Vaudou, traditions, hip hop et bounce

Vaudou, traditions, hip hop et bounce

le gumbo « afro » de La Nouvelle-Orléans (Louisiane)
14 juin 2019 - par Elodie Maillot 
1) Le bayou - 2) Séance de répétition - Palimpseste : Arnaud Galy / 1 ) Flickr - Roberto Marchegiani / 2) Jarring Effects
1) Le bayou - 2) Séance de répétition
Palimpseste : Arnaud Galy / 1 ) Flickr - Roberto Marchegiani / 2) Jarring Effects

Comment est née l’idée de ce projet ?
Par une série de connections et de rencontres étalées sur une quinzaine d’années ! Par un beau jour de printemps, j’ai rencontré Céline Frezza et Arno Bitshy a Détroit, en marge, en bordure, bref a la périphérie de cette ville en pleine reconstruction. A Détroit, nous auscultions tous le cœur de cette cité post-faillite, une ville si historique pour les musiques que nous aimons : la soul et les musiques électroniques. Je faisais des enregistrements radio et eux travaillaient sur le volume II de la collection World Wide Effects, initiée par le label Lyonnais Jarring Effects, dont le principe est d’enregistrer un album né de la rencontre entre musiciens français et étrangers dans une ville. Le disque est accompagné d’un documentaire d’auteur qui offre un regard unique sur cette ville. Très vite, il est apparu évident que nous pourrions travailler ensemble sur le volume III a La Nouvelle-Orléans. Comme je vivais aux États-Unis, ils m’ont proposé de piloter le projet qui devait au départ être 100 % hip-hop pour être en phase avec la couleur de leurs précédentes sorties. J’ai proposé d’y inviter aussi un percussionniste venu de Cotonou dont la proximité rythmique me paraissait si évidente avec les traditions des Mardi Gras Indians auxquelles je m’intéressais de près après avoir produit l’Orchestre Poly-Rythmo de Cotonou le plus vieux groupe d’Afrique de l’Ouest. En 2016, lorsque je suis partie a la recherche de chefs Mardi Gras Indians a La Nouvelle-Orléans, je n’étais pas sure qu’ils acceptent de marier leurs traditions secrètes avec d’autres musiques ! Il fallait donc inviter des musiciens qui seraient ouverts aux échanges avec des inconnus. J’ai alors choisi de convier Olivier Koundouno, un violoncelliste dont les cordes pouvaient tout faire avec qui j’avais travaillé avec Danyel Waro et Emily Loizeau, que j’avais envie de présenter au multi-instrumentiste David Walters.


Elodie Maillot entourée de Bonaventure Didolanvi et Big Chief Romeo Bougère
© Jarring Effects

« Nola is calling » est une aventure musicale et vidéo qui s’attache à donner la parole aux sans-voix, aux marges... en quoi La Nouvelle-Orléans est-elle un décor judicieux ?
La Nouvelle-Orléans est une ville de fantasmes et d’excès. Une ville qui croit au vaudou et qui vénère les morts. Une ville où les vivants se battent encore, malgré les catastrophes et la lenteur des réponses d’un État qui les oublie. Une des rares villes américaines ou le passé, la culture, et surtout la musique, font tenir debout. Une ville particulièrement attachante, qui ne ressemble a aucune autre cité des États-Unis et aussi probablement la ville la plus africaine de tous les États-Unis. Par son histoire, La Nouvelle-Orléans a toujours été a la marge. Elle a attiré des personnages qui vivaient a la marge en Europe et aujourd’hui il y règne un climat unique au monde. Donc, oui, cette ville était vraiment l’endroit idéal pour nous qui voulions organiser cette rencontre entre des musiciens qui ne s’étaient jamais rencontrés auparavant et qui en faisant connaissance dans cette ville si particulière n’ont eu qu’a laisser l’histoire, l’inspiration, et le vaudou guider leurs improvisations.

