Le défi de manger local dans un marché mondial

Le défi de manger local dans un marché mondial

Nous sommes des cultivateurs, disait fièrement ma grand-mère. En plus de ses vaches laitières, elle avait un jardin, élevait de la volaille, des moutons, parfois un cochon. À cette époque, des fermes comme la sienne, ni riches ni pauvres, il y en avait des milliers. Je me souviens que les denrées achetées à l’épicerie tenaient dans une petite boîte de carton, à demi remplie. De la farine, de la poudre à pâte, du sucre, de la mélasse, un peu de saindoux, parfois du beurre d’arachides et des bonbons durs, c’était à peu près tout. Dans ma ville, il y avait une laiterie. Au village voisin, une beurrerie. La production agricole a depuis bien évolué.

Lire l'article sur Radio Canada (Québec)