BULGARIE – Thibaut Taittinger : l’entrepreneur qui a transformé une ancienne usine en espace de coworking de pointe

BULGARIE – Thibaut Taittinger : l’entrepreneur qui a transformé une ancienne usine en espace de coworking de pointe

3 mai 2022 - par Lyubomir Martinov 
Puzl CowOrKing à Sofia - © Page FB de Puzl CowOrKing
Puzl CowOrKing à Sofia
© Page FB de Puzl CowOrKing
Thibaut Taittinger
© Aimablement prêtée par Thibaut Taittinger

Thibaut Taittinger est le fondateur et propriétaire de l’un des espaces de coworking les plus célèbres de Bulgarie, Puzl CowOrKing. Bien qu’il provienne d’une célèbre famille de viticulteurs d’Alsace-Lorraine, cet homme d’affaires de 38 ans a choisi une autre vocation pour faire carrière. Il se réjouit d’avoir toujours levé des fonds ailleurs, sans impliquer ses parents dans ses affaires.

Sa passion est de rénover d’anciennes usines et de leur donner une nouvelle vie en les transformant en bureaux de travail. Son plus grand succès : presque doubler la taille de son entreprise pendant la pandémie en dépit du confinement et du télétravail qui était l’ordre du jour pendant 2 ans. Son ambition : développer Puzl CowOrKing à travers l’Europe Centrale et de l’Est.

De l’immobilier au secteur informatique
Thibaut Taittinger est venu en Bulgarie pour la première fois à la fin des années 2000, il n’avait que 23 ans mais il y est devenu promoteur immobilier à une époque où les prix des appartements étaient bas et le marché des propriétés immobilières était en plein essor. Quand « la crise financière est arrivée, j’ai fait en sorte qu’aucun de mes clients ne restent sur le carreau, quitte à assumer toutes les pertes financières en donnant tout ce qui m’appartenait en Bulgarie », dit Thibaut dans un entretien accordé à Agora Francophone. Pour lui, c’était très important, car « en tant qu’entrepreneur tu prends des risques, donc potentiellement, tu peux avoir de gros bénéfices, mais tu peux aussi tout perdre car tu t’engages financièrement sur un projet.. »
Après avoir échoué avec sa première entreprise, il est retourné en France, où il a travaillé comme stagiaire dans un fonds d’investissement pendant environ six mois. Ensuite il est revenu en Bulgarie où il s’est lancé dans une start-up liée à un outil de création de sites qui s’appelle aussi Puzl, mais différent de Puzl CowOrKing. L’idée de la plateforme Puzl Business Network est d’aider les petites entreprises à être plus compétitives dans le domaine du commerce électronique, qui est entièrement dominé par les grandes entreprises. Il s’agit d’un agrégateur de clients en ligne qui donne aux petites entreprises la possibilité de créer un site web entièrement personnalisé et connecté aux médias sociaux. Son contenu est automatiquement syndiqué sur tous les médias sociaux pour accroître plus naturellement la popularité du site dans les moteurs de recherche et augmenter son trafic.


© Lyubomir Martinov

Transformer une vieille usine en bureaux de style
Thibaut était à la recherche de locaux pour son projet lorsqu’il a trouvé une usine de textile abandonnée depuis la fin du communisme. Les propriétaires étaient en train de réorganiser cet édifice industriel en centre d’affaires et ils ont eu de la chance d’avoir rencontré Thibaut. Cet entrepreneur a fait des miracles en transformant les vieux murs de briques détériorés, les planchers de béton couverts de poussière et les vieux plafonds érodés en espace de coworking de pointe, tout en conservant le design industriel et en restaurant les pièces de l’architecture originelle.
Au début, l’espace était trop grand pour Thibaut et son équipe. Comme il déteste le gaspillage, il a а invité d’autres entreprises à le rejoindre. En peu de temps, l’étage s’est rempli. Puzl a loué un deuxième étage, puis un troisième et c’est ainsi que l’idée d’un espace de coworking est née et « s’est réalisée très naturellement ». Aujourd’hui, Puzl CowOrKing compte une centaine d’entreprises, dont de grandes sociétés comme l’institut de sondage Ipsos. Près de 1100 personnes travaillent dans les deux grands bâtiments qu’occupe actuellement Puzl.