Musique électro, hip-hop et jazz nourrissent le projet, l’idée est-elle une fusion ou faire en sorte que ces trois genres se répondent ?
Mon idée était surtout de connecter des artistes qui avaient des liens, des liens musicaux bien sur, même s’ils ne faisaient pas le même genre de musiques, mais surtout des liens historiques pour former une vraie famille recomposée dans ce « gombo culturel » qu’est La Nouvelle-Orléans ! - rires - Les Mardi Gras Indians y animent depuis des siècles le carnaval de Mardi-Gras. Ils défilent avec des costumes inspirés des tenues cérémonielles amérindiennes, le jour de Mardi-Gras, mais aussi pour la Saint Joseph et le Super Sunday, ils perpétuent ainsi des siècles de traditions musicales nées de la rencontre de cultures africaines, créoles et amérindiennes en Louisiane. Je suis donc venue les voir défiler et rencontrer des chefs. Beaucoup avaient des noms français et en étaient fiers. Lorsque je questionnais Big Chief Jermaine sur cette fierté, il m’a parlé du Code noir et du fait que sans ces lois terribles imposées par le royaume de France en Louisiane, il ne serait jamais devenu chef indien et toutes ces traditions musicales auraient été perdues ! Le Code noir légitimait notamment les châtiments corporels pour les esclaves, y compris des mutilations comme le marquage au fer, ainsi que la peine de mort (les art. 33 à 36, et art. 38 stipulaient que tout fugitif disparu pendant un mois aurait les oreilles coupées et serait marqué d’une fleur de lys avant d’avoir le jarret coupé en cas de récidive, puis condamné à mort à la deuxième récidive). Toutefois, le Code noir considérait les esclaves comme des chrétiens, et a ce titre, il leur octroyait un jour de repos le dimanche. Ce congé hebdomadaire va permettre aux Mardi Gras Indians, et au-delà, aux traditions musicales de La Nouvelle-Orléans de forger une culture unique au monde. Chaque dimanche, certains esclaves travaillent alors pour racheter leur liberté, tandis que d’autres se retrouvent sur la fameuse place Congo Square pour battre les tambours, souvent accueillis par des chefs amérindiens, a qui ils commencent a rendre hommage en s’habillant de costumes de plumes et de perles, aussi inspirés des imageries du Far West alors en vogue. Ces esclaves venus d’Afrique et ces chefs indiens seront rejoints par des hommes libres venus de la Première République Noire du monde, Haïti, née en 1804. Ensemble, ils vont former les premiers défilés de Mardi Gras Indians. Aujourd’hui encore des rythmes ancestraux, comme le « bambula beat », animent les processions emmenées par ce fameux « call and response », cet unique bagage invisible que les esclaves ont amené avec eux dans le Nouveau Monde, et qui va se réincarner dans toutes musiques modernes (rock, samba, salsa, blues, jazz, rap, bounce). Il m’a donc semblé légitime et logique que toutes les musiques nées (de près ou de loin) de ce terrible héritage historique puissent se rencontrer dans ce projet, même si c’était une grande première pour tous les musiciens ! Je connectais ainsi la France, l’Afrique d’où sont partis les esclaves et la Caraïbe... Pour la première fois, on peut entendre un mariage enregistré en live a La Nouvelle-Orléans de rythmes secrets des couvents vaudous béninois et des défilés Mardi Gras Indians distillés par Bonaventure Didolanvi et les Big Chiefs Romeo Bougère et Jermaine Boissier, avec la création électro organique du producteur d’origine antillaise David Walters qui vit a Marseille, portées par les harmonies électrisées du violoncelliste Olivier Koundouno, installé en Suisse. Ensemble, ils inventent un « Call and Response » du 21e siecle.



Le principe est « call and response », éclairez-nous !
Le « call and response » est une tradition africaine que l’esclavage a transportée de l’autre côté de l’océan Atlantique. Le principe : un soliste lance une phrase musicale auquel un chœur répond. Cette phrase scandée par le chœur est répétée et répétée jusqu’à devenir a la fois le motif et le rythme du chant. Avant de prendre la mer, les esclaves étaient sommés d’oublier leur passé (en tournant sept fois autour d’un poteau), mais ils ont quand même emporté avec eux l’impalpable : les rythmes, les rites, et ce dialogue ininterrompu qui se retrouve dans toutes les musiques modernes, samba, salsa, Jazz, blues, rock, rap... A La Nouvelle-Orléans, le « call and response » s’infiltre dans tous les rituels, il est la force collective de la ville qui permet aux uns de se relier aux autres, et peut être à un ailleurs, ou à l’Afrique.

Vous affichez l’idée de ne pas exploiter les clichés, qu’entendez-vous par là ?
Avoir la chance d’être Mardi Gras Indians, c’est être dépositaire d’une tradition que l’on porte et que l’on sert au quotidien, souvent dans l’ombre et en secret. Une culture qui se transmet dans les heures de coutures nécessaires pour réaliser un costume, et dans les heures de défis musicaux que constituent les Indians Practice, organisés spontanément dans des bars improbables de la ville, loin des clichés et des touristes. Ce secret comme celui du vaudou nourrit les fantasmes et donc les clichés. L’image et les photos des costumes colorés des Mardi Gras Indians sont véhiculées dans le monde entier dans les dépliants touristiques, sans jamais que les héritiers de ces traditions soient associés aux retombées économiques
et sociales de cette publicité. Comme le vaudou au Bénin, les traditions des Mardi Gras Indians se vivent et se perpétuent, coûte que coûté, malgré une image à la fois exotique attirante, mais aussi très négative. Ces deux traditions, comme la Bounce music de New Orleans (représentée dans ce projet par un MC que nous avons invité sur trois titres de l’album), sont des portes vers une transe qui regarde vers l’Afrique des origines et vers l’avenir.

La sortie de l’album... fin de l’aventure ou fin d’une étape ?
Début d’une nouvelle aventure encore plus excitante ! Partager avec le public la magie de cette rencontre que nous avons vécue en 2018 a NOLA. Nous allons partir pour des tournées a travers le monde, en passant bien sur par les USA et l’Afrique. Dans la mesure du possible les concerts seront accompagnés d’une projection du film « Call and Response ».

Paris, Marseille (France), Cotonou (Bénin), et La Nouvelle-Orléans sont les ports d’attache de ce projet atypique, que s’apportent-ils les uns aux autres ?
Ce sont toutes des métropoles en pleine mutation ou la musique et le son jouent un rôle très important, et très différent selon les géographies et les histoires. Ce sont aussi des villes ou la francophonie s’exprime de façon très forte et ou la langue et l’histoire communes permettent aux habitants de coexister. C’est le cas du français pour des villes cosmopolites comme Paris ou Marseille qui accueillent des migrants francophones tous les jours, ou pour Cotonou qui invente des expressions françaises en permanence, sans parler du créole français que les Mardi Gras Indians sont si fiers de parler. Et puis ce sont des villes qui ont des liens les unes avec les autres, des villes portuaires pour la plupart. Si on y ajoute que le violoncelliste Olivier Koundouno qui vit entre Genève (Suisse) et Paris et qui est d’origine franco-guinéenne, on obtient, me semble- t-il, un instantané a l’image de ce que la francophonie a toujours été : plurielle et en mouvement perpétuel !


Galerie photos

Précédents Agora mag