RD Congo – Mwimba Texas : défendre les albinos

RD Congo – Mwimba Texas : défendre les albinos

le combat d’une vie
11 novembre 2015

À ma gauche, longiligne, vêtue de noir, de longs cheveux assortis à la couleur de ses bottes, incapable d’élever la voix malgré des tentatives répétées... Soizic Sanson, France ! À ma droite, trapu, bonnet vissé sur la tête, albinos à lunettes noires, survêtement ample et chaussures de sport rouge vif, la voix qui porte... Mwimba Texas, République Démocratique du Congo ! Comment être plus différent que ces deux-là ? Pourtant, quelle complicité, quel chemin parcouru ensemble !

Il était une fois... Soizic Sanson, photographe couvant l’envie de s’adonner à l’image animée, adepte des sports de combat, sans aucune expérience du continent africain. Un jour, elle entre en contact avec le catcheur « superstar » congolais Mwimba Texas dont elle réalise une interview à distance. L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais c’était sans compter sur l’envie de s’exprimer de l’un et celle d’entendre et de témoigner de l’autre. Car Mwimba Texas n’est pas un simple catcheur comme la RDC en compte tant. Pour lui, le catch n’est pas qu’un spectacle, qu’un combat, il incarne « le » combat de sa vie. Celui de la défense des albinos de son pays. Un combat ou dignité rime avec santé. Souvent l’Afrique n’est pas généreuse avec ceux qui portent cette maladie comme un fardeau, elle qui fait du soleil un ennemi. Une maladie qui expose la peau à de terribles cancers et les yeux à d’invalidantes baisses de la vision. Au-delà de la souffrance physique, comme si cela n’était pas suffisant, les albinos doivent supporter le regard méfiant, parfois méchant, de leurs compatriotes. Rares sont les personnes qui portent un « intérêt désintéressé » aux albinos. La violence qu’ils subissent de la part d’une société d’incompréhension n’a d’égal que la violence du soleil. Et encore, la RDC n’est pas le pays le plus terrifiant pour ses enfants albinos... Sans doute Mwimba Texas y est-il pour un « petit quelque chose » ! Les albinos sont considérés comme faibles, Texas est catcheur ! Les albinos sont vus comme des déficients mentaux, Texas s’exprime haut et clair ! Les albinos sont classés parmi les assistés, Texas gagne de l’argent et l’utilise généreusement. Un modèle ? Pourquoi pas ? Un homme d’impact, sans aucun doute. C’est que Soizic Sanson a voulu montrer. Son film est un coup de poing qui informera les ignorants et qui nouera le ventre des plus blasés. N’a-t-on pas entendu quelques sanglots dans la salle lors de la projection au passage à l’écran de photos de visages rongés par les tumeurs ? Insoutenable, mais indispensable. En 32 minutes, Soizic Sanson a le temps d’aller à l’essentiel : les préjugés des uns, la douleur des autres, l’engagement de Mwimba Texas, l’importance du catch dans sa crédibilité, son inquiétude quant à l’avenir...


Bande annonce du film Mwimba Texas


Un film comme une aventure
Filmer la rue congolaise n’est pas chose aisée : zigzaguer entre les demandes d’autorisation de tourner et contourner les obstacles sont des sports auxquels il faut très vite adhérer, sans parler du ping-pong permanent entre les langues lingala et kikongo qu’il faut apprivoiser à défaut de les connaître... Partie pour réaliser une interview filmée, Soizic a vérifié que "l’appétit vient en mangeant". Prise par le rythme kinois elle a accompagné le catcheur dans sa vie d’athlète, mais aussi dans sa vie d’inlassable engagé comme ce jour d’enterrement d’un jeune albinos... Poignant. À l’écran, Mwimba Texas console les familles, informe la communauté albinos en deuil des dangers du soleil, distribue des lunettes de soleil, des chapeaux larges et des parapluies en guise d’ombrelles... dans un pays sans protection sociale une crème solaire donnée est une bénédiction presque divine ! Au milieu des chants et des pleurs, Soizic filme sans concessions. La douleur n’est qu’à l’écran, certes, pourtant le spectateur est là, au contact, baissant les yeux quand il ne peut soutenir le regard d’un enfant touché par la maladie ou pire encore celui d’un qui a, au-dessus de lui, une épée de Damoclès appelée cancer... Mwimba Texas fut pour Soizic un sésame indépassable pour entrer dans la tragédie du quotidien des albinos congolais. En retour, la jeune femme consacre à ce combattant de la dignité un portrait émouvant qui dévoile la générosité d’un homme livrant une guerre à un ennemi plus fort que lui. Là est sans doute le véritable courage...

(Texte et photos : Arnaud Galy - ZigZag)


Galerie photos

Portfolio