustration. Il y a, aussi, une autre forme de frustration dans la vie intellectuelle de l’homme, qui est enracinée dans l’incompétence de l’homme à réaliser une véritable compréhension de la cause de la Création. Ces deux types de frustration sont de vieilles attitudes qui remontent à des milliers d’années. La frustration philosophique est l’issu de l’approche sceptique de l’homme envers l’univers qui se traduit dans son idéologie. Scepticisme social se développe lorsque l’individu vit dans une société indésirable à ses yeux. Les limitations imposées par la société sur le droit d’expression de l’homme et l’opposition de celui-ci sont les principales causes de la frustration. De l’autre part, les anomalies sociales, qui sont à l’encontre de l’utopie sont la principale cause de détresse humaine et de pessimisme. Ostentation, le populisme, le mensonge, l’hypocrisie, la pauvreté culturelle et financière, sont les facteurs qui dérangent l’esprit d’un libre penseur. Les poètes et les âmes des écrivains sont plus sensibles aux problèmes sociaux que ceux des autres classes sociales. Les poèmes ou écrits qui portent les prestations de l’auteur ou dénoncent les carences de la vie sociale sont souvent pleins d’un sens de frustration que l’on peut, à juste titre, le nommer comme la frustration littéraire. Cette frustration littéraire s’enracine dans celle sociale et le poète étant entouré par les problèmes et les difficultés sans précédent, lui fait composer des poèmes pleins de désespoir, de doute et la frustration.
Akhavan Sales est connu pour le grand désespoir et pessimisme de ses poèmes. Mais il est à souligner que son pessimisme se limite à l’arène sociale. Il se plaint amèrement de l’immoralité de l’État et du public.

Akhavan Sales, évidemment, se sert des réalités quotidiennes dans son œuvre et place les questions sociales et la promotion de nouvelles idées comme pièce maîtresse de ses œuvres. On peut prétendre qu’Akhavan Sales est le poète de l’échec et son poème représente les intellectuels opprimés et sans voix qui sont tenus à l’écart par les États basés sur l’argent, la répression, et la tromperie. Parfois, le poète se trouve impuissant devant le pouvoir oppresseur devant lequel se rend et s’en soulage en interprétant cette impuissance comme la volonté de Dieu.

Une autre question dont le poète se plaint est la fausse intention des autres. La fausseté et la tromperie sont les résultats du siècle de fausse identité, où il n’y a ni justice ni liberté. C’est le siècle où l’on doit se réfugier auprès de l’ennemi pour s’assure du danger de l’ami. On y assiste à une ambiance dans laquelle toute promesse même celle de bonheur est fausse. Parfois, le mensonge est dans les actualités affichant l’espoir et libération, et parfois c’est l’ouvre des membres de la société qui écartées de la bonne voie.

La pauvreté est l’issu inévitable des États tyran. En l’absence d’équité et de justice, beaucoup seront pris dans la pauvreté et c’est une des principales questions dont le poète se plaint dans ses œuvres.
L’effet de toutes ces pensées réprimées et désespérées est un sentiment d’absurdité et une tendance vers le déterminisme, qui est un thème constant dans les ouvres d’Akhavan Sales. Cela est plus évident après le coup d’État de 1953, quand l’ombre de la défaite et de l’échec tombent sur les pensées et les poèmes d’Akhavan Sales. Cette période est suivie par le développement de pensées déterministes d’Akhavan Sales où le poète cesse de combattre et accepte son sort et l’oppression. Accepter son incapacité à résister à la pauvreté, à la corruption, aux défauts et aux problèmes conduit à l’absurdité et au nihilisme que nous voyons dans le poème d’Akhavan Sales.

Désespoir
Le « Désespoir » est opposé, dans le sens du mot, au « désir et à la cupidité » et signifie s’arrêter d’attendre quoi que ce soit (Mostavafi, 1981, p.223). » Dans le domaine de l’éthique, le désespoir se réfère à l’état d’impuissance de l’âme humaine. En général, le fait de voir déçu d’atteindre un objectif signifie le désespoir (Sajadi, 1994, p. 2192). Selon l’éthique, le désespoir est une attitude importune. C’est un dérapage moral, car cela signifie s’oppresser et le suicide graduel ; Et le désespoir ultime est égal à la mort. » (Sanei Darebidi, 1987, p.682)

De toute évidence, le thème du désespoir - philosophique ou social - est le thème le plus récurrent dans le Divan d’Akhavan Sales.
Abbas Zaryab Khoie dans Baq-e-Bibargi écrit : « Akhavan Sales trouvait le monde un endroit sombre - ses meilleurs poèmes en témoignent-, un monde descendu dans une longue nuit d’hiver froide. Le poète croit que “l’hiver” est le souverain incontesté du monde. Partout est sombre et glissant, les gens fonçant leurs tètes dans l’encolure, n’ont pas de souci pour répondre à votre salutation. Le souffle sortant de la poitrine devient un nuage sombre qui empêche la visibilité. Le temps est un lâche et la lâcheté est galopante. Même l’Arménien chrétien, qui tient la matière liquide chaude et joyeuse dans son entrepôt, n’ouvrirait pas la porte et ne réglerait pas l’ancien compte. Au lieu de rassembler les gens, le froid a élargi les distances entre eux. Voilà comment la société et le monde sont déprimés et lâches aux yeux d’Akhavan Sales. (Kakhi, 1991, page 32)
Son univers est une nuit sombre ; Mais il ne sait pas la décente de quelle étoile l’a fait si sombre. La nuit elle-même se plaint de sa longue longueur et de son prolongement. Les jeunes sont tombés à terre et immergés dans les boues des ruisseaux. Les gens ne se soucient pas de les remarquer et l’homme est seul dans la nuit sombre et ne trouve que son ombre comme une connaissance.
Dans cet univers où habite “M. Omid”, une vieille harpe chante la triste histoire de son délaissement avec une autre harpe brisée et non accordée. C’est un siècle de vampires qui n’a pas de rime et signe des notes horribles par sa harpe ; Pour-e-Dastan (Rostam le protagoniste de Shahname) est tombé dans le piège mis par Shaqqad (frère de Rostam) et Pour-e-Farrokhzad prédit la fin de Shahname en regardant le ciel et le trajet des étoiles, les lames sont vieilles et rouillées, les timbales sont en silence et les flèches cassées :

Dès maintenant, je suis noir/dès maintenant je suis blanc/et je déteste et déteste et déteste/tout ce qui fut, est, et sera/Je n’ai aucun espoir et aucun espoir et aucun espoir/Bien qu’on m’appelle Omid (En farsi signifie “Espoir|”) ». (Akhavan Sales, 1969, p.164)
Nous trouvons le thème de la reddition dans les poèmes Peygham, Ghasedak, Goftogo, Barf et Jerahat (Respectivement signifient : Message, pissenlit, dialogue, neige, blessure ». Il est revenu de son voyage à mains vides et pris au piège dans une impasse. Il n’a aucune intention de chercher plus longtemps ; Parce qu’il sait que tous les chemins mènent à un mirage.
« Le désespoir absolu et parfois noir est l’un des thèmes des pensées d’Akhavan Sales. Il est difficile de trouver un poème d’Akhavan Sales ne s’alimentant pas de cette thématique. Ce thème a bien influencé la pensée du poète sur l’homme, le temps, la vie et le monde. Surtout quand il parle du destin « Indja » (Ici) et de « Douran » (Mokhtari, 1997, p.477)

Le même thème est récurent dans le poème « Oh le printemps qui est toujours sur le chemin/tu seras toujours avec d’autres villes et villages/et jamais et jamais/n’as pas un œil sur mon désert solitaire/tu aimes mieux quand tu es loin de moi/je doute que ta brise sorcellerie en soie/ramène un petit vert sur mon corps sec et gris/ainsi continue à bouger et laisse-moi avec le triste adieu douloureux que ma seule chanson. »(Akhavan Sales, 1989, Page 108).
« Je rêve/tu rêves/il rêve » (Ibid, p.123)
Et « C’est assez/il y a un rocher dans sa poitrine comme une plaie infectieuse/de sorte qu’aucun nuage et aucune pluie ne pourraient le laver/sa vaste mer est desséchée » (Ibid, p.43)
Le thème du désespoir et de l’acceptation du destin, revient bel et bien dans le poème suivant :
« Dites-moi pissenlits, quelles sont les nouvelles/ D’où et de qui vous avez des nouvelles/ J’espère que c’est une bonne nouvelle, mais, mais/ il est inutile/ de voler autour de ma maison/ Je n’attends pas des nouvelles/ Ni d’un ami, ni d’un lieu ou d’un propriétaire du lieu/ Je te parle, où es-tu allé/ au fait, y a-t-il des nouvelles quelque part ? Y a-t-il encore de la chaleur quelque part ? / Je ne veux pas une flamme après tout... Mais y-a-t-il au moins trace de feu quelque part ? » (Ibid, p.148)
De cette façon, toute représentation mentale de l’espoir suit le même processus et chemin, et tout au long du chemin, il trouve ses autres pièces complémentaires. Cependant, le désespoir du poète est d’une autre nature ; Il est personnel parfois, et dans certains cas, il peut être généralisé au monde entier. Il y a quelques exemples où le poète sépare son désespoir du reste de l’univers. Cependant, ce thème a plus d’expressions :
« J’accepte le fait qu’ils disent/il vaut mieux couper l’espoir infructueux plutôt que de le maintenir/j’accepte également qu’il soit mieux de finir avec cette impasse absolue dans l’espoir de trouver d’autres moyens/et en essayant plus dur. (Ibid, p.121)

Dans ce système de pensée voulant être ordonné, chaque pièce complète une autre, et malgré quelques contradictions, quelques-uns des thèmes suivent le même chemin. Désespoir et la réalisation de l’impasse est un de ces thèmes : « parfois, nous voulons réveiller de ce sommeil vicieux/nous frotter les yeux comme les Sept Dormants et dire que le sommeil du matin est si doux et nous rêvons d’un château d’or/, mais, Decius ne mourra jamais/Ah Ah, hélas » (Ibid, p. 86).

« Sa conviction dans l’impasse est incontestable et dans l’obscurité des perspectives des âges où il ne voit nulle part un petit espoir ou même un faux espoir : « ah, c’est comme une nuit polaire/la nuit est éternelle/et ce n’est pas la frontière du temps et du lieu d’une âme/il est clair que ni d’une telle nuit/ni de l’étrange chambre du poète/qui est un tunnel de la prison à l’abattoir/vous ne pouvez pas attendre même une feuille jaune portée par un chien errant Fanfare/de l’hiver éternel de la Forêt du Soleil. » Ses poèmes les plus importants comme Akhar Shahname, Qasideh, Shahr-e Sangestan, Katibe, Après le tonnerre, tous sont dans la même catégorie. Les pigeons sages à Shahr-e Sangestan ne trouvent aucun moyen pour la rédemption, ni vers l’Est ni vers l’Ouest ; « Les déserts sont sans voix, et les montagnes de chardon sont sèches et sans merci/à l’Est il y a la mer en colère, où les tornades se déplacent. » (Mokhtari, 1967, p. 479)

Qasside-Mordab est une histoire stérile et la mort dans la conscience. C’est l’histoire des gens de la rue qui seraient condamnés à marcher vers leur boucherie ; les personnes qui aspirent le mouvement et le dynamisme, mais vous ne voyez aucun mouvement dans la foule. Les personnes qui ont perdu leur énergie et leur potentiel à cause de l’inertie de leur milieu de vie et leur entourage. Les personnes qui ont perdu leur chemin à la frontière de collision et de la civilisation et dans le vide horrible du désert appelé la Ville, cherchent le refuge dans les plaisirs malades et pollués. « Je laisse les jours sous les pieds des moments lâches, comme les feuilles jeunes/moments sobres ou ivres/pleins de mensonge et d’hélas/pleins de vide/et je jette les nuits, comme des pièces de monnaie sans valeur/derrière la montagne de l’ivresse, de larme, et l’oubli ». (Akhavan Sales, 1989, p. 312)

