Francis Diébédo Kéré : un Burkinabé de Berlin honoré du Prix Pritzker d’architecture

Francis Diébédo Kéré : un Burkinabé de Berlin honoré du Prix Pritzker d’architecture

12 avril 2022 - par Peter Klaus 
 - © wikimedia commons - Astrid Eckert / TU Munich
© wikimedia commons - Astrid Eckert / TU Munich

Francis Diébédo Kéré (*1965) est un architecte né à Gando au Burkina Faso et vit depuis 1985 en Allemagne, plus précisément à Berlin.

Le quotidien berlinois « Der Tagesspiegel » lui a consacré toute une page dans son édition du 15 mars 2022 pour annoncer la nouvelle : Francis Diébédo Kéré vient d’obtenir le Prix Nobel d’Architecture, le célèbre Prix Pritzker. Il est le premier Africain à obtenir ce prix prestigieux qui est décerné pour la 51e fois. Tom Pritzker, le président de la Fondation Pritzker, qui décerne le prix du même nom, a qualifié Francis Kéré de pionnier, qui ne se voyait pas seulement comme architecte, mais comme quelqu’un qui se mettait à disposition et il a continué en disant de Kéré qu’il avait contribué à améliorer les conditions de vie de nombreux hommes et femmes dans une région du monde si souvent oubliée. En 2021, le magazine allemand « Architektur & Wohnen » (Architecture et Habitat) a nommé Francis Kéré « architecte de l’année » et le compte parmi les représentants d’une architecture socialement « sustainable  ». Le magazine dit de lui qu’il n’est pas seulement un bâtisseur, mais aussi un visionnaire et créateur.

Une biographie passionnante, celle du lauréat
Né dans une famille de 13 enfants, Francis Kéré entame un apprentissage en menuiserie dans son pays d’origine où il a appris à se servir des matériaux et des méthodes traditionnelles de construction. À l’âge de vingt ans, il part en Allemagne avec une bourse afin de finir son apprentissage et passer son bac. En 1995, il commence des études d’architecture à l’Université Technique de Berlin. Avant d’avoir terminé ses études, il a été décoré en 2001du Aga Khan Award for Architecture pour la conception et la construction d’une école à Gando, son village d’origine, un établissement qui compte aujourd’hui autour de 1000 élèves.

Après ses études il a créé en 2005 son propre bureau Kéré Architecture à Berlin.
Dans cette ville il est connu surtout, mais pas seulement pour sa collaboration avec le cinéaste et metteur en scène de théâtre Christoph Schlingensief (1960-2010) qui avait comme projet de construction un village des arts (« Village-Opéra ») à Remdoogo, au Burkina Faso, un ensemble appelé d’abord Maison des Festivals Africa, dont la première pierre a été posée en 2010, l’année de la mort de Christoph Schlingensief.

Francis Kéré réalise actuellement des projets de constructions dans de nombreux pays africains, aux États-Unis et en Allemagne. Il a également signé la construction de nombreux pavillons de galeries d’art pour des expositions biennales. Kéré ne comprend l’architecture non seulement comme l’art de construire, mais comme un processus social, comme un moyen de transformations sociétales. Dans son travail il attache une grande importance à la soutenabilité, à l’utilisation de matériaux locaux et à la combinaison de l’habitat avec des institutions de formation, de santé, d’institutions communautaires ainsi qu’à la conception des espaces publics.
Une première monographie intitulée « Radically simple » offre un aperçu unique de l’œuvre de cet éminent architecte qui nous prouve par son action que l’architecture, ce ne sont pas seulement des bâtiments, mais que c’est l’homme et ses besoins qui se trouvent au centre.


Galerie photos

Portfolio

Précédents Agora mag