Année Francophone Internationale 2019

Année Francophone Internationale 2019

24 septembre 2018 - par Arnaud Galy

Certains écrivains souffrent, à leurs dires, de la peur de la page blanche. Faut-il les plaindre ? Sans doute, il n’est jamais agréable de souffrir même si ce mal n’a rien de comparable avec d’autres misères du monde. La page blanche, qui s’étale sur le bureau de l’équipe de l’Année Francophone Internationale au mois de novembre est quant à elle une délicieuse souffrance. Il s’agit du moment où tout est possible ! L’instant magique où nous nous projetons 12 mois plus tard, imaginant, fantasmant le contenu de la revue à venir.
L’esprit d’escalier est à son comble. De quoi ou de qui parlerons-nous ? Quelles illustrations privilégierons-nous ? Qui sera impliqué pour expliquer, éclairer, enquêter ? Attention au respect de la diversité géographique ou culturelle des sujets abordés. Gare au renouvellement des plumes tout en restant fidèles au cercle des engagés de longue date. Enthousiasmant remue-méninges...

… Qui, cette année, vous embarque au fil des pages...

En Louisiane, historique terre francophone que nous explorons intimement grâce à la mobilisation d’auteurs du cru engagés. Ce dossier fait figure de pari, car ce printemps 2018 la Louisiane a officiellement fait acte de candidature à l’Organisation Internationale de la Francophone. Le verdict tombera lors du Sommet de la Francophonie qui se tiendra à Erevan (Arménie) en octobre 2018, alors que l’Année Francophone Internationale sera déjà imprimée. Porterons-nous chance à nos cousins nord-américains ? Restons sur ce continent et observons, au Canada voisin, l’Ontario qui poursuit son affirmation francophone tandis que le Québec fête ses 50 ans de coopération avec la France en célébrant l’Office Franco-Québécois de la Jeunesse. Traversons les continents et les frontières en nous immergeant dans le dossier
« mobilité de la jeunesse » et dans la carte blanche construite par les étudiants de l’École
Supérieure de Journalisme de Lille. Deux sujets intenses qui démontrent, s’il le fallait encore, l’attraction exercée par certains pays sur les populations jeunes ou dans la force de l’âge en quête d’avenir meilleur. Migration économique, migration étudiante, migration quasi forcée ou pleinement volontaire... les défis à relever ont de multiples causes, rares sont les cas où seules l’insouciance et l’expérience sont les moteurs. Incursion en Pologne où une extraordinaire aventure mêlant la langue française et le théâtre mobilise des foules de lycéens, de professeurs et d’auteurs. Aventure qui s’exporte encore et toujours plus... jusqu’au Brésil ou aux États-Unis. Sans omettre la lecture de l’histoire de la langue française en Pologne vue par un universitaire français en poste à Varsovie. Le Festival des Francophonies en Limousin fête ses 35 ans ! Les doctorants en littérature francophone de l’Université de Limoges sont allés à la rencontre des figures qui ont fait de cet événement un moment phare pour les cultures francophones. La presse francophone suisse mal en point, les « jeunes pousses » francophones à l’assaut du marché de l’assurance, l’ONU et l’OIF au plus près des sociétés malmenées par des pouvoirs peu respectueux des droits humains sont aussi au sommaire de cette 27e édition. Tout comme une enquête menée par la chaire Senghor de la Francophonie de Lyon et l’Institut International pour la Francophonie qui assurément captivera les observateurs de la francophonie institutionnelle : la Francométrie 2018 : le classement de Lyon. Sans négliger les « lectures francophones », une année de publications centrées sur le sujet qui nous mobilise tous, vous et nous !

Embarquement immédiat...

Lire l'article sur Agora Francophone Internationale