Lectures francophones 1/2

Lectures francophones 1/2

20 octobre 2019 - par Loïc HERVOUET 

Poètes du Monde pour le français et la Francophonie

Mettons la poésie en avant dans ce monde si dur.
En accompagnement du Sommet des Chefs d’Etat de la Francophonie à Dakar (novembre 2014), l’Institut de Promotion de la Langue Française à l’International (IPLFI) avait organisé, à la demande de l’Assemblée des Francophones Fonctionnaires des Organisations Internationales (AFFOI), un grand concours de poésie. Le thème en était « Francophonie et langue française ». Devant s’inspirer d’un tableau peint à cet effet par l’artiste Cristian Wind, poètes professionnels et amateurs des cinq continents étaient invités à s’exprimer en rimes sur le sujet. Patronné par le Président Abdou Diouf, alors Secrétaire général de la Francophonie et soutenu par la très honorable Michelle Jean, qui le remplaça à cette fonction en janvier 2015, ce concours fut un succès extraordinaire. Trois cent dix-sept poètes de cinquante-quatre pays différents envoyèrent un total de 539 textes, et la page Facebook créée pour l’occasion comptabilisa plus de 20.000 abonnés et 3,5 millions de vues en six semaines, montrant ainsi, si c’était encore nécessaire, l’incroyable richesse de la diversité de la langue française et de la Francophonie.
C’est une sélection de 182 de ces poèmes que les éditions Netbook proposent sous le titre « Poètes du monde pour le français et la Francophonie ». A noter que les bénéfices tirés de la vente de ce recueil servent à financer le prochain concours de poésie.

Multiples AUTEURS, Poètes du monde pour le français et la Francophonie, Editions Netbook.com, Levallois-Perret, www.editions-netbook.com, 2016, 214 pages, 19€


Comment (bien) compter les Francophones

Cet ouvrage s’adresse à tous les chercheurs, débutants, doctorants, ou confirmés, qui s’intéressent aux situations multilingues en général et à la francophonie en particulier, et qui souhaitent mieux connaître ces réalités en allant chercher des données déjà disponibles ou en mettant en œuvre leurs propres recherches.
La première partie de l’ouvrage, consacrée aux sources disponibles, présente un catalogue raisonné des institutions qui produisent des données sur les situations de francophonie. Le chercheur qui souhaite aller plus loin et s’intéresser à un aspect insuffisamment documenté trouvera dans la seconde partie un inventaire critique de l’ensemble des méthodes d’enquêtes effectivement utilisées, dont il pourra s’inspirer pour ses propres recherches.
Cet ensemble inédit, qui embrasse la sociolinguistique, la lexicologie, la démographie, la morphosyntaxe, qui traite de la présence des langues sur internet, dans les médias, à l’école, mais aussi dans les familles, dans le monde du travail ou de la production scientifique, est un véritable guide de la recherche sur les situations multilingues. Il a été produit à l’initiative de l’Observatoire de la langue française de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), en partenariat avec l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) et l’Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone (ODSEF) de l’Université Laval (Québec), et soumis à la discussion d’une vingtaine de chercheurs au cours d’un Séminaire international sur les méthodologies d’observation de la langue française, dont il est rendu compte dans la troisième partie du présent ouvrage. Il est précédé de « Qu’est-ce qu’un francophone ? », par le spécialiste reconnu Alexandre Wolff, une importante mise au point terminologique et méthodologique.

Bruno MAURER, Mesurer la francophonie, Editions des Archives contemporaines, Paris, avril 2016, 227 pages, 32€


La stratégie mondiale de la Francophonie

Comment la francophonie, par ses nouveaux discours d’organisation géopolitique et d’actions sociales, est-elle analysable en tant que facteur de médiation interculturelle ? A partir des énoncés de la secrétaire général Michaëlle Jean ? Sous quel angle peut-on envisager l’efficacité des schémas tactiques et stratégiques de la défense dans l’éthos de Michaëlle Jean ?
Répondant à ces questions, ce livre s’affirme comme un véritable outil de communication organisationnelle et éducationnelle sur la francophonie face aux nouveaux défis mondiaux.

Thierry LEGER et Louis Hervé NGAFOMO, Nouveaux discours de la francophonie à l’heure des grands défis mondiaux, Editions L’Harmattan, Paris, mai 2016, 248 pages, 46€, format kindle 19€


La Francophonie vecteur de démocratie ?

