Sexe et politique au Maroc : des liaisons dangereuses

Sexe et politique au Maroc : des liaisons dangereuses

22 juin 2022 - par Histoire engagée 

En octobre 2018, un procès sème le doute au sein de l’opinion publique au Maroc sur l’intégrité de Taoufik Bouachrine, rédacteur en chef du célèbre quotidien arabophone Akhbar al-Yaoum. La Cour d’appel de Casablanca l’a condamné à quinze ans de prison ferme pour traite d’êtres humains, abus de pouvoir à des fins sexuelles, viol et tentative de viol. Certes, l’accusation de traite humaine paraissait invraisemblable pour la majorité du public. Bouachrine était l’un des rares éditorialistes du pays qui osait critiquer sans mâcher ses mots les politiques publiques poursuivies par l’élite dirigeante. Par contre, l’accusation concernant le fait qu’il ait utilisé son statut professionnel pour l’obtention de faveurs sexuelles, notamment auprès de journalistes débutantes, semblait crédible.

Lire l'article sur Histoire engagée (Québec)