HAITI / POLOGNE - « Joanna et Gérard ou l’art haïtien en Pologne »

HAITI / POLOGNE - « Joanna et Gérard ou l’art haïtien en Pologne »

Par Józef Kwaterko - contributeur au réseau Agora (Université de Varsovie)
26 juillet 2018

Ils se sont rencontrés à Paris en 1980 le jour de Noël. Joanna venait de quitter la Pologne communiste à la recherche d’un mieux-être en France où elle avait de la famille. Gérard, après avoir obtenu à Paris son baccalauréat A4 Philo-lettre, était étudiant en droit à Paris II-Sorbonne.

En 1981, après les vacances d’été passées ensemble, Gérard doit rentrer à Paris et peu de temps après, ce fut le coup d’État du général Jaruzelski. Malgré eux, les amoureux doivent se séparer. Gérard passera une année aux États-Unis avant de rentrer en Haïti faire des études de gestion à l’Université de Port-au-Prince. Joanna, de son côté en Pologne, fera des études de cinéma à Katowice. Elle se lancera donc dans la production de films et aura l’occasion de travailler avec les grands du cinéma tels : Andrzej WAJDA ou Steven SPIELBERG pour ne citer que ceux-là. Pendant plus de vingt ans et malgré la distance, le couple restera en contact et le 19 décembre 2005, ce seront les retrouvailles.

Entre temps, Gérard aura travaillé comme professeur d’anglais au Centre haïtien de formation de journalistes, fondé par Ady JEAN GARDY et Marie-Laurence JOCELYN LASSEGUE, deux journalistes de renom. Et au moment des retrouvailles, Gérard travaillait au Ministère des Finances d’Haïti, plus précisément à la Direction Générale des Impôts. Mariés fin août 2009, Gérard et Joanna ont miraculeusement survécu au tremblement de terre du 12 janvier 2010. Depuis cette terrible catastrophe, le couple vit en Pologne où il enchaîne exposition sur exposition, mettant en évidence la résilience et la créativité artistique des Haïtiens malgré la catastrophe humaine ou la misère quotidienne.

Ayant réussi à sortir des décombres quelques tableaux de sa collection privée, Gérard et Joanna, de 2012 à 2017, auront organisé dans toute la Pologne quatorze expositions sous l’intitulé : « Haïti, royaume de la peinture naïve ». En outre, le couple participe depuis sept ans à l’exposition annuelle organisée par la Galerie «  Szyb Wilson » de Katowice au Festival d’art naïf, une des plus grandes expositions intermittentes des « arts primaires » en Europe. Aussi, grâce à Gérard et Joanna, les Polonais peuvent-il apprécier des œuvres de nombreux artistes haïtiens dont ceux de Saint Soleil, fortement inspirés du vaudou, comme Saint-Jean Saint Juste, Payasse, Levoy Exil ou Louisiane Saint Fleurant.

L’hiver dernier, j’ai eu l’occasion de voir à Cracovie, au minuscule café « Rio », très prisé par les habitants de la ville, leur exposition « Anioly i Woodoo » (les anges du vaudou) composée de sculptures en fer découpé en provenance de Noailles, village artistique de la Croix-Des-Bouquets où chaque jour résonne un concert de marteaux tapant de vieux fûts en métal, les couvercles de vieux bidons d’huile ou tout autre matériau (en fer) de récupération.
Comme par magie, le « Rio » de Cracovie est devenu un minuscule musée spécialisé dans la culture du fer découpé. Placardées au mur, les fresques métalliques sont exposées. Chacune évoquant un Loa (dieu du Vaudou) sous forme de Vèvè, dessin géométrique qui le représente. D’autres objets sculptés dans le fer recyclé évoquent des arbres, des sirènes, voire des scènes bibliques.
La vente de ces œuvres aide les artistes haïtiens dans l’achat des matériaux nécessaires pour fabriquer et faire connaître leurs œuvres. Comme le dit si bien, Dany Laferrière, écrivain haïtien du Québec et membre de l’Académie française, lors de la présentation en 2017 à Port-au-Prince du Festival « Étonnants voyageurs » : « le bien national des Haïtiens, c’est la culture, la littérature, la poésie, la peinture. Il faut venir découvrir nos paysages et notre patrimoine ». Si vous ne pouvez aller en Haïti, île au milieu de la mer des Caraïbes, sentez-vous invités par Joanna et Gérard à y voyager imaginairement pour découvrir la beauté de l’art haïtien à Cracovie.