Laos - Une année d’actualité - 2018

Laos - Une année d’actualité - 2018

25 mars 2019 - par Marie-Rosalie Sagna 
 - © Flickr - Toastal
© Flickr - Toastal

POLITIQUE

Enclavé au cœur de l’Asie du Sud-Est, le Laos est un petit pays de 7 millions d’habitants. Il compte parmi les plus pauvres du monde. Le seul parti politique autorisé et au pouvoir est le Parti révolutionnaire populaire lao (PPRL). Il est d’inspiration communiste et le Président est M. Bounnhang Vorachith. La répression, la corruption et le clientélisme sont manifestes dans la gouvernance et l’exploitation des ressources du pays. En effet, la politique du gouvernement lao en matière de libertés civiles et des droits de la population reste toujours très restrictive. En exemple, la disparition mystérieuse de l’activiste laotien Sombath Somphone, le 15 décembre 2012, n’est toujours pas élucidée.

Le Premier ministre Thongloun SisoulithEn décembre 2018, sous la présidence du Premier ministre, Thongloun Sisoulith, les membres du gouvernement laotien ont discuté d’enjeux et de défis importants portant sur la sécurité publique, la stabilité de la politique nationale, la réduction des problèmes sociaux, etc. Le gouvernement lao vise à renforcer la solidarité nationale et à mettre en œuvre deux objectifs stratégiques pour 2019 : la défense nationale et le développement. Selon le général vietnamien de brigade Pham Van Cac, chef du Département de police d’investigation de crimes liés à la drogue, la frontière vietnamo-laotienne est actuellement l’un des points chauds des crimes liés à la drogue.

Effondrement du barrage de Xe Pian-Xe Nam dans le sud du Laos
L’actualité laotienne a été marquée par l’effondrement, le 23 juillet 2018, du barrage de Xe Pian-Xe Nam Noy qui a englouti sept villages. Cet événement tragique a suscité un débat sur les répercussions directes de la politique hydroélectrique du gouvernement laotien sur les populations locales et l’environnement. En effet, des controverses sociales et environnementales pèsent sur l’avenir des projets hydroélectriques, en particulier sur le cours principal du Mékong, et ce, au sein de la population, des ONG locales et internationales, mais également au sein des gouvernements des pays du Bas-Mékong : le Cambodge, la Thaïlande et le Vietnam. Spécifiquement, les conflits fonciers locaux s’accentuent par les déplacements des populations locales rurales. Alors que les études d’impact social et environnemental sont trop souvent bâclées en négligeant les préoccupations et les besoins des populations locales. Cette situation pourrait s’expliquer par le fait que les critiques dirigées contre Vientiane, particulièrement sur les projets hydroélectriques, ne sont pas acceptées.



Coopération bilatérale et relations diplomatiques
Le Laos dépend encore en grande partie de l’aide internationale en général, et de ses pays voisins, notamment, la Chine, la Thaïlande et le Vietnam. Au cours de cette année, le gouvernement de Ventiane a continué à développer et consolider ses relations diplomatiques et de coopération bilatérale avec ses pays voisins. Par conséquent, au début de l’année 2018, la 40e réunion du Comité intergouvernemental sur la coopération bilatérale Vietnam-Laos s’est tenue sous la coprésidence des Premiers ministres vietnamien, Nguyên Xuân Phuc, et laotien, Thongloun Sisoulith. La 41e réunion de ce même comité a eu lieu le 6 janvier 2019 à Hanoï. Les deux autorités gouvernementales ont exprimé leur satisfaction devant les résultats du programme de coopération en 2018. Conséquemment, le Laos et le Vietnam se sont engagés à améliorer l’efficacité de leur coopération et de se soutenir pour renforcer la solidarité et le rôle central de l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est) dans les questions stratégiques de la région, parmi elles, celle de la Mer Orientale.

