logo site

Société

BURUNDI - Société en ébullition, quid de la culture ?

BURUNDI - Société en ébullition, quid de la culture ?

Par Roseline Drapeau, contributrice au réseau AGORA - ZIGZAG - AFI.




PNG - 132.2 ko

Au Burundi, le Festicab est un festival du film, qui se tient annuellement. Pour la septième édition, la soirée d’ouverture du 24 avril a lancé les festivités cinématographiques pour les 5 jours suivants. À cette occasion, les tambours ont salué ministres, ambassadeurs et spectateurs. Deux jours après, une crise politique nationale met à mal le déroulement de la manifestation. Le public n’est plus au rendez-vous et certaines institutions culturelles annulent les projections. En écho à cet exemple, il convient de se demander comment les événements politiques peuvent paralyser le monde de la culture d’un pays.

Retour sur les troubles politiques

Ce n’est pas une guerre et ça ne porte pas non plus le nom de révolution : ce sont des manifestations, difficilement contenues et sévèrement réprimées, qui opposent deux conceptions du pouvoir. Depuis le 26 avril, un mouvement contestataire grandissant a mené le Burundi dans un conflit politique. Dans plusieurs quartiers de la capitale Bujumbura, des manifestants s’opposent à la police, sous l’arbitrage de l’armée, alors que le reste de la population observe, fuit ou se prépare effrayée à un éventuel réveil des vieux démons ethniques, qui furent la cause de nombreux morts lors de la dernière guerre civile (1993-2005).

JPEG - 41.4 ko
Pierre Nkurunziza, président du Burundi et étincelle ! (Ph : Forum économique africain 2008)

La raison de cette agitation ? La raison de cette agitation ? Le 3e mandat. Celui que souhaite briguer l’actuel président de la République, Pierre Nkurunziza, lors des élections qui se dérouleront en juin prochain. L’annonce officielle a été faite lors du Congrès extraordinaire du parti CNDD FDD, le 25 avril dernier, et a mis le feu aux poudres. Il faut dire que cette candidature, qui était jusqu’ici officieuse, divise la population depuis plusieurs mois. Certains la considèrent comme inconstitutionnelle et en désaccord avec chacun des deux textes fondateurs de l’actuelle République du Burundi : d’une part, l’Accord d’Arusha, qui fut difficilement signé sous l’égide de feu Nelson Mandela et qui permit de mettre fin à la guerre ; d’autre part, la Constitution, qui est la gardienne de l’esprit de cet Accord tout en étant le socle institutionnel et juridictionnel du pays.

Bien avant ce coup d’envoi contestataire, la société civile, les opposants politiques, les autorités religieuses et les instances internationales avaient tour à tour demandé à Pierre Nkurunziza de ne pas céder à cette envie de garder le pouvoir. En vain. Cependant, en dehors des tragiques remous internes que cette décision provoque, c’est toute la survie économique d’un pays qui est en jeu. En effet, le budget de l’État dépend en grande partie de l’aide internationale et la sanction à craindre est un embargo économique. De sombres jours s’annoncent...

Un autre domaine accuse aussi le coup : la culture.

Bien que doté d’un ministère de la Jeunesse, de la Culture et des Sports et d’une Direction de la Culture, le Burundi n’a aucune institution culturelle, qui lui est propre. Il dépend de projets individuels soutenus par les coopérations internationales et d’organes culturels des ambassades étrangères comme la France, la Belgique, l’Allemagne, la Suisse et les États-Unis.

Avec un Institut français installé depuis plusieurs décennies à Bujumbura, la France est la mieux implantée dans le domaine culturel au Burundi. Cette institution est le point de convergence des artistes, qu’ils soient musiciens, peintres, sculpteurs, écrivains, cinéastes, etc. De nombreux projets y voient le jour. C’est le cas du Festicab, créé de la collaboration entre le SCAC de l’ambassade de France et le réalisateur Léonce Ngabo, en 2009. Depuis, le festival a lieu annuellement, dans plusieurs salles du pays et de la capitale. Or, le calendrier de cette année s’est mélangé à celui du temps politique et de la contestation, empêchant le bon déroulement du festival. Résultats : des séances ont été annulées, la cérémonie de clôture « reportée à une date ultérieure » et le palmarès diffusé par un simple communiqué.