« … Ce sont plutôt les événements désespérés et étranges qui sont visibles dans le paysage décrit par le poète. Le soleil est refroidi et les symboles de vie, comme les fleurs, sont morts et dévalés. La maison est en feu et le feu transforme les tapis, les fleurs, les livres, etc. en cendres :
« Ma maison est en feu/un feu sans merci/sont en feu toutes mes traces sur les murs et les portes/que je les y ai mises au prix de ma vie/il brûle dans la nuit infructueuse et éhontée/hélas, sont en feu/les bourgeons que j’ai élevé avec difficultés/regarde les flammes de l’autre côté et la fumée/personne ne sera informée le matin que tout ce que j’avais, est perdu/... ce qui me reste de la matinée est un tas de cendres... » (Akhavan Sales, 1969, 160-161)

Le poète se considère la malédiction inférieure de la création et la mélodie non harmonieuse. Par conséquent, il brave les poètes iraniens traditionnels. Ces poètes avec voix velours d’or qui repèrent la lumière de belle odeur et le clin d’œil du jasmin bleu dans le profond d’une étoile bien déserte, sont incapables de voir ce qui se passe dans leur voisinage.
Compte tenu des preuves et critiques présentées sur les œuvres d’Akhavan Sales, il est clair que le désespoir et la frustration sont des thèmes très fréquents dans les poèmes d’Akhavan Sales. Nombreux sont ceux qui demandent la cause de cette réaction psychologique ? Quels événement politique ou désordre social ont affecté son âme si profondément ?
Se référant aux pensées bel et bien exprimées dans le Recueil des poèmes d’Akhavan Sales, on peut énumérer quelques facteurs principaux donnant lieu à ce désespoir chez le poète. Ici, nous analysons ces facteurs :

Facteurs créant le désespoir
1- La société
Akhavan Sales est un poète sensible et délicat et la moindre oppression et injustice le fait souffrir ; même la chute des feuilles. Les douleurs sociales sont les siens et il ne peut pas s’en passer des problèmes sociaux, ce qui a placé la plupart de ses poèmes dans la catégorie des poèmes sociaux et humanistes.
Ses poèmes sont principalement inspirés des événements de la société et il fait un grand effort pour distribuer de nouvelles pensées tout en accordant une attention particulière aux questions sociales. Barahani appelle Akhavan Sales le poète de la défaite et que ses poèmes représentent les intellectuels frustrés et brisés sous la pression des États corrompus et oppressifs. Barahani écrit, une fois laissés les attraits nostalgiques et romantiques et on rentre dans le monde émotionnel et sensoriel du poète, pour comprendre la sensibilité sociale particulière d’Akhavan Sales, ce qui le rend unique parmi les autres poètes contemporains. Son regard sur la société est fortement sensoriel et patriotique. (Barahani 2001, vol.2, p. 1000)

L’une des meilleurs œuvres d’Akhavan Sales dessinant le manque de liberté d’expression et l’atmosphère sociale indésirable du pays est Zemestan (Hiver). Shaihn Dezhi note que Zemestan a été publié après le 2e numéro de magazine Honar O Adab Emrouz. Dans ces années sombres, froides et dures, les deux numéros de cette revue suivie par la publication de Zemestan étaient comme un signe d’espoir qui éclairait la voie à suivre. Les intellectuels étaient la cible principale de coup d’État de 1953 en Iran et, après tous les tristes événements, les jeunes se sont trouvés dans Zemestan et se sont rendu compte où ils étaient et où ils sont. » (Shahin Dezhi, 2009, p.119)
« Bien que, le bref aperçu de l’apparence des maisons, l’humeur des passants, les arbres, la terre, le ciel, la lune et le soleil, représente clairement la saison froide, mais chaque élément décrit un coin de la vie sociale et en les mettant ensemble se voit un tableau complet de l’hiver triste et sombre, qui est senti par le poète dans son âme et au cœur de la société. (Yousefi, 1990, p.435)
« Poussant leurs têtes dans leurs cols/Ils ne vous salueront pas/aucune tête n’est soulevée pour saluer et rencontrer des amis/comme la route est sombre et glissante/les yeux pouvaient à peine voir/Si vous tendez vos mains par affection envers quelqu’un/on tirera avec réluctance les mains des poches chaudes/le froid est sans merci/le souffle sortant de la chaleur de poitrine/devient un nuage sombre/et se lève devant vos yeux comme un mur/qu’attendez-vous de vos amis lointains ou proches à faire (Akhavan Sales, 1969, 166 et 167)

Une autre œuvre réussie dans ce domaine est « Akhar-e-Shahname », qui est une métonymie du pouvoir politique en règne, de point de vue intellectuel. « Beaucoup de poèmes introvertis ou « AKHAVANIAT », sont apparemment vides de tout engagement social. Ses œuvres dans ce domaine sont comme beaucoup des poèmes d’Iraj Mirza, dont l’influence sur Akhavan Sales est tout à fait claire. Son âme contestataire et son silence de cri sont remarquables dans ses poèmes. (Behbahani, 2009, p. 53). Les poèmes d’Akhavan Sales (en particulier dans la deuxième période de sa carrière) sont riches de l’engagement social ; cependant, nous devons définir avant tout, ce que nous entendons par « engagement ». Si l’engagement social signifie l’illustration des conditions de vie sociales indésirables et la proposition de moyens de les résoudre, le poème d’Akhavan Sales est vide d’un tel engagement. Dans les œuvres d’Omid, le désespoir est parfois le moyen actif et furieux de la parution de la stérilité.
« Vagues de la mer sont endormis et immobiles/le tambour de tonnerre a été mis en sourdine/les fontaines enflammées sont desséchées/il n’y a rien à noter/sur le cimetière d’une ville morte/même un hibou ne chante pas/les souffrants sans énergie ni voix/les furieux sans voix ni énergie ». (Akhavan Sales, 1989, p.13, 14)

Un critique a écrit sur ce poème (paru en mai 1956 environ trois ans après le Coup d’État d’août 1953 en Iran) que cette image est réaliste dans une grande mesure. Le poète est légitime de voir sa ville vide et remise à son sort et l’appeler « cimetière d’une ville morte. » Pourtant, le poète exagère désespérément dans sa première expression.... Bien que le tambour de tonnerre soit sans voix, les vagues ou le désir de tonnerre sont indéniables. Il est clair que la scène est représentée plus sombre qu’il est. (Dastgheib, 2007, p.98, 99)
« Le poing fort qui claquent le ciel/es ouverts et révèle sa vérité honteuse/ceci est une nuit et une très horrible/, mais, il n’y avait pas de jour en attente derrière la colline. »
Jalal Al Ahmad écrit à propos de « Akhar-e-Shahnameh » dans « Évaluation sommaire » : Mehdi Akhavan Sales est un poète avec toutes ses craintes et ses refoulements, et il maitrise sa situation dans le temps comme dans le lieu où il vit et cela par l’instinct et non la raison ; par conséquent, il est devenu la voix de son temps. Voilà pourquoi son livre décrit le monde entre la peur et l’espoir. (Al Ahmad, Évaluation sommaire, p. 25-40)
Akhavan Sales est un poète politisé, sans tendance pour la politique et sans une connaissance riche de ce domaine, et sans s’afficher expressément dans cette silhouette. Sa poésie est largement nourrie des événements politiques de l’Iran. Une fois la passion et la révolte du peuple avant le Coup d’état de 1953 sont passées, l’état d’attente et de confusion du même peuple qui est palpable après le Coup d’État, ajoute à la frustration du poète :
« Les vieilles mauvaises gens cachent leur sourire/je vois des flots de sang et de larme/dans leur sourire »

Reflétant le désespoir de la jeunesse et le cœur brisé après le Coup d’état, ce qui représente l’insatisfaction des gens depuis de longues années, le fait d’être emprisonné pour deux fois (le public aimait considérer aussi la deuxième prison comme politique), ses plaintes et critiques continues, et tout cela était la cause de sa présence au fond des évènements politiques et sociaux avec les gens. Dans le silence étouffant d’avant 1979, nous trouvons l’ironie la plus évidente dans ses poèmes : « Il s’agit de jouer au Parlement et au Gouvernement/La scène est large et les rivaux ne se dérangent pas. N’est-pas ? /la majorité est le parti l’Iran Novin et la minorité est le public/la plupart sont les hommes et six ou sept femmes N’est-pas ? /... » (Shahin Dezhy, 2008, p. 43)
Ainsi, nous pouvons repérer l’un des miroirs les plus transparents des conditions sociales iraniennes de cette époque dans les poèmes d’Akhavan Sales.
Dans une de ses œuvres, intitulée « Nader va Eskandar », le poète dépeint comment il a été emprisonné, forcé à écrire des aveux, puis renfloué :
« Les vagues sont endormies et immobiles/le tambour de tonnerre a été mis en sourdine/les fontaines enflammées sont desséchées/il n’y a rien à noter/sur le cimetière d’une ville morte/même un hibou ne chante pas/les souffrants sans énergie ni voix/les furieux sans voix ni énergie/soupirs ne peuvent pas trouver la sortie/les oiseaux ont trouvé refuge sous leurs plumes/tous les bruits et voix/ont été enterrés dans un silence/le poste de suspension éternel ont été enlevés et les sangs sont lavés/au lieu de la douleur, la colère et la rébellion des buissons/les poings forts et serrés vers le ciel/sont maintenant ouverts... » (Akhavan Sales, 1989, p.195-199)

2- Mensonge et tromperie
Mensonge et tromperie sont les résultats d’un siècle Smiley dans lequel il n’y a pas de liberté et de justice ; Un siècle où l’ennemi est un refuge contre l’ami. Dans un tel âge, tout espoir, promesse, même un sourire, et peu de joie est certainement une déception.
« Toutes les nouvelles étaient mensongères/tous les signes que nous avions entendus par de nombreux prophètes/comme les pas des prétendants accompagnants d’adieu. » (Akhavan Sales, 1990, p. 223)
Dans un autre poème, Akhavan Sales dénonce le visage du mensonge comme suit :
« Messager de toutes les expériences toutes amères/chuchotement à mon cœur/que vous êtes faux/vous êtes une tromperie » (Akhavan Sales, 1969, p.268)
Ou
« Les gens ne pensent qu’à leurs propres intérêts/et tout ce qui reste pour nous est misère/qu’en attendez-vous, sauf, mais mensonge et mensonge/qu’en attendez-vous, sauf tromperie et tromperie. » (Ibid, p. 199)
Akhavan Sales commence le récit de ses douleurs de vie par l’histoire de Zemestan (Hiver). Il gémit douloureusement, Omid (le poète) est un sans espoir qui s’est réveillé contre la tromperie d’un mirage dans un désert immense dont il n’y a aucun espoir d’échapper. Le poète maltraite ses camarades déloyaux et ses faux sauveurs et accepte la douleur et l’éternel échec comme une mort poétique. Le poète se trouve comme le dernier innocent de l’âge qui a été trahi, désert et perdu. « Tous ceux qui restent sauf moi/tous les lâches et ignobles/il y a beaucoup d’eux et leurs mains sont sales. » (Shahin Dezhi, 2008, p.266).
Il y a plusieurs poèmes de cette nature dans les œuvres d’Akhavan Sales, qui indiquent la profondeur de la colère et la haine senties par le poète des masques des gens se présentant comme sauveurs de la société.