En 2018, le Vietnam était parmi les trois plus grands investisseurs étrangers au Laos, aux côtés de la Chine et de la Thaïlande. Les investisseurs vietnamiens ont contribué dans plus de 400 projets d’un montant total de 4,1 milliards de dollars. Les échanges commerciaux bilatéraux Laos-Vietman ont atteint plus d’un milliard de dollars, soit une hausse de 14 % sur un an. Quant aux importations de produits laotiens se sont élevées à plus de 346 millions de dollars (+17,6 %).

En définitivement, à travers la coopération et le raffermissement des relations diplomatiques avec ses pays voisins, le Laos vise la stabilité et le développement économique en passant par l’accroissement des échanges commerciaux bilatéraux. Au cours de l’année 2018, le Laos a reçu le soutien dans divers domaines : l’hydroélectrique, le financier et bancaire, l’éducation et la formation, la santé, les technologies, l’alimentation, le développement durable, plus précisément, la gestion et l’utilisation efficace des ressources en eau du Mékong. En plus, dans une perspective d’inclusion et de lutte contre la pauvreté des femmes, la RDP lao a reçu un accord de subvention de 292 195 dollars (soit 2,4 milliards de kips) du Japon pour soutenir les activités génératrices de revenus de femmes lao vivant avec un handicap.


© Flickr - Tjabeljan

ÉCONOMIE

Une économie soutenue par l’exploitation des ressources hydroélectriques
Le Laos dispose d’un plan quinquennal de développement socio-économique pour la période 2016-2020. Cependant, les capacités techniques et financières du pays sont très limitées. Ces dernières années, le rythme de croissance du pays a légèrement ralenti et est tombé sous la barre des 7 %. Selon le FMI, la croissance économique a atteint 6,9 % en 2017. Elle est restée au même niveau en 2018 et il devrait accélérer à 7.1 % en 2019. En conséquence, pour impulser une croissance économique, le gouvernement lao est obligé d’avoir recours à des fonds extérieurs. Ceux-ci sont particulièrement investis dans le secteur hydroélectrique par les gouvernements de ses pays voisins et leurs entrepreneurs privés, notamment, des Chinois, Thaïlandais et Vietnamiens. En effet, l’économie laotienne repose principalement sur l’exploitation de ses ressources hydroélectriques qui génère des revenus fiscaux importants pour le gouvernement laotien, des revenus pour les élites politique et militaire, et le secteur privé. Vientiane, située au cœur de la péninsule indochinoise, profite bien de sa position stratégique et de l’expansion de son réseau de lignes électriques pour répondre aux besoins énergétiques croissants d’interconnexion des pays de l’Asie du Sud-Est. Selon une étude de la Banque mondiale, ce revenu fiscal pour le gouvernement lao devrait se situer à 850 millions de dollars en 2025. En 2016, il était de 402 millions de dollars.

La stratégie indo-pacifique : des règles et principes pour le développement durable !
Apparu pour la première fois en 2007 dans le discours du Premier ministre japonais Shinzo Abe devant le parlement indien, le terme indo-pacifique a connu un regain d’intérêt. Le concept reste encore très flou, car il n’y a pas une définition commune et claire. Selon l’agence de presse laotienne, « l’Indo-Pacifique » est un système dans lequel « les pays sont libres de protéger leur souveraineté, de poursuivre des politiques de bonne gouvernance, de transparence et de lutte contre la corruption, en restant ouverts au commerce et aux investissements ». En effet, la politique économique du gouvernement lao est orientée vers les marchés extérieurs afin d’attirer les investissements étrangers qui constituent les principaux moteurs de la construction des barrages hydroélectriques. Ce qui exige sans aucun doute, comme le souligne, M. Walter Douglas du Bureau des Affaires de l’Asie de l’Est et du Pacifique, que le Laos améliore son environnement commercial.

Au cours de l’année 2018, le concept s’est ainsi retrouvé dans les discours de nombreux États, notamment le Japon, l’Australie, les États-Unis, la France, l’Inde. Cette situation s’explique par le changement d’environnement stratégique qui prévaut en Asie, et qui se manifeste par la présence de plus en plus forte de la Chine dans les océans Indien et Pacifique. La chine s’étant particulièrement imposée par ses importants investissements pour la construction des routes maritimes de la soie. Toutefois, l’ASEAN ne s’est pas encore positionnée dans le débat sur la stratégie indo-pacifique, car elle apparait comme anti-chinoise alors que le Cambodge et le Laos sont proches de Pékin.