Au regard des grands bouleversements sur la scène internationale et des grands courants de changements politiques dans lesquels s’inscrivent certains peuples des pays membres, les termes de Francophonie et de Démocratie, apparaissent comme un tandem d’actualité pour un espace qui se veut plus rasséréné. Mais la démocratie se décrète-t-elle ? C’est l’une des questions auxquelles tente de répondre ce livre, qui s’articule autour des actions et engagements de l’OIF en matière de démocratie et de son impact sur la scène internationale.

Annie Flore Assengue YOGOULOU JOLY, Francophonie et démocratie, Editions La Doxa, Rungis, septembre 2015, 220 pages, 20€


La Francophonie, correcteur de la mondialisation culturelle

Uniformisation des cultures, revendications identitaires, dérives fondamentalistes, standardisation des produits, des marchés et des comportements, langue unique, déséquilibres grandissants etc. Jamais le débat sur la mondialisation culturelle et ses effets, n’a été autant important, récurent et manifeste. Parfois encensée, honnie et récusée, la mondialisation culturelle serait-elle devenue uniquement porteuse de désespoir ? Cet ouvrage explore les enjeux (politique, économique, géopolitique etc.) liés à la promotion de la diversité culturelle et linguistique. Il focalise en priorité la réflexion sur les actions de la Francophonie en faveur de la diversité culturelle et linguistique ainsi que les contraintes internes auxquelles font face les industries culturelles des pays étudiés (Cambodge, Laos, Vietnam, Vanuatu). Des contraintes qui sont d’ordre organisationnel, financier, juridique. Ce livre propose enfin quelques perspectives susceptibles de contribuer au combat francophone pour la diversité, à l’échelle des pays concernés et éventuellement dans l’ensemble des pays de l’espace francophone.
Diplômé de l’Université Jean Moulin de Lyon 3 (Master 2), l’auteur est avant tout un acteur du développement communautaire qui a travaillé cinq années avec des ONG et associations d’envergure internationale. Son riche parcours notamment en Afrique, Europe et Asie lui a permis de développer de solides connaissances, aptitudes et attitudes.

Idrissa Sompagnimdi NACAMBO, Diversité culturelle et mondialisation en Asie-pacifique : Enjeux et perspectives des actions de la Francophonie, Editions Universitaires européennes, Sarrebrück, janvier 2016, 124 pages, 46€


La troisième francophonie selon Guillou

L’ouvrage reprend les principales publications de Michel Guillou entre 2001 et 2015. Il précise dans une postface le concept de troisième francophonie et dresse ce que pourraient être son organisation et ses programmes. Il donne à titre d’exemple de réseaux intégrés ceux de l’Agence universitaire de la Francophonie et de l’Université Senghor d’Alexandrie.
Ce recueil a pour objectif de présenter les moments clés d’un parcours militant, engagé au service du développement de la francophonie réelle. Son titre exprime sous forme interrogative une sorte de synthèse à laquelle ont conduit les efforts et les travaux. Mais l’avenir est loin d’être assuré. Le désir de convaincre, la diversité des publics concernés par les débats expliquent des reprises et des redites de certains arguments.
La réflexion a été menée par l’Institut pour l’Étude de la Francophonie et de la Mondialisation (Iframond). Rappelons qu’Iframond, devenu en juin 2014 l’Institut international pour la Francophonie, a été créé en 2000 par l’Université Jean Moulin Lyon 3 avec l’appui institutionnel de l’OIF, de l’AUF, et des Collectivités territoriales rhônalpines pour développer un enseignement et une recherche prospective sur l’objet Francophonie. Sa création a bénéficié dès l’origine de l’appui constant et résolu du Secrétaire général de la Francophonie d’alors, le président Abdou Diouf.
Michel Guillou, ancien recteur de l’Agence universitaire de la Francophonie, président du Réseau international des Chaires Senghor de la Francophonie, est professeur émérite à la Faculté de droit de l’Université Jean Moulin Lyon 3.