Pour une manifestation culturelle comme ce festival, cela peut être tragique à plusieurs niveaux. À l’international, des aides financières peuvent disparaître. Récemment, le président du Festicab a fait un voyage de promotion au Japon pour y trouver des partenaires financiers. Si le déplacement fut fructueux, cette crise politique ne va-t-elle pas fragiliser toute nouvelle relation de partenariat ? De même, le Festicab reçoit des invités étrangers à chaque nouvelle édition. Des réalisateurs de différents pays envoient leurs productions pour les faire connaître et espérer une récompense. Si la sécurité des personnalités et la bonne diffusion des œuvres ne peuvent pas être assurées, comment cela ne pourrait-il pas nuire à la réputation du festival ?

En ces temps troublés, il est plus que difficile de maintenir une programmation. Lorsque la sécurité et la survie deviennent les préoccupations premières, peu de citoyens acceptent le fait de devenir des spectateurs le temps d’une soirée. De même, les artistes nationaux peinent à s’exprimer par leur art : même si certains réagissent vite au contexte qui les entoure, personne n’est réceptif à leur production. Force est de constater que la culture est alors reléguée à une place mineure dans la vie de la population.


JPEG - 274.5 ko
Le rugo, habitat traditionnel burundais. (Ph : Julia Gasquet - 2012)

Un tourisme et artisanat local
Avant ces événements, l’image touristique du Burundi se renforçait. Le pays commençait à s’ouvrir au tourisme, en mettant sa culture traditionnelle au cœur de sa promotion. Ce développement touristique passait par la présentation de l’artisanat culturel burundais : les habits et bijoux traditionnels, le travail de l’osier et de la poterie,les musiques, les danses et la sculpture. Ce patrimoine était mis en avant dans des foires internationales depuis 2010. Avec une évidente réussite puisque les délégations du pays remportèrent trois années de suite le prix du Meilleur stand à la Foire de Berlin.

Autre indicatif, depuis 2009, les éditions françaises du Petit Futé consacrent un guide entier au Burundi, revu et corrigé par trois fois. La dernière édition est parue fin 2014.

Enfin, l’UNESCO venait d’apporter sa propre reconnaissance, en plaçant la pratique musicale des tambourinaires du Burundi sur la liste du patrimoine immatériel de l’humanité. Ces mêmes tambours qui se produisent à travers le monde dans des festivals de musique depuis les années 80, et qui sont devenus l’étendard de toute une nation.

Cette nouvelle vague d’insécurité due à des décisions politiques est un frein aux conséquences terribles. Même si l’économie touristique nationale n’était pas encore un poids dans les finances du pays, il reste que l’artisanat local était en plein essor et permettait à des créateurs de s’exprimer et de vivre.

In fine, c’est l’image même du pays qui en pâtit. Au lieu de se faire connaître pour sa production artistique, ce sont les blessés et les morts que l’on comptabilise dans la presse nationale et internationale. Quand l’art permet de montrer un esprit de cohésion, les conflits mettent le projecteur sur les dissensions et l’insécurité. Alors qu’un panorama culturel actif et attractif se construit sur plusieurs années, il se démolit en quelques jours lorsque le climat politique se détériore. Il est important qu’un peuple jouisse de la liberté de s’exprimer. Qu’elle passe par les urnes ou par l’art, quand cette expression est paralysée par des événements politiques, ce sont des enjeux économiques et fraternels, nationaux et internationaux, qui sont mis en péril. Espérons que le Burundi sorte vite de cette crise et puisse ainsi poursuivre son chemin vers la reconnaissance mondiale de sa culture.

Roseline Drapeau fut chargée de mission à l’Institut français du Burundi.

Sources :
www.festicab.org
www.ifburundi.org
www.akeza.net
www.iwacu-burundi.org


JPEG - 84.2 ko

Même thématique

BELGIQUE - Surveiller et punir

Une plongée photographique dans le système carcéral | Sébastien Van Malleghem



ALGERIE - Les Algériens et le sucre

une histoire d’amour mortelle





ETATS-UNIS - Le combat de Marguerite Perkins

pour une francophonie vivante en Louisiane






BELGIQUE - Un robot pour aider les seniors

"N’oublie pas de t’hydrater, Mamy !"




RD CONGO - Bora - Vers une nouvelle vie

« Il faut partir maintenant. »










FRANCE - Macron : De la promo Senghor

à l’Afrique d’En marche !