Thibaut se souvient très clairement le jour où il est entré pour la première fois dans l’usine Vitosha, portant le nom de la montagne au sud de Sofia, la capitale bulgare. Le bricoleur du bâtiment « ouvre une vieille porte en fer, et on arrive dans une vieille usine…qui est complètement abandonnée, inoccupée depuis 20 ans. Alors certes l’endroit n’était pas franchement accueillant, mais il y avait une belle hauteur de plafond de grandes fenêtres… Je suis juste tombé amoureux. Ça a fait clic... J’ai tout de suite ressenti et vu ce que ça pouvait devenir ».
Et ça l’est devenu ! Le sol en béton ciré, les portes en acier, les murs en briques – tous les aspects de la décoration industrielle moderne sont là. Ce style d’aménagement intérieur, inspiré par le monde ouvrier du XXe siècle, crée une ambiance aussi brute et robuste que confortable. Les femmes et les hommes travaillant ici sont assis à des bureaux en bois massif avec des fixations en métal. Ils montent et descendent des escaliers en fer peints en noir. Et ils mangent leur burger de porc effiloché et boivent leur café au lait macchiato dans l’ambiance hipster du bar sur le toit. Là-bas, des luminaires métalliques suspendus du plafond en béton et les tuyaux de la ventilation sont bien visibles.

Une croissance pendant la pandémie
En mars 2020, la Bulgarie a été mise sous un confinement partiel après avoir enregistré ses premiers cas de coronavirus. C’était une énorme crise pour les sociétés qui offrent des espaces de travail à d’autres sociétés, car tout le monde a cessé de se rendre au bureau et travaillait à domicile. Puzl a non seulement prouvé qu’il était capable de survivre à cette période désastreuse, mais a également réussi à croître.
« Sincèrement, on a eu de la chance d’abord parce qu’on a une communauté qui est géniale et qui nous a soutenus pendant la crise. Certains membres par exemple ne venaient plus, mais il nous ont dit “on veut conserver notre siège parce qu’on vous fait confiance, parce qu’on veut vous aider”, c’était super sympa », dit Taittinger. « J’ai perdu mon premier business dans la dernière crise qui était la crise financière. Maintenant j’ai suffisamment d’expérience pour ne pas faire les mêmes erreurs ».
Il dit avoir agi très tôt, en offrant une réduction de loyer de trois mois aux entreprises dont les revenus étaient en baisse en raison de la Covid. Et il a réussi. Pendant les mois les plus douloureux du confinement, lorsque le télétravail dominait le monde des affaires, Puzl a connu une croissance, passant de 650 sièges au début de 2020 à 1 100 sièges à la fin de 2021. En plus de cela, Thibaut a réalisé son plus gros investissement à ce jour l’année dernière en achetant un bâtiment à Budapest, « un investissement d’environ 8 à 10 millions d’euros. »

Connecter le secteur IT à travers l’Europe centrale et de l’Est
La décision d’acquérir cet édifice dans la capitale hongroise a été prise en pleine pandémie, alors que le monde des affaires se montrait très prudent. Thibaut a motivé l’achat en disant que Puzl CowOrKing était sur la bonne voie et il voulait poursuivre sa croissance. « Alors bien évidemment, cette crise nous a impacté. On n’a pas perdu d’argent, mais nous n’en avons pas gagné autant qu’on aurait dû . Donc nos marges ont baissé pendant la crise, c’est normal. Notre croissance aurait été probablement plus rapide si on n’avait pas eu la Covid  ».
Les travaux de rénovation de l’ancienne usine qu’il a achetée à Budapest vont bientôt démarrer et son ambition est d’ouvrir les nouveaux locaux en fin de cette année ou début 2023. Et puisque Puzl s’est étendue sur tous les étages et espaces disponibles à zavod Vitosha, Thibaut et son équipe cherchent à acheter un bâtiment à Sofia afin de poursuivre leur croissance. La capitale roumaine Bucarest est une autre ville dans les plans de Puzl. « On a des plans pour se développer partout en Europe Centrale et de l’Est… Et on développe aussi une solution, un software pour connecter nos différentes communautés entre elles pour qu’on puisse vraiment connecter l’IT à travers » la région.

Précédents Agora mag