"Nous nous sommes battus pour rester au Liban, et là en quelques secondes tout a été perdu"

"Nous nous sommes battus pour rester au Liban, et là en quelques secondes tout a été perdu"

20 août 2020 - par L’Orient le Jour 

A 48 ans, l’industriel Farid Kamel est contraint pour la deuxième fois de reconstruire son usine, située à la Quarantaine. Cette lainerie-tannerie qui a vu le jour en 1890, trois ans après l’inauguration du port de Beyrouth a été restaurée, fermée et rouverte à plusieurs reprises depuis la guerre du Liban.

Lire l'article sur L’Orient le Jour