3. Pauvreté
Akhavan Sales ne cesse de gémir sur le manque de liberté et de justice et mentionne la pauvreté comme une conséquence de l’inégalité sociale :
« Je ne peux pas regarder dans les yeux/encore, je n’ai rien à offrir/comme les autres jours/malédiction et malédiction/à mes grandes mains vieilles privées/garde- amuse-toi avec ta sucette/trompe par elle/ta bouche, et langue, Et tes lèvres souriantes. »(Akhavan Sales, 1969, p.165).
Nous repérons les premiers signes de la recherche de la justice par le poète dans le poème « Khofteh » (« endormi ») dans lequel il exprime trois ou quatre de ses préoccupations majeures. La pauvreté et la richesse s’y opposent et le poète invite ainsi :
« Quand vas -tu te réveiller, le soleil s’est levé/lève-toi et sois un homme, mais attention, il n’est pas raisonnable de s’y précipiter sans plan/sois prêt à te battre comme dans cette vieille maison/tu ne serais pas être contesté par l’impossible. »(Akhavan Sales, 1956, p.24)
Des pensées similaires sont décrites dans un autre poème du même livre intitulé “Khatab va Atab” (Discours et reproche) »
« J’ai vu sous un grand sapin qui priait vers le ciel/un pauvre homme aux vêtements sales et usés avec beaucoup de chagrins/un beau château était devenu un symbole d’injustices/il était un homme grand et beau avec fierté/, mais capturé par l’enfer de ce vieux pays/il était comme une brebis perdue qui faisait autrefois partie d’un gros troupeau/d’autre part j’ai entendu le bruit de la joie du château/comme le bruit du vent de la bouche des cruches. » (Ibid, p.23)
Ce qui provoque plus de colère et d’agitation chez le poète, c’est le silence et la négligence de ceux qui sont censés se plaindre. Pris dans cette contradiction, le poète se trouve dans une ville endormie et passive. Une ville de cimetière, représentée comme une ville fanée et silencieuse, et ce qui régit cette atmosphère délaissée est l’ignorance et la superstition qui ont bloqué toute tentative sincère :
« Je suis de retour au Khorasan mort/silencieux, endormi, triste et inquiet/vol et injustice, et l’hypocrisie y sont permis/la liberté, la musique et la bière sont interdites » (Ibid, p.56)
Le poète est témoin des pauvres et frustrés et que comment leurs pauvreté et douleur sont devenues une affaire pour les autres. Il les observe jouir de leur piège d’or et de passer leur vie de façon satisfaisante. (Mokhtari, 1997, p. 442)

Absurdité, nihilisme et déterminisme
L’issue de toutes ces pensées désespérées est un sentiment d’absurdité, de nihilisme et de déterminisme qui se répand dans les œuvres du poète. Ceci est plus évident après le coup d’État de 1953 en Iran, quand l’esprit d’échec influence vivement les pensées et les poèmes d’Akhavan Sales. Certains critiques ont catégorisé ces œuvres comme les poèmes de doute et de peur. Certains poèmes ont des goûts philosophiques et couvrent les inquiétudes de l’homme sur de différentes questions de vie telles que l’instabilité du monde, l’instabilité politique des sociétés, la nature laide et infructueuse de la vie, la corruption, l’oppression, la violence, le déterminisme, la solitude, le nihilisme, la sénescence, la pauvreté, l’intoxication, la maladie, la dépravation, l’ignorance, le péché, etc.

Après la période de l’échec, l’attitude déterministe règne sur l’esprit du poète. Il cesse d’essayer et accepte son destin. Il se rend à la pauvreté, à la corruption et aux pénuries, ce qui le conduit à une absurdité absolue.
L’instabilité de la vie, la mort, le nihilisme et l’absurdité de la vie sont les thèmes forts des œuvres comme « Hamsafar Ah (Compagnon Ah), Hasel Che Bood (Quel était le résultat), Rouz va Shab (jour et nuit), Setarvan (stérile), Be Mahtabi ke Bar Gourestan Mitabad (A la lune qui illumine le cimetière), Andouh (le chagrin), Ghessei as Shab(le récit de la nuit), Gozaresh (Rapport), Parandeh dar Douzakh(un oiseau dans l’enfer), Shekar(chasse), et dans la plupart des poèmes de “Zemestan” et “Dar Douzakh Ama Sard Niz” (En enfer, mais aussi froid). Pourtant, “Dariqa” (Hélas) est axé sur l’oppression de l’époque ; “Shamdani” (géranium) est centré sur les soucis de vie, “Avar-e- Eyd” plainte de son époque, des ennuis et de pauvreté et de vœux de mort ; Et dans “Parineh” nous constatons le désespoir et le pessimisme du poète de la vie.
Ces sentiments négatifs se voient dans les livres et les poèmes comme “Khatab, Paeez Dar Zendan, Deli Ghamnak” ; sur la frustration et les difficultés de vie : “Darin Hamsaieh” ; sur le déterminisme ; Et dans “Morq Tasvir” sur le destin et la chance. Le poète illustre l’absurdité de la vie dans le poème “Shatqi Zendani Dokhtar Amu Tavous”, alors qu’il considère la prédétermination des nécessités, comme sources de tous les troubles et de la violence, et du crime, dans le poème “Hei Felani, Zendegi Shaiad Hamin Bashad”. Le livre raconte les histoires des détenus, de l’injustice, de l’anarchie et de l’absence de loi dans la vie, la société et le monde entier.

Nous lisons dans “Katibeh” de “Behterin Omid” (Les meilleurs d’Omid) :
“Une pièce d’un rocher est là-bas, comme si c’était une montagne/et nous, assis ici, extrêmement fatigués/homme, femme, jeune et vieux/tous joints, bien que par leurs pieds/enchaînés/si vous souhaitez vous avancer vers quelque chose/vous le pourriez autant loin que la chaîne vous laisserait/ce n’était pas clair/si c’était un appel dans notre rêve sombre et fatigué ou un bruit de quelque part, d’où, nous n’avons jamais demandé/et nous avons continué à ramper jusqu’à ce que nous avons atteint le rocher/l’un d’entre nous qui avait la chaîne plus lâche, a grimpé, puis a chanté : ‘si tu veux savoir mon secret/qui me bouleverse’, et nous avons commencé à chanter ce secret mystérieux avec une joie étrange, et la nuit magnifique a été éclairée par la lune/après un moment/il est descendu alors que sa chaîne faisait du bruit/nous l’avons tenu, on dirait qu’il était en train de tomber/et l’avons fait s’assoir/il a maudit sa main et la nôtre/dis-nous, qu’as-tu chanté ? /Il a avalé sa salive et a dit calme/c’était la même chose que je vous ai dite/si tu veux savoir mon secret/qui me bouleverse”/nous nous sommes assis et/avons regardé la lune et la nuit invalide était pleine d’ennuis. » (Akhavan Sales, 1969, pages 251-254)

Le concept que le poète tente de nous transmettre est que les quêtes de l’homme sont inutiles et à la fin ne reste que la douleur et le désespoir. La nuit magnifique est un fleuve glorieux et la nuit de désespoir est une rivière invalide et déprimée. C’est l’histoire d’un homme qui est condamné à continuer à travailler. L’homme est toujours pris par une conséquence futile.
Cette philosophie nihiliste est plus manifeste dans le poème “Gah Miandishim ke Shayad Sang Hagh Bashed” (Parfois je pense que la pierre a droit) de “Daftar Zendegi” (Cahier de vie) :
“Cependant, nous devons continuer à vivre, et continuer à sentir parfaitement.” (Akhavan Sales, 1997, page 203)

Dans ses meilleures œuvres, “Ghesseye Shahr Sangestan” (Le récit de la ville des pierres), “Khan Hashtom” (8e exploit), “Akhar-e- Shahname” (Fin de Shahname) et “Aan Gah Pas Az Tondar” (Après le tonnerre), le poète de requiem pour l’échec. Akhavan Sales écrit dans la préface de Zemestan : il semble que vous ne pouvez pas attendre quoi que ce soit de n’importe qui et n’importe où. Il semble que nous avons eu tort, rien n’est là : /ce que vous pouvez attendre dans la mer est la noyade et le requin/et ce qui est attendu sur la terre est le poison des arbustes et du sang. (Dastgheib, 2006, p. 82)
Le sommet de désespoir et d’absurdité se voit dans “Ma, Man, Ma” (Nous, moi, nous) :
“Je ne suis rien/rien et petite chose/nous ne sommes pas de ce monde dans lequel nous vivons/nous ne sommes pas d’autre monde/alors, d’où venons-nous ? Nous sommes du monde du rien et de petite chose. » (Akhavan Sales, 1997, p.243).

En espèce, le poète se voit noyé dans l’obscurité et l’absurdité. Il accueille la mort et salue l’absurdité. Il grimpe le toit dans une nuit d’été et allume la lumière et cela attire moustiques et cafards de sorte qu’il est forcé d’éteindre la lumière. Les insectes, les joies et peines s’en vont et il se trouve solitaire. Il voit une fille, plus jolie que le rêve des rosées, comme un fantôme bleu, l’eau, endormie, réveillée, et la douleur déguisée en bonheur. La fille est un moment fugitif d’une sorcellerie, et l’essence de la pureté, de la perplexité et de l’éternel. Elle est le moment d’inspiration poétique ou un moment où certains comprendraient avec une feuille verte au nez :
Marcherait avec joie, s’amusant tout en chantant/avec la lumière aux frontières les plus éloignées/jusqu’à ce qu’il perde tout et soit libre. ” (Ibid, p.245).
Après avoir atteint cet apogée mystérieux avec un tas de douleurs et de joies, de blessures et de quelques remèdes, le poète descend du toit :
“Nous avons pensé qu’il serait bon de nous asseoir/vous n’auriez qu’un seul moment durant toute une année/comme émergence du premier rayon de soleil/comme la chute du dernier Jésus-Christ, comme notre regard triste/comme l’enfant d’Adam.”(Ibid, page 246).
Ensuite, il s’assoit et trouve que :
“C’est encore cette lanterne de jour et nuit qui est plus sombre que l’obscurité/je ne suis rien et petite chose/et puis je retourne au point de départ.” (Ibid, 248)

Conclusion

Le désespoir et la frustration peuvent être sentis chez tout humain. En comparaison avec les gens normaux, les poètes étant plus sensibles et fragiles, le sentent beaucoup plus que d’autres. Akhavan Sales est réputé, entre autres poètes contemporains, pour son franc-parler et pour son état d’irritation rapide. Il ne supportait pas les anomalies politiques et morales. Ceci explique la fréquence plus élevée de désespoir et de frustration dans ses œuvres.
Les dirigeants et les hommes de Pouvoir sont avant tout autres dans son viseur, et le poète critique les dirigeants indignes et les tyrans. Le manque de liberté d’expression et de critique des hommes de pouvoir et aussi l’oppression des opposants sont les thèmes récurrents dans les œuvres de poète, Il est irrité de ce qu’il ne peut pas avoir cette liberté et qu’il n’est pas entendu.
Les dirigeants qui ont abandonné l’honnêteté dans leurs vies et leurs pensées favoriseraient le mensonge et l’hypocrisie dans le monde. Akhavan Sales dénonce ce mal dans ses œuvres. Soutenir la stupidité publique, promouvoir de fausses informations, et s’occuper des apparences de la société, alors qu’en réalité les gens souffrent, tout cela n’est pas tolérable par le poète.
La pauvreté est une conséquence indispensable de la société sous tyrannie. Lorsque la richesse d’un pays est injustement entre les mains de la nomenclature, la majorité subit la pauvreté et la privation. C’est un thème important dans l’œuvre d’Akhavan Sales et il est un grand critique de la répartition inégale de la richesse.
La seule chose qui donne le consentement et le refuge au poète est une sorte d’absurdité et de nihilisme. Il est à souligner que cette absurdité est sans les racines philosophiques. L’absurdité est si forte dans l’esprit du poète qu’il se trouve incapable de changer la situation et se trouve dans une profonde dépression.

