Carnets Vanteaux - Un, deux, trois, automate du matin

Carnets Vanteaux - Un, deux, trois, automate du matin

3 octobre 2021 - par River Vitrac 

CONSIGNE : "La Musique des phrases".
Ecrire (au maximum une page A4) après avoir écouté "Casta Diva" chanté par Callas :
(l’objectif n’est pas d’illustrer cette "pièce" musicale mais de travailler la MUSIQUE de votre écriture).


Un, deux, trois.
Le réveil sonne, aux premières lueurs du jour. Je suis déjà réveillé, depuis de longues minutes. Seul, dans le noir.

Un, deux, trois.
Deuxième, puis troisième réveil. Il en reste encore deux, au cas où, vous savez. Mais pas ce matin.

Un, deux, trois.
Je m’assois sur le bord du lit, groggy de fatigue. Pas prêt pour cette journée, chargée. Jamais prêt, en fin de compte, pour une quelconque journée.

Un, deux, trois.
Je me lève enfin, après avoir éteint les deux autres réveils, qui vont crescendo. En rythme, en volume, en intensité.

Ensuite, tout s’enchaîne. Limpide. Automate au programme ayant peu de variables.
Toilettage, habillage, soins. Les musiques sur mon téléphone aussi. Le rythme me guide, me réveille un peu, me fait chanter, en playback, pour ne pas déranger mes voisins et voisines. Les murs sont fins. Je fais des gestes, bouge mon corps encore trop endormi mais qui aime se prêter à ce jeu, quand on est seul.

Un deux trois
Je vais être en retard. Le rythme s’accélère. Vite.

Un deux trois
Je dois débarrasser la litière. Fait. Mes boîtes pour ce midi. Fait. Petit-déjeuner ? Dans la voiture.

Un deux.
Clés. Check-up mental. Rien oublié. Normalement.

Un deux.
Voiture. Démarrage.

Un, deux.
Agacement. Tranquillité. Oscillation entre les deux, toujours avec de la musique. Elle me suit.

Un, deux, trois.
Je suis arrivé, j’accueille les élèves, avec le même discours. « Bonjour. Carnet s’il-vous-plaît. C’est parfait, merci et bonne journée. » Ponctué d’une touche de spray désinfectant sur leurs mains. Un, deux, trois. Ce n’est que le début d’une journée presque réglée comme du papier à musique.