Michel GUILLOU, La francophonie ou l’avenir de la langue française, Editions Belin, Paris, coll. Universitaire H., novembre 2015, 320 pages, 30€


Nouvelle vague d’auteurs francophones

Le début du 20ème siècle a vu naître dans l’espace francophone des écrivains qui ont marqué le monde entier : Aimé Césaire, Léopold Sédar Senghor, Léon Gontran Damas, Camara Laye, Ida Faubert, Jacques Roumain, Edouard Glissant. La deuxième grande vague d’écrivains francophones est celle que nous connaissons aujourd’hui.
En 2002, la revue Notre Librairie a publié un numéro spécial sur la nouvelle génération dans laquelle nous trouvons notamment Dany Laferrière, Yanick Lahens, Alain Mabanckou, Ananda Devis. Qu’en est-il de ces nouveaux auteurs ? Hommes ou femmes, qu’écrivent-ils ? Que racontent-ils ? Comment sont-ils publiés ? Comment la critique littéraire les reçoit-elle ? Peut-on parler aujourd’hui d’une véritable émergence, une nouvelle génération d’auteurs francophones ? Ce numéro de Legs et littérature donne à lire et sentir le bouillonnement d’une littérature émergente, la voix d’écrivains qui plus tard deviendront à leur tour des incontournables.

Charles WEBERT et Jean James ESTEPHA, Les plumes francophones émergentes, Legs Editions, coll. Revue Legs et littérature, Haïti, mai 2016, 198 pages, 18€


Une francophonie hongroise millénaire

Cette anthologie a pour but de témoigner du rôle joué par la langue française en Hongrie. Du Moyen Age au début du XXème siècle, sa présence s’étend, son usage se diversifie. D’abord limitée à des documents diplomatiques, elle touche la littérature, sert de support à la propagation des idées, des engagements politiques. Elle s’immisce enfin dans la sphère de l’intime. Cette évolution révèle sa puissance d’attraction. La variété des formes et la richesse des textes dont ce volume se fait l’écho confirment cette influence protéiforme.

Paul NAGY, Une Francophonie millénaire. Anthologie de textes écrits en français par des auteurs hongrois du Moyen Âge jusqu’à 1918, Editions Honoré Champion, Paris, mai 2016, 498 pages, 70€


Francophonie et culture francophone au Japon

Quelle place pour les cultures francophones au Japon ? La langue française conserve dans l’archipel un statut particulier, souvent lié à une certaine image de la culture française, mais dont l’avenir n’est pas garanti. La Société japonaise de didactique du français (SJDF) s’efforce depuis longtemps de faire découvrir les enjeux liés aux usages de la langue française au Japon, mais aussi les différents pays qui ont la langue française en partage, États, provinces ou régions qu’une langue commune unit et en même temps distingue sur la scène mondiale.
Qu’il s’agisse de représentations historiquement situées ou de questions contemporaines liées au plurilinguisme, au multiculturalisme et aux politiques éducatives, en France, à Madagascar et plus généralement en Afrique francophone, les différents textes de ce recueil présentent des pistes de réflexion stimulantes pour qui s’interroge sur les identités culturelles et la mondialisation.

Jean-François GRAZIANI et Norivuki NISHIYAMA, Le Japon, acteur de la francophonie, Editions des Archives contemporaines, Paris, juillet 2016, 160 pages, 27€


Québec francophone malgré les embûches

Peu s’interrogent sur la nature, l’intensité et l’évolution du lien entre francophonie et Québec, des origines à 1995. Peut-on toujours parler d’une « relation particulière » ou d’une collaboration spécifique, avec l’affirmation graduelle de l’américanité et du multiculturalisme au Québec et l’ouverture croissante de la francophonie à de nouveaux États membres, ainsi que l’instauration d’un dialogue avec les grandes aires culturelles latines, notamment l’hispano phonie et la lusophonie, dans le dernier quart du XXe siècle ?
Retour sur la genèse de la francophonie et du rôle qu’y a joué une province aujourd’hui d’à peine huit millions d’habitants... Comment le Québec a-t-il pu, à peine émancipé du chaperonnage de l’Église catholique qui a duré plus d’un siècle après l’échec d’une rébellion républicaine en 1837-38, se tailler une place aussi éminente au sein de la Francophonie ? Et quels obstacles a-t-il dû surmonter, que le gouvernement fédéral canadien a semés nombreux sur sa route ? Autant de questions auxquelles répond Aurélien Yannic, qui vient décrypter les enjeux diplomatiques, politico-constitutionnels, identitaires, économiques et culturels au cœur de la relation unissant le Québec et la francophonie. Une enquête fascinante, qui souligne également la diversité et la croissance du mouvement francophone international au cours des quatre dernières décennies.
La collection est dirigée par Philippe Rygiel, Maître de conférences à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, centre d’histoire sociale du XXe siècle de l’Université Paris I et Équipe Réseaux-Savoirs-Territoires (École Normale Supérieure).