SENEGAL - Protection des talibés

l’Unicef tend la main à l’Etat





MALI - Immigration féminine

pour une vie meilleure









FRANCE - Présidentielle et francophonie

"Des déclarations chocs et des programmes creux"










TUNISIE - Toxicomanes

la prison ou l’abandon





HAITI - Les écoliers dans les rues

rare signe d’espoir sur la côte sud



AFRIQUE - Un continent plein d’espoir

Tribune d’António Guterres


AFRIQUE - Le Voyage

récit - document





GUINEE - Des selfies devant les déchets

les images choc pour assainir la Guinée


MALI - Manuscrits millénaires de Tombouctou

opération sauvetage en cours !





FRANCE - Pays de la laïcité

la foi investit la campagne présidentielle




ALGERIE - La violence comme dernier "recours"

émeute sur fond de contestation







MOLDAVIE - Le candidat prorusse

remporte l’élection présidentielle


BURKINA FASO - La dengue

Quelles solutions envisager à court, moyen et long terme pour réduire l’incidence de la maladie ?



HAITI - Abolir la distance

je rencontre Jonnathan






MALI - Le cousinage à plaisanterie

pour réinstaurer la paix à Gao



FRANCOPHONIE - Sauter dans le TGV des nouvelles technologies

Par Jean-Noël Cuenod - contributeur au réseau AGORA - ZIGZAG - AFI


MONDE - À nos devoirs, citoyens !

peut-être même êtes-vous en train d’ajouter à la confusion !







TUNISIE - L’avortement un droit douloureux

pour des femmes mariées ou pas


MALI - Guida Landouré

un neurologue à la pointe de la génétique








SENEGAL - Gestion des ressources pétrolières

les préoccupations de la société civile



FRANCE - Anonymous répond à l’attentat de Nice :

"Nous sommes légions, nous ne pardonnons pas, nous n’oublions pas, craignez-nous"


MOLDAVIE / ROUMANIE- L’union

une porte d’entrée dans l’Union européenne ?


BURKINA FASO - Poussière d’or

les dessous de la mondialisation


FRANCE - Attentat de Nice

fausses victimes et faux suspects pullulent sur Internet







TUNISIE - La condition de vie des êtres humains

est mieux assurée que dans les autres pays maghrébins




LIBAN - Une nouvelle capitale

qu’est-ce qui attend les Libanais ?




EUROPE / QUEBEC - « Lendemain de veille »

pour les Britanniques du Québec




FRANCE - XI en Nord

le foot sous tension












MONDE - Tout sur la drogue... les drogues !

Par les Haut-Parleurs de TV5 Monde





AFRIQUE - Présidents africains, pourquoi...

ne restez-vous pas mourir au pays ?


CANADA - Incendie à Fort McMurray

sous tous les angles...


TUNISIE - État d’urgence

ni droits, ni lois




LIBAN - Trafic sexuel

une Syrienne raconte l’enfer









FRANCOPHONIE - Une étude controversée pointe la francophonie

comme facteur clé de la radicalisation djihadiste



AFRIQUE - La recherche scientifique

se développe moins vite que les maladies


TUNISIE - Prostitution des étudiantes

voyage au coeur d’un tabou






RD CONGO - Les femmes demandent le divorce

pour fuir les violences domestiques







MONDE ARABE - Féminisme

chronique d’un combat loin des préjugés occidentaux


VIETNAM - Devenir un pays maritime puissant

position géographique favorable




DJIBOUTI - Les controverses du khat

don de Dieu et source de revenus






BURKINA FASO - L’attentat de Ouagadougou du 16 janvier 2016

une extension territoriale du terrorisme dans l’arc sahélo-saharien






BELGIQUE - Les francophones d’Anvers

espèce en voie de disparition


MADAGASCAR - Les occupants des terrains coloniaux

pourront finalement accéder à la propriété




HAITI - Pénitencier national

au-dedans de l’enfer








MAYOTTE - Les cadis mobilisés

contre le radicalisme islamique


BURUNDI - Les diplomaties étrangères

expriment leur profonde inquiétude


SUISSE - Naturalisation

Bienvenue en Suisse…


SUISSE / SERBIE - Éduquer à la citoyenneté

parallèles entre les deux pays



SYRIE / QUEBEC - Nouvelle vie

pour des réfugiés syriens à Laval




FRANCE / PARIS - « Les sociétés préparées aux attentats

ont gardé vivants les rituels du deuil »


EUROPE - Les réfugiés

risquent d’être les victimes collatérales des attentats


FRANCE / PARIS - Les Libanais de Paris

se croyaient « à l’abri dans la Ville Lumière »...




FRANCE / PARIS - Les noms et les visages

Une vingtaine d’étrangers



TUNISIE - Peut-on réformer la pensée religieuse

en Tunisie postrévolutionnaire ?


