Actualités de la revue de presse

Droits humains

Tunisie

Commémorer et agir : les familles de disparu·es en migration, toujours en lutte

Septembre 2022. Plusieurs familles, originaires du Mali, du Maroc, de l'Algérie, ou encore d'autres villes en Tunisie, débarquent à Zarzis. Toutes ont un point commun : elles ont perdu un·e proche en migration qui est, depuis, porté·e disparu·e. Elles ont décidé de se réunir pour se soutenir, rendre hommage, mais surtout, trouver des moyens pour obtenir vérité et justice après des années de silence.

Diversité culturelle

Suisse

Jean-Luc Godard en 2000 : “La Nouvelle Vague, c’était l’ivresse du possible”

Un entretien avec Jean-Luc Godard, c'est toujours du Godard. Un demi-siècle de vie culturelle vu par Godard, c'est encore du Godard. Qui a fréquenté ses films, jusqu'aux récentes et magnifiques Histoire(s) du cinéma, sait que le balayage panoramique est moins que jamais dans sa manière ; plutôt le rapprochement, la surimpression, le commentaire de l'image par le mot et vice versa, l'obscure apparence qui d'un coup éclaire… ou pas. Conversation avec un homme désormais détaché de son époque, mais qui ne cesse pourtant de travailler pour elle, sachant que le temps travaille pour lui.

Diversité culturelle

Suisse

Après le décès de Jean-Luc Godard, le monde honore un génie irrévérencieux du cinéma

Pour Paolo Moretti, qui vient de quitter la tête de la Quinzaine des réalisateurs à Cannes pour reprendre la section Cinéma de l'ECAL à Lausanne, "Godard a joué un rôle central pour tout passionné de cinéma". Lui-même raconte avoir découvert le réalisateur à 16 ou 17 ans et le classe parmi ses "premiers chocs esthétiques et politiques". Et d'ajouter : "Dans une école de cinéma, nous exposons les étudiants à un maximum de possibilités : cela passe évidemment par Godard, qui a créé la modernité au cinéma en faisant des choses que l'on disait impossibles."

Diversité culturelle

Suisse

Mort d’Alain Tanner, réalisateur de “La Salamandre” et déserteur éclairé

Genevois, Alain Tanner était le plus fameux des cinéastes suisses. On oublie Godard ? Mettons celui-là à part – beaucoup le croient français, ce qu'il est d'ailleurs, puisqu'il a la double nationalité franco-suisse. Tanner, c'est différent. Plus qu'aucun autre, il a incarné ce qu'on a appelé à la fin des années 1960 « le nouveau cinéma suisse », sorte de Nouvelle Vague, dont il était le leader naturel, aux côtés de Claude Goretta et Michel Soutter.