Aurélien YANNIC, Le Québec en Francophonie, Publibook EPU, Tours, janvier 2016, 254 pages, 34€


Une Amérique aux couleurs de la France

Ce livre historique, d’une bonne qualité d’édition, dresse un panorama complet du Québec, depuis la Nouvelle-France jusqu’à l’époque contemporaine de Jacques Cartier et Samuel de Champlain à Jean Lesage et René Lévesque. Il traite également de la francophonie québécoise, des nations amérindiennes, des lieux de mémoire communs franco-québécois et de l’histoire de la poste au Québec et au Canada.
Cet ouvrage, illustré d’une centaine de cartes postales anciennes en noir et blanc et en couleurs, compose un ensemble iconographique exceptionnelle. Il vous permettra de découvrir le Canada français de la "Belle Epoque", les villes de Montréal et de Québec, les lieux de mémoire, la vie quotidienne et les métiers anciens.
Préfaces de Marcel Masse, ancien ministre du Canada et Délégué général du Québec et d’Edouard Dayan, directeur des affaires internationales de La Poste (France)

Alain RIPAUX et Nicolas PREVOST, Le Québec, une Amérique française, Editions Visualia (cartophiles de la poste et des télécoms), Paris, 2003, 112pages, 24€ port compris, contact alain.ripaux@laposte.net


Apprenez-moi la littérature francophone

Quels sont les points communs entre Jacques Brel, Marguerite Yourcenar, Aimé Césaire, Ibrahim Souss ? Tous ont la même langue en partage, le français, et aucun d’eux n’est né en France hexagonale. Cet ouvrage a pour objectif de faire découvrir, comprendre et apprécier un large choix de textes appartenant aux littératures francophones. Les 66 textes qu’il présente sont regroupés par thèmes : Femmes, S’exiler/passer la frontière, Enfance/Ecole... ou par genre : Enquêtes policières…
Chaque texte est présenté sur la page de gauche, avec la biographie de l’auteur ainsi que l’explication du vocabulaire. Sur la page de droite, des activités guidées de "découverte" et d’« explorations » aident l’apprenant dans sa construction du sens, dans sa compréhension des textes, dans son apprentissage de la langue. Des index par auteurs et par genres ainsi qu’un glossaire éclairant des contextes culturels et historiques et expliquant les termes littéraires se trouvent à la fin de l’ouvrage et en facilitent l’utilisation. Les corrigés sont proposés à part.

Ferrroudja ALLOUACHE et Nicole BLONDEAU, Littérature progressive de la francophonie, Editeur CLE international, Paris, juin 2016, 160 pages, 22€


Réhabiliter la Négritude entière de Léon-Gontran Damas

Léon-Gontran Damas a vécu une Négritude entière en faisant concorder remarquablement sa pensée et ses actions. Sa primauté et son entièreté dans le mouvement de la Négritude sont indéniables. Pourtant, sa contribution poétique et idéologique reste minorisée et reléguée au rang de négligeable. Ainsi, tout en prolongeant et en amplifiant le savoir sur la poésie particulière de Damas et sur celle de la Négritude en général, tout en y posant un regard neuf, cette série d’appréciations critiques et correctives des exégètes les plus érudits de l’œuvre de Léon-Gontran Damas, propose d’abolir définitivement la minoration et relégation.
Hanétha Vété-Congolo est Associate Professor of Romance Languages and Literatures à Bowdoin College dans le Maine aux Etats-Unis. Elle est membre du Africana Studies Program, du Latin American Studies Program et du Gender, Sexuality and Womens Studies Program de son université. Elle enseigne les littératures, les cultures et les idées d’Afrique de l’Ouest et du Centre et de la Caraïbe. Elle a publié d’importants travaux académiques sur l’œuvre de Léon-Gontran Damas figurant entre autres, dans Ethiopiques : Revue négro-africaine de littérature et de philosophie ou Contemporary French & Francophone Studies.

Haneta VETE-CONGOLO, Léon-Gontran DAMAS, Editions L’Harmattan, coll, Espaces littéraires, Paris, décembre 2015, 274 pages, 28€


Précédents Agora mag