BULGARIE - Découvrez Pleven, cité méconnue...

BULGARIE - Découvrez Pleven, cité méconnue...

22 septembre 2022 - par Lyubomir Martinov 
 - © Christian Gueroguiev
© Christian Gueroguiev

Avec une population d’environ 100 000 habitants, Pleven est la septième plus grande ville de Bulgarie. Située au nord du pays, cette municipalité, qui est un centre régional dans le domaine de la santé publique et de l’industrie de la couture, est presque inconnue des Français malgré sa riche histoire.

Pendant la guerre froide, alors que les possibilités de voyages et d’échanges entre la Bulgarie et la France étaient rares, c’est la star de l’opéra Katya Popova et le chanteur Émile Dimitrov qui firent connaître Pleven à la France. Aujourd’hui, alors que les échanges entre les deux pays, membres de l’UE et de l’OTAN, se sont réellement multipliés, la seule trace francophone à Pleven, semble-t-il, est un graffiti « Je suise Charlie » sur une fenêtre d’un immeuble du centre-ville, écrit avec une faute d’orthographe.

Dans la principale rue piétonne, bordée de bâtiments Art nouveau du début du XXe siècle, des centaines de personnes vont et viennent, visitant les nombreux magasins et restaurants. Comme beaucoup d’autres qui ont quitté Pleven pour la capitale Sofia afin de trouver de meilleures opportunités professionnelles, Vesséléna Martchéva, une créatrice de mode de 32 ans, aime passer les week-ends dans sa ville natale. Bien qu’elle ne vive plus à Pleven, elle reste très attachée à sa ville natale, car ses parents y habitent. Elle leur rend visite avec son bébé et son mari qu’elle a rencontré devant l’Horloge, le lieu de rencontre le plus populaire de Pleven.
L’Horloge a été placée au-dessus de la façade de la municipalité de Pleven en 1929. Au premier niveau se trouvent les poids, au deuxième - les mécanismes, et au troisième - la cloche, qui décompte le temps. L’Horloge est devenue l’un des principaux points d’orientation pour les résidents et les touristes, ainsi qu’un symbole officieux. « C’est peut-être l’endroit le plus spécial pour moi. C’est là que j’ai rencontré mon mari pour la première fois. J’avais un rendez-vous avec une amie qui l’avait amené avec elle. Elle voulait nous présenter l’un à l’autre parce qu’elle savait que nous serions bien l’un pour l’autre. Il s’est avéré qu’elle avait raison, car nous sommes ensemble depuis dix ans  », a déclaré Vesséléna.

Elle a accordé un entretien à Agora Francophone dans un restaurant huppé donnant sur la Cascade - un complexe aquatique avec des fontaines, des cascades et des miroirs d’eau, qui est éclairé la nuit par des spots multicolores et qui, le jour, apporte de la fraîcheur aux passants lors des chaudes journées d’été. Juste à côté se trouve le mausolée qui, depuis 1907, rend hommage aux soldats morts pendant l’épopée de Pleven. Le bâtiment, qui est désormais un monument de la culture et l’un des 100 sites nationaux, a été construit dans le style d’une église orthodoxe. Il possède un dôme central de 24 mètres, qui se termine par une croix de fer et 4 demi-dômes, à l’intérieur il est classé comme une église. Dans la crypte se trouve l’ossuaire avec les restes des soldats tombés au combat. Une flamme éternelle brûle devant le mausolée depuis le 3 mars 1968, à l’occasion du 90e anniversaire de la libération de Pleven des Ottomans. La clôture du mausolée est faite de blocs massifs de pierre taillée, elle est décorée de balles et d’obus, et sur les colonnes se trouvent 16 pièces de canons de siège russes.

Un autre lieu dédié à la libération de la ville est le Panorama - l’un des sites historiques les plus visités de Bulgarie. Ce musée unique, avec ses peintures qui donnent une vue à 360 degrés du champ de bataille, a été érigé en 1977 pour commémorer le 100e anniversaire de la grande bataille qui a décidé de l’issue de la guerre russo-turque de 1877-1878. Rien que cette année, Pleven et son Panorama ont été visités par environ 50 000 touristes, bulgares et étrangers. Depuis son ouverture, les salles ont été visitées par des touristes du monde entier, qui sont plus de 9 millions.

« Il n’y a peut-être pas un seul Bulgare qui ne soit pas allé au Panorama dans le cadre d’un voyage scolaire. Chaque fois que je dis que je viens de Pleven, tout le monde me répond qu’il y est déjà allé », raconte Vesséléna. « Je dois y retourner parce que j’étais une petite fille la dernière fois que j’y suis allée et en même temps, il y a des gens qui ont visité le Panorama 3-4 fois, notamment à l’occasion de la fête nationale. » Le bâtiment a la forme d’un cône tronqué soutenu par quatre baïonnettes stylisées. Trois anneaux horizontaux symbolisent les trois assauts de Pleven, et l’anneau avec les baïonnettes - le siège de la ville. Près de 5 tonnes de peinture à l’huile ont été utilisées pour la toile panoramique intérieure. Elle recrée la bataille la plus importante et la plus sanglante pour Pleven - le troisième assaut (11-12 septembre 1877) des forces du général russe Mikhail Skobelev contre les troupes du maréchal de l’Empire ottoman Osman Pasha.

Comme les forces russo-roumaines n’ont pas réussi à pénétrer dans la ville même après cette bataille, le général russe Edward Totleben, venu soutenir l’offensive, a changé de tactique et a ordonné un siège au lieu d’un quatrième assaut. Ainsi, toutes les lignes d’approvisionnement en nourriture, médicaments et communications ont été coupées. Les troupes ottomanes ont commencé à mourir - de faim, de maladies et d’infections. Après une tentative infructueuse de briser le siège, Osman Pasha a été blessé et s’est rendu le 10 décembre 1877. C’était la fin de l’épopée de Pleven et l’une des plus importantes victoires qui ont finalement conduit à la libération de la Bulgarie, qui avait fait partie de l’Empire ottoman pendant cinq siècles.

À l’autre bout de Pleven se trouve un lieu emblématique de l’adolescence de Vesséléna. Kaylaka est un parc où la nature a été infiniment généreuse. Le parc couvre environ 10 000 acres dans une vallée rocheuse, le long des deux côtés d’une petite rivière. C’est ici que Vesséléna s’est aventurée pour la première fois loin de chez elle, en faisant du vélo avec une amie qui lui a montré la beauté des deux barrages du parc. « Quand j’étais enfant, mes parents ne me laissaient sortir que dans notre quartier jusqu’à l’âge de 16 ans, et ce, dans les limites du pâté de maisons où nous habitions. » Un jour, elle a décidé de se rebeller contre l’autorité de ses parents et, alors qu’elle faisait du vélo, « nous sommes arrivés aux barrages, je n’avais aucune idée de leur existence. J’étais terriblement impressionnée ».

Depuis des siècles, la rivière qui traverse Kaylaka a entaillé les falaises calcaires et formé une petite gorge avec des falaises parallèles de 20 à 30 mètres de haut, espacées de 100 à 150 mètres. Le canyon naturel de la rivière abrite une flore et une faune riches et diversifiées, avec des plantes uniques en Bulgarie et dans la péninsule des Balkans, et de nombreux oiseaux et mammifères répertoriés dans le Livre rouge de la Bulgarie. Des animaux et des créatures préhistoriques vivaient ici il y a des millions d’années, et des fossiles d’anciens organismes aquatiques sont encore visibles dans la plupart des masses rocheuses calcaires.


Galerie photos

Portfolio

Précédents Agora mag