RD CONGO - Goma la volcanique

comme on ne vous l’a jamais racontée


VANUATU - Sécheresse et volcan

double peine pour Tanna


TUNISIE - Une nuit dans un cabaret

"Laisser faire, tout en gardant en tête la ligne rouge à ne pas dépasser"




VIETNAM - Le procès de l’agent orange avance

malgré les entraves de la défense



LIBAN / SYRIE - Samar Yazbek

Syrie, théâtre de l’absurde



TUNISIE - Un Nobel pour l’exception tunisienne

les pays arabes en panne de réformes


MADAGASCAR - Terrains domaniaux

5 millions d’hectares disponibles dans tout Madagascar


MAYOTTE / France - les migrants oubliés

du 101e département français





CANADA / QUEBEC - Diplomatie

Québec abolit le quart des postes à l’étranger




LIBAN - Qui sont ces Libanais

venus dénoncer l’incurie du gouvernement au cœur de Beyrouth ?


AFRIQUE - Face au problème des cultes

et des prophètes autoproclamés



DJIBOUTI - Corne de l’Afrique

un "Think tank" pour offrir d’autres scénarios



FRANCE - Migrantes en France

jusqu’à quand ?


LIBAN - Le monde de la nuit

s’exporte à Dubaï pour diversifier ses risques



SUISSE - Ce que la Suisse doit à la migration

(Ph : Flickr - Geraint Rowland, Flavijus, Airflore : imbrication Arnaud Galy)


BOSNIE - Vingt ans après Srebrenica,

les plaies restent ouvertes


ROUMANIE - Après la bataille présidentielle

d’une victoire surprise à une présidence « pas à pas »


TUNISIE - « Nous ne ressentons pas la peur »

Sousse une semaine après le drame


FRANCE - De quoi « Charlie » est-il le prénom ?

Par Jean-Noël Cuénod, partenariat avec le mensuel suisse La Cité



CENTRAFRIQUE - Sortir de l’abîme

un webdoc pour comprendre


MAROC - Mode : des migrantes et réfugiées

présentent leur collection haute en couleurs



TUNISIE - Arabisation en Tunisie

la guerre des langues aura-t-elle lieu ?


MAGHREB / MACHREQ - Islamisme et dictature

les deux faces d’une même pièce


RD CONGO - Le docteur Muyembe Tamfum

un héros tapi dans l’ombre







AFRIQUE - Journalisme africain

le poison des « per diem »



COTE d’IVOIRE - Patriotes désœuvrés

Anthropologie et photographie


HAITI - Leçon d’humanité

Par Fritz Calixte, contributeur au réseau AGORA - ZIGZAG - AFI en partenariat avec Haïti Monde


EGYPTE - La réforme agraire au coeur des affrontements

luttes de classe dans un village égyptien


EGYPTE - Ouvrières agricoles

un syndicat pour leurs droits





MEDITERRANEE - Cécile Kyenge :

"Chaque fois que je regarde ces migrants, je me dis que j’aurais pu être à leur place"






SUISSE / BELGIQUE / RD CONGO - Drôles de jeux africains pour un « Waterloo » tessinois !

Par Federico Franchini en partenariat avec le mensuel suisse La Cité



LIBAN / - Avec les réfugiés syriens au Liban

les coulisses du reportage de Cléa Favre et Sébastien Anex





TUNISIE - La société civile contre la haine et le fanatisme religieux

Par Denise Risciglione, contributrice au réseau AGORA - ZIGZAG - AFI.


CAMBODGE - Phnom Penh

les défis d’une capitale qui grandit trop vite




TUNISIE - Yves Eliahou,

gardien du trésor des juifs


CANADA / QUEBEC - Identités nordiques

La Chaire sur l’imaginaire du Nord, de l’hiver et de l’Arctique voit le jour









SÉNÉGAL - Dynema, jouer à l’apprenti sorcier

pour que la lumière et l’image jaillissent


FRANCE - Marche républicaine à Paris

les photos de Muzaffar Salman (photographe syrien en exil)


FRANCE - Les étudiants de l’ESJPro sont Charlie !

et se posent des questions sur l’actualité et leur profession...






FRANCE - Le crime est inacceptable, le blasphème aussi...

assurent des dignitaires sunnites libanais


FRANCE - Charlie Hebdo et la tradition satirique

pour « écraser l’infâme »







BENIN - Malades mentaux errants

les grands abandonnés de la République


Maghreb Orient Express

Le meilleur (et non le pire) de 2014




TUNISIE - Le passeur d’âmes

“La réalité a frappé à la porte, je ne pouvais pas la refermer.”