Par Mehdi Heidari : Membre du Corps académique de l’Université Azad Islamique, Unité centrale de Téhéran
heidarimeh@yahoo.com

Bibliographie
Akhavan Sales M. (1989) Akhar-e-Shahname, Tehran, Morvarid Publication
Akhavan Sales M. (1990) Arqanoun, Tehran, Morvarid Publication
Akhavan Sales M. (1959) Az In Avesta, Tehran, Morvarid Publication
Akhavan Sales M. (1949) Behtarin Omid, Tehran, Morvarid Publication
Akhavan Sales M. (1989) Tora Ei Kohan Boum o Bar Doust Daram, Tehran, Morvarid Publication
Akhavan Sales M. (1956) Zemstan, Tehran, Morvarid Publication
Akhavan Sales M. (1997) Se Ketab, Tehran, Zemestan
Akhavan Sales M. (1966) Shekar, Tehran, Morvarid Publication
Ahmadpour A. (2009) Shahriar Shahr Sangesta, Tehran Kalhor Publication
Barahani R. (2001) Or en cuivre, 3e vol., Tehran, Zaryab publication
Behbahani S. (1989) Mémoire de certaines personnes, Tehran, Alborz Publication
Hoghoghi M. (1996) Mehdi Akhavan’s poem from beginning until now, Tehran, Negah Publication
Dastqeib A. (2006) Poète de l’échec, Tehran, Amitisp Publication
Sajadi S. J. (1994) Encyclopédie des connaissances islamiques, Tehran, University of Tehran Press
Shahin Dezhi Sh. (2008) Shahriar Shahr Sangestan Tehran, Sokhan Publication
Shafie Kadkani M. (2002) Périodes de poésie persane, Tehran, Sokhan Publication
Sanei Dare Bidi, M. (1987) Dictionnaire philosophique, Tehran, Hekmat Publication
Kakhi M. (1991) Baq-e-Bibargi, Tehran, Nasheran Publicaiton
Mokhtari m (1997) Humain dans la poésie contemporaine, Tehran, Tous Publication
Mostafavi H. (1981) Altahgigh Fi Kalamat Alquran Alkarim, Tehran, Book Translation and Publication Agency
Yusefi Gh. (1990), Cheshm-e-Rousan, Tehran, Elmi Publication

Même thématique


FRANCE / ROUMANIE - CelebRo

application pour redécouvrir l’histoire des Roumains à Paris


FRANCE - Face aux migrants

des élus français tétanisés


MALI / JAPON - Oussouby Sacko

prend la tête d’une université japonaise


HAITI - Journaliste disparu

peur d’une profession face au piétinement de l’enquête



GUINEE - « Halte aux violences faites aux femmes »

le cri de résistance d’une Guinéenne de 18 ans


QUEBEC - Travailleurs agricoles

sans loisirs ni vie sociale






ETATS-UNIS - La Louisiane candidate

à l’Organisation Internationale de la Francophonie


LIBAN - « 77 positions libanaises »

un Kama Sutra familial osé, mais correct



ALGERIE - Médina d’Alger

une mémoire à restaurer




SUISSE - Sofia de Meyer

les fruits de la passion


COTE d’IVOIRE - Banane douce

forces et faiblesses d’une filière en expansion




MALI - L’art des griots mandingues

traditions et transmission









MAYOTTE - La crise

dossier en évolution constante




AFRIQUE / FRANCE - Restitution du patrimoine africain

« Nous sommes face à un défi historique »





TUNISIE - Ÿuma

"Poussières d’étoiles"


PAYS-BAS - De la vanille sous serre

un concurrent pour Madagascar et les Outre-mer ?




EGYPTE - Oser un féminisme novateur

loin des salles de conférences


AMERIQUE(S) - La francophonie

visages, histoire et défis


FRANCE - Eddy de Pretto

coup de poing musical et scénique




BURKINA FASO - Ouaga girls

un film universel sur une bande de filles mécanos







THAILANDE - Chasseur de temples

à la recherche du WAT perdu



AFRIQUE / EUROPE - "Profession : passeurs"

les multiples visages du business de la migration




POLOGNE - Le conflit autour de la foret de Bialowieza

entre la Pologne et l’Union européenne




ALGERIE / CANADA - Un forum

pour diversifier la coopération économique



MALI - Lenali, le réseau social

qui s’adresse aux illettrés




HAITI - Sexe contre nourriture

le démon de l’humanitaire




FRANCOPHONIE - À l’abordage de la solidarité !

L’Hermione à la sauce francophone


SUISSE - Après « No Billag »

plus rien ne sera comme avant





SENEGAL - La première voiturette solaire génératrice d’énergie

est sortie de l’Ecole supérieure polytechnique de l’Ucad





MALI - Eau potable

la quête permanente


LIBYE - Ni morts, ni vivants

genèse d’un crime de guerre


MONDE - Lycées français à l’étranger

les bons élèves de la République







CANADA - Un biocarburant québécois

pour réduire la pollution des avions



LIBAN - Les réfugiés syriens

une richesse inespérée pour l’économie


AFRIQUE / ASIE - Le réchauffement climatique

entraîne une hausse des mariages précoces





FRANCOPHONIE - Une liseuse pour la francophonie

soutenir éditeurs et élèves par le numérique




QUEBEC - Port du hijab

première demande d’accommodement raisonnable au DGEQ






SENEGAL - Massacre en Casamance

que s’est-il passé dans la forêt de Bourofaye ?














TUNISIE - Des "enfants de la révolution"

contre la discrimination au lycée




FRANCE - A Ouistreham, un « avenir brillant » ?

Par Scholastique Mukasonga - écrivaine


FRANCE - Appel à communications : « Réseaux et réseautage en f/Francophonie - Dimensions formelles et informelles »

Blog tenu par l’Institut international pour la Francophonie (2IF) - Université Jean Moulin Lyon





MALI - Fototala King Massassy

le seul photographe malien aux Rencontres de Bamako



MAROC - Par Ahmed Ismaïli

Année Francophone Internationale 2017 - 2018


ARMENIE - Par Lusine Nalbandyan

Année Francophone Internationale 2017 - 2018



ALGERIE - L’œuvre puissante de Frantz Fanon en débat

8e Festival International du Film Engagé


QUEBEC - Littératures policières

le polar fait chauffer les ventes de livres








CAMEROUN - Patrice Nganang serait gardé à vue

à la Police judiciaire de Yaoundé


MONDE / FRANCE - Tenir la route

Le corps à l’épreuve des routes migratoires


FRANCOPHONIE - Rencontre avec Boniface Mongo-Mboussa

Blog tenu par les doctorants "Littérature et francophonie" de l’Université de Limoges EA EHIC - France





CAMEROUN - Face aux sécessionnistes

Biya choisit davantage de répression






QUEBEC / FRANCE - La face cachée de la lune illumine Paris

Par Anne-Marie Pilote et Arnaud Montreuil - Réseau AGORA - AFI











FRANCE - Appel à communications : « L’empire français et la grande guerre »

Blog tenu par l’Institut international pour la Francophonie (2IF) - Université Jean Moulin Lyon


FRANCE - Appel à communications : « L’empire français et la grande guerre »

Blog tenu par l’Institut international pour la Francophonie (2IF) - Université Jean Moulin Lyon 3






TUNISIE - Paradis fiscaux

la justice piétine


BURKINA FASO - Fanta Régina Nacro

dix films pour combattre les violences faites aux femmes


CANADA - La bataille de l’immersion française

au coeur de l’archipel Haida Gwaii








FRANCOPHONIE - Shakespeare et les pétrolettes

histoire d’une caravane itinérante










ROUMANIE / ONTARIO - Des retombées espérées

Conférence des femmes de la Francophonie




MALI - Ghislaine Dupont et Claude Verlon

quatre ans après, de nombreuses zones d’ombre



AFRIQUE / MARTINIQUE - Toto Bona Lokua

un trio pour embrasser la tolérance





QUEBEC - Les Québécois tiraillés

entre l’inquiétude économique et l’insécurité culturelle


AFRIQUE - Les dix penseurs africains

qui veulent achever l’émancipation du continent



MALI - Méprisé par les siens chez lui

Boubacar Traoré fait des merveilles sous d’autres cieux




HAITI - Les bébés Minustah en Haïti

la partie immergée d’un iceberg d’exploitation et abus sexuels !


ILE MAURICE - Grève de la faim des « cleaners »

le combat de ces femmes en quête de dignité





AFRIQUE - « L’Afrique, futur royaume de l’innovation ? »

Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale


ALGERIE - L’islamisme s’empare de l’université

Agents de sécurité ou police religieuse ?











MONDE - La banane

un fruit en sursis


QUEBEC - #MoiAussi

les dénonciations se multiplient, mais sont-elles la solution ?



MONDE - L’UNESCO en crise d’identité

un défi qui attend Audrey Azoulay


FRANCE / ALGERIE - Le festival CINEMED 2017

vu par les étudiants en journalisme d’Alger, en partenariat avec l’ESJ PRO


MALI - Disparition de Yambo Ouologuem

premier Africain lauréat du Renaudot







ALGERIE - Maltraitance de l’enfant

imposer le signalement judiciaire au milieu hospitalier



ETATS-UNIS - Fragile mais toujours vivant !

la langue française en Louisiane


FRANCE - Coopératives

vers la fin du capitalisme ?





FRANCE - Les Fables de La Fontaine

animaux personnifiés ou êtres humains déshumanisés ?



MALI - Enseignement fondamental

La baisse de niveau, une plaie incurable ?




SUISSE - Le Vaudois Jacques Dubochet est

co-lauréat du Nobel de chimie




FRANCE / CAMEROUN - Le cri d’un enfant soldat

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017


BENIN - Arielle Ahouansou, la médecin-businesswoman

qui révolutionne le système de santé en Afrique





FRANCE - Festival les Francophonies en Limousin

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017 - Par Arnaud Galy



CAMEROUN - Cette greffe anglophone

qui n’a jamais vraiment pris











LIBAN - « La francophonie universitaire apporte des réponses

aux grandes questions que se pose le monde »








Journée scientifique - 18 octobre 2017

COMMUNICATION de l’Institut international pour la Francophonie (2IF)









LIBAN - Les émigrés

poumon économique ?


EGYPTE - Caire khédivial 150 ans après

à la reconquête du centre - DOSSIER




ALGERIE - Un clip défie le racisme

contre les migrants subsahariens


FRANCE - Visa pour l’image

Par l’ESJ Pro - Partenaire d’Agora


ARMENIE - Université d’été

Par Lusine Nalbandyan et Shiraz Hovakimyan*


MONDE - Huile de palme

Deux organisations suisses plaident pour en réduire l’usage









GUADELOUPE / EUROPE - Cyrielle Cuirassier

la voix de la Guadeloupe à Bruxelles




FRANCE - Le Festival du Film Francophone d’Angoulême

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017 - Par Arnaud Galy



POLYNESIE FRANCAISE - Ces chercheurs polynésiens

qui font avancer la science mondiale


CANADA - Un robot téléguidé

explore les tréfonds du golfe du Saint-Laurent




ALGERIE / FRANCE - Kaouther Adimi : Nos Richesses

Par Guy Dugas - auteur du réseau Agora francophone / AFI










CANADA - Stérilisation forcée

des femmes des Premières nations





FRANCE - Dix ans sur un îlot breton désert

pour un projet agro-environnemental



TOGO - Défense de copier les villes occidentales

à l’école d’architecture de Lomé





QUEBEC - L’art de se ficher du français

en prétendant s’en préoccuper



CAMEROUN - Pour continuer de rayonner

Douala contrainte de se réinventer



OUZBEKISTAN - Rencontre avec Choazim Minovarov

président de l’Alliance Française de Tachkent


COTE d’IVOIRE - 8èmes Jeux de la Francophonie

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017

















QUEBEC - Langues autochtones

le retour aux sources du malécite









BENIN - Des petits groupements d’épargne et de crédit

impulsent l’autonomisation des femmes rurales






BURUNDI - Au bord du gouffre

retour sur deux années de terreur




SENEGAL - Protection sociale, formation, accès au financement...

le statut de l’artiste, un moyen de lutte contre la précarité





BULGARIE - Les Francopholies de Blagoevgrad

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017 - Par Anne Duruflé



FRANCE - Dis-moi dix mots - Coup de jeune sous la coupole !

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017 - Par Arnaud Galy


FRANCE - Le musée du futur

un dialogue plutôt qu’un monologue



MALI - Révision de la constitution

des avancées à la Pyrrhus





AFRIQUE SUBSAHARIENNE - Les mécanismes traditionnels de gestion des conflits

Par Niagalé Bagayoko et Fahiraman Rodrigue Koné - Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques | UQAM


HAITI - Rencontres des Musiques du Monde

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017 - Par Milo Milfort


HAITI - Rencontres des Musiques du Monde

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017 - Par Milo Milfort


ETATS-UNIS - Le Festival International de Louisiane

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017 - Par Béatrice Germaine et April Courville


BELGIQUE - Surveiller et punir

Une plongée photographique dans le système carcéral | Sébastien Van Malleghem




ALGERIE - Les Algériens et le sucre

une histoire d’amour mortelle





RD CONGO - Kokoko !

un ovni kinois de la créativité musicale










QUEBEC - Parler de sexualité

de la maternelle au secondaire


AFRIQUE - « Homo sapiens »

prend un coup de vieux de 100 000 ans








THAILANDE - Sacré lotus

la crainte d’un afflux de touristes


MADAGASCAR - Rencontres du Film Court

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017 - Par la Faculté de Journalisme d’Antanarivo - Madagascar (2/2)


MADAGASCAR - Rencontres du Film Court

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017 - Par la Faculté de Journalisme d’Antanarivo - Madagascar (1/2)




AFRIQUE / FRANCE - Trésors de l’Islam

à l’Institut du Monde Arabe (Paris)


LUXEMBOURG - « Les Luxembourgeois et leurs langues »

entre le luxembourgeois du cœur et le français de la raison










ALGERIE - Etudiants en médecine

le « burn-out » au bout du tunnel



VIETNAM - Les patrimoines culturels

face à la menace climatique


TCHAD - Privé de sa rente pétrolière

le pays s’enfonce dans la crise


BELGIQUE - Un robot pour aider les seniors

"N’oublie pas de t’hydrater, Mamy !"





