francophonie, OIF, Francophonie, Organisation Internationale de la Francophonie, langue française, diplomatie culturelle, littérature, théâtre, festival, diversité culturelle, les francophonies

MENU

Actualités de la revue de presse

Société

Burkina Faso

« J’ai l’impression que l’on fait la confusion entre les journalistes professionnels et les réseaux sociaux », dixit Baba Hama

Journaliste-reporter, rédacteur en chef adjoint, rédacteur en chef puis directeur de la radio nationale, Baba Hama n'est plus à présenter. L'homme pétri d'une solide expérience dans le monde des médias, est entré aussi dans le sérail de la haute administration burkinabè avec sa nomination comme ministre de la communication, porte-parole du gouvernement et aussi ministre de la culture et du tourisme. Le diplômé en journalisme de l'École supérieure de journalisme (ESJ) de Lille, en France, partage avec nous son expérience et son regard sur la pratique du journalisme actuel. Dans ce contexte de crise sécuritaire où les journalistes font souvent l'objet de critique, Baba Hama pense qu'il y a une confusion. Il dit avoir l'impression que des gens font la confusion entre les journalistes professionnels et les réseaux sociaux.

Diversité culturelle

Maroc

Abdellatif Laâbi : « Les voies de la littérature sont impénétrables »

La lecture du recueil À deux pas de l'enfer a fait écho au long échange qu'Abdellatif Laâbi m'a accordé mi-avril lorsqu'avec son épouse Jocelyne il m'a accueilli à son domicile pour un dialogue d'environ trois heures autour de son œuvre et de son itinéraire personnel. Tout en évoquant ce que ces « vers libres » (Vivant !, in À deux pas de l'enfer) ont suscité chez moi, j'aimerais parvenir à restituer à la fois l'atmosphère chaleureuse de cette conversation et quelques questions qui, si je l'ai bien compris, tiennent particulièrement à cœur à Laâbi.