Le Covid et l’âme d’une ville

Le Covid et l’âme d’une ville

6 avril 2020 - par L’Orient le Jour 

... Habité sans discontinuer depuis des millénaires, brutalement déserté par ses habitants en 1975, en grande partie rasé par son entreprise de reconstruction en 1990, il est réinvesti en octobre 2019 par une population revendicatrice, urbaine et ludique. Ses immenses parkings qui furent un jour, il y a bien longtemps, de denses quartiers populaires faits de rues étroites, et qui rassemblèrent les gens d’octobre, sont à nouveau désertés...

Lire l'article sur L’Orient le jour (Liban)