BURKINA FASO - L’agroécologie

pour lutter contre le changement climatique et la malnutrition






AFRIQUE - Quand l’Afrique invente son propre cinéma

loin de Cannes et des canons internationaux


CAP VERT - Archipel

un témoignage de João Ferreira




RWANDA - Ambitieuses politiques

en matière de développement durable








MONDE - 467 millions d’hectares de forêt passés sous les radars

découverte de l’équipe d’un chercheur belge



RD CONGO - Bora - Vers une nouvelle vie

« Il faut partir maintenant. »


ARCTIQUE / SUISSE - Élue au Conseil de l’Arctique

la Suisse entend jouer un rôle stratégique dans le Grand Nord






RD CONGO - Une "banquise" de bouteilles en plastique

recouvre le fleuve Congo à Kinshasa


FRANCOPHONIE - L’Agence universitaire de la francophonie

dévoile ses nouvelles orientations à Marrakech


BELGIQUE - Marcel Bauwens

écrivain et journaliste a pris le large…



NIGER - Banquière intègre

un métier à haut risque


FRANCOPHONIE - Face au « fake news »

la nécessaire union des médias publics francophones









FRANCE - Macron : De la promo Senghor

à l’Afrique d’En marche !



AFRIQUE - Arbitrage en Afrique

à la recherche d’un équilibre


GUINEE - À la rencontre de deux écrivains

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017 - Par Asmaou Barry


ARMENIE - La QUINZAINE de la francophonie

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017 - Par Lusine Nalbandyan










SUISSE - Les Québécois mettent le feu au lac

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017







AFRIQUE - L’économie de la connaissance en Afrique

quel cadre théorique et quelles évolutions ?



SENEGAL - Protection des talibés

l’Unicef tend la main à l’Etat








GUINEE - Conakry, Capitale mondiale du livre

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017 - Par Asmaou Barry


ALGERIE - La percée d’internet

13 millions de connectés quotidiennement





MALI / AFRIQUE - De l’exotisme à l’acculturation

considérations postcoloniales autour de Noces sacrées de Seydou Badian



QUEBEC - Maurice Richard

l’origine d’une passion partisane, 1942-1945





FRANCE - Le Festival 100 % Afrique à la Villette

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017


CAMEROUN - La crise anglophone

un mal profond aux racines lointaines





MALI - Immigration féminine

pour une vie meilleure


LIBAN - « Maison jaune »

Beyrouth se réconcilie avec sa mémoire







CONGO - Le dramaturge Dieudonné Niangouna

investit le théâtre comme on monte sur un ring de boxe


FRANCE - La mixité sociale dans les écoles

un vecteur de cohésion et de paix sociale ?



LIBAN - « au point de rupture »

appelle la communauté internationale à l’aide


ASIE - Francophonie universitaire

tous réunis en Thaïlande !


QUEBEC - Milieux humides

Québec reporte encore l’adoption de mesures de protection permanentes








FRANCE / MAROC - Une littérature affranchie

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017





FRANCOPHONIE - Écrire l’Histoire collectivement

sur Wikipédia, avec les edit-a-thons




CAMEROUN - YaPhoto

une plateforme photographique


FRANCE - Présidentielle et francophonie

"Des déclarations chocs et des programmes creux"




ROUMANIE - Haïkunoi, le Grand Tour fait escale en Roumanie pour un petit poème

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017 - Par Ioana Stancescu


RD CONGO - Les « minerais de sang »

bientôt exclus du marché européen







AFRIQUE - Le tourisme dans la Zone UEMOA

quel positionnement pour le Sénégal et la Côte d’Ivoire ?




MAROC - "On marche", festival de danse contemporaine

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017 - Par Arnaud Galy


HONGRIE - Mars, mois de la francophonie

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017 - Le Journal francophone de Budapest






BELGIQUE - Talentueuse la Belgique ?

Oui, mais peut mieux faire !






TOGO - Festival International des Lucioles Bleues - Filbleu

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017 - Par Anani Agboh
















FRANCOPHONIE - Ivan Kabacoff

Il suit la francophonie comme son ombre


BURKINA FASO - FESPACO - le dossier réactualisé

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017


BURKINA FASO - Thomas Sankara

la renaissance d’une icône africaine



QUEBEC - De l’histoire au rap

entrevue avec Webster






TUNISIE - Toxicomanes

la prison ou l’abandon




MALI - Promouvoir la cohésion nationale

à travers les langues maternelles




BURKINA FASO - Festival "Rendez-vous chez nous"

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017 - Par Jérôme William Bationo




KAZAKHSTAN : Quand Astana devient encore plus futuriste

sous l’objectif d’un photographe français




POLOGNE - 10/10 propulse la francophonie en haut de l’affiche ! Acte II

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017 - Par Arnaud Galy


COTE d’IVOIRE - Sisi Barra

travail de la fumée






POLOGNE - 10/10 propulse la francophonie en haut de l’affiche ! Acte I

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017 - Par Arnaud Galy




HAITI - Les écoliers dans les rues

rare signe d’espoir sur la côte sud



LIBAN - Le florilège de PICTORAM 2016

Par Pascale et Nadine Asmar - Contributrice au réseau AGORA/AFI






AFRIQUE - Un continent plein d’espoir

Tribune d’António Guterres



AFRIQUE - Le Voyage

récit - document


ALGERIE - Lutte contre l’informel

l’Exécutif slalome au gré des circonstances




FRANCE - FIBD, la migration annuelle des bédéistes !

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017 - Par Arnaud Galy



MACEDOINE - Menaces sur Ohrid

le plus vieux lac d’Europe




LIBAN - Stages professionnels

expérience enrichissante ou perte de temps ?





BURKINA FASO - FESPACO - Le retour du Niger

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017




MAROC / CONGO - De Rabat à Brazza

le slam révolté d’Aurore Boréale




SENEGAL / GAMBIE - Transition en Gambie

quels enjeux pour le Sénégal ?


HONGRIE / FRANCE - « Les Loustics » et l’enseignement du français

Rencontre avec Hugues Denisot à l’Institut français










FRANCE - MyFrenchFilmFestival

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017 - Par Arnaud Galy


FRANCE - MyFrenchFilmFestival

Partenariat AGORA / GRAND TOUR 2017



LIBAN - Karim Mounayar

porteur de la voix de la jeunesse francophone








FRANCE - Pays de la laïcité

la foi investit la campagne présidentielle




ALGERIE - La violence comme dernier "recours"

émeute sur fond de contestation


TCHAD - Makaïla Nguebla

un blogueur en exil


TUNISIE - La chute de la maison Ben Ali

une bande dessinée pour l’Histoire


AFRIQUE - Comment le wax fait croire qu’il est africain

et étouffe les vrais tissus du continent





FRANCE - Ces écrivains binationaux

sur la crête de la nouvelle vague





SYRIE - Alep, tombeau du droit international, de l’ONU,

du minimum de décence et d’humanité






FRANCE - Lascaux

que reste-t-il de nos ancêtres ?




FRANCE - La langue française

déferle sur les TransMusicales de Rennes


KIRGHIZSTAN - Claude Ménard

un chef français en pays kirghiz


FRANCE - L’école de français pour les réfugiés

obtient 93% de réussite chez ses premiers élèves





MONDE - Un réseau de « villes refuges »

pourrait accueillir les biens culturels menacés par le terrorisme




SENEGAL - Une petite héroïne 100 % africaine

sensibilise les enfants à l’écologie















FRANCOPHONIE / MADAGASCAR - 7e art

l’OIF soutient les jeunes cinéastes en devenir



MADAGASCAR - Les Surfs, le plus célèbre groupe malgache de l’histoire

Par Jean Claude Amboise - Docteur en droit - Avocat au barreau de Paris (Droit de la culture)



FRANCOPHONIE / MADAGASCAR - La jeunesse s’exprime !

Mondoblog - la francophonie vue par les francophones


FRANCOPHONIE / MADAGASCAR

TV5Monde - Dossier spécial - enrichi en continu -









BOSNIE - Suez

au coeur de la reconstruction et du développement





MOLDAVIE - Le candidat prorusse

remporte l’élection présidentielle


BURKINA FASO - La dengue

Quelles solutions envisager à court, moyen et long terme pour réduire l’incidence de la maladie ?



MONDE - Vestiges d’empire

en lumière naturelle à la chambre 4x5


MAGHREB - L’eau

ressource vitale en danger
















HAITI - Abolir la distance

je rencontre Jonnathan







EGYPTE - Droits des enfants

les médias sur le banc des accusés







POLOGNE / HAITI - Halka/Haïti : un projet inédit de collaboration culturelle

Par Sara del Rossi - doctorante à l’Université de Varsovie



AFRIQUE - TIC et agriculture

pour mieux informer et accompagner les agriculteurs !





AFRIQUE - Pourquoi l’Afrique des Grands lacs

demeure hors des radars médiatiques




QUEBEC - Qu’est-ce qui cloche

à propos de l’économie québécoise ?





NIGER / TCHAD - Grèves universitaires

les gouvernants prennent l’avenir de la jeunesse en otage !






FRANCE / UKRAINE - La guerre civile en Ukraine russophone, oui,

mais avec l’humour distanciant de Cédric Gras



FRANCE / Guadeloupe - Les 3 E de Rachel Lollia

entrepreneure, étudiante, exceptionnelle





FRANCE - Des anglicismes à y perdre son latin

Henriette Walter démêle le vrai du faux







AFRIQUE - Une ONG accuse des négociants suisses

d’abreuver l’Afrique de fuel toxique



FRANCOPHONIE - Sauter dans le TGV des nouvelles technologies

Par Jean-Noël Cuenod - contributeur au réseau AGORA - ZIGZAG - AFI




CAMEROUN - Cacao

l’enjeu de la certification


MONDE - À nos devoirs, citoyens !

peut-être même êtes-vous en train d’ajouter à la confusion !







CAMBODGE - Mariages forcés

l’autre crime des Khmers rouges








CAMEROUN - Nadine Bilong

commissaire d’art immatériel


ETATS-UNIS - Comment devenir professeur

dans un programme bilingue français-anglais à NY ?


EGYPTE - Le tatouage

une pratique pharaonique


CANADA - Bilinguisme

les Canadiens très majoritairement favorables


TUNISIE - L’avortement un droit douloureux

pour des femmes mariées ou pas


MALI - Guida Landouré

un neurologue à la pointe de la génétique


FRANCE - VISA POUR L’IMAGE 2016 - Perpignan

le blog des étudiants d’ESJ PRO




ALGERIE - "L’e-commerce doit être le principal moteur du web algérien"

Badreddine Ramtani, employé algérien chez Google










THAILANDE - Restaurateurs Sans Frontières

réparer sans dénaturer, une mission délicate




POLYNESIE FRANCAISE - L’apprentissage du reo Maohi

pour favoriser la réussite scolaire


MAURITANIE - Prison ferme

pour des militants antiesclavagistes


AFRIQUE - "Les agriculteurs africains peuvent nourrir le monde"

L’Afrique possède 60 à 65% des terres agricoles en friche du monde


MAROC - Etudiants étrangers

entre opportunités et désillusions


PALESTINE - Gaza cherche une ouverture

une place sur la carte du tourisme régional



MAROC - Cinq initiatives écolos

lancées par des entreprises ou associations marocaines


CANADA - L’Acadie, si loin, si proche

francophones d’un bord, anglophones de l’autre, et autochtones au milieu


LIBAN - La diaspora courtisée

pour investir dans le tourisme



CANADA - Des filles trimballées partout au pays

le fantasme de "la femme franco"


ETATS-UNIS - Ecoles publiques

cherchent profs de français désespérément




GUINÉE - L’impossible réforme

des forces de sécurité et de défense




SENEGAL - Gestion des ressources pétrolières

les préoccupations de la société civile




LIBAN - Cinéma

une industrie qui prospère




ALGERIE - Le guépard sahélo-saharien en "réfugié"

dans les massifs du Tassili N’Ajjer et du Hoggar


FRANCE - Anonymous répond à l’attentat de Nice :

"Nous sommes légions, nous ne pardonnons pas, nous n’oublions pas, craignez-nous"


MOLDAVIE / ROUMANIE- L’union

une porte d’entrée dans l’Union européenne ?





