Emmelyne Octavie, un y qui change tout

Emmelyne Octavie, un y qui change tout

30 décembre 2020 - par Arnaud Galy 
Emmelyne Octavie en 2019 lors d’une résidence 10 sur 10 (Pologne) - © Arnaud Galy - Agora francophone
Emmelyne Octavie en 2019 lors d’une résidence 10 sur 10 (Pologne)
© Arnaud Galy - Agora francophone
Emmelyne Octavie en signature de "Par accident, le jour où maman n’est pas morte" sur sa terre guyanaise
© Erwin

Prénom multipiste
Emmeline, selon les arnaqueurs qui disent décrypter les faces lumineuses autant que les cachées des prénoms, signifie « maison douce ». Ces hurluberlus en tirent des conclusions hâtives sur la personnalité des dites Emmeline. Soit. Mais qu’en est-il des Emmeline pimentées d’un Y ? Emmelyne. D’ailleurs quelle mouche a piqué les parents de celle qui nous occupe d’agrémenter ce prénom, déjà original, d’un Y ? Et surtout quel rôle cet ajout joue-t-il sur les aspirations et le destin de la porteuse de cette lettre si facétieuse ? Les numérologues attribuent à l’Y les notions d’intelligence, d’intuition et d’illusion. C’est tout aussi arnaqueur, mais c’est plaisant à lire, n’est-ce pas ? Et dans le cas présent, Emmelyne a eu l’intuition qu’elle devait utiliser son intelligence à créer une illusion. Une illusion XXXL ! Un canular involontaire et poétique...

Que change-l’Y ?
Notre réponse vient de Guyane. C’est en ce lointain bout de France amazonienne qu’une certaine Emmelyne Octavie joue des tours pendables aux siens, tours démultipliés par la caisse de résonance des réseaux sociaux. Au lieu d’embrasser, par exemple, la noble et stable profession d’enseignante qui lui tendait les bras, la jeune femme affublée de son Y a répondu à l’appel incertain des mots. Ceux qui dépassent leur fonction, qui s’évadent de leur définition, qui bousculent les imprudents qui les lisent sans reculer ni faire un pas de côté. L’effet secondaire du Y est du genre à semer la zYzanie ! Emmelyne est écrivaine, poétesse, autrice, actrice... artiste quoi ! Le Y booste sa part d’originalité désinvolte. Pas comme l’i qui aurait été trop riquiqui pour elle ! L’Y, c’est la classe. La classe du Yayamadou de ses forêts...
La dernière zYzanie en date correspond à un texte écrit par Emmelyne qu’une de ses sœurs, pour l’occasion, a amoureusement qualifiée de « fouteuse de merde » !

Emmelyne, t’es vraiment qu’une « fouteuse de merde ». Au nom de Jésus, je brise ce que tu as écrit. Tu fais pleurer les gens. Depuis ce matin mes amies m’appellent en larmes ou m’envoient des messages. T’es chiante !

Ce texte que la jeune femme écrivit comme une évidente fiction fut interprété par ses nombreux amis et amis d’amis... comme l’annonce du décès de sa mère à la suite d’un accident de voiture. Reconnaissons que l’action originelle était osée voir imprudente. Mais qu’importe l’imprudence quand on veut réveiller les consciences. Banzaï. À l’attaque des crétins chauffards qui roulent à tombeau ouvert sur une pauvre route mal entretenue. À l’attaque de ceux qui du haut de leur tour d’ivoire n’entretiennent pas cette même route. À l’attaque des silences, des contorsions et des non-dits qui font que la Guyane est sur bien des plans immobile. Quitte à ce que « maman » soit utilisée comme un appât doublé d’un piège à loups.

La fausse mort d’une vraie maman
Emmelyne, implacablement dépassée par le monstre textuel qu’elle créa, reçut des flots de messages de condoléances. Au début amusée par la réaction de ces lecteurs amateurs qui ne savent faire la différence entre fiction et faire-part, ceux qui « lisent avec leurs pieds * », Emmelyne a vite été asphyxiée par le trop-plein d’émoticônes, de p’tits cœurs brisés et de larmes virtuelles qui se bousculèrent sur « le mur des lamentations ».

...
Difficulté à lire et à comprendre. Putain d’bordel de merde, donnez pas raison à Sarkozy. Le type avait lâché entre quatre murs et deux oreilles que la Guyane c’était deux cent mille habitants dont la moitié d’analphabètes.
...
Le mal et le bien venaient d’être fait. Le texte a l’effet d’un téléphone arabe. La mort de maman voyage sur les lèvres. Du littoral en passant par le fleuve. Pays Amérindien. Pays bonis. Des cités aux villas huppées. Service après service, la nouvelle fait le tour des administrations, des aéroports et des écoles. La nouvelle rentre en prison et s’évade par la grande porte. Des gens aux quatre coins du monde sont touchés. Je ne pèse pas le poids du monde pour consoler autant de nations. Il y a des commentaires dans les langues autres que le français. Tous me présentent leurs condoléances et pleurent maman.

Je voeux pa le kroire que ta mer é mord. Konté sûr mé priyère.
...

Un silence inattendu
Parmi ses plus proches, les réactions furent inattendues, tendues parfois. Pitaya sur le gâteau, quand Emmelyne voulut joindre sa maman chérie bien vivante pour lui dire deux mots du quiproquo géant en cours, celle-ci ne répondit pas... des heures, longues heures, sans qu’elle décroche.


Tout est exagérément grand, fatal ou drôle avec elle. Elle a réglé tous ses problèmes avec la honte qu’elle ne connaît pas. Quant à la délicatesse, n’en parlons même pas. Maman déborde de vie et de lumière. Sa présence est entière. Et voilà que sans faire exprès, comme ce chauffard fictif, je viens de tuer maman avec de l’encre virtuelle.
...

Tension ? Scrupule ? Regret ? Maux de ventre ? Quand l’appel répété trouva enfin sa destinataire, soulagement, « maman  » allait bien et n’était en rien surprise pas le foutoir créé de toutes pièces par sa fille. Elle est cool la maman d’Emmelyne même quand on joue pour de faux à la trucider.

Nourrie de ce sac de nœuds qui, réseaux sociaux obligent, s’est planétifié à la vitesse d’une Ariane, Emmelyne a écrit « Par accident, le jour où maman n’est pas morte » : Une plongée dans les eaux intimes d’une famille aimante, dans le délaissement institutionnel dans lequel coule la Guyane et un sujet central, universel et tragique : les meurtriers de la route. Satané Y.

*… dont l’auteur de ce texte fait piteusement partie.


Édition Inclassable - 2020
ISBN : 978-2-9526695-4-2


© Arnaud Galy - Agora francophone

Précédents Agora mag