SOCIÉTÉ-CULTURE

L’année 2018 a été marquée par des remises de prix à Vientiane. Celle de l’ASEAN aux meilleurs hommes d’affaires lao afin de les féliciter et promouvoir les produits du Laos dans le marché régional. Le 31 décembre, sous le thème « Tour du Laos 2018 » l, les meilleurs journalistes et éditeurs ont aussi reçu des prix. Le ministre de l’Information, de la Culture et du Tourisme, M. Bosengkham Vongdara, a souligné les contributions des médias laotiens dans le développement du pays.

Chaque année, à l’occasion du Nouvel An lunaire lao, les dirigeants du district d’A Luoi, dans la province de Thua Thiên-Huê, s’organisent pour rendre visite et donner des cadeaux aux villageois laotiens. Cette année, les habitants du village de Se Sap, particulièrement défavorisés, ont reçu des cadeaux.

SCIENCES ET TECHNOLOGIES

En aout, les ministères des Sciences et Technologies lao et vietnamien ont organisé un forum de promotion du transfert de technologies Vietnam-Laos 2018 au centre international du commerce à Vientiane. Le forum a réuni environ 300 responsables et représentants de deux ministères, associations, entreprises, universitaires et instituts des deux pays. Le forum présente 142 technologies dont plus de 90 sont en matière d’agriculture, et le reste dans le développement des technologies, les énergies renouvelables, les technologies de l’information, la protection de l’environnement. M. Boviengkham Vongdara, ministre laotien des Sciences et Technologies a déclaré que ce forum contribue à la mise en œuvre des stratégies de développement des sciences, des technologies et de l’innovation des deux pays et leur permet de discuter de nouveaux projets de coopération appropriés à chaque pays et à leur processus d’intégration régionale et internationale.

FRANCOPHONIE

Au Laos, la Semaine de la langue française et de la Francophonie est organisée chaque année autour de la journée internationale de la Francophonie (du 17 au 25 mars). En plus, cette année, la capitale du Laos, Vientiane, a accueilli du 09 au 13 juillet 2018 la 8e édition de l’École d’été francophone régionale. Celle-ci est organisée annuellement par le Centre régional francophone pour l’Asie-Pacifique (Crefap) qui regroupe une importante équipe pédagogique mandatée par les Ministères de l’Éducation du Cambodge, du Laos, du Vietnam et par l’Association thaïlandaise des professeurs de français. Une séance a été spécifiquement consacrée à l’initiation au dispositif de Formation à distance pour l’enseignement du français langue étrangère « FAD-FLE », une plateforme d’autoformation pour enseignants et apprenants.

La Secrétaire générale de la Francophonie, Mme Michaëlle Jean, s’est rendue au Laos du 13 au 15 octobre pour la deuxième étape de sa tournée dans les pays francophones d’Asie. Elle a rencontré les autorités du pays, notamment le Premier ministre, ainsi que les acteurs du secteur économique et de jeunes étudiants du lycée bilingue. Le ministre responsable de la Francophonie a souligné le fait que cette visite allait grandement contribuer à mieux faire connaitre la Francophonie au Laos. Ensemble, ils ont discuté de l’élaboration d’une feuille de route pour relancer la coopération entre le Laos et l’OIF afin de permettre au pays de pleinement tirer avantage des programmes de la Francophonie dans la région Asie-Pacifique.


BIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE

www.lecourrier.vn
www.asialyst.com
www.eureka.cc
https://la.ambafrance.org
http://kpl.gov.la/Fr
https://www.coface.com/fr/Etudes-economiques-et-risque-pays/Laos
http://www.if-laos.org/events/francophonie/
https://www.lemonde.fr/laos/

Recherche par régions et pays dans toute la collection AFI