FRANCE - Attentat de Nice

fausses victimes et faux suspects pullulent sur Internet









LIBAN - L’Euro de football

un coup de pouce bienvenu pendant le ramadan














TUNISIE - La condition de vie des êtres humains

est mieux assurée que dans les autres pays maghrébins




SUISSE - L’ours

désormais dans le viseur des politiques




Afrique - « Il faut en finir avec le mariage forcé des fillettes »

Angélique Kidjo - est chanteuse, musicienne et comédienne - Ambassadrice de bonne volonté de l’Unicef depuis 2002


HONGRIE - Une nouvelle initiative francophone

à l’Université catholique Pázmány Péter



FRANCE - Mort d’Yves Bonnefoy

poète, traducteur et critique d’art


AFRIQUE - Fils de, frère de…

comment se bâtissent les dynasties politiques



LIBAN - Une nouvelle capitale

qu’est-ce qui attend les Libanais ?




EUROPE / QUEBEC - « Lendemain de veille »

pour les Britanniques du Québec




RUSSIE / FRANCE - Un directeur d’Alliance française en accusation !

Par Thierry Guidet, président du comité de soutien.



MADAGASCAR - Une passion pour la langue malgache

Laingontsiky, femme des lettres et des arts




FRANCOPHONIE - Lancement d’IDNEUF

le portail francophone des ressources de l’enseignement supérieur









FRANCE - XI en Nord

le foot sous tension





MADAGASCAR - La plus parfumée des récoltes

... la vanille - reportage photo


LIBAN – La revue PICTORAM

les engagés de la culture !


MAROC - Fès et gestes

"le photographe est d’abord un habitant"



PACIFIQUE - Tara met le cap sur le corail

une goélette en expédition


TCHAD - Procès de Hissène Habré

le verdict historique rend justice aux dizaines de milliers de victimes






AFRIQUE - Ces innovations africaines

qui peuvent sauver des vies



FRANCE - Bientôt un clavier

pour écrire en bon français


SENEGAL - Jardins féminins aux portes du Sahel

Par Léa Billen, contributrice au réseau AGORA - ZIGZAG - AFI.











AFRIQUE - L’espérance de vie

a fait un bond de 10 ans


LIBAN - L’aéroport de Beyrouth

renforce sa position de hub aérien











ROUMANIE - La belle folie de Cristi Puiu

peintre de Bucarest devenu cinéaste "enragé"



LIBAN - Élections municipales : les mouvements civils à Beyrouth

Par Pascale Asmar, contributrice au réseau AGORA - ZIGZAG - AFI.



BURKINA FASO - " L’avortement, ses pratiques et ses soins "

Par Ramatou Ouedraogo - Docteur de UMR 5115 CNRS - Les Afriques dans le Monde (LAM) Institut d’Études Politiques de Bordeaux



MAROC - Le « plein d’étoiles » et de grâce

Festival des musiques sacrées de Fès


FRANCE - ImageSingulières -

Festival de la photographie documentaire





AFRIQUE - Zone Franc africaine

des réformes concrètes à mener en attendant (peut-être) un nouveau système de change !



LIBAN - L’air libanais

toxique et dangereux


AFRIQUE - Présidents africains, pourquoi...

ne restez-vous pas mourir au pays ?




ASIE CENTRALE - Novastan, le e.magazine francophone

financement participatif, à vous de jouer !


BURUNDI - Les blogueurs de Yaga

ont "pris le relais des médias"



FRANCE - Langue et travail

Par Thierry Priestley, contributeur au réseau AGORA - ZIGZAG - AFI.







TUNISIE - État d’urgence

ni droits, ni lois


Bassin du CONGO - Les Pygmées

gardiens oubliés du climat


LIBAN - Une usine de la Békaa

accueillera le plus grand parc solaire du Liban


QUEBEC - Alérion Supermileage

une voiture qui consomme 0,09 litre aux 100 km



FRANCE / AF sud - La French Tech s’installe au Cap

pour rayonner dans toute l’Afrique anglophone


EGYPTE - Salah Sabri

La science dans la peau


Terminus EUROPE - Vivre aux portes de Schengen

Par la 91e promotion de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille



BURKINA FASO - Coton génétiquement modifié

« D’énormes enjeux pour une économie nationale fragile »


SUISSE - Tour du monde de Solar Impulse

Piccard : « Le Pacifique est fait, mon ami »





HAITI - James Noël

dans l’écume des vers



LIBAN - Trafic sexuel

une Syrienne raconte l’enfer



RD CONGO - Le français à Lubumbashi : usages et représentations (thèse)

Par Irène Ngoie Kyungu Kiboko - Docteur de l’Université Nice Sophia Antipolis en Sciences du Langage


QUEBEC - Scientifiques et littéraires, pour un front commun

Par Jean-François Chassay - écrivain et professeur de littérature



EUROPE / BELGIQUE - Migrants

voici dix raisons d’ouvrir les frontières


COREE du SUD - Théâtre Francophonie

une troupe unique en Corée











QUEBEC - Intégrer les sciences sociales

à la formation scientifique













CANADA / YUKON - Immigration francophone

Trudeau défait les politiques conservatrices



TUNISIE - "Fleur d’Alep"

un film sur le départ des jeunes vers le jihad




Rd Congo - Intellectuels serviles de Kinshasa

Par Anicet Mobé, contributeur au réseau AGORA - ZIGZAG - AFI.




SYRIE - Patrimoine

"on voulait conserver cette image-là de la Syrie, magnifique"


FRANCOPHONIE - Une étude controversée pointe la francophonie

comme facteur clé de la radicalisation djihadiste





LIBAN - Ghassan Salamé

« Je ne suis pas un Don Quichotte, mais j’ai le courage de mes idées et de mes convictions »


BELGIQUE - Ismaël Saidi

rire avec le djihad


MALI - Face à l’obscurantisme

"ce que je défends est plus important que ma vie"



MAROC - Oum, poétesse saharienne et lunaire

Par Arnaud Galy - rédaction d’Agora



CONGO - Les nouveaux visages pâles

le blanchiment de la peau






AFRIQUE - La recherche scientifique

se développe moins vite que les maladies


Ile Maurice - De l’attachement au français

Par Ramanujam Sooriamoorthy - pt de l’Association mauricienne des enseignants de français





TUNISIE - Prostitution des étudiantes

voyage au coeur d’un tabou





SUISSE - Entre festivals et artistes genevois

c’est : « Je t’aime, moi non plus ! »



SENEGAL - Business halal dans le monde

un marché de 402 mille milliards










ILE MAURICE - Déficience intellectuelle

une école pour grandir autrement


AFRIQUE - L’Afrique francophone subsaharienne

à nouveau en tête de la croissance africaine


MOLDAVIE - De jeunes rappeurs engagés

contre la corruption et la misère






SUISSE - Les langues étrangères

ce trésor cantonal méconnu


RD CONGO - Les femmes demandent le divorce

pour fuir les violences domestiques


CANADA - Le défi de trouver du travail

pour les diplômés issus de l’immigration


BURKINA FASO - Daouda Guinko

portrait d’un jeune enseignant sous paillotes




LIBAN - Efficacité énergétique

5 ans pour se rattraper




RD CONGO - “L’homme qui répare les femmes”

un film dérangeant pour le gouvernement congolais




FRANCE / GUADELOUPE - cinemanioc.com

une histoire de Guadeloupéens (ultra) passionnés



MONDE ARABE - Féminisme

chronique d’un combat loin des préjugés occidentaux




VIETNAM - Devenir un pays maritime puissant

position géographique favorable


BURKINA FASO - Maisons d’arrêt du Burkina

sécurité, santé et sexualité dans nos prisons



DJIBOUTI - Les controverses du khat

don de Dieu et source de revenus



ETATS-UNIS - Les Cajuns de la Louisiane

renouent avec le français





QUEBEC / JAMAIQUE - « ... les plantes parlent le même langage ! »

Par Nicolas Pelletier, contributeur au réseau AGORA - ZIGZAG - AFI.


FRANCE - Claire Bretécher

aventurière géniale de la Bande dessinée





MALI - « La régionalisation va accélérer le développement économique des territoires »

Ousmane Sy, le président de l’Alliance pour la refondation de la gouvernance en Afrique










SUISSE - Stephan Eicher

Le chanteur automate…



LIBAN - Financement du cinéma

vers un modèle libanais ?


BURKINA FASO - L’attentat de Ouagadougou du 16 janvier 2016

une extension territoriale du terrorisme dans l’arc sahélo-saharien






BELGIQUE - Devant l’ONU

pour l’examen de ses engagements en matière de droits humains







VIETNAM - Sur les montagnes

dans la vallée, pour regarder le sida en face


SUISSE - Des Suisses brillent

dans la réalité virtuelle




BELGIQUE - Les francophones d’Anvers

espèce en voie de disparition


MADAGASCAR - Les occupants des terrains coloniaux

pourront finalement accéder à la propriété



SUISSE - Cent espèces d’abeilles sauvages

peuplent la grande Cariçaie (Lac de Neuchatel)



MONDE - Syriens, Afghans, Congolais, Burkinabé...

Portraits d’artistes en résistance qui bataillent pour la liberté d’expression



LIBAN - L’économie

tributaire de la solution en Syrie


MAROC / AFRIQUE - De la stigmatisation à l’intégration

le quotidien contrasté des étudiants africains au Maroc


TUNISIE / EUROPE - "Tunisie 2045", le court-métrage qui fait de la Tunisie

une terre d’accueil pour les réfugiés européens


HAITI - Pénitencier national

au-dedans de l’enfer


ANNÉE FRANCOPHONE INTERNATIONALE 2015 - 2016

En ligne ou papier ? Deux contenus distincts à découvrir !










HONGRIE - Le label d’excellence du Lycée Kölcsey

Rencontre avec M. Eric Fournier, ambassadeur de France en Hongrie


THAILANDE - Avalés par la mer

Bangkok vit avec les impacts des changements climatiques


MONDE - « J’espère que cet état d’esprit va durer »

Martin Beniston - Directeur de l’Institut des sciences de l’environnement à l’Université de Genève


VIETNAM - Thé Shan tuyêt

une affaire d’indication géographique




MAYOTTE - Les cadis mobilisés

contre le radicalisme islamique



BURUNDI - Les diplomaties étrangères

expriment leur profonde inquiétude


FRANCE - "Melting Nord"

migrations d’aujourd’hui



BELGIQUE - Benoît Peeters

« La B.D. reste un médium pertinent »


BURKINA FASO - Kilowattheure en Afrique

Pourquoi un tarif si cher sur le continent ?


FRANCE - Biennale des photographes

du monde arabe contemporain


SUISSE / FRANCE - Le CERN

reportage photographique






SUISSE - Naturalisation

Bienvenue en Suisse…


ILE MAURICE - Ils font leurs études supérieures en prison

« Notre chance pour un avenir meilleur »





SUISSE / SERBIE - Éduquer à la citoyenneté

parallèles entre les deux pays





MONDE - Les pollueurs du monde doivent payer

par Thomas Piketty - économiste





QUEBEC - (Ré)investit en éducation

Leitão nie que l’enveloppe de 80 millions pallie des compressions




MONDE ARABE - Tamkin

les jeunesses engagées


AFRIQUE - Avenir du rock

la piste africaine


SYRIE / QUEBEC - Nouvelle vie

pour des réfugiés syriens à Laval


AFRIQUE - Développement des MOOC

quelles implications pour l’enseignement supérieur en Afrique subsaharienne ?


LIBAN - Nadine Asmar

une belle promesse pour le cinéma libanais


ROUMANIE - Sac à dos

la revue des élèves du Collège national Mihail Sadoveanu





FRANCE / PARIS - « Les sociétés préparées aux attentats

ont gardé vivants les rituels du deuil »



FRANCE / PARIS - Le Bataclan

lieu d’avant-garde et de mixité dans les années 80


EUROPE - Les réfugiés

risquent d’être les victimes collatérales des attentats


FRANCE / PARIS - Les Libanais de Paris

se croyaient « à l’abri dans la Ville Lumière »...