RWANDA - Plainte contre l’Etat

pour avoir mis à l’écart le français




RWANDA - Femmes du Rwanda

la vie malgré tout




TUNISIE - Les talons de l’Assemblée

Vision piquante et drôle...







LA MECQUE - Ebola s’invite au pèlerinage

des mesures strictes pour se protéger





LIBAN - Le mal-être de la jeunesse libanaise :

une émancipation manquée (DOSSIER)



MAROC - "Le tampon de votre passeport est dépassé de 12h monsieur,

... vous êtes clandestin sur le territoire marocain."



AFRIQUE - Perspectives démographiques :

la question des deux milliards d’Africains







FRANCE - Que disent les musulmanes de France ?

Un reportage dessiné en 24 portraits




ROUMANIE / TUNISIE - Révolutions comparées.

Automne 1989 et printemps 2011


VIETNAM - La lutte contre les épidémies.

... rougeole, grippes, poliomyélite...


Photographie de presse / Dessin de presse

Tunisie - Kairouan
Tunisie - Kairouan ©Arnaud Galy
ouvrir la galerie TUNISIE, instantanés !
©Ramzy Bensaadi
ouvrir la galerie ALGERIE - la vision noire et blanche de Ramzy Bensaadi.
©http://www.patriciawillocq.com/
ouvrir la galerie RD CONGO - Blanc Ebène par Patricia Willocq
Ph : Flickr - luc mercelis
Ph : Flickr - luc mercelis
ouvrir la galerie BELGIQUE - Bruxelles - les humeurs d’une ville
Ph : Baptiste de Ville d'Avray - www.baptiste-dva.fr - 9
Ph : Baptiste de Ville d’Avray - www.baptiste-dva.fr - 9
ouvrir la galerie MAROC - les photos de Baptiste de Ville d’Avray
Pas vraiment impressionné par le cadre !
Pas vraiment impressionné par le cadre !
Photo : Arnaud Galy - Agora Francophone
ouvrir la galerie FRANCE - Dis-moi dix mots à l’Académie française - GRAND TOUR 2017
Ph : Laurent Catach - http://laurentcatach.wixsite.com/photos - (...)
Ph : Laurent Catach - http://laurentcatach.wixsite.com/photos - 14
ouvrir la galerie VIETNAM - les photos de Laurent Catach
Toujours des scènes cocasses !
Toujours des scènes cocasses !
Photo : Arnaud Galy (2006)
ouvrir la galerie FRANCE - Le Festival International de la BD - Angoulême - GRAND TOUR 2017
Marie, étonnée par la relation directe avec les jeunes francophones.
Marie, étonnée par la relation directe avec les jeunes francophones.
Ph : Arnaud Galy - Agora
ouvrir la galerie POLOGNE - Théâtre francophone - Résidence à Zabrze - GRAND TOUR 2017
©Arnaud Galy / ZigZag
ouvrir la galerie SÉNÉGAL - Balade dans Saint-Louis
Cambodge - Ph : nate q (Flickr)
Cambodge - Ph : nate q (Flickr)
ouvrir la galerie CAMBODGE - les photos de nate q (Flickr)
Ph : Romain Ferry - MNHN / Madibenthos
Ph : Romain Ferry - MNHN / Madibenthos
ouvrir la galerie MARTINIQUE / France - Les photos de l’expédition Madibenthos
alexandra anghel - campa turzii - 2015
alexandra anghel - campa turzii - 2015
ouvrir la galerie ROUMANIE - instantanés - FaceBook : Street View Photography Romania
Genève - Ph : Flickr - luis marina
Genève - Ph : Flickr - luis marina
ouvrir la galerie SUISSE - Des villes, de l’eau et des montagnes...
Youness Atbane & Youness Aboulakoul (Maroc)
Youness Atbane & Youness Aboulakoul (Maroc)
Ph : Arnaud Galy - Agora francophone
ouvrir la galerie MAROC - Festival "On marche" à Marrakech - GRAND TOUR 2017
Corythornis madagascariensis
Corythornis madagascariensis ©Frank Vassen / Flickr
ouvrir la galerie MADAGASCAR - éloge de la diversité ! (Ph : Frank Vassen / Flickr)
Ph : Antoine Boureau - www.antoine-photos.com - 7
Ph : Antoine Boureau - www.antoine-photos.com - 7
ouvrir la galerie SAO - TOME et PRINCIPE - les photos d’Antoine Boureau