ZIGZAG en TUNISIE - Introduction

ZIGZAG en TUNISIE - Introduction

Du plomb dans le jasmin

Trois semaines en Tunisie. De quoi prendre le pouls d’une société qui s’interroge et craint pour son avenir. D’ici quelques jours, d’autres reportages seront en ligne... Bonne lecture !

12 novembre 2013 - par Arnaud Galy
 - © Arnaud Galy
© Arnaud Galy

Dossier réalisé en octobre 2013

La Tunisie sous le regard de l’Histoire - mosaïque IIIe. s.ap.J.-C., musée du Bardo, Tunis.
Ph : Arnaud Galy

Comment ne pas voir la Tunisie comme un pays déprimé ? La schizophrénie, qui conduit à s’interroger si une dictature sans islamisme ne serait pas plus douce qu’un islamisme légalement élu, gagne du terrain d’où la confusion généralisée. Un astucieux compromis permettra-t-il aux islamistes, Benalistes, Bourguibistes, laïcs, Francophones et Arabophones de concentrer et d’harmoniser leur énergie et leurs compétences pour sortir le pays du trou vers le lequel il est aspiré ? Compromis envisageable ou insupportable selon l’interlocuteur... Aujourd’hui, ce peuple métissé depuis plus de 2000 ans, habitué au « vivre ensemble » est embarqué dans une aventure qu’il ne maitrise plus. La machine s’emballe. Les islamistes au pouvoir montrent jour après jour une profonde incompétence. La religion et la gouvernance ne font pas bon ménage. Des groupuscules armés ou des francs-tireurs solitaires, qualifiés par les médias tunisiens de djihadistes, frappent les gardes nationaux et des lieux symboliques de l’Est côtier tentant de plonger le pays dans l’effroi. Assassinats, kamikazes, arrestations, ripostes... la si calme Tunisie a perdu le Nord. Les touristes, si précieux pour ce somptueux petit pays, sont aux abonnés absents. Comment les en blâmer ? Mais n’oublions pas que la Tunisie a tous les arguments pour développer un tourisme pourvoyeur de devises... et intelligent.

Pendant trois semaines, la rédaction de Zigzag a pris le pouls de cette société inquiète et perplexe qui demande avec insistance que la « communauté internationale » — existe-t-elle ? — ne l’abandonne pas. Nous n’avons pas la prétention d’éclairer parfaitement la situation nébuleuse dans laquelle se trouve la Tunisie d’octobre 2013, simplement, nous vous invitons à nous accompagner dans notre périple, à écouter des paroles engagées, à découvrir des lieux impressionnants de beauté et à accepter, de-ci de-là, quelques réflexions zigzaguesques !


Pas de quoi fouetter un chat, si ? Port de Sidi Bou Saïd.
Ph : Arnaud Galy

"Un homme s’est immolé par le feu, ce matin lundi 11 novembre 2013 vers les coups de 09H00, rapporte l’agence TAP. Selon des témoins, l’immolé, un homme âgé de 32 ans, a versé un produit inflammable sur lui avant d’y mettre le feu à l’Avenue Habib Bourguiba, au centre-ville de l’Ariana."

www.webdo.tn