FRANCE / PARIS - Les noms et les visages

Une vingtaine d’étrangers




GUINEE - Migrant, entre humour et gravité

un jeune Guinéen met des mots sur son parcours



BURUNDI - Risques de guerre civile

la diaspora canadienne s’inquiète



TUNISIE - Peut-on réformer la pensée religieuse

en Tunisie postrévolutionnaire ?


QUEBEC / ETATS-UNIS - Des Montréalais

illuminent la ville de Buffalo


SENEGAL - Souveraineté alimentaire et agriculture durable en Afrique

pour une intégration de l’agroécologie dans les politiques





Ile MAURICE - Nos chauves-souris

si uniques et pourtant si mal-aimées



TCHAD - Pour améliorer la scolarisation des filles

plus d’une demi-douzaine de plans régionaux


RD CONGO - Goma la volcanique

comme on ne vous l’a jamais racontée


VANUATU - Sécheresse et volcan

double peine pour Tanna




AFRIQUE - Les robinets du financement

s’ouvrent pour les start-up



ALGERIE - L’Académie française récompense Boualem Sansal

ainsi que Hédi Kaddour (Tunisie - France)


MAROC - Voici pourquoi les femmes

sont loin d’être les égales des hommes


TUNISIE - Une nuit dans un cabaret

"Laisser faire, tout en gardant en tête la ligne rouge à ne pas dépasser"



ALGERIE - Le Salon international du livre d’Alger

vu par les étudiants de l’ENSJSI (Alger) en partenariat avec l’ESJPro (Montpellier)


RD CONGO - Top-modèle de l’Afrique

« Donnez-nous dix ans, et Kinshasa sera le Paris africain »






LIBAN - L’Association francophone de journalisme

se penche sur la formation des étudiants et novices



MAROC - L’AUF se réunit pour la première fois pour un plan d’action Maghreb

Interview exclusive de Cristina Robalo-Cordeiro, directrice de l’AUF Maghreb





VIETNAM - Le procès de l’agent orange avance

malgré les entraves de la défense


TUNISIE - Les archives

l’autre chantier de la justice transitionnelle


FRANCOPHONIE - "Créer un espace de confiance"

Entretien avec Éric Adja, le directeur de la Francophonie numérique à l’OIF


QUEBEC - Un nouveau départ à Montréal

Le défi d’écrire en Français




BENIN - Jus de fruits

succès agroalimentaire ?


LIBAN - Treize jeunes Libanais

à la découverte de la francophonie



LIBAN / SYRIE - Samar Yazbek

Syrie, théâtre de l’absurde







TUNISIE - Un Nobel pour l’exception tunisienne

les pays arabes en panne de réformes


FRANCOPHONIE - Le français

une langue d’affaires qui a encore de l’avenir ?



MADAGASCAR - Terrains domaniaux

5 millions d’hectares disponibles dans tout Madagascar






FRANCOPHONIE - "Ma thèse en 180 secondes"

pleins feux sur les rats de laboratoire





VIETNAM - Du charbon brut

métamorphosé en sculptures






MAYOTTE / France - les migrants oubliés

du 101e département français




TCHAD - Rose Lokissim

l’insoumise qui a eu raison de Hissène Habré



MAROC - Métiers du désert

la face cachée du tourisme saharien - vidéo


COTE D’IVOIRE - Abidjan, nouvel eldorado

de la beauté en Afrique de l’Ouest



LIBAN / TURQUIE - Dans les camps des réfugiés

des mains syriennes transforment les tentes en art


SENEGAL - Gestion des déchets

le pays cherche des solutions innovantes par l’utilisation des TICS




CANADA / QUEBEC - Diplomatie

Québec abolit le quart des postes à l’étranger







SENEGAL - Les côtes sénégalaises,

nouveau paradis des centrales à charbon sale



FRANCOPHONIE / CAMEROUN - Manu Dibango

nommé Grand Témoin pour les Jeux olympiques



FRANCE - "Je n’ai aucune admiration pour le malheur"

Rencontre avec l’écrivain Charles Dantzig



BURKINA FASO - Tourisme au Burkina :

« Cette année, c’est une catastrophe… »


MAYOTTE / France - « Si tu veux faire de la recherche,

il ne faut pas venir vivre à Mayotte »




MONDE - La plupart des migrants...

ne se réfugient pas en Europe




FRANCE - Visa pour l’image à Perpignan

le grand festival de journalisme vu par nos partenaires de l’ESJ Pro


LIBAN - Qui sont ces Libanais

venus dénoncer l’incurie du gouvernement au cœur de Beyrouth ?






SENEGAL - Écart entre riches et pauvres au Sénégal

les dessous d’une cohabitation difficile !



AFRIQUE - Face au problème des cultes

et des prophètes autoproclamés


SYRIE - Zaina Erhaim, lauréate du prix Peter Mackler

à 30 ans, une vétérane de la liberté de la presse





SENEGAL - Doudou N’diaye Rose, le « tambour-major »

de la musique sénégalaise, est mort !


TUNISIE - La "Saphonienne"

la nouvelle forme d’énergie éolienne créée par des Tunisiens (VIDÉO)




BURKINA FASO - « Nous sommes frustrés »

Evariste Combary, directeur de la radio nationale du Burkina


DJIBOUTI - Corne de l’Afrique

un "Think tank" pour offrir d’autres scénarios




MAROC / VIETNAM - Des Vietnamiens contre la destruction

d’une oeuvre architecturale marocaine




COTE d’IVOIRE - En quête d’autosuffisance en riz

pour recouvrer sa souveraineté alimentaire



FRANCE - Migrantes en France

jusqu’à quand ?


BURKINA FASO - Gouvernance de l’internet

les francophones en ordre de bataille


RD CONGO - Mort de Kiripi Katembo

la fin du photographe-poète de la rue de Kinshasa


LIBAN - Le monde de la nuit

s’exporte à Dubaï pour diversifier ses risques


SENEGAL - La technologie

au service des femmes et de la production locale





SUISSE - Ce que la Suisse doit à la migration

(Ph : Flickr - Geraint Rowland, Flavijus, Airflore : imbrication Arnaud Galy)


REPUBLIQUE TCHEQUE - L’entre-deux-guerres

un âge d’or pour la diffusion du français en Tchécoslovaquie


SENEGAL - Le pèlerinage Layenne

Un témoignage de Nathalie Guironnet




BELGIQUE - Des Libanaises à Liège

sans la moindre aide de l’État



BELGIQUE - FMLF2015

galerie de photographies - Arnaud Galy




BELGIQUE - Le Forum mondial de la langue française

"rebondit" pour sa cérémonie de clôture




BELGIQUE - Le Forum de la langue française, c’est quoi ?

video - Philippe Suinen, commissaire général du FMLF


BOSNIE - Vingt ans après Srebrenica,

les plaies restent ouvertes





CAP VERT - Le français, une place de choix en sursis

Par Anne-Françoise Counet, partenariat avec Nouvelles de Flandre


ROUMANIE - Après la bataille présidentielle

d’une victoire surprise à une présidence « pas à pas »






TUNISIE - « Nous ne ressentons pas la peur »

Sousse une semaine après le drame


FRANCOPHONIE - Dino, le nouveau programme-espion

développé par des francophones



CANADA / ALBERTA - La fièvre du pétrole risque de rendre malade la nature

Par Antoine Dion-Ortega et Pierrick Blin, partenariat avec le mensuel suisse La Cité


FRANCE - De quoi « Charlie » est-il le prénom ?

Par Jean-Noël Cuénod, partenariat avec le mensuel suisse La Cité



CANADA / QUEBEC - De quoi le franglais est-il le symptôme ?

les Dead Obies, l’étendard de l’utilisation du franglais


BENIN - Lionel Zinsou

« Le pouvoir doit être sobre et efficace »



AFRIQUE - Migrants

et si ouvrir les frontières générait de la richesse ?


MAROC - Mode : des migrantes et réfugiées

présentent leur collection haute en couleurs


EGYPTE - Le rap

outil d’expression féminine







NIGER - L’instruction

levier incontournable de l’émancipation des filles


TUNISIE - Arabisation en Tunisie

la guerre des langues aura-t-elle lieu ?



MAGHREB / MACHREQ - Islamisme et dictature

les deux faces d’une même pièce




RD CONGO - Le docteur Muyembe Tamfum

un héros tapi dans l’ombre







AFRIQUE - Une tribune : Angélique Kidjo

"En Afrique, la pauvreté est sexiste"


EGYPTE - Agnès Debiage

Libraire à tout-va


MEDITERRANEE - "Il faut un égal accès entre hommes et femmes

à la vie politique, économique et sociale"



ALGERIE - M’hamed Kerrouche

le photographe des zones humides algériennes



FRANCE / MOYEN-ORIENT - L’Etat islamique

c’est 40 000 tweets en français par jour


FRANCE - Le livre fait du bien !

Numéro spécial de la Gazette de Montpellier et de nos partenaires de l’ESJ Pro








BURUNDI - La liberté d’expression :

le bateau est-il en la dérive ?


MAROC - « Much Loved » de Nabil Ayouch

une mise à nu qui provoque la haine



LIBAN - Ely Dagher

dédie sa Palme d’Or au Liban


FRANCE / ALGERIE - Nacéra Belaza

"car je cherche le vide, et le noir, et le nu !




BURKINA FASO - Présidentielle 2015 : Me Bénéwendé Sankara

dévoile les grandes orientations du projet de société des sankaristes




MAROC - Comme l’Europe s’essouffle,

le Maroc va respirer en Afrique




FRANCE - GUADELOUPE / AFRIQUE - Maryse Condé

Ma relation avc l’Afrique s’est fondée sur un mensonge


AFRIQUE - Journalisme africain

le poison des « per diem »



MOLDAVIE - Quelqu’un a volé 1 milliard de dollars

et personne ne sait où il se trouve



TUNISIE - Torture

un crime nourri par l’impunité


FRANCE - Retour sur terre

pour des milliers de pneus usagés sortis de la Méditerranée




COTE d’IVOIRE - Patriotes désœuvrés

Anthropologie et photographie




MAROC / AFRIQUE SUB - le théâtre comme arme

contre les préjugés sur les Subsahariens


HAITI - Leçon d’humanité

Par Fritz Calixte, contributeur au réseau AGORA - ZIGZAG - AFI en partenariat avec Haïti Monde


HAITI - Étudiantes et prostituées

Par Websder Corneille en partenariat avec le mensuel Haïti Monde


BURUNDI - Société en ébullition, quid de la culture ?

Par Roseline Drapeau, contributrice au réseau AGORA - ZIGZAG - AFI.




SUISSE - Le combat à l’épée médiévale

séduit toujours plus de Genevois



EGYPTE - La réforme agraire au coeur des affrontements

luttes de classe dans un village égyptien



EGYPTE - Ouvrières agricoles

un syndicat pour leurs droits


SENEGAL - "Terre ceinte" de Mohamed Mbougar Sarr

Salon du livre africain de Genève.





SENEGAL - Le recul du français à la télévision

Le mémoire du journaliste Ibou Diouf


LIBAN - L’expansion à l’étranger continue.

Le savoir-faire libanais s’exporte bien







MEDITERRANEE - Cécile Kyenge :

"Chaque fois que je regarde ces migrants, je me dis que j’aurais pu être à leur place"


AFRIQUE - Editeurs africains, mondialisez-vous donc !

Par Max Lobe, écrivain camerounais vivant en Suisse.







MADAGASCAR - Kolosary

Un trésor du cinéma malgache par Annick Sedson


MADAGASCAR - RFC - Regard sur l’Océan Indien

Des festivals fédérateurs et catalyseurs par Zo Toniaina



QUEBEC / FRANCE - Médias et crises

les Français et les Québécois plus« cousins » qu’on le croit !






TUNISIE - Système éducatif

une réforme qui tarde


FRANCE - François Maspero

héraut de toutes les luttes


AFRIQUE - Les commissions électorales en Afrique

le choix entre démocratie et dictature



VIETNAM - Le delta du Mékong doit canaliser son eau

Ph : Flickr - eutrophication&hypoxia


EGYPTE - Yéhia Qallach

"L’Etat a intérêt à avoir une presse libre et indépendante"



AFRIQUE - La biomasse, un atout dans les mains

Par Fanny Costes en partenariat avec le mensuel suisse La Cité


SUISSE / BELGIQUE / RD CONGO - Drôles de jeux africains pour un « Waterloo » tessinois !

