Katica Janeva - De Macédoine au Cambodge...

Katica Janeva - De Macédoine au Cambodge...

17 janvier 2014 - par Arnaud Galy

Katica Janeva
Ph : Statues cambodgiennes - Flickr - charlottespill / Katica Janeva - prêtée par elle-même.

Combien de fois Katica a-t-elle entendu l’interrogation : d’où venez-vous ? Et combien de fois a-t-elle souri en voyant les grands yeux gênés que provoquait sa réponse sur le malheureux curieux ! Skopje en Macédoine. Reconnaissons que déjà en Europe, la Macédoine n’est malheureusement pas un objet courant de curiosité, mais au Cambodge, c’est encore pire ! Car, oui, depuis deux mois Katica est à Phnom Penh pour une mission* d’un an dans le cadre du Volontariat International de la Francophonie. À quoi ressemble le Cambodge ? Il fait chaud, les gens sourient, on y mange aux quatre coins des rues et il y a des lézards partout, même dans mon appartement ! La jeune femme n’a pas encore eu le temps de découvrir le pays, ni même de parcourir sérieusement la ville qui l’accueille. Il lui faut avant tout prendre quelques marques. Les deux premiers mois de présence, la priorité est à l’immersion dans le bain professionnel. Katica a donc toujours beaucoup de mal à traverser une rue sans avoir peur qu’un Tuk Tuk ne la percute. De plus, la rue cambodgienne est animée, depuis quelques semaines, par des manifestations contre le gouvernement. Une situation politique délicate à décrypter.

Du Cambodge, elle ne savait rien, ou si peu. Pourtant un pays phare de la francophonie grâce à son souverain décédé l’an dernier, Norodom Sihanouk, fondateur dans les années 70 du mouvement francophone aux côtés de Senghor, Bourguiba et Diallo. Katica n’a pas, non plus, été aspirée par la lourde histoire khmère rouge. Les jeunes qu’elle côtoie ne sont pas aussi dévastés par la terreur passée que les anciens. Un jour viendra où Katica sera rattrapée, sans doute. Il suffira d’une visite dans un lieu de mémoire pour entrer de plain-pied dans l’Histoire.

Quand l’Organisation Internationale de la Francophonie lui a fait savoir que son dossier était accepté et qu’elle pouvait partir pour le Cambodge elle a simplement dit : oui. Quelques jours de formation complémentaire à Paris au siège de l’OIF et la voilà partie... Enseignante de français – qui n’a jamais vraiment eu l’envie d’enseigner – elle travaillait avec conviction pour la ville de Skopje dans les services dédiés aux projets internationaux et notamment ceux montés avec la région Basse-Normandie, en France. Une région découverte par Katica pendant une année au pair. Heureuse et chanceuse, elle s’est retrouvée presque du jour au lendemain à l’autre bout du monde, grâce à sa pratique du français, sa formation à l’Institut Francophone d’Administration et de Gestion de Sofia et son goût pour l’ailleurs.

Aujourd’hui, Katica se faufile en douceur au cœur sa mission et elle a assisté à ses premiers cours de langue khmère... l’esprit de la francophonie, c’est aussi de profiter pleinement de la diversité culturelle.

Mission à l’Antenne de l’Agence Universitaire de la Francophonie de Phnom Penh au Cambodge, chargée des projets universitaires pour soutenir le développement, la structuration et la mise en place des projets régionaux.