Par Federico Franchini en partenariat avec le mensuel suisse La Cité



LIBAN / - Avec les réfugiés syriens au Liban

les coulisses du reportage de Cléa Favre et Sébastien Anex


MADAGASCAR - Cinéma malgache

la renaissance passe par l’animation



RD CONGO - Un film à la gloire de Denis Mukwege

le gynécologue qui ’répare’ les femmes violées



ROUMANIE - Le "Regard" qui s’entend

Entetien avec Laurent Couderc, rédacteur en chef de "Regard"



AFRIQUE - Production culturelle, inadéquation...

Par Olympe Bhêly-Quenum, MEROE AFRICA - Université populaire en partenariat avec AGORA.



FRANCE - Aude Henneville

entretien et vidéo






TUNISIE - La société civile contre la haine et le fanatisme religieux

Par Denise Risciglione, contributrice au réseau AGORA - ZIGZAG - AFI.



BENIN - La décision scandaleuse de la Cour

qui consacre la volonté de bâillonnement des médias


SYRIE - Trilogie

3 828 884 réfugiés en 2015




CONGO - Henri Lopes

le romancier du métissage


ILE MAURICE - Le français : une langue défendue ?

Par Ramanujam Sooriamoorthy, contributeur au réseau AGORA - ZIGZAG - AFI.


SUISSE - Tidjane Thiam est le nouveau patron de Credit Suisse

un descendant du président Félix Houphouët-Boigny.


CAMBODGE - Phnom Penh

les défis d’une capitale qui grandit trop vite


CANADA / QUEBEC - Grèves étudiantes

un printemps chaud s’annonce



SENEGAL - Au fil de la Langue de Barbarie

Saint-Louis, patrimoine mondial en danger


ETATS-UNIS - Les francophones

Louisiane, les diasporas, le Maine et l’héritage acadien...


FRANCE - L’image, nouveau langage des ados

ils ont une page blanche, un espace de liberté, qui plus est de dimension mondiale


TUNISIE - L’artisanat tunisien se meurt

patrimoine ancestral en jeu (Ph : A Galy - ZigZag)


AMERIQUE - Un continent uni par la langue

Le pt-d du CFA, Denis Desgagné




AFRIQUE - L’impact du Franc CFA sur les économies de l’UEMOA et sur les pays environnants

Par MEROE AFRICA - Université populaire en partenariat avec AGORA.



TUNISIE - Yves Eliahou,

gardien du trésor des juifs



MAROC - L’avortement clandestin

Par Zakaria Boualem - (Ph : Flickr - JF Gornet)





CANADA / QUEBEC - Identités nordiques

La Chaire sur l’imaginaire du Nord, de l’hiver et de l’Arctique voit le jour






MALI - Internet

l’envol et les errements du nom de domaine malien


LIBAN - Organiser l’alimentation grâce à un logiciel

le pari gagnant d’une mère de famille


VIETNAM - Un reportage de TV5Monde

sur Le Courrier du Vietnam




ALGERIE - Virée sur les monts blidéens

Chréa, entre beauté de la nature et abandon


FRANCOPHONIE - Un appel à suivre !

par la Caravane des dix mots


MALI - Orthographe et lecture

Passages obligés de la maitrise de la langue française


FRANCE / BOSNIE - Le CCF de Tuzla ferme

dans le silence et l’indifférence


FRANCOPHONIE / Algérie - Assia Djebar,

gardienne de la langue française



FRANCE / ORIENT - Dorsaf Hamdani

fait dialoguer Barbara et Fairouz






AFRIQUE - « Taxi-Maboule »

un portrait historique des héros de la décolonisation en Afrique


CONGO / Francophonie - SONY LABOU TANSI

Entretien : Bernard Magnier, ami de l’écrivain et auteur de la pièce...


ROUMANIE - Speranţa Rădulescu, le choix du son passé.

Regard (Revue francophone de Roumanie)
















SÉNÉGAL - Dynema, jouer à l’apprenti sorcier

pour que la lumière et l’image jaillissent


TUNISIE - Culture de la tomate

les agriculteurs voient rouge



CANADA / NOUVEAU - BRUNSWICK

10 francophones du N.-B. à suivre sur Twitter



FRANCE - Les étudiants de l’ESJPro sont Charlie !

et se posent des questions sur l’actualité et leur profession...






FRANCE - Le crime est inacceptable, le blasphème aussi...

assurent des dignitaires sunnites libanais


FRANCE - Charlie Hebdo et la tradition satirique

pour « écraser l’infâme »















BENIN - Malades mentaux errants

les grands abandonnés de la République









MALI / BELGIQUE - Le cinéaste Sissako à propos du film Timbuktu :

« C’est d’abord l’islam qui est pris en otage »


ROUMANIE - Avoir 20 ans en Roumanie... en 1989 !

un document ressuscité par Marc Capelle


TUNISIE - Le passeur d’âmes

“La réalité a frappé à la porte, je ne pouvais pas la refermer.”


CAMEROUN - Juliette Ombang alias Black Giraffe

elle est styliste... voilà tout !



RWANDA - Plainte contre l’Etat

pour avoir mis à l’écart le français






Angèle Diabang révoltée par les viols en RDC.

Les étudiants du CESTI (Centre d’études des sciences et techniques de l’information - Dakar), en partenariat avec l’ESJ PRO - France), vous proposent de suivre l’actualité autour du Sommet de Dakar.


CLAC, un programme pour favoriser la lecture.

Les étudiants du CESTI (Centre d’études des sciences et techniques de l’information - Dakar), en partenariat avec l’ESJ PRO - France), vous proposent de suivre l’actualité autour du Sommet de Dakar.


Jeux de la Francophonie : la Côte d’Ivoire prête à accueillir les sportifs.

Les étudiants du CESTI (Centre d’études des sciences et techniques de l’information - Dakar), en partenariat avec l’ESJ PRO - France), vous proposent de suivre l’actualité autour du Sommet de Dakar.




FRANCE / BELGIQUE / SUISSE - Schuiten et Peeters fantasment Paris.

anticipation fait bon ménage avec une certaine poésie





HOMMAGE à ABDOU DIOUF

Par Hervé BOURGES, président de France Télévisions (1990/1992), président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (1995/2001).


FORUM de la LANGUE FRANÇAISE - Liège 2015.

Par Philippe LAWSON, journaliste.



LA FRANCOPHONIE ÉCONOMIQUE, AVENIR DE LA FRANCOPHONIE.

Par Gérard LEMOINE, président des comités scientifiques des RIFÉ 2008 et 2012


FRANCOPHONIE ECONOMIQUE - Synthèse du rapport Attali.

Par les collaborateurs de J. Attali.


BENIN -

Par Léonce HOUNGBAJI, directeur général du quotidien béninois Notre Voix.


VANUATU -

Par Christian JOST, professeur à l’Université de la Polynésie française.


VIETNAM -

Par Steve DERY, professeur agrégé, directeur du GERAC, Université Laval.


HAITI -

Par Fritz Calixte, docteur en philosophie.


BELGIQUE - Les francophones de Flandre.

Par Anne-Françoise COUNET, rédactrice aux Nouvelles de Flandre et Edgar FONCK, directeur de l’Association pour la Promotion de la Francophonie en Flandre (APFF).


MAROC -

Par Ahmed ISMAÏLI, professeur honoraire Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Meknès.


LIBAN -

Par Pascale ASMAR, docteur en sciences du langage, Université Paris 3 et Université libanaise.


ROUMANIE -

Par Mariana PERISANU, professeur - Bucarest






FRANCOPHONIE - Les territoires de la francophonie

Ph : Maroc, le port d’Agadir - Wikimedia Commons - Sir James)








ROUMANIE - Déportés et exterminés, eux aussi

De ceux qui ont survécu, seuls quelques centaines vivent encore.






ROUMANIE - Cluj, la Silicon Valley de l’Europe.

une ville comblée par le miracle du plein-emploi


TUNISIE - Les talons de l’Assemblée

Vision piquante et drôle...








CONGO - Made in Congo,

un témoignage de Baudouin Mouanda


CANADA / QUEBEC : Menace noire sur joyau bleu.

le Saint-Laurent exposé à des menaces environnementales




FRANCOPHONIE - Quel avenir pour nos filles ?

cultures, préjugés, doctrines religieuses, traditions, des injustices



MADAGASCAR - Voix indienne et musiciens français

Tritha à l’Alliance Française de Diego Suarez



FRANCE - Patrick Modiano ajoute un Nobel à son « Pedigree »

son dernier livre : "Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier"






FRANCOPHONIE - La francophonie économique :

nouveau modèle de gouvernance dans l’espace francophone ?



ÉGYPTE - Les enfants de Menya

la photographe Myriam Abdelaziz


ILE MAURICE - « Francophonie paradoxale »

(Ph : Flickr - sébastien amiet ;l)





CANADA - QUEBEC - Xavier Dolan

un surdoué devenu cinéaste respecté






LIBAN - Le mal-être de la jeunesse libanaise :

une émancipation manquée (DOSSIER)








FRANCOPHONIE - Yelle :

"notre musique est underground pour les Américains"




MAROC - "Le tampon de votre passeport est dépassé de 12h monsieur,

... vous êtes clandestin sur le territoire marocain."



AFRIQUE - Perspectives démographiques :

la question des deux milliards d’Africains



FRANCOPHONIE - Yor : Fous-toi la paix !

Sans oublier les Joueurs de mots !












CANADA / QUEBEC - Samian.

Le réveil du guerrier












FRANCE / GUADELOUPE - La biodiversité

Une richesse sans commune mesure


CANADA / QUEBEC - Investissements étrangers : Bilan

La PDG de Montréal International, Dominique Anglade.


ALGERIE - Aux origines des Touaregs.

La préhistorienne Malika Hachid dévoile quelques secrets de ce peuple légendaire




CANADA / QUEBEC - Le pétrole menacerait la manne touristique

Des maires de la région dénoncent le projet de port pétrolier à Cacouna







TCHAD - La science et la technologie pour transformer l’Afrique

par Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale





ROUMANIE / TUNISIE - Révolutions comparées.

Automne 1989 et printemps 2011


VIETNAM - La lutte contre les épidémies.

... rougeole, grippes, poliomyélite...


Photographie de presse / Dessin de presse

©http://www.patriciawillocq.com/
ouvrir la galerie RD CONGO - Blanc Ebène par Patricia Willocq
Ph : Flickr - Yann Gar
Ph : Flickr - Yann Gar
ouvrir la galerie BELGIQUE - Bruxelles - les humeurs d’une ville
ouvrir la galerie MAROC - les photos de Baptiste de Ville d’Avray
2017 - Ph : Arnaud Galy - Agora
2017 - Ph : Arnaud Galy - Agora
ouvrir la galerie MOLDAVIE - Instantanés 2007 - 2017 - Arnaud Galy
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 2
Cambodge - Ph : nate q (Flickr) - 2
ouvrir la galerie CAMBODGE - les photos de nate q (Flickr)
mirela momanu - bucarest - 2015
mirela momanu - bucarest - 2015
ouvrir la galerie ROUMANIE - instantanés - FaceBook : Street View Photography Romania
Lausanne - Ph : Flickr - gustave deghilage
Lausanne - Ph : Flickr - gustave deghilage
ouvrir la galerie SUISSE - Des villes, de l’eau et des montagnes...
Chorégraphie féline
Chorégraphie féline
Ph : Arnaud Galy - Agora francophone
ouvrir la galerie MAROC - Festival "On marche" à Marrakech - GRAND TOUR 2017
www.leilaalaoui.com - 3
www.leilaalaoui.com - 3
ouvrir la galerie Photographies de LEILA ALAOUI - victime des attentats de Ouagadougou - 01 2016
ouvrir la galerie AFRIQUE - Les 10 ans d’Afrique in visu - www.afriqueinvisu.org
Il manque encore une pièce au puzzle ! - Ph : Arnaud Galy - Agora (...)
Il manque encore une pièce au puzzle ! - Ph : Arnaud Galy - Agora francophone
ouvrir la galerie FRANCOPHONIE - L’Hermione vogue sous pavillon "Libres ensemble"